Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2008

PORTRAITS D’ENTREPRENEURS LORRAINS, PAR JEAN DORVAL…

Si vous aimez la Lorraine, vous allez être servis ! Je vous propose, comme toujours, de découvrir l’actualité de notre très belle région, et cette fois-ci, au travers de deux portraits d’entrepreneurs locaux.

ELLE EST TOMBEE DANS LES POMMES… ET DANS LES MIRABELLES !(1)

1943893132.jpgPour commencer, je vous invite chez Anne-Sophie Rapp, dont l’atelier de transformation est installé à Saizerais, en Meurthe-et-Moselle. Cette magicienne du goût offre de nouveaux débouchés aux fruits issus des magnifiques vergers lorrains tant des particuliers que des arboriculteurs professionnels, en les transformant en jus et nectars artisanaux. Les saveurs d’antan sont donc de retour, offrant ainsi une nouvelle jeunesse à nos fruitiers. Cette activité qui suit les rythmes de la nature, par la mise en valeur des fruits de saison, se concentre essentiellement sur la période allant de juillet à septembre ; en passant du pressage des mirabelles à celui des pommes. Les poires, les coing, les quetsches, les fraises, les framboises, les mûres sauvages et le raisin sont aussi de la fête ! Agée de 27 ans, en 2004, la débrouillarde Anne-Sophie s’est plongée dans le jus de fruit jusqu’au cou. A cette époque, elle parfait son BTS technico-commercial en végétaux, en suivant une formation Agricadre, qui la mène directement aux métiers de commerce et de gestion dans l’agriculture alimentaire. Son maître de stage travaillant sur les vergers familiaux et sur la valorisation des productions en découlant, elle s’interroge tout naturellement sur la meilleure conservation possible des récoltes de pommes et de mirabelles. Elle se lance, alors, dans une étude de marché et se rend compte rapidement qu’il manque un atelier de transformation dans ce secteur, afin de presser les fruits des producteurs locaux. Ce sera pour elle le début de l’aventure agricole ! Elle présente un projet en béton, pour lequel elle doit trouver rapidement 300.000€. Au début, elle n’est pas prise au sérieux et se trouve même ignorée par les entreprises et les banques du cru. Mais, à force de travail, la perspicace Anne-Sophie finit par convaincre tout le monde. En avril 2006, après avoir trouvé un terrain à Saizerais, à proximité des zones fruitières du Toulois et des Côtes de Meuse, elle débute les travaux de construction de son atelier, qui s’achèvent fin août. Dans la foulée, on lui livre son outillage spécialisé. A peine installée, Anne-Sophie voit son carnet de commandes exploser, en récupérant l’importante clientèle d’un atelier voisin de transformation de la Meuse, qui a fait faillite. En 2007, le Parc Naturel de Lorraine organise une opération de communication sur la thématique des vergers. Anne-Sophie, dont l’expertise est désormais reconnue, se retrouve associée à cette démarche. A chaque récolte, notre jeune entrepreneuse embauche des saisonniers, et montre l’exemple en s’activant à tous les stades de la production (aide au pressoir et à l’embouteillage, réception des clients, etc. ). Actuellement, la petite entreprise d’Anne-Sophie ne connaît pas la crise – même si elle doit encore se serrer la ceinture – et ses banquiers sont plutôt satisfaits de ses résultats. L’avenir appartenant aux ambitieux, elle pense déjà à se diversifier, en mitonnant des confitures, selon des recettes héritées de nos grands-mères. Alors, souhaitons bonne continuité à cette jeune artisane de talent ! Vous pouvez soutenir Anne-Sophie en allant la voir dans son atelier « la société SAveurs FRuitières d'Antan », située Zone Artisanale La Haute Epine, à Saizerais (54380). A la saison des fruits (pomme, poire) l'atelier est ouvert du lundi au samedi, de 8h30 à 18h00 ; le reste de l'année, tous les vendredis et samedis, de 14h00 à 18h00. Pour téléphoner faire le 03.83.24.83.38, pour envoyer un courriel une seule adresse : info@sa-fr-an.fret et pour en savoir plus, aller directement sur le site internet : http://pagesperso-orange.fr/sa-fr-an/ )

LE BEAU LINGE DE MAISON DES VOSGES EST DE RETOUR !(2)

1679313765.jpg1679313765.jpgNos contemporains lorrains sont décidément les dignes héritiers de leurs aïeux. Ils sont plus que jamais courageux et durs à la besogne ! Pour le prouver, nous allons faire un petit tour dans les Vosges, à Gérardmer, où la société Blanc des Vosges - la toute nouvelle marque de la société François Hans, une maison du textile vosgien créée en 1843, spécialisé dans le linge de maison – est devenue performante, en revendiquant, haut et fort, le label « Fabriqué dans les Vosges ». Désormais, non seulement, elle prospère, mais en plus, elle a dépoussiéré le linge de maison, méritant ainsi son excellente réputation. Elle a d’ailleurs doubler son chiffre d’affaires qui atteint 11 millions d’€, fait vivre 110 employés (dont 80% de femmes), qu’elle bichonne en leurs versant, fin 2007, une participation aux bénéfices (soit 5,5% du CA). Ce nouveau fleuron lorrain s’est résolument tourné vers l’export et vise désormais les pays européens et le Moyen-Orient. Jean-François Birac dirige depuis une dizaine d’années cette société familiale. Et il est affirmatif, pour lui, le textile vosgien n’est pas mort ! La relance de l’entreprise, engagée en 2000, le garantit. Elle a été rendue possible, grâce à des prix très compétitifs inférieurs de 20% à ses concurrents, ainsi qu’à la création d’un réseau de 7 boutiques, dont deux à Paris, et à une présence affirmée dans les rayons des grands magasins. Ces atouts gagnants sont à l’origine de la commercialisation de plus d’1,2 million de pièces de linge de maison. Dès le départ, la maison mère investit 8 millions d’€ pour faire « filer » dans le droit chemin sa nouvelle protégée… Et son installation, à l’entrée de Gérardmer, dans les anciens locaux des Tissages Claude est tout un symbole, quand on sait que cette société n’a pas résisté à la concurrence déloyale asiatique et aux délocalisations sauvages… Blanc des Vosges est devenu l’un des porte-drapeaux du textile Lorrain, qui voit une nouvelle génération d’entreprises prendre un relais qu’on n’attendait plus. Alors, pour préserver nos bassins d’emplois, pour nos enfants et nos petits-enfants, il nous faut produire Français, en France, avec des Français et acheter notre production prioritairement. L’arrivée d’une machine de coupe, puis d’un automate pour les taies d’oreillers, a relancé cette industrie séculaire. Cependant, ce travail reste celui des petites mains en or des couturières. Il est avant tout très précis, à l’image de ces mêmes taies d’oreiller, sur lesquelles Sophie Vincent passe une heure, en moyenne, de son temps pour chaque pièce. En effet, elle est la seule à maîtriser un savoir-faire unique, le point en croix, Jour de Venise. La société Blanc des Vosges joue de ses atouts de charme, en misant sur ses collections de linge de lit, de bain et de table, sur ses tissus éponges - pour « elle et lui », mais aussi, pour junior et bébé - et sur la décoration des intérieurs et la protection des matelas. Le résultat est là, puisque près d’un tiers des ventes est acquis sur des pièces de confection faites sur mesure, comme les draps house matelot de bateau, en forme de trapèze. De plus, elle renouvelle tous les six mois sa gamme de linge. Pour ne pas perdre le fil… pardon, euh… le contact avec cette société, cliquez sur http://www.blancdesvosges.fr/



© Votre serviteur, Jean Dorval, le 1er mai 2008, pour la Tour Camoufle



Sources documentaires : articles parus dans le RL des 15 et 16 avril 2008

BRAVO LA LORRAINE, 500 EMPLOIS INDUSTRIELS CREES GRACE A PSA !

1583073999.jpg


Christian Streiff, le patron de PSA Peugeot-Citroën l’a annoncé le 24 avril dernier, son groupe va construire une nouvelle usine à Trémery, en Moselle, destinée à la production de petits moteurs « écolos » à essence. À l'heure actuelle, la tendance du secteur étant majoritairement à la délocalisation, dans les pays dont la main-d'œuvre est à bas coûts, il faut donc applaudir ce constructeur automobile qui réalise un investissement industriel de 300 millions d'euros, à 100% en France ! A l'horizon 2011, plus de 500 emplois indirects devraient être créés sur ce site, où PSA a déjà une unité de production. C’est une très bonne nouvelle pour les ouvriers lorrains, et l’on pensera à tous les oubliés de l'aciérie ArcelorMittal de Gandrange, auxquels un certain Nicolas avait fait de belles promesses non tenues, et qui devraient normalement être prioritaires pour avoir un boulot dans ce néo-poumon économique et surtout social…

Le Lainlain, pour La Tour Camoufle