Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2020

Le Modèle (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

"Le bonheur ne serait pas le bonheur

sans une chèvre qui joue du violon. (2)

 

Allongée sur la Plage de ses 22 Ans

Elle Succombe à la Vague d’Ici et de-Là

Corbeille de Gerbes Cristallines

Qui Comme un Amant la Submerge

 

Elle s’Offre, Dépassée, Embrassée, aux Eaux-vives

Sirène Tentant Ulysse sur le Retour

Vêtue de Nacre et d’Ambre Marine

Assaillie par l’Ecume de Neptune

 

Belle et Rebelle, Surprise à son Insu par les Flots

Livrée dès le Petit-Matin à la Mer-adorée

A ses Embruns et Ressacs incessants

Le Pinceau Caresse son-Lavis emmêlé d’Aquarelle

 

Elle se Découvre plus Vraie que Nature

Son Intériorité Dévoilée, Révélée

Que le Peintre sait si Bien Saisir

Le Tableau l'a Définitivement Changée

Rien ne sera Plus comme Avant

La Chèvre-Violoniste de Chagall

Lui Joue la Sérénade en plein Tout-Jour

L’Amour n’est rien sans Ailes

 

© Jean DORVAL, le 12 juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après les chansons : Rocket Man & And That's No Lie des Heaven 17 ; Pale Shelter by Tears For Fears ; Torch des Soft Cell ; Tisnant an Chatma by Tamikrest ; Toumast par Tinariwen ; Sastanàqqàm by Tinariwen (+IO:I) ; Ca va chouïa de Manu Dibango ; et Plus je t’embrasse par Thomas Dutronc ; et le film La Belle Noiseuse réalisé par Jacques Rivette

(2) Citation tirée du film britannique Coup de Foudre à Notting Hill (1999)

/// NEWS //// REPRISE DES RENDEZ-VOUS DORVALIENS ! //// NEWS ///

reprise des rendez-vous dorvaliens,résidence d'artiste,hôtel ibis styles centre gare,l’ensorceleuse,impériale-pourpre,black’n’rose,lunaison-oculaire,ferme les yeux,vos secrets…,le nombre d’ailes,eliyahu,délice d’amour [by stendhal],au mois de mais,a elie-salomé,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,jean dorval,l’amour est roi,le pays où l’amour est roi,les vœux du roy de trance (7) (8),lui le xxe,jean dorval pour ltc poésie,la dame blanche,la place d'elie,confondue dans le drapé,gosan,poète coréen,flamenco,le courage

/// RESIDENCE ARTISTIQUE ///

reprise des rendez-vous dorvaliens,résidence d'artiste,hôtel ibis styles centre gare,l’ensorceleuse, impériale-pourpre, black’n’rose, lunaison-oculaire, ferme les yeux, vos secrets…, le nombre d’ailes, eliyahu, délice d’amour [by stendhal], au mois de mais, a elie-salomé, poésie, ltc poésie, metz, lorraine, grand est, jean dorval, l’amour est roi, le pays où l’amour est roi, les vœux du roy de trance (7) (8), lui le xxe, jean dorval pour ltc poésie, la dame blanche, la place d'elie, confondue dans le drapé, gosan, poète coréen, flamenco, le courage/// JEAN DORVAL, POETE LORRAIN, EST DE NOUVEAU EN SEANCE DE PRESENTATION ET DE DEDICACE DE SES RECUEILS DE POESIE [LE CARNET DE VOYAGE MAROCAIN, QUAND LES MOTS (D’OUTRE)-TOMBENT & ECHO-ESIE] /// //// ///

/// TOUS LES DIMANCHES, DE 10H00 A 12H00 ////

/// //// SAUF INDICATION CONTRAIRE ///

/// ET PROCHAINEMENT DE 9H00 A 12H00 ///

/// //// DES LE 14 JUIN 2020 ///

/// A L’HOTEL IBIS STYLES METZ (57) CENTRE GARE ///

/// 23 AVENUE FOCH /// ///

/// /// INFOS+ : TEL. : +33387.66.81.11.

/// /// EMAIL : H6854@ACCOR.COM. /// ///

/// /// SITE INTERNET : HTTPS://ALL.ACCOR.COM/HOTEL/6854 //// /// ////

reprise des rendez-vous dorvaliens,résidence d'artiste,hôtel ibis styles centre gare,l’ensorceleuse,impériale-pourpre,black’n’rose,lunaison-oculaire,ferme les yeux,vos secrets…,le nombre d’ailes,eliyahu,délice d’amour [by stendhal],au mois de mais,a elie-salomé,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,jean dorval,l’amour est roi,le pays où l’amour est roi,les vœux du roy de trance (7) (8),lui le xxe,jean dorval pour ltc poésie,la dame blanche,la place d'elie,confondue dans le drapé,gosan,poète coréen,flamenco,le courage

12/06/2020

L’Ensorceleuse

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Ô Déesse-Bastet (1)

Chatte-Abyssinienne

Mémoire du Temps

Qui Passe et Dépasse

Protectrice du Quotidien

Vainqueuse d’Apophis (2)

Veilleuse de la Nuit-écarlate

Messagère de l’Amore

Et Gardienne du Soleil

Tu m’Ensorcelles…

 

© Jean DORVAL, le 12 juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) Bastet est la déesse égyptienne de la joie du foyer, de la chaleur du soleil, de la maternité, et la déesse protectrice des femmes enceintes et des enfants

(2) Apophis est un dieu de la mythologie égyptienne des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal, de l'obscurité, cherchant à anéantir la création divine

11/06/2020

Impériale-Pourpre (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Fleur d’Impériale Pourpre

Ton Ombre-Damnation

Etoile Filante en Bas-de-Soie

M’Irradie d’Orientales-Luxures

 

Byzantine sans-Masque

Tressée d’Ame, Croisée-de-Cœur

Incontrôlable Flamminité

Ô Panier des Beaux-Fruits

Tu es la plus Belle-Courtisane

 

Au Ciel-Chlorophylle

Pays du Vert-absolu

Percent deux Etoiles-rouges

Ainsi soient tes Yeux-Dieux !

 

Perle-Vestale, Reine de mes Nuits

Goûter ta Peau-blanche

Poudrée de Rumeurs-Inédites

Bouleverse tous mes-Rituels

 

Les Saisons t’Honorent

Les Arbres Saluent ta Beauté

Les Vents te Parlent

Le Jour s’Etire en te Suivant

Confiant tous ses Secrets à la Nuit

 

Demain je referai ta Connaissance

Tel l’Oiseau des Beaux-Présages

Je me Poserai sur ton Epaule

Tu renaîtras au Monde par ma Plume

 

Mon Chaud Soleil

Détache-moi pour Mieux m’Enchaîner

Tu me Consumes de l’Intérieur

Tendresse qui Brûle jusqu’aux Enfers

 

© Jean DORVAL, le 11 juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après les chansons : Idiot Country by Electronic ; Hate Danger by Bikin Kill ; Good Morning Britain by Aztec Camera ; A Map Of You et Warp by New Musik ; Love Moves In Strange Ways by Blue Zoo ; l’Oratorio Theodora d’Handel ; les films : Retour à Cold Mountain (Cold Mountain) d’Anthony Minghella ; Le Ruban blanc de Michael Haneke ; et Paterson est un film de Jim Jarmusch ; les poèmes : Le calendrier du pêcheur de Gosan, Poète Coréen des 16e et 17e siècles, adepte du Néoconfucianisme ; Mon Secret de Pétrarque  Paterson de William Carlos Williams paru chez Flammarion ; l’essai Haï de Le Clézio paru aux Editions Albert Skira ; les romans : Silo, de Hugh Howey, publié chez Babel (SF) ; et Théodora, prostituée et impératrice de Byzance de Virginie Girod, paru chez Tallandier (Aventure)

 

04/06/2020

Black’n’Rose (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Partie I

 

Sous le Voile-transparent

Du Moucharabié de Dentelle

Transpire la Pluie de ta Peau

Parfaite-Nudité Black’n’Rose

Vanille-Bourbon au Souffle de l’Intime

 

Comme un Corbeau dans le Noir

Tu Dérobes mon Ame à la Bougie

Veilleuse des Nuits-blanches

Aucune autre Flamme en Enfers

N’a ton Empreinte-Fatale

 

Suivant la Ligne de ton-Corps

Je t’Epouse du Regard et du Doigt

A l’Extérieur de Toi, Je suis en Toi

Tes Sommets sont mes Trophées

 

L’Eau-claire en dedans tes Yeux

Dans laquelle je me Noie volontiers

Source de Veillées-de-Joie

Me fait Oublier la pâleur du Jour

 

Ta Silhouette-Solidaire

Ombre-emmitouflée dans mes Bras

Habillée d’un simple-Frisson

Me Transporte dans ta Verte-Prairie

Et j’en veux Encore !

 

Partie II

 

Plissant tes Yeux-Complices

Ton Sourire Dérive en Litanie

De Yeux-Champagne en Yeux-Dieux

Face-à-Face Où je Fonds

 

Dans le Noir des Draps

Je Retrouve ému

Ton Poignet-mignon

Offert à ma Main

 

Je te Prends dans mes Bras

Tu Glisses en Moi

Toutes Jambes Amandées

Contre les Miennes

 

J’étends mes Lèvres

Pour te Bécoter

Le Coin de la Bouche

Comme un Colibri-Polinisateur

 

Ma Barbe de Deux-Jours

Te Pique à-Cœur et Tu Ris

Tu Prends mes Joues

Et Caches ton Visage

Au Creux de mon Oreille

 

Tu Pleures de Douceur

Toutes tes Peurs alors se Dissipent

Tu es en Vie comme Jamais

A Fleur-de-Peau tendue vers l’Absolu

 

Partie III

 

Tu ressens la Fièvre

De la Chair contre la Chair

Mes Mains pétrissent Sensuellement

Tes Epaules et tes Hanches

 

Tu Largues Tes A-Larmes

En une Libération-apaisante

Tu t’Endors presque…

Confiante et Epuisée de Vérité

 

Nos Baisers deviennent Tremblants

Nos Doigts enlacés s’Entrelacent

Nous ne sommes plus qu’Un Chuchotement

De Tendresse et de Reconnaissance

Englouti par les Profondeurs de la Nuit

 

Tu Succombes malgré Toi au Sommeil

Me serrant comme au Jour

De ton Premier-Amour

Le Cœur plein de Certitude

 

Comme le Vent

Je Caresse tes Rêves

En Embrassant ta Tête

Je ne Peux m’Excuser de t’Aimer

Quand Tu Rejoins Morphée

Aux Bas-de-Soie

 

Partie IV

 

Une Natte perdue dans tes Cheveux

Coule le Long de ton Visage d’Ange

Les Limbes du Sommeil te Couronnent

Je Chasse délicatement

Les Mèches de Cheveux

Tombées sur ton Front

 

Tes Bras minces, Ta Poitrine nue

Ta Peau échec-et-mate

Un léger-Hochement de Tête affectueux

Ton Visage ferme et fin

Ton Intelligence farouche

Que l’on peut mesurer à Distance

 

Que Tu es Belle mon Amour !

 

Comment ne pas Craquer

Devant la Magie

Qui s’Opère en te Voyant

En te Ressentant

 

Le Mouvement de tes Narines

Inspiration rapide et profonde

Suspend ma Respiration

Je veux Côte-à-Côte Mourir de Plaisir

Tous les Jours en Eclipse-de-Temps

 

© Jean DORVAL, le 03 juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après les chansons : Idiot Country by Electronic, Blue Sky Mine by Midnight Oil, et The Man Machine by Kraftwerk ; les films : Retour à Cold Mountain (Cold Mountain) d’Anthony Minghella (2003), et Le Ruban blanc de Michael Haneke (2009) ; le poème : Le calendrier du pêcheur de Gosan, Poète Coréen des 16e et 17e siècles, adepte du Néoconfucianisme ; l’essai Haï, par Le Clézio collection Les sentiers de la création paru aux éditions Albert Skira (1971) ; et le roman de SF, Silo, de Hugh Howey, publié chez Babel (2012/2013)

03/06/2020

Lunaison-Oculaire (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Au Surgissement de la Lune derrière les Collines

A ce Moment précis où le Soleil vaincu se Meurt

Quand les Vents arrivent du Grand-Large

Que les Volets Claquent et les Draps s’Envolent

Alors la Lunaison-Oculaire, dont la Blancheur se Reflète sur la Mer de mes Pensées, me Conduit à Toi, mon Amour

A cette Heure, Où ta Nature se Recroqueville contre Moi, Tu t’Ouvres dans mes Bras, comme l’Ombre d’une Black-Rose en Private-Procession

Ta Profonde et Sombre Chevelure me Possède en un Voile-de-Caresses Mauresques

Je m’Eprends du Flot enlaçant de ton Regard envoûtant pour Remonter le Fil-du-Styx, assujetti à la Petite-Mort en Communion

Bateau-ivre à ta Dérive, Pécheur pris au Filet du Plaisir renouvelé, Je Brille au Fond de ton Chœur

Ma Ciguë, Tu me fais Toucher de Près comme de Loin - Hier, Aujourd’hui et Demain - à la Quiétude de ma Tombe en ton Heur

 

© Jean DORVAL, le 03 juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après la chanson : Idiot Country by Electronic ; le film Retour à Cold Mountain (Cold Mountain) réalisé par Anthony Minghella (2003) ; et le poème : Le calendrier du pêcheur de Gosan, Poète Coréen des 16e et 17e siècles, adepte du Néoconfucianisme

02/06/2020

Ferme les Yeux (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

Ferme les Yeux

Laisse-Moi

M'Imprégner en Toi

Buvard-bavarde Paralysée

Qui Boit ma Ciguë

Jusqu’à la Lie

Sans Pouvoir Lever l’Encre

 

Détends-toi

J’Embrasse ton Portrait

Trait-pour-Trait

Le Jeu-du-Miroir

Interprète tous mes Prétextes

Interpelle tous mes Réflexes

 

Ma Reine, mon Etoffe

Qui M’Empresse

De Près comme de Loin

Je Prends le Temps de t’Observer

Je ne peux Sortir

Que par tes-Yeux-Libellules

 

Au Pied de la Vallée

Au Pied des Falaises

Le Long-du-Rhin Sombre-Mystérieux

Quand les Oies-sauvages Décollent

Je Pense à Toi, Ô Balafre de Joie !

 

Aux Champs-de-Fleurs

Ce Soir de Lune

Mon Talent-d’Achille

Tu Captes les Rayons-du-Soleil

Rayonnes de toute ta-Beauté

Je suis Alors ton Rimbaud-Warrior

 

© Jean DORVAL, le 1er juin 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après les Morcifs : Chanson Rock With You de Michael Jackson ; Talk by Coldplay ; Mano Suave de Yasmin Levy & Natacha Atlas ; Cuban Overture et Rhapsody In Blue de Gershwin ; Crush by Garbage ; et Ready to Go by Republica

Vos Secrets… [by Mallarmé]

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

"(…) J’aimerais

Etre à qui le destin réserve vos secrets. (…)" (1)

 

(1) Hérodiade par Mallarmé 1914, 8e édition

21/05/2020

Le Nombre d’Ailes (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

L’Echo des Matines-câlines

Résonance Parfaite

Gorgée de Vers-Tiges

Décolle vers sa Plage

Comme Nombre d’Ailes

 

Elle Prend la Pose

Vêtue d'Ecume de Mer

Sa Peau-ésie dentelée

Ses Seins en Ambassade

Embrassent le Vent sablé

 

Pris dans sa Tourmente

Il Dégrafe son Corps-Sage

Dépose la Main sur son Cœur

Tente de Compter

Entre ses Deux-Tétons

Tous les Papillons Multicolores

Qui s’Evadent vers le Large

 

Elle Pénètre son Ame

Le moindre de ses Atomes

Lui Appartient

Sa Voie-Lactée Brûle son Etoile

 

Sa Presqu’île Magnétique Consacrée

L’Envole dans le Sens Contraire

Des Aiguilles-affolées qui se Montrent

Exil-Volontaire qui le Conduit

Tout Droit dans ses Bras

 

Elle Tourne sa Tête

Il Aperçoit ses Yeux

Comme un Frêle-Oiseau

Elle s'Installe

Sur les Branches de son Esprit

 

Il Plonge dans son Regard

Des Matinales à la Tombée de la Nuit

Face-à-Face Silencieux-Agité

Durant lequel Il ne lui Faut

Que quelques Secondes

Pour Construire un Toit pour Deux

 

Il l’Aime en Lampe-Tempête

En Ouragan incontrôlable

En Vagues Folles montant à l’Assaut

De ses Côtes-d'Armor

 

© Jean DORVAL, le 21 mai 2020, pour LTC POésie

 

(1) D’après le Poème La Chanson du Mal-aimé de Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) ; et les chansons : L'amour by Bon Entendeur vs Mouloudji, Come Closer by Guts, Lujipeka & Lorenzo ; et Old Swan by Mark Lanegan

20/05/2020

Eliyahu (1) (2)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

Eliyahu la Chantée

A la Ressemblance

D’un Bel-Orient qui Balance

Matin-Satin scintillant

Qui Elève, Relève, Révèle

 

S’Etirant jusqu’au Soir

En Demi-Lune recroquevillée

Son Ombre Vient à sa Rencontre

Remplit ses Yeux de Désir

 

Elle Couvre ses Vagues-à-l’Ame

De Cris-magnifiques

Au Tournant de sa brûlante-Ruelle

Epouse-royale Caressant son-Nombre

Enfer dans lequel, Il se Tréfond

 

Ô Sœur-Lumineuse

Bateau-ivre qui le Coole

Ses Baisers le Font Roi

Réchauffent leurs Corps-Blancs

Corps-Beaux Voyageurs

 

L’Aube du Printemps-Galant

Faiseuse de Ciel roses-Plis

Invite Mars et Vénus dévêtus

A s'Embrasser à Bouches-folles

Sous la Prose qui danse-Nue

 

Hürrem Guide le Sultan

A la Lueur d'une Chandelle

Ses Baisers-Florentins

D’une Saveur-impertinente

Parfument d’Etoiles l’Effet de Moire

Morsure aux Premières-Fureurs

 

Cœurs et Ames sur le Pont-des-Soupirs

Le Ciel s'Ecoule par Eux-Deux

Au Tonneau des Danaïdes

Candides, Ils n’Oublieront Jamais

Ce Vol de Colombes qui vers le Soleil Sème

 

Ces Immortels Chaque Nuit au Flambeau

Ouvrent la Porte à leurs Démons-Volontaires

Le Son-éperdu de leur Violon-Tzigane

Vacille Lucioles, Tremble Vents-contraires

Vogue Cygnes mourant de Plaisir

 

Ardente-Lyre qui Brûle son beau-Mourir

Elle Apprivoise les Feux-Follets verts

Au Vœu de son Echine-Badine

Sa Musique d’Infernal Zigzague

Sur le Fil d’un Couteau chauffé-à-blanc

 

© Jean DORVAL, le 20 mai 2020, pour LTC POésie

 

(1) Eliyahu ou Élie est un nom théophore, comme bien des noms qui figurent dans la Torah. En hébreu, le prénom Aliyahū signifie "Dieu est Yahvé"

(2) D’après le Poème La Chanson du Mal-aimé de Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) ; et les chansons : L'amour by Bon Entendeur vs Mouloudji, Come Closer by Guts, Lujipeka & Lorenzo ; et Old Swan by Mark Lanegan

16/05/2020

Ma Lune-Scintillante (1)

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

A Elie-Salomé

 

L’Unique Rose-radieuse

En Lune-Scintillante

Resplendit d’Orientale

Aux Saveurs-Patchouli

 

Sa Beauté-Céleste, sa Peau en Everest

Source de Vie, Printemps de Joie

Sens des Jours, Clarté des Nuits

Possède mon Cœur d’Heur-en-Heur

 

Ses Cheveux-Familiers

Ses Sourcils-arqués

Ses Yeux Resplendissants-Guerriers

Me Rendent Malade d’Elle

 

Mourir au Creux de son Cou

Où s’Agite mon Pouls

Devoir Dévorateur de mon Bonheur

En délicieux-Tourments

Insatiable-Torture

Dont on réclame l’Exécution

 

Je Célèbre sans Cesse Mon Seul-Secours

Mes Larmes Suivent les Torrents

Qui en Courants-Contraires

Me grisent, me Rendant Ivre d’Elle

 

© Jean DORVAL, le 16 mai 2020

   pour LTC POésie

 

(1) D’après une Poésie d’Amour du Sultan et Poète Soliman le Magnifique dédiée à la Sultane Roxelane (Hürrem) son épouse ; et la chanson Me and My Big Ideas des Tears For Fears

15/05/2020

Délice d’Amour [by Stendhal]

LTC Poésie la dame blanche.JPG

 

"L’amour est une fleur délicieuse, mais il faut avoir le courage d’aller le cueillir sur les bords d’un précipice affreux."(1)

 

(1) Stendhal in De l’Amour (1822)