Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

LES BEST OF JD : C'ETAIT HIER... « VISITE PRINCIERE POUR LES 250 ANS DE LA PLACE ROYALE A NANCY. »

gravure-place-Stan.jpg

© Photo ci-dessus (la Place-Royale de Nancy) : archives.cg54.fr

 

La Place STAN de Nancy tient une place très importante dans le cœur des Lorraines et des Lorrains, c’est pourquoi LTC vous propose un article de JD sur son inauguration (suite à sa restauration) en 2005 paru dans feu la Revue Lorraine Populaire de Jean-Marie Cuny… A lire aussi, dans la foulée, l’interview conjointe de S.A.R. le Prince de Bourbon-Parme et de M. Jacques Charles-Gaffiot.

Depuis le mois de décembre 2004, et tout au long de l'année 2005, de nombreux événements ont commémoré les 250 ans de la Place-Royale, joyau baroque nancéen, ayant fait récemment peau neuve ; inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco, depuis décembre 1983, car son « intérêt est considéré comme exceptionnel et sa valeur comme universelle ». Sa dernière rénovation remonte à 1958. Ce chef-d’œuvre urbain, aux divines proportions, est solennellement inaugurée le 26 novembre 1755, aux cris de « Vive le Roy ! » De nombreuses festivités ont lieu, ce jour là, dont la distribution d’argent au peuple. Le parti philosophique et la troupe de tous les plaisirs ne peuvent s’empêcher de manifester leur opposition. A l’écart, rue Saint-Dizier, en dessous de la statue du Duc Léopold, les patriotes lorrains, à l’initiative du libraire Nicolas, chantaient des chants patriotiques lorrains.

Le 26 novembre dernier, jour anniversaire de sa dédicace, dans les Grands Salons de l’Hôtel de Ville, devant un parterre de plus de 300 personnes, dont son S.A.R. le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, Jacques Charles-Gaffiot a donné une conférence, sous l’égide de l’association Présence du Souvenir Bourbonien en Lorraine, sur le thème : « la Place-Royale de Nancy, un hommage d’un beau-père à la gloire de son gendre ». Un message de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, Duc d’Anjou (Louis XX), a été lu à cette occasion.

Stanislas_Leczinski.jpg

© Photo ci-dessus (Stanislas) : stansurseine.blogspot.com

A n’en pas douter, le destin de Stanislas Leszczynski relève de l’extraordinaire. Deux fois roi de Pologne, deux fois déchu, puis duc de Lorraine et de Bar, beau-père de Louis XV, cultivé, amoureux des arts et des sciences, profondément croyant, ami des philosophes (notamment de Voltaire… ), bon vivant ; il est cependant froidement accueilli en Lorraine, que son gendre lui a confié en viager. Pourtant, les trente années de son règne témoigneront d’une entreprise grandiose et éclairée. Véritable bâtisseur, avec son architecte Emmanuel Héré, disciple de Boffrand, il fait de sa cour et de ses châteaux des creusets culturels brillants, dont on parle dans toutes les cours et salons d'Europe. Le château de Lunéville ne passe-t-il pas pour le « Versailles lorrain » ? Entre autres réalisations, il fait construire une Place-Royale à Nancy, destinée à honorer et glorifier son gendre, Louis XV, Roi de France. 

place_royale_meridionale.jpg

© Photo ci-dessus (la Place-Royale) : pagesperso-orange.fr

 

LE NOMBRE D’OR POUR HONORER LA MAJESTE ROYALE !

Une Place-Royale par sa perfection, son esthétisme, glorifie le personnage du Roi donné ainsi, dans un équilibre parfait, à l’admiration de ses sujets. Elle symbolise l’absolutisme au cœur de la ville, espace architectural de grande ampleur, point de convergence, où l’on érige, en position centrale, une statue équestre ou pédestre, en bronze. Sous le règne de Louis XIV, on s’inspire du modèle italien ; Rome et la place du Capitole, où trône la statue équestre de Marc-Aurèle ; et Florence, avec la statue équestre de Cosme 1er de Médicis, place de la Seigneurie. La première Place-Royale française voit le jour à Paris en 1685 : la place des Victoires (avec une statue pédestre) ; puis en 1699, la place Vendôme (avec une statue équestre). Le Roi y est représenté comme un empereur romain victorieux de retour de campagne. A l’inverse, sous Louis XV, la notion de Place-Royale est revêtue d’une nouvelle signification, héritage du « Siècle des Lumières ». On donne au Roi une posture plus humaine, plus proche du peuple, des réalités ; à Rouen, il est accompagné d’une statue de penseur.

LA MUTATION GENIALE D’UN CENTRE DE VILLE

A Nancy, jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, une vaste esplanade sépare la Ville-Vieille de la Ville-Neuve. Stanislas Leszczynski choisit ce lieu idéal afin d’établir celle qui deviendra la première de toutes les Places-Royales françaises, par son équilibre et sa beauté. Sacralisant le pouvoir royal, tout en permettant les festivités populaires, ce véritable forum est avant tout un lieu où le peuple et le souverain communient dans un esprit d’abondance et de paix retrouvée. La transparence des grilles de Jean Lamour dont se pare l’ouverture de chaque axe qui converge vers la place renforce cette idée. L'intendant Alliot finance ce grand chantier avec les seuls deniers de Stanislas. Louis XV n’y participe pas, il écrit juste à son beau-père qu’il est honoré.

Longtemps, le maréchal de Belle-Isle, représentant de Louis XV, responsable militaire de la place forte de Metz, fait opposition à ce projet qui porte atteinte aux ouvrages militaires. Cependant, les autorisations de commencer les travaux sont accordées par René-Louis, marquis d'Argenson, ministre de la Guerre. Aussi, en mars 1752, est donc officiellement posée la première pierre. Emmanuel Héré construit, autour d’un quadrilatère spacieux, des pavillons de même ordonnance classique, rythmés par le jeu d'un ordre colossal ; au sud, la grande façade du palais (le futur Hôtel de Ville) ornée des armes de Stanislas et du blason de la Ville de Nancy ; à l'est, le pavillon de l'Intendant Alliot et l’Hôtel des Fermes, respectivement de nos jours, le Grand Hôtel et l'Opéra de Nancy et de Lorraine ; à l'ouest le pavillon Jacquet et le Collège de Médecine (actuel Musée des Beaux-Arts) ; au nord, là où se dressait la courtine unissant les bastions de Vaudémont et d'Haussonville, des « basses faces » limitées au seul premier niveau des autres pavillons, pour raison de défense militaire.

place-stanislas-nancy.jpg

© Photo ci-dessus (la Place STAN) : discover-eu.com

 

Stanislas envisage de faire communiquer la Place-Royale avec la place de la Carrière. Il fait alors construire un arc de triomphe s’inspirant de celui de Constantin°Ier, le Grand, édifié à Rome entre 312 et 315, pour commémorer la victoire de l'empereur sur Maxence, au pont Milvius en 312. Ce modèle antique, aux colonnes corinthiennes et médaillons circulaires, ne représente plus la soumission des peuples barbares et des esclaves mais la paix retrouvée ; ainsi, à Nancy, élève-t-on un « arc de la paix », de plus petite taille, juste harmonisation entre l’esthétique de la Rome antique et la thématique moderne de la « Pax Romana ». Louis XV, n’est-il pas l’instigateur de la Paix de Vienne de 1737 ? N’a-t-il pas renoncé, en position de force, à annexer la Hollande en signant la paix d’Aix-la-Chapelle en 1748 ? En préservant l’Europe d’un embrasement général, il devient son pacificateur. Les inscriptions immortalisent ce rôle important : « Au Prince pacifique, au Prince victorieux. » D’autre part, son beau-père rend hommage à la grandeur de ce sacrifice, en sommant le faîte de cet ouvrage par un médaillon représentant Louis XV soutenu par des Victoires ailées. En complément, les façades de la Place-Royale, les grilles des fontaines, les potences des lanternes se trouvent pavoisées des symboles royaux et ducaux : fleurs de lys, coq gaulois, lauriers, soleil rayonnant d’Apollon, jusqu’à la teinte bleu roi des ferronneries… Les grilles forgées, qui relient les bâtiments les uns aux autres, sont l’œuvre de Jean Lamour (1698-1771). Par leur forme et leurs décors, elles témoignent, avec les fontaines d'Amphitrite et de Neptune réalisées par le sculpteur Barthélemy Guibal (1699-1757), de l'art rocaille.

En position centrale, s'élevait une statue de bronze(2), représentant Louis XV vêtu à l'antique, le regard tourné vers la France, dans une attitude marquant la fin des conflits, l’abnégation du général victorieux ! Véritable source d’abondance et d’équilibre, serein, rayonnant, il symbolise une force positive, entouré des vertus cardinales : la Prudence, la Justice, la Force et la Tempérance. Cette statue (dont la maquette est au Musée Lorrain) et ses allégories sont détruites à la Révolution en 1793. La Place-Royale devient alors la place de la République. On y installe une colonne surmontée d’un bonnet phrygien ; puis sous le Premier Empire, un monument surmonté d’un aigle impérial. Finalement en 1831, la place est baptisée place Stanislas et on inaugure une nouvelle statue, représentant Stanislas(3).

 

INTERVIEW CONJOINTE DE S.A.R. LE PRINCE DE BOURBON-PARME ET DE M. JACQUES CHARLES-GAFFIOT

 

IMG_0005.JPG
S.A.R. LE PRINCE DE BOURBON-PARME (à droite)
ET M. JACQUES CHARLES-GAFFIOT (à gauche)
(Sur la Place-Royale)
© Photo ci-dessus : Jean Dorval 2005
 
 
 

Descendant le plus direct de Stanislas, Monseigneur vous êtes né, à Paris, le 03 juin 1961. Vous épousez à Dampierre dans les Yvelines, le 25 mai 1991, Mademoiselle Constance de Ravinel (née le 18 juillet 1971 et d’origine lorraine), avec qui vous avez 4 enfants. Votre petite dernière est prénommée Zita, en l’honneur de sa grande tante, l'impératrice d’Autriche (de Lorraine-Habsbourg), reine de Hongrie, décédée en 1989. En tant que Bourbon, vous êtes cousin de toutes les familles royales d’Europe. D’ailleurs, votre cousin, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, Duc d’Anjou, aîné et Chef de la Maison de Bourbon, est aussi le parrain d’un de vos enfants. Vous travaillez dans la finance et l’agroalimentaire, avez vécu plusieurs années aux Etats-Unis d’Amérique, il y a une décennie. Membre de l’Institut de la Maison de Bourbon et Président d’honneur du Mémorial de France à Saint-Denis, vous vous êtes fortement impliqué dans les cérémonies célébrées à la cathédrale-basilique de Saint-Denis, le 8 juin 2004, à l’occasion de la déposition solennelle du cœur de Louis XVII dans la crypte des Bourbon.

Quant à vous, Monsieur Jacques Charles-Gaffiot, votre ancêtre, Félix Gaffiot, est le célèbre créateur du dictionnaire latin-français Le grand Gaffiot. Vous êtes historien spécialisé dans le XVIIIe siècle, écrivain, ancien directeur du Centre Culturel du Panthéon, brillant conférencier. Lorrain d'adoption, vous effectuez toute votre scolarité à Lunéville, à l'ombre du parc du château de Boffrand. Membre actif de différentes associations, comme La Demeure historique, les Vieilles Maisons françaises ou le Cercle du Patrimoine ; vous avez réalisé, depuis 1986, plus d'une trentaine d'expositions d'envergure présentées à Paris, Rome, Saint-Pétersbourg ou Turin. Vous publiez autant d’ouvrages et, entre autres, en 2001 Moi, Zénobie reine de Palmyre ; en 2003, Lunéville : Fastes du Versailles lorrain en collaboration avec S.A.I. et R. Otto de Lorraine Habsbourg et pour la préface M. Jean-Jacques Aillagon ; puis Lunéville Fastes du Versailles lorrain : Tome 2, Décors intérieurs, mobilier, objets d’art. Cet ouvrage récent est sorti en février 2006.

120px-Pavillon_royal_de_France_svg.png

QUESTIONS/REPONSES :

1) RLP : Quelles sont les circonstances, qui selon vous, permettraient à Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, Duc d’Anjou, Chef de la Maison de Bourbon, d’accéder au trône de France ?

S.A.R. : Mon cousin ne pourra accéder au trône de France que dans le cadre d’une Restauration. La condition première est d’accentuer sa présence dans notre pays. Vu la situation actuelle, tant sociale qu’économique, cette question est d’avenir. Tout reste possible ! Ceci étant dit, j’ai d’autres cousins en France qui sont sur le devant de scène. Le privilège d’avoir une arrière-grand-mère, née Marie d’Orléans, Princesse de Danemark, me permet d’être à l’aise avec tout le monde. Je pense que pour rétablir une monarchie, il y a encore beaucoup de travail de terrain à faire ; bien que, j’ai le sentiment, qu’en France, il y ait de plus en plus de royalistes.

Quand je vois comment, récemment, mon cousin le roi Siméon II de Bulgarie (né le 16 juin 1937 à Sofia) s’est démené chez lui pour reprendre le pouvoir, je trouve cela tout à fait épatant. Il a été le dernier tsar des Bulgares de 1943 à 1946, puis Premier ministre de Bulgarie de 2001 à 2005. Il est le seul monarque de l'histoire à retrouver un pouvoir politique après une élection démocratique, dans une fonction différente (comme Norodom Sihanouk dont la carrière est similaire). Comment faut-il l’appeler ? « Sa majesté le Premier ministre » ? J’admire sa démarche. Le roi d’Espagne, don Juan Carlos de Bourbon, a emprunté un tout autre chemin. Il a pu reprendre les rênes de son pays et en faire ce qu’il est aujourd’hui, en l’espace de trente ans ; grâce à Franco, qui le désigna en 1969 comme son successeur. Puis, en parallèle, on remarque que dans l’Union Européenne, il y a encore plusieurs monarchies, ce qui, à mon sens, est un signe de vitalité, de continuité. Je pense également qu’en lisant la presse, on se rend compte que les français sont orphelins de la royauté. Ils s’intéressent à ce qui se passe chez les Grimaldi, les Windsor… Ils vont finalement chercher ailleurs ce qu’ils n’ont plus chez eux. Il y a diverses pistes qui pourraient faire basculer la France vers la monarchie. La crise des institutions politiques prouvent finalement que la situation pourrait nous être favorable très rapidement. Nous ne sommes pas dans le meilleur des systèmes actuellement. L’avenir nous dira si j’avais raison.

 

IMG_0007.JPG
S.A.R. LE PRINCE DE BOURBON-PARME
(Hôtel de Ville de Nancy-Grands Escaliers)
© Photo ci-dessus : Jean Dorval 2005
 
 
 

J. C-G. : Reprenant l’idée du prince, je pense que les Français cherchent un arbitre. En ce sens, on peut considérer qu’un monarque, par nature, puisqu’il n’est pas élu, est le meilleur arbitre possible ! La véritable difficulté consiste à trouver l’homme qui incarnera le mieux cet idéal.

S.A.R. : Dans l’actualité récente, on pensera aussi au malaise, à propos des origines chrétiennes de l’Europe. Une polémique injustifiée, au moment de la rédaction de la constitution européenne, a d’ailleurs débouché sur un rejet lors d’un référendum d’initiative populaire. Je suis particulièrement attaché aux valeurs millénaires de la France et de l’Europe. D’autre part, Monsieur Jacques Charles-Gaffiot parlait à juste titre du rôle d’arbitre qui s’impose à un Roi ; tel Saint-Louis rendant la justice sous son chêne. La monarchie joue effectivement un rôle supérieur, au dessus de la mêlée partisane. Elle est d’inspiration divine et au service du peuple.

En France, il y a un de nombreux partis politiques allant d’un extrême à l’autre. Chaque programme défend de bonnes comme de mauvaises idées. Le régime politique actuel apporte la preuve de son inefficacité en générant une politique partisane. On ne légifère pas pour le bien collectif, mais pour plaire à un électorat ou défendre de petits intérêts. Au gré des alternances politiques, un temps certain est perdu. On s’amuse à défaire ce que les prédécesseurs ont instauré, réduisant ainsi à néant les intérêts légitimes du pays.

drapeau lorraine 3.gif

© Image ci-dessus : http://www.drapazur.com/

 

2) RLP : Suite à la restauration de la Place Stanislas, n’aurait-il pas été plus judicieux de la part de la Municipalité de Nancy d’y replacer la statue de Louis XV (dont la maquette se trouve toujours au Musée Lorrain), et qui fut abattue lors de la Révolution française, en lieu et place de celle de Stanislas ?

S.A.R. : Je fais halte à Nancy pour la première fois. Aussi, il revient à ma mémoire le récit que m’a fait mon père du mariage de son cousin Otto de Lorraine-Habsbourg. Ce que j’ai vu ce soir de la Cité des Ducs m’enchante. La Place-Royale est une des plus belles places de France, voire la plus belle ; surtout de nuit avec ses éclairages et féeries lumineuses de Noël. Elle est d’une proportion divine qui met en valeur ses dorures, fontaines, sculptures, ferronneries… A n’en pas douter, une statue de Louis XV trouverait dans ce lieu magique naturellement toute sa place.

J. C-G. : Ce sera l’objet de la conférence de tout à l’heure. Il y a du pour et du contre. Effectivement, du côté du « contre », on peut rappeler que de son vivant Stanislas avait demandé à ne jamais être statufié. Par conséquent, cette statue contrevient à ses dispositions, non pas testamentaires, mais à son « testament spirituel ». Par ailleurs, il faut se souvenir de la signification et du sens particulier d’une Place-Royale. Cet exercice architectural, inventé par l’art français, résulte de la juxtaposition de deux monuments distincts mais complémentaires : une statue de bronze (équestre ou pédestre) représentant le Roi, placée au centre d’un écrin monumental qui lui est proportionné et conçu à ce seul effet. Cela suppose donc une concomitance entre ces deux éléments. Supprimez l’un d’entre eux, et nous ne sommes plus dans le cadre d’une Place-Royale, mais en présence d’une simple place, superbe certes, comme celle de Nancy ; car l’harmonie spirituelle y a été rompue.

3) RLP : Stanislas, placé sur le trône de Lorraine par Louis XV, est considéré comme un usurpateur par les lorrains. Quel est votre sentiment à ce sujet ?

J. C-G. : C’est une question qui se règle par elle-même en 1737, lorsque Stanislas arrive en Lorraine. Les Lorrains n’acceptent pas sa présence. On lui tourne le dos. Et bien contre vents et marées, il opère un merveilleux redressement, sur quelques années, et pour lequel, de nos jours, les Lorrains ont encore beaucoup d’estime. On a souvent tendance à oublier la continuité de l’Histoire, malgré les aléas de la politique internationale, puisque le successeur de Louis XV, le dauphin Louis-Auguste (futur Louis XVI) se marie, en 1770, avec une fille des Césars, petite-fille du Duc Léopold, Marie-Antoinette. Les Lorrains pouvaient voir, à juste titre, en elle, une noble descendante de Gérard d’Alsace. D’ailleurs, si son fils, Louis XVII, avait régné, celui-ci aurait été autant Lorrain que Français.

4) RLP : Pour ses 250 ans la Place Stanislas fait peau neuve. Que pensez-vous de la rénovation de ce patrimoine lorrain et mondial classé par l’Unesco ?

S.A.R. : Je suis toujours pour ce qui promeut une Restauration de la Royauté et permet aux Français de pouvoir se rattacher à leurs racines. Comme je le disais au cours d’une réponse précédente, les Français sont orphelins de l’Ancien Régime. On le voit bien dans les livres d’école, « à partir de 1789, les Français sont heureux… » Quid de la civilisation millénaire qui a précédé cette année fatidique ? Valoriser ce patrimoine français redonne des fondements censés à l’histoire de France et aux Français.

J. C-G. : On ne peut que se réjouir de cette métamorphose opérée, grâce à la Ville de Nancy, qui a fait là, véritablement un travail exceptionnel dans ce réaménagement. Classer ce patrimoine lorrain au patrimoine mondial est une très heureuse idée. Cette place ne représente pas seulement un art de vivre, un style architectural, elle est de même emblématique du Siècle de Louis XV, qualifié également de « Siècle des Lumières ». Les deux notions s’interpénètrent. Il est difficile, en Histoire, de faire des ruptures aussi tranchées. L’excellence de cet exemple montre la prédominance artistique de la France, dans ce milieu du XVIIIe siècle, qui est vraiment comme disait le poète Joachim du Bellay (1522-1560) : « la mère des Arts, des Armes et des Lois. » (1)

 

 

Otto_von_Habsburg_Belvedere_1998_c.jpg

© Photo ci-dessus (S.A.I. et R., l’Archiduc Otto de Lorraine Habsbourg) : yannsinclair.over-blog.com

 

5) RLP : S.A.I. et R., l’Archiduc Otto de Lorraine Habsbourg au cours d’une conférence à Nancy a dit : « La Lorraine a connu de multiples formes de souveraineté, de la Lotharingie à nos jours. Elle a vécu sous un nombre de drapeaux et néanmoins, elle est toujours restée la même. Elle a gardé son individualité, alors que d’autres villes et provinces l’ont perdue. Et surtout, elle a su harmoniser ses loyautés ; elle respectait sa tradition sans être infidèle à son présent. La Lorraine est une force d’intégration – c’est ce que ressentent les Lorrains qui, séparés depuis des siècles de la terre ancestrale, néanmoins lui gardent un souvenir fidèle qu’aucun événement ne peut détruire. C’est là un facteur qui crée des liens dont nous avons besoin alors que se poursuit pour nous la belle aventure européenne, qui donne son sens véritable aux sacrifices que ma génération a endurés et qui, en rétrospective, nous prouvent que rien n’est vain – et c’est nous qui sommes appelés à forger notre destinée. » Etes-vous d’accord avec ce point de vue ?

S.A.R. : Il est vrai que la Lorraine a souffert durant son histoire, mais elle en est toujours ressortie grandie. Elle a souvent changé de drapeaux, subie de nombreuses et longues guerres (guerre de Trente-Ans, guerre de 1870-1871, les Première et Seconde Guerres mondiales… ) où elle s’est retrouvée aux premières loges ; a eu une croissance économique, sans pareil, avec la sidérurgie, l’exploitation minière du charbon et du fer, ainsi qu’une agriculture dynamique. Aujourd’hui, si cet empire s’est effondré, le caractère trempé des Lorrains, tout comme celui des Alsaciens, l’a conduite à redresser la tête fièrement pour relever de nouveaux défis, avec l’arrivée du TGV-Est ou de l’industrie spatiale. C’est une des rares région de France, dont la richesse culturelle, issue de ses racines multiples et de la civilisation rhénane, est restée un atout.

YWCG46CAS7IX66CAWVG7ZBCAVU3DC6CANUVTBXCA7UI5MVCA4SO3O0CASODDS5CA3IYICECA869GL0CAT8D7XZCAJUZYJGCAHNA79TCA5NNXYRCAZFHEIGCAUIODF2CAO8K7XACAPWGG7WCAS0V9WBCALTSVEV.jpg

En tant que véritable trait d’union européen, la Lorraine a su tirer partie de toutes ces péripéties en prenant le meilleur de chacun. D’ailleurs, une des résultantes de cette formidable alchimie, n’est-elle pas un système de sécurité social excédentaire, en vigueur en Alsace-Moselle, et relevant du droit local ? Ce dernier devrait être généralisé à la France entière pour le bien de tous !

J. C-G. : C’est difficile de compléter ce qu’a dit l’Archiduc, il a fait le tour de la question. On ne peut être que d’accord avec ce qui a été dit. Cette fidélité des Lorrains s’inscrit dans le sang, comme dans le sol. Cela dit, cet enracinement se fait parfois au détriment d’une ouverture et d’une acceptation de ce qui peut venir d’une province voisine, voire de Paris. Les valeurs de la Lorraine sont liées à une notion très profonde de la fidélité qui fait l’essence même de cette nation.

© Jean Dorval, le 01/12/05, pour LTC Grand Reportage.

visite princière pour les 250 ans de la place royale à nancy,revue lorraine populaire de jean-marie cuny,rlp,jmc,jean-marie cuny,interview conjointe de s.a.r. le prince de bourbon-parme et de m,place royale,place stan,place stanislas,jean dorval pour ltc

 

 

 

 

 

 

 

Notes :

(1) Extrait du recueil « Les regrets »

(2) œuvre des sculpteurs Barthélemy Guibal et Paul-Louis Cyfflé (1724-1806)

(3) oeuvre de Jacquot, « prix de Rome »

Biographie :

1) « Week-end « Stanislas » à Nancy », article de Monique Raux, paru dans Le Monde, du 07/06/05

2) la conférence donnée par Monsieur Jacques Charles-Gaffiot à Nancy le 26 novembre 2005

3) les sites : http://encyclopedie.octopuce.qc.ca/ et http://www.ot-nancy.fr/

 

08/12/2009

L'ALMANACH AGENDA DES PAYS LORRAINS 2010 NOUS RACONTE L'HISTOIRE DES VIEUX CHÂTEAUX LORRAINS...

essai.JPG
"L'Almanach Agenda des Pays Lorrains 2010", d'Huguette MAX et de Jean-Marie CUNY (JMC pour les intimes...), nous conte l'histoire de quelques-uns de plus beaux châteaux de Lorraine. Notre région en a compté jusqu'à 730... Ce qui prouve son passé guerrier ! Il y a aussi à découvrir dans cette nouvelle mouture, comme d'habitude, nos traditions et quelques succulentes anecdotes de notre très belle province, au fils des jours, du temps qui passe... Unique !!!
------------------------
JD pour LTC Lectures.
------------------------
INFOS PLUS :
"Almanach-Agenda des Pays Lorrains 2010",
Editions L'huillier, 135 pages illustrés, 16€

04/10/2009

LE NOUVEL OUVRAGE DE JMC EST ARRIVE !

la lorraine gourmande.jpg

 

Le livre "LA LORRAINE GOURMANDE" vient de paraître... Son auteur Jean-Marie Cuny pour son illustration a reçu le concours du photographe Patrice Greff et de l'aquarelliste Odile Mélinette. JMC qui aime à conter SA Lorraine natale, en tant qu'ancien Chef Cuistot et Historien reconnu, commence ce livre par la plus ancienne des spécialités pour terminer par la plus récente. Son ouvrage est comme d'habitude de grande qualité, très complet, richement illustré. Il vous fait parcourir la Lorraine à travers une centaine de villes et villages où officient plus de 120 entreprises et artisans patissiers, confiseurs... faisant la richesse et la renommée du patrimoine culinaire et gourmand local. Un livre assurément à déguster sans modération ! Et rappelez-vous toujours qu'en Lorraine on a coutume de dire qu'un bon cuisinier vaut dix médecins !!!

JD pour LTC Lecture.

15/05/2008

LA REVUE LORRAINE POPULAIRE EST SUR LE NET !

1724175772.jpgOn ne s'y attendait plus, mais JMC (Jean-Marie Cuny) est sur le net. La Revue Lorraine Populaire (RLP) aurait donc désormais pignon sur rue dans le grand village planétaire ? Et bien contrairement à ce que l'on pourrait croire, et qu'on se le dise, la Revue était déjà diffusée en Lorraine et dans les Nouveaux Mondes via le support papier. Donc sa notoriété est plus classique, et c'est pour cela qu'elle sait durer dans le temps, fidéliser autour de thématiques locales, ayant un rayonnement international. Cependant, grâce à ce site, on va pouvoir faire connaître nos bonnes vieilles traditions lorraines un peu plus... Pour tout savoir JMC vous invite sur http://www.revuelorraine.fr/epages/RevueLorraine.sf

J.D. pour La Tour Camoufle

12/05/2008

LE 18 MAI 2008, TOUS AVEC JMC DANS LES PAS DE JEANNE D'ARC !

1604462657.jpg


Cette année, le 18 mai, aura lieu le traditionnel Pélé, allant de Domrémy-la-Pucelle dans les Vosges à Vaucouleurs dans la Meuse. Pour information, Domrémy est à 1h30 de Metz et le départ du Pélé se fera à 8h30, très précises, devant la maison natale de Jeanne d'Arc, en direction de Greux… En une seule journée, vous parcourez à peine 20 km. Une marche dans des conditions optimales pour les familles et les non-marcheurs. Vous aurez même le temps de découvrir un paysage et des villages immaculés, la Lorraine médiévale dans toute sa splendeur ! Une messe selon le rite extraordinaire aura lieu dans l'église de Champougny. Pour ce qui concerne le repas, il sera tiré du sac toujours à Champougny. Vous devez le prévoir, ainsi que votre vin à partager entre pèlerins pour entretenir une bonne ambiance ! Ce sera l’occasion d’entonner des chants de Pélé, style Paris-Chartres et scouts, en présence de la 3ème Nancy Europa Scout. Les commentaires et l’animation seront assurés par JMC (Jean-Marie Cuny) en personne. En effet, l’auteur de nombreux ouvrages sur la Lorraine est l’organisateur inconditionnel du Pélé depuis 1978. On fêtera donc le 30ème anniversaire cette année. A ne pas manquer ! Vous aurez possibilité de visiter, rapidement et gratuitement, le matin, la maison natale de Jeanne d'Arc. L’arrivée grandiose se fera à la Porte de France de Vaucouleurs pour 17h00, avec Salut au Saint Sacrement prévu dans la chapelle Castrale. Cette manifestation gratuite est accessible à toutes et à tous.

© Jean Dorval, le 12 mai 2008, pour La Tour Camoufle

Pour joindre l'organisateur :
Jean-Marie Cuny LE TREMBLOIS 54280 LANEUVELOTTE
Tél. : 03.83.20.67.22