Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

Les Promesses de l’Aube (1)

Les Promesses de l’Aube,

 

« À La Libellule aux larges Yeux... »

 

Insouciante

Gerbera-Rouge

Dont

Chaque Pétale

Rayonne

 

Fragile

Offerte

Aux Jours

Qui passent

 

Je suis perdu

Aux Landes

De ton Corps

Et au Ciel

De ton Miel

 

Rien

Ne compte

Plus

Rien

Ne peut

Exister

Sans ton Sourire

 

En Toi

Je trouve

Le Repos

 

Sur la Pointe

Des Doigts

J’explore ta Nuit

 

Enserre-moi

De ton Étreinte

Profonde

En Plénitude

 

Nos Mains

Confondues

De Lumière ciselée

Pianotent

Leurs Maux répétés

 

Les Promesses de l’Aube,

 

Pur-Ravissement

De Langueur

Ne menace point

De Tendresse

Jamais ne se lasse

 

L’Or Rutilant

Et Radieux

Des Cieux

En Offrande

Je dé-Robe

Pour ton

Seul Plaisir

 

Mon Absinthe

En Emprunte

Tes Lèvres-Vermeilles

Font tomber

Mon masque

 

Vouloir Élie-Libellule

Est un Aphrodisiaque

Pour un homme

Qui...

Mieux qu’un simple mâle

En éveille les Rêves

Trouve la Fève

Dans ses Trêves

Pour mieux

Glisser le long

De ses Bas-à-Soi

 

Au Jardin-d’Oronte

Abîme-Intime

De mes Vers

Et de mes Rimes

Dentelle d’Étincelles

Ton Regard sur l’enfer

Tes Maux si Familiers

Me rappellent

À chaque Instant

Que...

Pour l’Éternité

À tes Cotés

Ne devient pas Faust

Qui veut

 

© Jean DORVAL, le 11 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après les poèmes Ange d’Élie et A une Alouette de Percy Bysshe Shelley ; le recueil de poésie : Poèmes et Légendes, d’Henri Heine ; la chanson Magic des Simple Minds ; le roman Mrs Dalloway de Virginia Woolf ; La Damnation de Faust, op. 24, œuvre pour solistes, chœurs et orchestre d’Hector Berlioz ; et le film Le Docteur Jivago réalisé par David Lean

09/01/2018

La Plume en Amertume (1)

la plume en amertume,nuit bleue d’avril,le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00

© Photo ci-dessus : My-Définitions.com

 

« À la Libellule aux larges Yeux. »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Mon Adorable-Poison

 

Ces quelques

Notes de Piano

Me donnent

Le Frisson

 

L’Amertume

Des Jours

Qui passent

Me revient

En Ressac

 

Ma Fleur

Pleine de Fantaisie

Ton Parfum

Pénétrant

Tes Couleurs

Éclatantes

Me confondent

 

Argentés

Sont tes Doux

Rayons bleus

Ceux de...

Ton Clair-de-Dunes

 

Rien

N’est plus Singulier

Et plus Inattendu

Que de te Connaître

 

Tu es

Ma Patrie

De corps

Et d’esprit

 

La profonde

Émotion

Que je ressens

Pour Toi

Me délie de tout

 

Exubérante

Brise-Printanière

Tu me fais monter

Les Larmes

 

Les Eaux Vertes

De tes Yeux

Me rejoignent

À toutes Heures

 

Ta Blessure

Ne fait qu’Ouvrir

Au Vent

Mon flanc consentant

 

Tu mets

Des Baisers

Sur tes Morsures

Et les filets pourpres

De mes alarmes

Te répondent

 

A ton Sourire

Par Pitié

Laisse-moi mêler

Une Note

De Mélancolie

Afin de m’éviter

De devenir

Totalement Fou

 

Héroïne

En Cuirasse-d’Azur

Ondine

Sur le fil de l’eau

Tu me balances

Une longue

Vague à l’âme

 

Je joue

Avec l’Écume

De tes jours

Toi

L’Amer

Poison-Libérateur

 

Et de Loin

En Loin

Et si proche

À la Fois

Tu occupes

Tout mon esprit

Comme...

Un Doux-Tourment

 

Et si les Contraires

Sont faits

Pour se Compléter

Alors...

Je peux te confesser

Mon Amour

 

© Jean DORVAL, le 9 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le Concerto pour piano n°21, Andante, de Wolfgang Amadeus Mozart ; et le recueil de poésie d’Henri Heine : Poèmes et Légendes

 

08/01/2018

Nuit Bleue d’Avril (1)

nuit bleue d’avril,le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal

© Image ci-dessus : Wallpapers-xs.blogspot.ca/Blue-Butterfly-art-wallpapers

 

« À la Libellule aux larges Yeux. »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Ô Désir-Suprême

Les Yeux remplis

D’Alarmes

Je lève mon verre

À ta Robe de Pourpre

À ta Folle Jeunesse

 

Suivant l’Envol

Des Flamants-Roses

Au Large du Réel

Ne bouge pas

Quand je te recouvre

De mes Baisers

 

Le Doux-Désordre

De ta Robe

Enflamme

Mon Plaisir

 

Ton Châle jeté

Nonchalamment

Sur tes Épaules

Tes Rubans

Flottant confusément

Comme une Vague

En Victoire

Finissent

De me Déstabiliser

 

Ma Chrysalide

Tu délies

Le Temps

Tu te déploies

Au Vent-Taquin

Emportée vers moi

 

Deux Papillons

Valsent

Au-dessus d'un Pré

Montant tout droit

Dans le Firmament

 

Ils brûlent

Leurs Ailes

Par les deux bouts

C’est pour cela

Qu’ils ne passeront

Pas la Nuit

 

Immolés

Jusque

Dans leur Âme

Leur Mélodie

Sans Mots

Donne

La Chair-de-Poule

Ne s’arrête jamais

 

Une Étoile

Tombe

De son étincelante Demeure

C’est un Feu doux

Qui fait tressaillir le Cœur

Éveille la Félicité

Les Fleurs-Fanées

En reviennent à la Vie...

 

Ils se sont embrassés...

Ils se sont... embrasés !

 

© Jean DORVAL, le 8 janvier 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Notes : D’après, les poèmes : La vie à deux de Dorothy Parker ; Doux désordre de Robert Herrick ; À un jeune poète d’Edna St. Vincent Millay ; L'espoir est une chose Qui se perche dans l’âme et Deux Papillons d’Emily Dickinson ; le Concerto pour piano n°21, Andante, de Wolfgang Amadeus Mozart ; et les films : Out of Africa - Souvenirs d'Afrique de Sydney Pollack et Un Automne à New York de Joan Chen


07/01/2018

Le Tombeau des Insolents (1)

 

le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm

© Image ci-dessus : MonEtrangeVie.blogspot.ca/Noeud-d'Amour

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Jusqu’à ce que la Mort ne puisse pas Nous séparer...

 

Au Dernier Soir

De notre Vie

Ma Bien-Aimée

Ta Brise en Linceul

À ma Guise

S’écoule

En moi

Comme...

Un Torrent de Larmes

 

Ô Sang-Noble

Tu me vampirises

Tu perces

Mon âme

D’une

Lumière-Sibylline

 

Tu me retiens

Là où...

Le Chêne s’étire

La Chouette hurle

À l’Ombre

De notre Dolmen

 

Ta Robe

En Noces-Rebelles

Me ramène

Au Cœur du Grand-Cercle

Chaque Soir

 

Le Rose

De tes Joues

Fleurit sans Fin

Sans Fard

Et sans Secrets

 

Couché à tes Côtés

Dans le

Sombre-Tombeau

Qui est le nôtre

Je suis le Veilleur

D’Éternité

 

Chaque Nuit

Je suis

À tes Côtés

Pour te Réchauffer

 

Serré

Tout contre Toi

Je t’embrasse

Je t’enlace

Toujours

Avec l’Ardeur

Des Premiers-Instants

 

Toi Muette

Toi Froide

Toi si Blanche

Je ne peux y croire !

 

Je crie

Je frissonne

Je tressaille

Et je re-meurs

 

Ma Nébuleuse

Minuit sonne

Et Tu me conduis

Au Clair de Lune

Pour me faire Danser

 

Nous sommes

Tous les Deux

En Fosse-Commune

L’Un dans les bras

De l’Autre

 

Rien

Ne peut

Nous séparer

Puisqu’Ensemble

Nous remontons

L’Au-Delà

Poursuivis

Par des Guirlandes

De Feux Follets

 

Au Tombeau

Des Insolents

Nous sommes

À jamais Jeunes

Sur l'Horizon

Noir-et-Blanc

 

Prends ma main

Nocturnal-Me !

Et guide-moi !

 

La Nuit est calme

Sur l’Ile de Mona

Dans le Jardin d’Épona

Deux Amants errent

Solitaires et Muets

Une Serpe d’Or

À la Main

 

Le Rossignol Chante

La Lune Brille

Et La Mort

Ne trouve rien

À y redire

Car...

L’Immortalité l’a vaincue !

 

© Jean DORVAL, le 05 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : D’après le recueil de poésie, Poèmes et Légendes d’Henri Heine ; et les chansons Lovers On The Run et Nocturnal Me du groupe Echo & The Bunnymen

03/01/2018

Un Papillon sur l’épaule (1)

Un Papillon sur l’épaule,

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Au splendide

Mois qui me plaît

Quand les Bourgeons

Rompent l’Écorce

Mon Amour

S’épanouit

Dans ton Cœur

 

Au splendide

Mois qui me plaît

Alors que...

Tous les Oiseaux

Commencent à Chanter

Je te confesse

Tous mes Vœux

Et mes tendres Désirs

 

De Larmes de Joie

En Fleurs brillantes

De Soupirs

En Chœur de Rossignols

Toi qui m’aime

Je t’offre

Mes Fleurs-des-Chants

L’Onde de mes Heurs

 

Au Soir

Des Grandes Étendues

Je m’en remets

Au Printemps

De ta Robe bleue

 

Lorsque le Vent

Brasse tes Cheveux

Maîtresse-Brune

Je baise ta Bouche

Et je me sens guérir

 

Appuie ta Joue

Sur la mienne

Pour que nos Pleurs

S’allument

Comme des Huiles-Saintes

 

Presse ton Cœur

Contre le mien

Pour que nos Battements

S’étreignent

En Une Unique-Flamme

 

Ma Grammaire

Dans tes bras

Je meurs

Autant de Fois

Qu’il le faut

 

Ma Lucarne dorée

Sous

Les Claires-Étoiles

Notre Serment

Est si doux

 

Tends

Ta Bouche-Rose

À mes baisers !

Que ton Visage

Goûte à la Pourpre !

 

Malice

Ô Pays des Merveilles

Ton Apparence

Me réchauffe

En Vérité

 

Mon Papillon sur l’épaule

Tout ce qui se passe

Sous le Ciel

Avec Toi

Me mène

À ta Mer de Tranquillité

 

© Jean DORVAL, le 1er janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après la chanson Bombers Bay du groupe Echo and The Bunnymen ; le recueil de poésie : Poèmes Et Légendes, d’Henri Heine ; et le poème : La Chanson d’Amour de J. Alfred Prufrock, de Thomas Stearns Eliot

29/12/2017

Comme un débutant (1)

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

A Fan BingBing, actrice

 

Comme un débutant

Face à Toi

Portrait-Interdit

Je suis

Toujours maladroit

 

China-Girl

À la Sensualité-Énigmatique

Mes lèvres jusqu’au sang

Tu mords

 

Tes Jeux

Sont mes Maux

Frêle-Mousseline

Tu me Peace

& Love

 

Je te suis docile

Comme un cil

Glissant

De tes Yeux-Dieux

 

Ô Torrent-Ravageur

Je me perds

Dans ta Bouche

 

Mon Trémolo-Mandoline s’agite

Tout doucement

Puis lentement

 

Laisse-moi

Au gré du Moment

Porté par

Ton Courant-électro

Ravir l’Avenir

 

L’ivresse de Toi

Me fait boire à ma faiblesse

Je suis le bourreau de tes Désirs

Je souffle sur ta Lampe

Pour mieux la rallumer

 

Vivons-Nous

Pour Tout Nous dire

Sans jamais Tout Vivre

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

Ta Note-Orientale

Jaune-Brun

Benjoin de Siam

Me déconcerte

 

Ma Chambre-d’Hôte

J’écoute pleurer ta Joie

Depuis ton Bassin

D’Or, de Pourpre et d’Hyacinthe !

 

Muette-Rengaine

Tu exhales

L’œuvre de mes doigts

En fines Liqueurs

 

Sirène des Récifs-Passifs

Nos Débauches

Sont des Preuves

De Certitude

 

Le Poète

N’a qu’un seul Parti-pris

Le tien !

Ton Hiver me tient si... chaud

 

Poème épique

Qui tombe

À Pique

Je succombe

En Hécatombe

 

Liesse-Compagne

Pleurant et Chantant

Habilleuse de nos Nudités

À La Cité Interdite

Tu me conduis

En Démesure

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

J’embrasse ta blanche Nuque

Tes Lèvres rouges

Ton fier Visage

Ton Amour effronté

 

Tant de Fois

J’ai supplié

Tes Grâces

Mon Brame

Pour Toi

Me taraude

 

Caravane

De Soieries-Intimes

Miel

En goutte-à-goutte

Je bénis Cupidon

De t’avoir provoquée

 

Au milieu

De ta fuite

En avant

Je me morfonds

Je tutoie

Tes Lèvres-Gourmandes

 

Ce qui chez Toi

A enchanté mes Yeux

Dès le Début

Me dévore désormais

En Cata-Strophes

 

Je puise

À tes Baisers de Satin

Ô Étoile hâtive du Salut

La Noire Perle

De nos Vers

En Névrose

 

Dame des Silences

Tourmentés

De ma Mémoire-Affective

Livrée à mes fiers appétits

Accorde-Nous la Tourmente

 

À la Vie, à la Mort !

Ô Élévation !

Je t’ai pour Maîtresse

 

Serpent-Inspiratrice

De mes nobles supplices

Danse en moi

Sans discontinuité

Équaliseur de ma Bande-Song

Avec la Compassion et l'Art du Guérisseur

 

© Jean DORVAL, le 27 décembre 2017, pour LTC Poésie

 

ltc poésie.jpeg

Note : (1) D’après les chansons Just For Now d’Imogen Heap et L'eau À la bouche (b.o.f. l'eau À la bouche) de Serge Gainsbourg ; la BO du film The Holiday réalisé par Nancy Meyers ; et le film Le portrait interdit de Charles de Meaux

 

24/12/2017

Ma Ciguë (1)

  

ma ciguë,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm,un été au cpm !

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Ma Ciguë

Le Poison lent

De ton Amour

Me régénère

 

Moi

Qui étais Apatride

En ta Présence

J’ai enfin

Retrouvé

Une Bannière

 

Dans tes Bras

Ma Mère-Patrie

Je suis le...

Dormeur du Val

Ressuscité

 

Sans petits Jeux

Au Jeu de hasards

Tu m’inities

Sans contraintes

 

Douloureuse-Douceur

Tu infuses en moi

Venin-Absinthé !

 

Au Seuil

De l’Éternité

Ton Regard Menthe-Poivrée

Me lie à l’Envie

 

Quand l’heure

Des Voluptés sonne

Tu voles mes nuits

Et fais mourir mes jours

 

Ma Fleur-Indolente

Ton sein

Qui

Me réconcilie de Tout

M’abreuve

De ton Insolente-Nature

 

Et connaissant

Mon heur

D’un Air vainqueur

Tu distilles

Tes Liqueurs

En Arabesques-tactiles

 

Tout

Contre Toi

Je me laisse

Aimer

Arrimer

 

Ton Mont de Vénus

Me fait pleurer

Je trouve Refuge

Dans ton Bassin

Porté par le Lit

De ton Torrent

Comme...

Un Migrant-Affectif

 

Belle-Auxiliaire

De l’Amour

Je t’aime

Et je n’ai plus peur

De m’égarer

Dans ton Sillage

 

Je souffre d’Aise

De brûler

De Toi

À toutes Heures

 

Mignonne

Ton Ventre

En Attente

Me tente

Tu es

Ma Base

Mon Essaim

Ton Goût suave

Annule

Tous

Mes mensonges

Annonce

Ma victoire

 

Là où l’Oiseau

Accomplit son Chant

Se parfait le Poème

Deux Nuits s’y rejoignent

Deux Désirs s’y mélangent

Le poète chante

La Muse se pâme

Ainsi

Le Poème regarde le Poème

Droit dans les Vers

 

© Jean DORVAL, le 21 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ; et les chansons de Serge Gainsbourg Parce que et L'eau à la bouche

 

 

20/12/2017

Sauvage-Fahrenheit (1)

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

A la Nuit de l’Ode

Il pleut des cordes

Sur ma Guitare

Là où tes Étoiles

En Gerbes

Sont en Suspension

 

Cherchant

Ta Clé des Chants

Je fusionne avec...

Ton Feu mouvant

Vibrant, versicolore

 

Tes Parfaits Accords

Scintillement d’Astres

Et de Pierreries

Me font dériver

Vers ta Corolle d’Églantine

 

Au Sommet

Des Grands Arbres

Je veux t’embrasser

La tête à l’envers

Ton Visage

Entre mes mains

Et butiner le Miel

Des Abeilles Roses

 

La Lueur soudaine

D’un éclair

Comme surgi de l’ombre

Tétanise

Le Contour de tes Hanches

Stroboscope à la Nina Hagen !

 

Laisse-moi couler

Avec Toi

Selon ta Pente

Tantôt rapide

Tantôt lente

Lacis

Imprévisibles

Foisonnements

De Possibilités

 

Instruis-moi

Du Plus-que-parfait

Et de tes Gages en dépôts

Qui me tentent tant

 

Violine Pop’Art

Point-de-Fusion

En confluence

Ton Verre-Acier

Marque ma peau

Oscillation...

Fahrenheit 2552 et 2732 !

 

Grey Flannel

À la Feuille de Violette

Sort sa Lyre de Fragrances

En Vert-Jasmin

Et Chèvrefeuille

Déjanté-Punk !

 

Sauvage-Blues

Tu es mon Talisman

En Bleu-Pétrole

Overdose vitale

De Noble Brutalité

 

Fraîcheur juteuse

De Bergamote Reggio (2)

Boisé chauffé à blanc

Ambre gris minéral

Musqué, animal

Tu m’étourdis !

 

Et parce que Tu as

Les Yeux Verts

Tu élèves l’homme

Qui est en moi

 

Mes Vers-Nourrissants

Dévoilent nos Péchés

Nos Langages-Codés

A chaque Coup-Mutin

Mes doigts lutins

Révèlent ton Butin

 

Sous tes Jupons-Huppés

Le chaud Tissu imprégné

De la douceur de ton Corps

Frémit sous mon doigté agité

Ton labyrinthe impudique

Se laisse alors fleurir

 

Adieu ma Bien-Aimée

Puisque

Je te revoie de suite

Je t’aime de Jour

Comme de Nuit

 

Venise Ô Délice

Nous contemple

 

Rêveur en apesanteur

Suçant le frêle silence

De ta Bouche

Ton Goût captivant fourmille

Le long de mes lèvres

 

Ô ma Cité

Je suis saoul de ton Sang

Qui coule dans mes veines

Ton irrésistible

Rouge à lèvres

Me transporte en hypnose

Et m’entraine

Dans tes Battements de Cœur

 

Je veux par mes Baisers

Élever tes Nuits-Fauves

Là où les Hirondelles

Se rejoignent

Pour se donner la Béquée

 

Au coin

De notre Chambre

Malice

Ô Pays des Éveils

Ma Chartreuse

Qui se pâme

Ton Lac de Côme

Me transforme en Stendhal

Épris de Toi seule

 

Je reviendrai toujours

Dans ce décor

Qui est le tien

Vibrant Opéra-névrotique

 

Ô Ventre-Papillons 

L’air brumeux, grelottant

Me pousse à te réchauffer

Comme un Refrain

 

upside down 

Pour que renaisse

Toujours Notre Amour

Il faut qu’il meure

Chaque Jour

 

Ô Native Mutine !

Fille-Sacrée

Du Roi des Soleils

Je meure de plaisir

Touché par ta Loi

En plein cœur

Tu es ma Gourde

Dans ma traversée du désert

 

Au nom de ta Rose

Je fais fleurir

En Toi l’Été et l’Hiver

Ta chaude Jeunesse

En Couverture

Devient

Mon orgueil triomphant

 

Semblable à un Dieu païen

Tu me sacrifies

Ton meilleur Vin-Amant

Ta Jarretière carmin

Guident mes soupirs

Au Pont de ton Âme

 

Sous

Ton petit Soutien-gorge

Timbre-poste

Vert-Transparent

Deux Connexions

Me tourmentent

En Coloc

 

J’ai envie

De Taquiner

Tes Grains de Beauté

Aux Confins de ta Peau-ésie

 

À l’envers du Décor

Donne-moi la Main

Pour ne plus plonger

Que dans...

Nos fièvres brûlantes

Nos fièvres hurlantes

 

Ma Courtisane

Tes noirs Sourcils

Je les parcours de mes cils

Je suis ta Fontaine de Vie

Aux Sanglots longs

Jamais monotones

 

Sultane

Sur son Divan

Épanouie

Je te récite par cœur

Comme un apprenti

 

Ô Purgatoire langoureux

Ô surprenant Jardin

Sur ton ventre chaud et rond

Je m’isole du Monde

 

Je baise ton Front

Tu mords mes lèvres au sang

Le Fer rouge de tes Ongles

Me fait frissonner

 

La Balance d’or de ton Bassin

Libérateur de mon plaisir

Et du Tien

Reste un déluge de Justice féline

Dans un Champ de blé mur

 

La Fleur de la Rose musquée

Ne dure qu’un jour

Mais...

On ne peut l’oublier !

 

© Jean DORVAL, le 16 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Notes : (1) D’après : la Sonate pour piano n°16, en la mineur, D. 845 (opus 42) de Franz Schubert ; les trois chansons de Johnny Marr, l’ex-guitariste du groupe The Smiths : Candidate, This Tension et The Messenger ; la BO du film Upside Down, le film romantique de science-fiction réalisé par Juan Diego Solanas ; le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ; et les deux fabuleux parfums au masculin de la Maison Dior : Fahrenheit créé par Jean-Louis Sieuzac et Michel Almairac et Sauvage composé par François Demachy. (2) De Bergamote Reggio di Calabria

 

14/12/2017

L’Amuse-Violoncelle (1)

 

l'amuse-violoncelle,nuptiale insomnie,solaire-ballerine,chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune

 

À la Libellule aux larges Yeux

(Elle se reconnaîtra...)

 

Le Ciel plein de Soleil

Pèse sur la Terre

La chaleur augmente rapidement

Ta Peau nue se gorge de Lumière

J’ai chaud...

 

La Campagne alentour

Transpire

À travers les lignes de cyprès

Menant aux collines

Qui embrasent l’horizon

 

Cette Terre rousse et verte

Aux rares maisons dessinées

À deux pas de la Mer Tyrrhénienne

C’est l’Italie !

C’est mon pays !

C’est aussi le tien !

Toi, ma Moitié qui est Tout !

 

Aujourd’hui

Le Soleil

Déborde de toutes parts

Fait tressaillir le paysage

Monte à son point culminant

 

La Campagne bourdonne

De chants d’insectes

Et dans le crépitement de l’herbe

Les Fleurs-d’Icare sauvages

Distillent leur rayonnement parfumé

À s’en brûler les pétales

 

Tu es là insolente et pulpeuse

Allongée sur une chaise longue

À coté de la mienne

Tes Jambes contre mes jambes

La sueur coule sur mes joues

 

Ce sont les beaux jours

Et Tu ris

Sur le quai de nos Attentes

 

Toi ma Brune-Allumette

Je ne veux plus jamais

Que Tu te revêtisses

 

Ton drap de bain blanc sur les épaules

Tes cheveux lavés

Tes cheveux lâchés

Tes cheveux en arrière

M’ont fait rayer mon Vinyle

 

Que Tu es belle mon Sourire

J’ai envie de lécher ta Peau salée

 

Flanc à flanc avec moi

Tu m’avoues

Que je ne t’ai pas embrassée

Depuis ce matin

 

Que c’est bon

De te retrouver

De te savourer

De prendre le Temps

De te Vivre

 

J’ai faim de Toi

Comme un paysan

Adore sa Terre

 

« Viens dans l’eau ! », me dis-tu

Nous courons pour Nous étaler

Dans les premières vaguelettes

 

Tes jambes

Enserrent mon torse

Affectueusement

Et je te désire

 

Je serre les dents

Je ferme les yeux

Je me tends

Tout entier vers Toi

En t’enroulant

Dans le ballet du ressac en bataille

 

Le Soleil

Déverse un Triomphe de Feu

En ivresse opaque

 

Chaque épée de lumière

Jaillit du Ciel

Réchauffe

La surface de l’eau

Qui en bout presque

 

Sur la plage-miroir

Le sable est éblouissant

Les coquillages blanchis

Le halo aveuglant de ta bouche

Me brûle

Dans l’écume des assauts de Neptune

 

Tu es recouverte

De poussière de Mer

Et je me consume

Dans ton Brasier d’embruns

 

Non loin de là

Une chute d’eau fraîche

Coule derrière les rochers

 

J’ai envie d’y retrouver

Son mur d’eau

Le murmure

De notre effort plaintif

 

Au passage des oiseaux

La rencontre des nuages

M’entraîne, m’enchaîne

À ton Serment

 

J’essuie

La sueur de mon front

Et celle qui perle

Gracieusement

Autour de ta Bouche

 

En t’embrassant

Je reconnais

Tous les Bruits-Familiers

De ta Respiration

 

Les yeux fermés

Je recompose

L’itinéraire d’aveugle

Avec lequel

Chaque fois, je parcours ton Corps

En te menant sur la lande sablonneuse

 

Le Partage des Innocents

Nous poursuit

Jusqu’à la banquette arrière

De Ta voiture rouge

Garée dans une pente...

J’ôte le frein à main !

 

Nous avons le visage

Recouvert d’étoiles de sel

Une sirène hurle

Dans le lointain

 

La merveilleuse Paix

Celle du Vin Demoiselle

Rafraîchit nos tempes

L’été endormi

Entre en Nous

Comme une Grande Marée silencieuse

 

À ce moment précis

Sur la route de ta Soie d’échine

Je tire le Fil d’Ariane

Qui me perd

Dans ton Labyrinthe-aux-Papillons

 

Nous sommes prêts

À tout revivre

Juste pour LE vivre

Une nouvelle fois

Libérés, purgés de tout mal

Remplis d’espoir et de minéraux

 

La Pluie tiède tombe

Tu portes ta Nudité à merveille

Celle de notre Première-Rencontre

Es-Tu contente de me voir ?

Donne-moi la main

C’est notre Anniversaire !

 

Alors comme par défi

Tu remets ta vieille chemise de coton usée

Puis, t’approchant de moi

Féline-Câline

Tu m’invites à souffler à Deux

La Bougie de nos Un An

Je rêve de mourir sur ta Scène

Dans un Baiser

Le Cœur toujours en Alerte

 

© Jean DORVAL, le 14 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après la Sonate pour piano n°16, en la mineur, D. 845 (opus 42) de Franz Schubert ; le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ; le roman L’étranger d’Albert Camus ; et l’écoute de l’œuvre musicale de Johnny Marr, l’ex-guitariste du groupe The Smiths

13/12/2017

LTC POESIE ANNONCE...

jd b.JPG

Jean Dorval, poète lorrain, sera en séance de dédicace, lundi 18 décembre 2017, de 15h00 à 20h00, à l’Hôtel Ibis Styles Metz Centre Gare, 23 Avenue Foch, à 57000 METZ. Il y présentera son cinquième recueil de poésie :

837307_LCL_C14.jpg

Renseignements :

Téléphone : 03.87.66.81.11

& AccorHotels.com/Ibis-Styles-Metz-Centre-Gare

Jean Dorval est édité par :

Edilivre.com et LaTourCamoufle.HautEtFort.com

ediltc.JPG

03/10/2017

Place de Chambre (2)

place de chambre,nuptiale insomnie,solaire-ballerine,chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune

 

À la Libellule aux larges Yeux

 

Dear Milady

 

Dans cette Mansarde

Place de Chambre

Je m’allonge

À vos Côtés

Face à l’œil-de-bœuf

D’où filtre l’Appel

De votre Grand Large

 

Votre Bouche

Où se noie mon cœur

Reste l’Abîme

De ma Langue Natale

 

Votre Eau de Source

Votre Courant-Sensuel

Libres et rapides

Restent mes Transports

Amoureux

Et Langoureux préférés

 

Vous

Mon bon Plaisir

Et ma Gloire

Je Vous offre

Mes Rimes

Comme on dégaine

Sa Rengaine

Un Jour d’Aubaine

 

Et au plus haut

Du Ciel

Ma Chère

Votre Robe

Où l’Aube transparente

Se reflète

Et où

Votre Âme s’épanouit

Reste un Poison Libérateur

Provoquant entre Nous

Une Petite Mort

Bien méritée

 

Ombre-Vénus

Vous me poussez

À soulever

Hardiment

Vos Jupons

Pleins d’Atmosphère

Sans en avoir l’Air

Et à Vous regarder

Droit dans les Plis

Jusqu’à vos Dessous chics

 

Vous la Berceuse

Au Giron vainqueur

Vous échauffez

Mon Cœur de Lion

Et réchauffez

Mon Heur Templière

En Croisade Sentimentale

 

Ô Reine de nos Péchés !

Ô Grandeur Sublime !

Ô Femme !

Je respire l’Émosphère

De votre Chevelure

Et je pars en vrille

 

Abîme-Mystique

Qui me place

À deux doigts du doute

Et me pousse à la dérive

J’adore le Souvenir

En Renouvellement

De vos Épaules Nues

Vos longs Enlacements

Me délivrent

Me délient

Et finalement me lient

À Vous

 

Que Vous êtes Belle

Dans ce Rêve

Éveillé, partagé

Vous le Temple idéal

Où vont toutes mes Prières

Pour que l’Amour

Triomphe toujours

 

Les Chants

De nos Espoirs

Sont les plus beaux

Extase-Finale

De nos Cris de Joie

En Apesanteur

 

Mon Immortelle

Au Ventre

En Danse Charmante

Vous me subjuguez d’Infini

 

Vos Larmes-Fatales

Ô mon Doux-Bourreau

Me poussent

Au Désir Coupable

 

Dame d’Atour

Je souffle sur votre Lampe

Afin d’allumer

Le Grand Jour

 

Et au Soupir

De la Flûte de Pan

Vous déversez

Votre Printemps

En Suaire de Nuages

En Célestes Rivages

 

Ô mon Destin

Tête-à-tête Insatiable

Et avide d’Espérance

Comme un Vaisseau

Vous prenez le Large

Dans le Miroir

Du Temps qui passe

En réaffirmant mon Espoir

 

Alors

Je dévore vos Seins

Comme un Plaisir Clandestin

Qui me mène

À toutes vos Bénédictions

Tel un Condamné

À Vivre

Un Irrémédiable Bonheur

En Vous, et Vous seule !

 

© Jean DORVAL, le 26 septembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(2) D’après les chansons : The Sea de Morcheeba (1998), You're the Best Thing About Me des U2 (2017), et Station 13 d’Indochine (2017) ; et le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire (1867)

20/09/2017

Nuptiale Insomnie

 

À la Libellule aux larges Yeux

 

Milady

Il n’est de jours

Qui vaillent

D’être vécus

Plus beaux

Que ceux que je vis

En ce moment à vos Côtés

 

Ô combien

Je songe

À ces Instants

Bénis d’Éternité

À toutes ces cloches

Qui sonnent

Dans ma tête

Comme un Air de Fête

Quand je suis avec Vous

 

Mon Héroïne

Qui me prive

De toute tranquillité

Vous occupez

Mon Esprit

Comme un mal nécessaire

Aigu et soudain

Et dont on ne peut guérir

 

Je ressens

Pour toujours

Au plus profond de moi

Un souffle de Vie

Un souffle de Vous

 

Votre immense Tendresse

Votre Bonté d’âme exemplaire

Emplissent mon cœur

D’une fièvre tropicale

Bordent mon coeur

D’une intime moiteur

 

Ma Compagne

De corps et d’esprit

Vous le provoquant Bouleversement

Qui m’est si cher

Vous réveillez la Petite Musique

Et le sonnet qui jaillissent de moi

À tout moment

 

Le Jour nouveau

Est arrivé mon Amour

Comme le Vin de l’Espoir

Celui de l’Allégresse

Revenue

Et mise à nue

 

Ma Connivence

Avec Vous

Ensemble, Nous !

Je sens que tout va changer

Je suis enfin ce que je savais

Je vois le Ciel si Beau

 

Madame

Il faut Vous aimer

Savoureusement

Comme

On allume un Flambeau

Comme

Un cœur bat la Chamade

 

Je Vous veux Immortelle

À flanc de colline

Telle une Vigne grimpante

Qui m’enserre de tout son Être

 

Je me consume

Toute la Nuit

Pour votre Visage

Où je me perds

 

Je suis prêt

À tout conquérir

Car Vous m’éclairez

D’une Lumière

Plus irradiante

Que celle de l’Univers

 

Ma Tourmente

Mon rêve

En résonnance

Partout

Vous m’amenez

A votre Corsage

En Chanteur

 

Comme un mercenaire

En Love-Campagne

Je pars à votre Conquête

Je pars à votre Reconquête

 

Je suis le corset

Qui remonte votre Poitrine

Comme deux mains

En balade

Comme deux mains

En aubade

 

Je me promène ainsi

En complainte heureuse

Par toutes vos étoiles

Votre Ciel m’électrise

Cent mille fois

Oui, je le jure !

 

Vous le Miel des Sens

Je Vous rêve

Je Vous respire

Vous me faites

Mourir d’Amour

À feu doux

 

 

 

Pour Vous

Je suis le Gardien de la Mort

Pour Vous

Je suis le Veilleur de la Vie

 

Et puisque

Je ne peux vivre

Sans Vous

Diane pécheresse

Je cours

Je cours toujours

Vers Vous

Mon Galant-Équipage

Vers

Le Temps qui passe

Vers

Votre sublime Tombeau

Vers

Vos Voluptés grecques

Ô palpitante

Horloge-Biologique !

 

Tout commence Ici

Voilà !

Je suis le feu follet

Le naufragé

Du silence

De vos respirations

Et Vous expirez

Tous les Génies de la Création

En une seule fois

 

À chaque soulèvement

De votre poitrine

Je me régale

De votre souverain Sourire

Je ne peux

M’en éloigner sans pâlir

 

Vos Faveurs

Me rendent plus juste

Vos Faveurs

Me rendent Tout

Vos Faveurs

Me font enfin revivre

 

Grâce à Vous

Le Vent de mes prières

S’intensifie

 

Grâce à Vous

Je ne crains

Plus rien

 

Vos yeux

Vos lèvres

Ma Reine

Je ne peux

M’y soustraire

Sous peine

D’étourdissement

 

Comme l’Ouragan

Emporte tout

Sur son passage

L’Amour vrai

N’a que faire du rang

Et de la fortune

Il ne se contrôle pas

 

Pour un seul

De vos Baisers

Je suis prêt

À tout perdre

Je suis prêt

À tout quitter

 

Ô mon Clair de Lune

La chouette

Qui hurle

Annonce

Notre Symphonie

Du Nouveau Monde

En Ouverture

 

Bonne Nuit

Mon Amour

Qui ne peut

S’apaiser

Je voudrais

Être l’Oiseau

Porteur

De tous

Vos Messages

Porteur

De tous

Nos Présages

 

Mon Alcôve

À chaque

Tombée de Nuit

Je descends

Pour mieux

Mourir en Vous

Ô Douceur !

Ô Minutes heureuses !

 

Je me meurs

De lire vos mots

Je me meurs aussi

De les entendre

Le lever de rideau

Vous appartient

Votre Robe

Est mon linceul

 

Sonnez trompettes !

Roulez tambours !

 

Notre Amour

Sourit à la Vie

En battements

De Coeur

En battements

D’Elle

 

Le Lit Nuptial

Devient alors

La Table

De tous

Nos Sacrifices

Une Offrande

À sang pur sang !

 

Ma Passagère

Vous parez ma volonté

De tous vos Bienfaits

Dans vos Bras

Ma pauvreté disparaît

 

Vos Hanches amoureuses

Votre Dos et vos Seins

Votre Morsure et vos Baisers

Me donnent

Un avant-goût de la Soie

 

Votre Âme

Plus vaste que l’Océan

Héroïne

De la Fin des Temps

Mystère-Païen

D’éternelle-Intensité

Honore ma Nuit de Roy

Comme

Un Trésor d’Intimité éclos

 

Milady

Je suis le Chemin

Le Voyage Initiatique

La part de l’Autre

La vôtre !

 

Vous

Le Bouquet final

En Petite Mort

Le Soulier de Satin

En Grande Joie

Révélant

Mon Génie-Créateur

Et mon Destin-Flamboyant

Je Vous respire

Avec l’Ivresse

Et la lente Gourmandise

De l’Amant

D’un Corps adoré

D’une Âme exquise

Dont moi seul

Sait cueillir

La Couronne de Fleurs

 

© Jean DORVAL, le 21 août 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après les musiques Theme et The End du film Shakespeare in Love de John Madden (1998), la chanson Station 13 d’Indochine (2017), et Les Fleurs du Mal de Baudelaire (1867)