Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2020

Scène-de-Déprime I (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Soucieuse Attente-délitée

Tutelle qui Possède par-Coeur

Souffrance en Scrupules

Entre Trahison et Perdition

Tu me Perds au Néant-Crépuscule

 

Spleen-Boréal Rythmant ma Vie

Ta Scène de Déprime-permanente

Méprisant l’Espoir, l’Eminente-Vertu

Occupe TOUT mon-Esprit

Maîtresse de l’Heure-tardive

Dans l’Hyper-Temps, Tu me Noies

 

Mon Eternel-Chuchotement

Mes Ecritures d’Inspiration, d’Expiration

Sont Difficiles à Exprimer

Comme Coudre un Bouton

Faire un Point à l’Envers

 

Réapprendre à Tracer

Ses Premières-Lettres

A Crier dans une Rivière

Quand l’Eau entre Partout

Dans la Bouche Grand-Ouverte

N’est Pas Donné à Tout-le-Monde

 

Le Fil-conducteur est Rouge

Voici une Ligne de Zéros à l’Infini

L’Atelier des Coups-durs

S’Inscrit de Nouveau

Dans le Souffle du Vent-perdu

 

Mes Infants en Exil

Le Temps Passe, Nous Dépasse

Il Trace vos Prénoms

Sur des Pages-Blanches

Qui Deviennent des Plages-Noires

 

Je suis un PERD par Procuration

J’ai Vu la Colombe de la Paix

Décoller de mon Toit

Un Tir de Sniper l’a Descendue

 

© Jean DORVAL, le 17 février 2020

  pour LTC POésie

 

(1) D’après les chansons : Everlasting Love de Sandra ; Above And Below et Time Won't Let Me Go de The Bravery ; Presence of God & Tomorrow by Dave Gahan ; et When The Body Speaks by Depeche Mode ; selon : Summer, Violin Concerto No. 2 in G minor, Four Seasons, Ospedale della Pietà, d’Antonio Vivaldi ; et inspiré du livret "Ecritures Mises en Scène, autour du quartier Lillebonne", atelier d’écriture mené par Laurence Vielle avec des étudiants des écoles d’art d’Epinal, Metz et Nancy, dans le cadre de Chaud Les Marrons ! Décembre 2010, Maison Lillebonne

17/02/2020

"Dompter la Peur" (by Friedrich Nietzsche)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

"Avez-vous du courage, ô mes frères ? Etes-vous hardis ? Non pas un courage devant témoins, mais un courage de solitaire ou d’aigle qui n’a plus même Dieu pour témoin ?

Les âmes froides, les mulets, les aveugles, les ivrognes n’ont pas ce que j’appelle du courage. Celui qui a du courage, c’est celui qui connaît la peur, mais qui dompte la peur, qui voit l’abîme, mais qui en est fier.

Quiconque voit l’abîme, mais d’un œil d’aigle, quiconque étreint l’abîme, mais dans des serres d’aigle, celui-là a du courage." (2)

 

(1) A lire en écoutant Tomorrow by Dave Gahan

(2) Extrait d’Ainsi Parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, chapitre De L’Homme Supérieur, page 347, publié chez GF-Flammarion

L’Otage (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

L’Enfant du Divorce

Souffre de Voir ses Parents se Déchirer

Il devient Souvent et Malheureusement

L’Otage du Parent qui VEUT

Faire Disparaître l’Autre-Parent

 

© Jean DORVAL, le 17 février 2020, pour LTC POésie

 

(1) A lire en écoutant Everlasting Love de Sandra

Au Nom du PERD (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Au Nom du PERD

Du Fils

Et du Béné-FISC !

 

© Jean DORVAL, le 17 février 2020, pour LTC POésie

 

(1) A lire en écoutant It Must Have Been Love by Roxette

Haute Définition : Géniteur-Payeur (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

"Le PERD dans cette société moderne reste à tort le Parent pauvre d’un Système-Inégalitaire qui le réduit trop souvent au rôle de Géniteur, Payeur de Pension."

© Jean DORVAL, le 17 février 2020, pour LTC POésie

 

(1) A lire en écoutant So in Love des OMD

16/02/2020

Les EX(-cités) (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Homme qui a Engendré

Femme qui a Mis-au-Monde

Ensemble Consacrés

EX(-cités) Devenus Etrangers l’Un pour l’Autre

Vous ne Donnez Pas Toujours l’Exemple

Vous Cassez Souvent vos Jouets

Comme Deux-Gamins se Disputant à la Récré

Quand Vous Vous Séparez

 

Signe des Temps

Prend Garde à ta propre-Inimitié

Ta Pitié-différentiée

Fabrique à la Chaîne des Enfants à Moitié

 

J’te Mets en Garde

Contre Toi-même

T’as Inspiré le Meilleur

Mais aussi l’Pire

 

C’est Peu d’le Dire

Mais Sache que les Yeux-Dieux

Voient Partout-TOUT

La Honte et la Laideur qui sans-Pudeur

Délaissent, Détruisent l’Amour-Filiales

 

Insinuée dans tous les Replis

Ta Bête-Immonde Matérialiste

Noirceur Assoiffée de Victimes

Pousse dans les Ravins

Abruptes, Sauvages et Pierreux

Les plus-Courageux

 

Arrête de Tromper ton Monde

Rumine tes Fausses-Vérités

Libère la Joie sans plus Attendre

Enferme la Tristesse, Change de Visage

La Révolte des Humbles est en Cours

Malgré les Balafres-infâmes

Les Prisonniers commencent

A se Libérer de ton Obscurantisme Poli-Tiques

 

© Jean DORVAL, le 16 février 2020

pour LTC POésie

 

(1) D’après Ainsi Parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzche, chapitre Le mendiant volontaire, publié par GF-Flammarion ; les chansons : Pokor Lèr des Saodaj' ; Fire Every Day by Dub FX feat. Gaudi, Woodnote & Andy Talkbox Mac ; Act Like You Talk by Jahneration ft. Alborosie ; Real Revolutionary G Ras & DUB FX ; La Flemme, La source et La Suite des 1995 ; Red, Red Wine (Extended Version) by UB40 ; et Never Gonna Say I'm Sorry de Ace Of Base

L’Offrande (1) [By Friedrich Nietzsche]

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

"L’offrande que je réclame de votre amour, c’est que vous me parliez de mes enfants. C’est pour eux que je suis riche. C’est pour eux que je me suis appauvri.

Que n’ai-je donné, que ne donnerais-je pour posséder cet unique bien, ces enfants, cette vivante pépinière, ces arbres vivants de mon vouloir et de ma haute espérance !" (2)

 

(1) A lire en écoutant la chanson Never Gonna Say I'm Sorry du groupe Ace of Base

(2) Extrait d’Ainsi Parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, chapitre La Salutation, page 342, publié par GF-Flammarion

15/02/2020

Laideur en After (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Où Aller Quand Tout est Fini ?

Vers qui se Tourner, se Retourner ?

Sinon vers Vous qui me Jugez

 

Ne me Regardez pas, Ne me Con-Damné plus

Respecter ma Laideur en After

Celle dont Vous m’avez Recouvert

 

J’suis un Daron qu’a voulu Aller trop Vite

Mais pas un mauvais-PERD

Milice d’Injustice qui Jouit de ma Défaite

Vous m’avez Empêché de LES Voir

Le Côté-Sombre de la Force l’a Emporté

 

Sans me Connaître Barons anti-Daron

Vous m’avez Pesé et Jeté

Votre Décodeur pas-Clair m’Ecœure

Une telle-Haine Poursuit comme une Lèpre

Sans Pitié, J’Vous Balance Grave et Groove

Bercé par l’Envie d’Hurler dans le Noir

 

Mes Tant-Aimés Faut Jamais Emprunter

Le Chemin Que j’ai Pris à mon Insu

L’Exclusion dans le Bocal est Totale

Ma Tête a été mise à Prix

Comme une Despé qui aurait perdu toutes ses Bulles

J’ai Dû verser les Larmes de la Dé-Prime

 

Dépouille qui Transforme en Fripouille

J’ai beau Passé mon Chemin mâle-Faisant

Je Rappe et Dérape du Fond de ma Trappe

Comme un Chien qui Marche

Dans sa propre-Merde

A qui on Refuse de Tendre la Main

 

Fourmillement-Infernal qui Empêche Tout

Nul ne Détient la Vérité à Sang-pour-Sang

Pourtant Personne ne m’a Cru

Ma grande-Douleur les a fait Rire

Tout Dépasse, Dire c’est Parfois Dépérir

Même Rougi au Fer de la Honte

 

Aumône à deux-Balles

Qui Décapite et Dépite

Faut m’Accepter comme Tel

J’suis pas un Mendiant

Tes Regards-Déments Me Crèvent

 

Je Rejette la Folie des Stats

Pour me Redécouvrir

J’ai dû me Reprendre en Main

Quitte à Choper d’la Corne

Au Lieu de Rester les bras-Ballants

J’ai Agité le Bocal

Et j’ai Crevé l’Abcès

 

© Jean DORVAL, le 14 février 2020

 pour LTC POésie

 

(1) D’après les chansons Nostalgique de F.L.O La Smala, Patience de Nas & Damian Marley ; Lose Yourself (Uncensored) by Eminem ; et Des rêves j'en ai plus de TSR Crew

14/02/2020

Elle Venait (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Elle Venait

Chez son PERD

Tous les 15 Jours

Toutes les 3 Semaines

Tous les Mois

Tous les Trimestres

Une fois l’An

Puis Elle n’est plus Venue

Elle a Grandi !

 

© Jean DORVAL, le 14 février 2020

 

(1) D’après Holding Back The Years de Simply Red 

Fait d’Hiver (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants 

Tant-Aimé, il Fait si Froid

L’Humidité me Gagne jusqu’aux Tréfonds

Peur et Doute m’Assaillent

La Nuit-sombre me Courtise

Echarpe-ambigüe qui m’Etouffe lentement

Comme un Serpent enserre sa Proie

Il ne Reste plus qu’à Compter tous mes Os

 

A Chaque Page

Le Journal Parle de Toi

Me dit que Tu as Enfin trouvé ton Chemin

Moi, Je Reste Perdu

 

Mon Hôte pour l’Eternité

Tu me Manques

Ecoute mon Cri-de-Détresse

Hâte-Toi de Réapparaître dans ma Vie

Je suis ton Obligé

 

Je Chute sans Fin

Aide-moi à me Remettre sur mes Jambes

Je suis trop Faible pour Mourir Aujourd’hui

J’ai Encore Besoin de Survivre

 

Soulage ma Tristesse par ta Présence

Mes Epaules chargées d'un Joug-solitaire Prouvent

Que je ne suis qu’un Misérable sans Excuses

Ne Demandant pas Mieux que de s’Amender

De Rayonner de Nouveau dans tes Pas

 

Ma singulière-Rencontre

J’ai si Mal, j’ai si Mal Débuté avec Toi

Laisse-moi Redevenir le bon-Grain

Laisse-moi Couler de Nouveau

Comme le Lait dans l’Ame

Permets-moi de Contourner la Montagne

De Redevenir l’Exemple à Suivre

Mon Ame est par Trop Accablée

Toi Seul peux me Donner l’Absolution

 

Le Cri du Corbeau s’Eloigne

Faisant Place à Celui du Rapace

Je Détourne les Yeux

Etre-innommable, Contrit cependant

Envahi par la Grande-Honte

Regardant vers le Bas

Rougissant jusqu’à la Racine de ses Cheveux-blancs

 

Mauvais-Passage à Vide qui Perdure

Morne Solitude brisant la Voix

Mon Râle, Rimes de Déprime

S’Exprime, se Comprime

 

Ma Voix-inhumaine

Devient désormais Extraterrestre

Je n’ai plus Forme-humaine

En Dedans et à l’Extérieure

 

Rend-moi ma Face, mon Aura

Résous mon Enigme-irrésolvable

Je suis le Perd-dû Perdant d’Avance

La Glace est Glissante

Mon Orgueil-monstre, ma Témérité, par trop Puissants m’Achèvent

 

Je suis Tombé comme une Masse

De Tout mon Haut

Ma Chute est Lourde

Soudaine, Continue et Sourde

Que la Pitié t’Adoucisse en toute-Simplicité

 

Mes Traits se sont Durcis

Figés à Jamais vers le Néant

Laisse-moi Passer le Styx

En Paix-retrouvée

Laisse-moi rejoindre les Enfers

Pour y Purger ma Peine

Ne Condamne Pas mon Ame-damnée à Errer

Jette-la plutôt au Brasier-ardent de Vulcain

Jette-la aux Champs de Maldoror et d’Hadès

 

Tempête-surprenante qui n'en Finit pas

La Gueule même de l'Imprécation demeure Béante

Les Fleurs-du-Mal jaillissent Soudainement de l’Irrésolu

La Bonne Nouvelle de la Mort n’est plus Possible

Cette Lave liquide noire et dévorante

C’est la Bave des Loups

Satisfaisant leur Ombre-animale

 

Ne t’Eloigne plus de Moi

Afin de me Donner le Pardon-nécessaire

A mes Côtés, Tu ne perdras plus Rien

Je ne serais plus le plus Hideux des Hommes

 

Fait d’Hiver :

L'Attente d'être Sauvé par son Enfant

Pour Redevenir le Créateur-éponyme

Reste l'Unique Secret-Parfum d’Encens

D’Humanité Retrouvée

En longues Bénédictions

Diminuant la Laideur

 

Je savais que Je Deviendrai PERD

Mais pas à ce Point

 

© Jean DORVAL, le 14 février 2020

  pour LTC POésie

 

(1) D’après la chanson Close To Me de the cure ; le film de Science-Fiction britannico-américain, Interstellar, produit, écrit et réalisé par Christopher Nolan, en 2014 ; le livre Ainsi Parlait Zarathoustra, chapitre : Le plus hideux des hommes, de Friedrich Nietzsche publié chez GF-Flammarion (1996-2006) ; l’ouvrage poétique en prose Les Chants de Maldoror (1869), d’Isidore Ducasse dit Comte de Lautréamont ; et le recueil de poésie Les Fleurs du mal Charles Baudelaire

ltc live music atmosphere.JPG

13/02/2020

Retrait de Permis (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

Sortie de Route incontrôlée, contrôlée, maléfique

En retrait de Points fatidique

Jeux-de-Maux quelque peu sadiques

Pour Excès d’Amour en Acides-Acétiques

 

Pris de Panique, Pris Unique

La Milice d’Injustice en Inégalité-Fanatique

A fait du Chiffre d’Affaire (suivante) lubrique

Sur la Souffrance-Humaine en panique

Tant qu’à faire phallique

 

Vampire d’un Court-Métrage

Sacrifice expiatoire d’un Géniteur en rythmique

Soubresauts Systémiques

Sur l’Autel des Inégalités Impudiques

 

© Jean DORVAL, le 13 février 2020

  pour LTC POésie

 

(1) D’après la chanson Passover des Joy Division

L’Exil (1)

jean dorval,au nom du perd,poésie,ltc poésie,metz,lorraine,grand est,raphaël delpard,le combat des pères,éditions du rocher,l'amour d'un père,pour ses enfants

 

A l’Exil-Involontaire

 

Mon Tant-Aimé

12 Ans

(Sans te voir)

C’est Court

C’est Long

C’est 2 Fois 6 Ans

L’Âge de ma Tant-Aimée

Quand je me suis

Retrouvé Seul

 

© Jean DORVAL, le 13 février 2020

  pour LTC POésie

 

(1) D’après la chanson Isolation des Joy Division