Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2020

Ferme les Yeux (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Ferme les Yeux

Laisse-Moi

M'Imprégner en Toi

Buvard-bavarde Paralysée

Qui Boit ma Ciguë

Jusqu’à la Lie

Sans Pouvoir Lever l’Encre

 

Détends-toi

J’Embrasse ton Portrait

Trait-pour-Trait

Le Jeu-du-Miroir

Interprète tous mes Prétextes

Interpelle tous mes Réflexes

 

Ma Reine, mon Etoffe

Qui M’Empresse

De Près comme de Loin

Je Prends le Temps de t’Observer

Je ne peux Sortir

Que par tes-Yeux-Libellules

 

Au Pied de la Vallée

Au Pied des Falaises

Le Long-du-Rhin Sombre-Mystérieux

Quand les Oies-sauvages Décollent

Je Pense à Toi, Ô Balafre de Joie !

 

Aux Champs-de-Fleurs

Ce Soir de Lune

Mon Talent-d’Achille

Tu Captes les Rayons-du-Soleil

Rayonnes de toute ta-Beauté

Je suis Alors ton Rimbaud-Warrior

 

© Jean DORVAL, le 1er juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après les Morcifs : Chanson Rock With You de Michael Jackson ; Talk by Coldplay ; Mano Suave de Yasmin Levy & Natacha Atlas ; Cuban Overture et Rhapsody In Blue de Gershwin ; Crush by Garbage ; et Ready to Go by Republica

Vos Secrets… [by Mallarmé]

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

"(…) J’aimerais

Etre à qui le destin réserve vos secrets. (…)" (1)

 

(1) Hérodiade par Mallarmé 1914, 8e édition

21/05/2020

Le Nombre d’Ailes (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

L’Echo des Matines-câlines

Résonance Parfaite

Gorgée de Vers-Tiges

Décolle vers sa Plage

Comme Nombre d’Ailes

 

Elle Prend la Pose

Vêtue d'Ecume de Mer

Sa Peau-ésie dentelée

Ses Seins en Ambassade

Embrassent le Vent sablé

 

Pris dans sa Tourmente

Il Dégrafe son Corps-Sage

Dépose la Main sur son Cœur

Tente de Compter

Entre ses Deux-Tétons

Tous les Papillons Multicolores

Qui s’Evadent vers le Large

 

Elle Pénètre son Ame

Le moindre de ses Atomes

Lui Appartient

Sa Voie-Lactée Brûle son Etoile

 

Sa Presqu’île Magnétique Consacrée

L’Envole dans le Sens Contraire

Des Aiguilles-affolées qui se Montrent

Exil-Volontaire qui le Conduit

Tout Droit dans ses Bras

 

Elle Tourne sa Tête

Il Aperçoit ses Yeux

Comme un Frêle-Oiseau

Elle s'Installe

Sur les Branches de son Esprit

 

Il Plonge dans son Regard

Des Matinales à la Tombée de la Nuit

Face-à-Face Silencieux-Agité

Durant lequel Il ne lui Faut

Que quelques Secondes

Pour Construire un Toit pour Deux

 

Il l’Aime en Lampe-Tempête

En Ouragan incontrôlable

En Vagues Folles montant à l’Assaut

De ses Côtes-d'Armor

 

© Jean DORVAL, le 21 mai 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après le Poème La Chanson du Mal-aimé de Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) ; et les chansons : L'amour by Bon Entendeur vs Mouloudji, Come Closer by Guts, Lujipeka & Lorenzo ; et Old Swan by Mark Lanegan

20/05/2020

Eliyahu (1) (2)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

Eliyahu la Chantée

A la Ressemblance

D’un Bel-Orient qui Balance

Matin-Satin scintillant

Qui Elève, Relève, Révèle

 

S’Etirant jusqu’au Soir

En Demi-Lune recroquevillée

Son Ombre Vient à sa Rencontre

Remplit ses Yeux de Désir

 

Elle Couvre ses Vagues-à-l’Ame

De Cris-magnifiques

Au Tournant de sa brûlante-Ruelle

Epouse-royale Caressant son-Nombre

Enfer dans lequel, Il se Tréfond

 

Ô Sœur-Lumineuse

Bateau-ivre qui le Coole

Ses Baisers le Font Roi

Réchauffent leurs Corps-Blancs

Corps-Beaux Voyageurs

 

L’Aube du Printemps-Galant

Faiseuse de Ciel roses-Plis

Invite Mars et Vénus dévêtus

A s'Embrasser à Bouches-folles

Sous la Prose qui danse-Nue

 

Hürrem Guide le Sultan

A la Lueur d'une Chandelle

Ses Baisers-Florentins

D’une Saveur-impertinente

Parfument d’Etoiles l’Effet de Moire

Morsure aux Premières-Fureurs

 

Cœurs et Ames sur le Pont-des-Soupirs

Le Ciel s'Ecoule par Eux-Deux

Au Tonneau des Danaïdes

Candides, Ils n’Oublieront Jamais

Ce Vol de Colombes qui vers le Soleil Sème

 

Ces Immortels Chaque Nuit au Flambeau

Ouvrent la Porte à leurs Démons-Volontaires

Le Son-éperdu de leur Violon-Tzigane

Vacille Lucioles, Tremble Vents-contraires

Vogue Cygnes mourant de Plaisir

 

Ardente-Lyre qui Brûle son beau-Mourir

Elle Apprivoise les Feux-Follets verts

Au Vœu de son Echine-Badine

Sa Musique d’Infernal Zigzague

Sur le Fil d’un Couteau chauffé-à-blanc

 

© Jean DORVAL, le 20 mai 2020, pour LTC POésie

 

(1) Eliyahu ou Élie est un nom théophore, comme bien des noms qui figurent dans la Torah. En hébreu, le prénom Aliyahū signifie "Dieu est Yahvé"

(2) D’après le Poème La Chanson du Mal-aimé de Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) ; et les chansons : L'amour by Bon Entendeur vs Mouloudji, Come Closer by Guts, Lujipeka & Lorenzo ; et Old Swan by Mark Lanegan

16/05/2020

Ma Lune-Scintillante (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

L’Unique Rose-radieuse

En Lune-Scintillante

Resplendit d’Orientale

Aux Saveurs-Patchouli

 

Sa Beauté-Céleste, sa Peau en Everest

Source de Vie, Printemps de Joie

Sens des Jours, Clarté des Nuits

Possède mon Cœur d’Heur-en-Heur

 

Ses Cheveux-Familiers

Ses Sourcils-arqués

Ses Yeux Resplendissants-Guerriers

Me Rendent Malade d’Elle

 

Mourir au Creux de son Cou

Où s’Agite mon Pouls

Devoir Dévorateur de mon Bonheur

En délicieux-Tourments

Insatiable-Torture

Dont on réclame l’Exécution

 

Je Célèbre sans Cesse Mon Seul-Secours

Mes Larmes Suivent les Torrents

Qui en Courants-Contraires

Me grisent, me Rendant Ivre d’Elle

 

© Jean DORVAL, le 16 mai 2020

   pour LTC POésie

 

(1) D’après une Poésie d’Amour du Sultan et Poète Soliman le Magnifique dédiée à la Sultane Roxelane (Hürrem) son épouse ; et la chanson Me and My Big Ideas des Tears For Fears

16/04/2020

La Dame Blanche (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Le Chemin de l’Epine Conduit à la Rose

Qui Toujours Attend l’Abeille-Féconde

La Naissante-Clarté à Travers la Nuit-Longue

Transperce l’Aube Nomade Insaisissable

 

Parca Maurtia (2), Déesse Brasier

Maîtresse Destinée, Sphinge sortant de l’Abîme

Brûle les Vies de Luciole, Descend l’Escalier de sa Mémoire

Inverse le Versant Escarpé de ses Solitudes

 

De Mont de Vénus en Mont du Martyr

Le Pèlerin-Royal Séjourne en sa Demeure-dernière

Touchant la Dalle Sacrée, la Verte Prairie reprend Vie

Le Miracle s’accomplit, Il respire l’Encens de sa Peau

 

La Rose éclose Enlace la Branche d’Acacia en Cœur-à-Corps

L’Enfer de leurs-Yeux s’Abandonne au Vers-Galant

Le Sein de l’Affamé envole vers la Voie Lactée

Dieu a mis au Monde l’Eve-Morgane

Pour parfaire sa Création, Célébrer les Noces de Ciel et Terre

 

Vague profonde, Douce et Chaude, qui Submerge

Adossé à la Déraison, Captif de la Lumière, Il ne voit qu’Elle

Il ne peut plus s’Arrêter, ni Détourner le Regard

Immolé à la Bougie de son Ame

 

© Jean DORVAL, le 16 avril 2020

 pour LTC POésie

 

(1) Délicieusement inspiré du sublime roman d’Eric Giacometti et de Jacques Ravenne, L’Empire du Graal, publié aux Editions Jean-Claude LATTES (2016). Et d’après les chansons : Je vais t'aimer de Michel Sardou ; Parlez-moi de lui, Message Personnel et Voilà de Françoise Hardy ; La déclaration d'amour de France Gall ; Ouverture, Paris Le Flore et Quelqu'un qui m'ressemble d’Etienne Daho

(2) La première Parque que les Romains vénéraient. Elle symbolisait la destinée

15/04/2020

Confondue dans le Drapé…

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Le gris qui limbait la campagne anglaise masquait en douceur ce jour naissant de l'été. Leur premier rendez-vous secret respirait l'harmonie. Vent et pluie se conjuguaient à l'envie. Les murs craquaient. Il remit une bûche dans la cheminée pour tenter de vaincre l'humidité.

 

Elle était confondue dans le drapé, allongée et perdue dans la nuit qu'ils venaient de passer. Il s'approcha, passa une main dans ses cheveux, allongé et fondu en Elle. Il était encore ému, sous le coup de l'excitation de sa récente découverte. Dans ce cottage campagnard, il goûtait à ses lèvres comme on savoure le temps sans réfléchir. Les pointes de ses seins érigées en guides fanatiques, elle ouvrit son âme et il y replongea jusqu'au lendemain. Comme à la Pâques nouvelle les cloches sonnaient dans sa tête. Son Ombre qu'il recouvrait lui fit découvrir la Lumière. Celle où se mêlent les élans du cœur et l'heure de félicités. Le feu se mit à crépiter. Comme deux damnés de la Terre, ils finirent par se perdre aux forges de Vulcain, bercés de lave et d'éruptions partagées. Deux corps tectoniques ne peuvent que déplacer les continents de leurs passions. Lancelot et Guenièvre étaient ressuscités !

 

© Jean Dorval, le 15 avril 2020

  pour LTC Poésie

 

La Place d'Elie (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

Ta Place est dans mon Cœur

Tout entier, Il t'appartient

Personne d'autre que Toi n'y Règne

 

Mon Esprit Te retient entre ma Peau et mes Os

Ma Chair se parfume de la Tienne

Mon Souffle exulte de Joie en embrassant ta Respiration

 

Tu te Confonds en mon Esprit

J'Epouse ton Ame

Comme Al dé Mars rejoint Alizée

 

Tel le Vin s'Alliant à l'Eau-pure

Ta Source Mystique m'inspire en Éternité

 

Qu'une Chose te Touche

Et elle me Touche

Tu es Moi

Et Je suis Toi en Tout

 

Mon Ombre, ma Foi

Je suis devenu Celle que j'Aime

Et Celle que j'Aime est devenue Moi

 

Nos Deux-Esprits fondus en un Seul-Corps

Composent La M'Elodie en Partage

 

Quand Je Doute

Tu Croises ma Route

Quand Je suis en Déroute

Tu Empêches ma Chute

 

Aussi me Voir c'est te Voir

Et Te Voir c'est Nous Voir

 

Ton Image repose dans mon Œil

Ton Souvenir sur mes Lèvres

Ton Empreinte au bout de mes Doigts

Ta Demeure en mon Heur

 

Ma Souveraine

Mais où donc Te Caches-Tu ?

 

© Jean Dorval, le 15 avril 2020

  pour LTC Poésie

 

(1) D'après La Place de Dieu d'Hussein Mansour Al-Hallâj