Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2010

SEBASTIEN WAGNER : UN HISTORIEN MESSIN GARANT DE LA MEMOIRE LOCALE !

051.JPG

Photo ci-dessus : ©Jean Dorval/LTC 2010


LTC : Sébastien Wagner, on ne vous présente plus sur Metz. Vous êtes historien, journaliste local sur France Bleue Lorraine Nord, et plus ponctuellement, vous faites des piges pour le Républicain Lorrain. Aussi, on va s’intéresser à votre activité professionnelle. Pouvez-vous nous parler de cette passion pour le journalisme, l’écriture en général ? Etes-vous finalement en correspondance avec le slogan de l’Eté du Livre 2010 « Journalisme et littérature » ?

SW : Il est vrai que j’ai une formation d’historien, mais je m’intéresse aussi à ce qui se passe autour de moi. La ville de Metz principalement… Cette passion pour le journalisme m’est venue naturellement par intérêt pour la ville et ses habitants, ainsi que pour ses projets. Le journalisme, c’est un peu de l’Histoire à l’instant présent. Donc, cela complète un peu ma passion. De même, je m’exprime au travers d’un autre moyen d’expression qui est l’écriture.

LTC : Sébastien, en 2009 au cours d’un autre interview, on avait parlé de votre dernier ouvrage, publié aux Editions Serpenoise, et qui a l’air de faire un carton au niveau des ventes : « Le Dictionnaire Historique des Rues de Metz ». Vous en êtes à combien d’exemplaires vendus actuellement ?

SW : Je crois qu’on doit en être aux alentours de 2.000 exemplaires vendus. Ce qui fait qu’il y a à peu près un messin sur 100 qui l’a à son domicile. Je n’en suis pas peu fier !

LTC : Vous vendez ce dictionnaire que « localement » ou bien arrivez-vous à « l’exporter » en dehors de Metz ?

SW : C’est essentiellement des ventes locales, mais il y a aussi des gens qui s’intéressent à des monographies. Des dictionnaires de ce type cela existe très peu, et je sais que cela intéresse des personnes qui pourront l’utiliser comme canevas afin de l’adapter à d’autres villes.

LTC : Etes-vous en lien localement avec les musées, les bibliothèques, les archives, etc. des Institutions pouvant être intéressées par ce type d’ouvrage ?

SW : Les Musées locaux, mais également les bibliothèques universitaires, ont tous ou presque cherchés à l’acquérir. Il y a juste la Bibliothèque Universitaire de Metz qui a mis longtemps à l’acheter… Il a donc fallu les relancer à plusieurs reprises.

LTC : Pouvez-vous nous dévoiler l’origine d’une rue de Metz qui a votre préférence (pas la même que l’année dernière si possible…) ?

SW : L’année dernière on avait évoqué la Rue Saint-Marie, une rue en arc de cercle, et la Rue des Murs qui est assise sur un rempart… On peut aussi évoquer des rues qui ont une origine bimillénaire. Je pense à deux rues essentielles du Quartier Outre-Seille, la Rue des Allemands et la Rue Mazelle. La Rue des Allemands est en fait l’ancienne voie romaine qui menait à Mayence et la Rue Mazelle celle allant vers Strasbourg. Il s’agit de deux rues où se rejoignaient un ancien pont saillie et un pont gallo-romain. A partir de ce point, on gagnait la ville. Ces deux pistes ont été gauloises, puis romaines. Ce sont, aujourd’hui encore, les deux axes majeurs de ce quartier, et un peu de l’entrée de la vieille Ville de Metz.

 

 

053.JPG

Photo ci-dessus : ©Jean Dorval/LTC 2010


LTC : Maintenant, Sébastien, si vous le voulez bien, nous allons attaquer les questions d’actualité… Chaque année, je vous sollicite afin d’avoir votre opinion sur l’évolution de la Ville de Metz. A ce propos, pensez-vous que l’inauguration du Centre Pompidou-Metz est pour la Région Lorraine, et plus localement pour la Ville de Metz, un signe de relance, non seulement culturel, mais aussi économique ?

SW : C’est indéniablement un signe de relance culturel et économique, tant au niveau local que régional. Le Centre Pompidou-Metz - un projet pour lequel on était tous un peu dubitatif - car c’est la première fois que l’Etat décentralise une Institution comme celle-là, est une affaire qui a très bien été gérée par la Ville de Metz. Le budget n’a pas beaucoup explosé par rapport à ce qui a été prévu initialement. L’intérêt majeur du Centre Pompidou-Metz, c’est le bâtiment en lui-même. Il s’agit d’un chef-d’œuvre à lui tout seul, qui va à l’évidence faire venir beaucoup de monde. La première exposition « Chefs-d’œuvre » est exceptionnelle aussi. Le petit bémol que j’apporterais, c’est qu’il ne faut pas escompter un "effet Bilbao" à Metz, comme avec le Guggenheim. Bilbao a un million et demi d’habitants, et c’est une ville espagnole en bordure de mer. Metz, avec ses 200.000 habitants reste située à l’Est de la France, au cœur de l’Europe et frontalière. L’autre bémol que je voulais faire est que l’on a axé la communication sur les parisiens en pensant qu’ils allaient venir… Or, ils ne sont déjà pas venus avec le TGV ! Je ne pense pas qu’ils viendront pour le Centre Pompidou... Ils iront plutôt voir le Tate Londres (un musée sur l’art moderne), s’ils doivent prendre le train. Mais, certainement pas Pompidou-Metz ! Je pense qu’il faut surtout miser sur l’Allemagne et le Benelux qui sont très friands d’art contemporain et qui apprécient tout particulièrement la Ville de Metz.

LTC : Vous avez déjà visité le Centre Pompidou-Metz ?

SW : J’ai eu la chance de le visiter le 10 mai, le jour du vernissage presse (comme vous d’ailleurs Jean…), la veille de l’inauguration présidentielle, dans des conditions exceptionnelles. C’est vrai que j’ai été subjugué à la fois par le bâtiment et l’exposition, et surtout, par les vues imprenables sur Metz, depuis les galeries d’expo (le Quartier Gare, le Parvis de la Cathédrale, le Village de Queuleu et le Parc à Seille, etc.), ce qui pousse les visiteurs qui viennent uniquement pour l’Art contemporain à visiter Metz. C’est donc un « plus » indéniable et je remercie les architectes pour ce coup de génie.

LTC : Pour la venue de Nicolas Sarkosy le 11 mai dernier, lors de l’inauguration du Centre Pompidou-Metz, vous faisiez partie des journalistes accrédités, comment cela s’est-il passé ?

SW : En effet, je suis intervenu sur Radio France-Bleue Lorraine Nord, afin de commenter en direct les propos du Président de la République, par rapport à la ville, aux musées, à ce que les messins pouvaient en attendre, etc. J’ai été très déçu que le Président prononce « Metzzz » et non « Metsss », et par son discours, dans lequel il expliquait que le Centre Pompidou allait compenser le départ des militaires… Cela était un peu hors sujet, puisque le projet de Pompidou date de 2003… donc bien avant la décision de faire partir les militaires ! Ce ne sera en aucun cas une compensation, même si en termes économiques cela aura un rôle moteur de redressement, essentiel pour la ville.

 

 

metz métropole.JPG

INFO PLUS :

http://www.mairie-metz.fr/metz2/articles/2010/100414_mett...


LTC : Sébastien, on va encore parler du développement urbain messin. Comment voyez-vous le projet Mettis ?

SW : Ce projet est assez compliqué. On avait auparavant un Maire qui est resté longtemps en place et qui a fait énormément pour la ville, mais qui a totalement laissé tomber le PDU (le Plan de Déplacement Urbain). Il faut savoir que toutes les villes de France doivent en avoir un. En 1999, la Ville de Metz n’en avait toujours pas ! C’est dire le retard que nous avions ! Dans toutes les villes de France on a développé des tramways, car c’est ce qu’il y a de plus rapide, de moins polluant et de plus agréable pour les usagers. Dominique Gros à son arrivée, en 2008, a décidé de lancer un projet en lançant le « Busway »… Personnellement, je préfère les mots en français, car littéralement « Busway » se traduit par « voie de bus »… Une « voie de bus » qui va coûter au bas mot trois Centre Pompidou ! Est-ce que cela vaut le coût de faire un tel investissement pour gagner seulement 5 minutes sur un trajet ? Je ne le pense pas ! Je doute même que cela soit le déplacement de l’avenir. Dans tous les cas, ce sont des questions qui interrogent sur la validité, voire la légitimité, du projet. La ville de Metz ayant un cœur historique ancien, très serré, soit on adapte le transport en commun à la ville, soit on adapte la ville au transport en commun… Dans le cas précis, Dominique Gros a décidé d’adapter la ville au transport en commun. Ce n’est pas très raisonnable ! Le Moyen-Pont, notamment, l’un des sites les plus photographiques de Metz, car emblématique avec en vue de fond le vieux temple protestant, sera défiguré. Il ne sera pas le seul pour des questions d'élargissement et d'alignement des rues. Je suis donc très dubitatif sur ce projet.

LTC : Vous parliez du PDU messin. Mais, normalement le PDU fait partie, depuis la mise en place de l’Intercommunalité, des fonctions régaliennes de la Communauté d’Agglomération de Metz Métropole. Un projet mis en place il y a quelques années déjà…

SW : Je parlais de l’époque Rausch, une période durant laquelle l’Agglomération de Metz Métropole ne s’est pas vraiment développée. JMR était particulièrement hostile à toute évolution dans ce sens, ce qui a provoqué depuis la récente élection de Jean-Luc Bohl de nombreux remous, dus à l’adaptation en cours. De plus, comme ce sont les agglos qui gèrent les transports en commun, cela devient un véritable cercle vicieux : sans agglomération pas de transports en commun, et s’il n’y a pas de transports en commun, il n’y a pas d’agglomération ! Maintenant que Metz Métropole fonctionne correctement, on essaye de développer Mettis. Est-ce le bon projet à développer, je ne le pense pas. C’est surtout le projet initialement de Dominique Gros, puis c’est devenu celui de Jean-Luc Bohl, Président de Metz Métropole. Un tel projet ne peut se faire sans l’accord de la principale ville, en l’occurrence Metz, et de l’agglomération dans son entier.

 

 

 

048.JPG

Photo ci-dessus : ©Jean Dorval/LTC 2010


LTC : Sébastien, on quitte la politique locale, pour revenir à l’écriture… Travaillez-vous actuellement sur un projet « secret » de livre ?

SW : J’ai en fait plusieurs projets en cours. Je planche sur un dictionnaire concernant la Moselle et sur lequel je ne m’étalerais pas pour des raisons de confidentialité. J’espère seulement qu’il verra le jour pour le prochain Eté du Livre… C’est beaucoup de travail, beaucoup plus que je ne le pensais. Je suis aussi sur un ouvrage collectif concernant la Ville de Metz, sur une longue période, en collaboration avec un archéologue et un médiéviste. Je pense que cet ouvrage là connaîtra beaucoup de succès - non pas que je sois trop fier de mes ouvrages - car il va combler un manque. Comme chacun sait en Histoire locale on ne vit pas de sa plume, on sert plutôt une grande cause, en l’occurrence la Ville de Metz.

LTC : Récemment vous m’avez fait connaître un auteur lorrain s’appelant Pierre Pelot. Pouvez-vous nous en parler ?

SW : C’est un auteur que je recommande. Il est présent à l’Eté du Livre. Comme vous le savez, j’ai deux passions : l’Histoire et la Littérature. L’Histoire j’essaye d’en vivre, quant à la Littérature, je suis surtout un lecteur assidu. Pierre Pelot fait partie de mes auteurs de prédilection. Il est lorrain ce qui ne gâche rien. Il est fier de ses origines et déteste le parisianisme littéraire gangréné. Pierre a une œuvre tellement abondante qu’il est incapable de vous citer toutes ses productions. Il en a plus de 200 cents… et il vient d’en publier une autre ! Il en produit en moyenne deux à trois par an. Elles sont de très bonne qualité. Il a été récompensé par de nombreux prix littéraires et doit essentiellement son succès à ses lecteurs, car il déteste et fuit les médias. Mais, je ne pense pas qu’il refusera un interview à LTC…

LTC : Je vous remercie Sébastien pour votre gentillesse et tous vos savoirs partagés, bonne journée !

SW : Merci pareillement !

© Propos recueillis par Jean Dorval pour LTC le 05 juin 2010 à l’Eté du Livre (Metz, Moselle).

 

14/07/2010

« SEX@MOUR », LE LIVRE A LIRE !

sex@amour.jpgPour Jean-Claude Kaufmann dans son livre « Sex@mour », « Les gens voudraient que le sexe soit un loisir comme les autres »… Ce bouleversement des relations amoureuses, provoqué par le développement d’Internet, est à l’origine de cet « affectif venu d’ailleurs »… Pourquoi ? Un excellent interview de JCK sur 20minutes.fr tente d’y répondre. :

http://www.20minutes.fr/article/402559/Culture-Jean-Claude-Kaufmann-Les-gens-voudraient-que-le-sexe-soit-un-loisir-comme-les-autres.php


Adn pour LTC Lectures.

CRIME ET… « CHATIMENT » : RELIGION ET POLITIQUE N’ONT JAMAIS FAIT BON MENAGE !


le châtiment.jpgLa BD Guy Lefranc « Le Châtiment » (Tome 21), réalisée par les excellents auteurs Martin, Dreze et Delperdange, sortie le 29 mai dernier, chez Casterman, est comme toujours de très bonne facture.

Cette nouvelle aventure mène cette fois-ci notre journaliste-héros en reportage à Hollywood, afin d’y suivre la cérémonie des Oscars. Notre reporter étant toujours dans l’œil du cyclone (sinon il n’aurait pas de raisons d’exister) assiste médusé à la croisade agressive menée par une faction religieuse  fondamentaliste protestante : l’Église du Pardon et de la Foi du Révérend Blackstone. Cette dernière s’oppose violemment aux milieux du cinéma, accusés d’être un vivier de dépravés. Aussi, quand plusieurs accidents graves et attentats se succèdent, visant des personnalités hollywoodiennes, Lefranc soupçonne de suite l’organisation extrémiste de Blackstone. Ne serait-elle pas capable finalement d’infliger à Hollywood un châtiment radical et définitif se voulant à tort d’inspiration divine ? Guy va tenter de s’opposer à cet extrémisme au péril de sa vie. Va-t-il y arriver ? Vous le saurez en dévorant cette très belle BD !

© JD pour LTC Lecture.

02/07/2010

MATHILDE JANNOT : UNE CHARMANTE PLUME QUI VOUS INVITE A VISITER METZ !

044.JPG

 Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010/LTC.

LTC : Bonjour Mathilde Jannot, vous êtes meusienne d’origine, d’Etain pour être précis, et étudiante en Médiation Culturelle à Paris III. Pouvez-vous nous parler un peu de vous ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui vous a amené à publier un ouvrage aussi spécifique que « Metz, Guide balades & découvertes », publié aux Editions Serpenoise ?

MJ : Je suis étudiante et j’ai 22 ans. Comme vous l’avez précisé, mes études sont orientées vers la Médiation Culturelle. Mon travail consistera à monter des projets dans les musées, mon domaine de prédilection. A propos de l’ouvrage « Metz, Guide balades & découvertes », on m’a proposé de l’écrire dans un temps relativement court et j’ai accepté de relever le défi…

LTC : C’était en lieu et place d’une autre personne ?

MJ : Il revenait normalement à Philippe Martin de l’écrire… Mais, à cause d'autres fonctions qu’il occupe actuellement cela n’a pas pu se faire. Aussi, il m’a proposé de le rédiger à sa place. Je n’ai pu qu’accepter ce grand honneur.

LTC : Philippe Martin vous a aidé, orienté ?

MJ : Oui énormément, il ne m’a pas laissé seule. On a fait ensemble le choix des parcours et des thématiques à aborder dans ce guide. Il en a fait la relecture et s’est occupé de toute la partie administrative auprès des Editions Serpenoise. Quant à la sélection des photos, il s’en est chargé aussi, ensuite j’ai validé ses choix.

LTC : Avez-vous travaillé en corrélation avec l’Office de Tourisme de Metz pour réaliser votre livre ? Etes-vous parti sur des thématiques déjà développées auparavant par d’autres auteurs ou est-ce un tout nouveau sujet ?

MJ : Le prix du précédent guide, publié aussi chez Serpenoise, était encore en Francs et en Euros… Donc, il datait d’avant le passage à l’Euro ! Le nouvel ouvrage se devait d’intégrer l’Euro et surtout l’arrivée du Centre Pompidou-Metz. Ce coup de fraîcheur a touché jusqu’au graphisme, car le précédent guide ne paraissait pas aussi attractif…

LTC : Il est donc très didacticiel votre ouvrage Mathilde ?

MJ : Effectivement ! Le plan général a été refondu pour gagner en lisibilité. Il est axé sur des thèmes de visites sélectionnés le plus judicieusement possible. Pour chaque parcours à effectuer, on a même choisi de mettre un mini plan, cela permet de ne rien oublier de visiter sur les parcours concernés. De plus, la rédaction est accessible au grand public. Et le prix de 9€, vu la période, n’est pas très onéreux pour les gens.

045.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010/LTC.

LTC : Finalement votre livre est complémentaire d’une visite de Metz accompagnée d’un guide de l’Office de Tourisme, mais il permet aussi aux gens qui ont peu de temps à passer sur Metz de visiter seuls en une heure un quartier de leur choix, puisqu’il permet d’aller à l’essentiel…

MJ : Oui, chaque parcours faisant 30 à 45 mn, voire une heure si on visite dans le détail, le côté pratique de cet ouvrage en donne une lecture aisée, synthétique, facilitant la visite. Par exemple dans la partie « La ville sonnante », si on s’arrête dans chaque église, cela pourra durer beaucoup plus que 45 mn. A chacun de trouver son rythme !

LTC : De quel parcours souhaitez-vous particulièrement nous parler ? Combien avez-vous concocté de parcours ?

MJ : Je viens de vous parler de celui intitulé « La Ville Sonnante » puisque pendant longtemps les clochers d'églises, collégiales, couvents et prieurés raisonnaient dans Metz. De l’église Notre-Dame à l’église Saint-Eucaire, je vous propose une petite balade de clocher en clocher. Mais, il y a 8 autres parcours à découvrir : « La Cathédrale », « Les Musées de Metz », « Metz Médiévale », « La Douceur de Vivre aux XVIIIe et XIXe Siècles », « Metz Impériale », « La Plus Grande Citadelle du Monde », « Le Centre Pompidou-Metz » et « Autour du Centre Ville ». Ce plan de visite tient compte des richesses intra et extra muros de Metz, une ville magnifique dont cet ouvrage donne une très bonne première impression. La gare, par exemple, foisonne de détails architecturaux datant de la période germanique. On ne les voit pas forcément quand on est de passage. Ce livre rend visible ce qui ne se voit pas forcément au premier coup d’œil. De même, sa force réside dans la synthèse et la richesse des éléments qu’il décrit. En tant qu’auteur, les choix ont été difficiles à faire, certains aspects me plaisant plus que d’autres. Il y a donc certains sujets non abordés ou succinctement évoqués, qu’il faudra compléter par d’autres lectures.

LTC : Le résultat final donne déjà un aperçu assez fouillé, charpenté…

MJ : Tout à fait, on ne peut pas tout dire !

LTC : En quelles langues votre ouvrage est-il publié ?

MJ : Cet ouvrage est édité en anglais et en allemand. Ce n’est pas moi qui en ai assuré la traduction.

LTC : Votre ouvrage tombe à pic, il permet de faire le lien entre le Metz Historique et le nouveau Quartier de l’Amphithéâtre où est situé le Centre Pompidou-Metz…

MJ : C’était le but principal de ce guide et sa sortie s’est faite pratiquement en même temps que l’inauguration du Centre Pompidou-Metz. Je n’étais pas là pour l’inauguration de ce lieu de culture que je n’ai pas encore visité, mais j’imagine que mon ouvrage est vendu dans sa librairie.

LTC : Même sans avoir visité le Centre Pompidou-Metz, et vu l’ampleur médiatique de ce grand événement messin, vers quels tableaux exposés va votre préférence ?

MJ : « La Tristesse du Roi » de Matisse et « L’Aubade » de Picasso. Et deux œuvres lorraines : le moulage de Ligier Richier intitulé, Statue du tombeau de René de Chalon, le « Squelette » et « Saint-Thomas à la pique » un tableau de Georges de la Tour. Je n’aime donc pas forcément que les contemporains. L’exposition « Chefs-d’œuvre ? » qui s’interroge sur la notion de chef-d’œuvre est très pertinente. J’ai hâte de découvrir le Centre Pompidou-Metz.

LTC : D’autant plus que c’est gratuit pour les moins de 26 ans… Question plus personnelle Mathilde… Pouvez-vous nous dire quelle jeune femme vous êtes ? Que fait-on à 22 ans ? Quels sont vos goûts ?

MJ : J’ai des goûts un peu particuliers pour mon époque. J’adore visiter les Musées et les expos, j’aime beaucoup lire, aller au cinéma, etc. Donc, pas forcément tout ce que font les jeunes d’aujourd’hui. Parfois, cela peut même paraître un peu vieillot, poussiéreux…

042.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010/LTC.

LTC : C’est moins poussiéreux depuis que vous y allez en tous cas…

MJ : Heureusement, il n’y a pas que moi dans les Musées. Il se trouve tellement de belles choses à voir dans ces lieux de mémoire, qu’il faut tout faire pour que les jeunes se les réapproprient. Sinon, j’aime profiter des petits plaisirs de la vie, des plaisirs tout simples…

LTC : Etes-vous une épicurienne Mathilde ? Aimez-vous la bonne bouffe, lorraine notamment ?

MJ : Oui, j’aime la cuisine lorraine, notamment la délicieuse Quiche, mais aussi celle du monde entier, comme les Sushis !

LTC : Quel est le dernier plat que vous avez préparé pour vos invités ?

MJ : Des Cannellonis au Thon « fait maison », bien sûr !

LTC : C’est quoi votre péché mignon ?

MJ : Sans hésitation, le chocolat noir ! Mais, pas à plus de 70% ! Sinon dans le rayon sucré, et plus localement, j’aime les Madeleines de Commercy et les Macarons de Nancy.

LTC : Vous êtes un bec sucré…

MJ : Oui.

LTC : Je vous remercie pour cet interview Mathilde, bonne fin de journée à vous.

MJ : Merci à vous aussi, Jean, au revoir !

 

© Propos recueillis par Jean Dorval à l’été du Livre 2010, le 05 juin 2010.

14/06/2010

ANNE DE RANCOURT : UN ECRIVAIN NON-CONFORMISTE A BIEN AGITER AVANT DE LIRE !

 039.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.

 LTC : Bonjour Anne de Rancourt, comment passe-t-on du métier de prof à celui d'écrivain ?

AdR : Tout d'abord, bonjour aux lecteurs d'LTC. Suis-je passée du métier de prof à celui d'écrivain ? Eh bien non, ce n'est pas ainsi que cela s'est passé ! En fait, c'est contigu. Je dirais même que ce n'est pas l'un sans l'autre. Le métier de prof me permet de vivre et de nourrir ma nombreuse famille, puisque j'ai quatre garçons. Par contre, je ne peux pas m'arrêter d'écrire... et ne peux pas encore gagner ma vie grâce à mon écriture, puisqu'il faut vendre beaucoup de livres pour cela ! Aussi, je ne suis pas passée de prof à écrivain d'un coup de baguette magique, car j'écris depuis toujours... Si l'on vous lisez mon livre « Un mètre quatre », vous verrez que cela fait longtemps que j'écris. En fait, je crois même que je suis née avec un stylo à la main ou presque. Pour moi, l'écriture est une sorte de respiration, un besoin. Je crois que si je restais plusieurs mois sans écrire, je deviendrais extrêmement désagréable avec tout le monde. Il me manquerait vraiment quelque chose.

LTC : Vous êtes prof de français ?

AdR : Non, je suis prof d'allemand. Mais, j'ai commencé par enseigner le français. A cette époque, j'écrivais déjà, mais je ne pensais pas publier un jour. Dans mon existence, j'ai écrit beaucoup de nouvelles, de contes et de lettres. J'aime beaucoup les lettres. Tous ces écrits sont à ce jour non publiés. Cependant, j'ai déjà eu un projet de recueil de lettres avec Le Seuil Editions qui n'a pas abouti, pour des raisons indépendantes de ma volonté. Je ne renonce cependant pas à l'idée de le faire. J'ai aussi un projet de roman où il y a une partie épistolaire, un genre que j'affectionne tout particulièrement.

Donc, pour revenir à votre question initiale... Il n'y a pas d'un coté le métier de prof et de l'autre le métier d'écrivain. L'un ne va pas sans l'autre. Un jour je prendrai ma retraite (ce qui ne saurait tarder), comme tout le monde, à ce moment, là, je me consacrerai totalement à l'écriture.

035.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.

LTC : Présentez-nous vos maisons d'édition : Buchet Chastel et Chiflet & Cie...

Ce sont deux maisons d'édition parisiennes. Buchet-Chastel fait partie du Groupe Méta-Editions/Groupe Libella, un gros groupe d'édition qui marche très bien. Cette collection est dirigée par Pascale Gautier qui s'occupe essentiellement de littérature française. Quant à Chiflet & Cie, cette collection appartient aux Editions Hugo et Cie. Elle ne produit que de l'Humour, des sujets de société pris à contre-courant, politiquement incorrects, caustiques, vus de manière légère, afin de mettre des coups de pieds dans la fourmilière.

LTC : Donc contre les idées reçues...

AdR : Absolument et cela me correspond tout à fait !

anne de rancourt.jpg

LTC : Anne vous avez publié trois livres. « Un mètre quatre » est le plus récent. « Comment élever un ado d'appartement » reste celui qui vous a fait connaître au Grand Public. Il y a aussi « Je suis ronde et j'aime ça ! », un appel à la tolérance... Pouvez-vous nous en parler et nous dire ce qui a inspiré de tels ouvrages d'actualité ? Relèvent-ils de votre expérience personnelle et/ou de celle des autres ?

AdR : Le tout premier ouvrage que j'ai publié c'est « Comment élevé un ado d'appartement ». L'idée est partie d'un gag téléphonique avec Jean-Loup Chifflet, le Directeur de la Collection. Comme mes enfants faisaient beaucoup de bruit et que je n'entendais pas bien ce que disait Jean-Loup, je leurs ai dit de manière très détachée : « maintenant cela suffit, allez jouer sur l'autoroute ! » Ce qui bien sûr ne se dit pas quand on est une bonne mère... Jean-Loup a cependant éclaté de rire et m'a dit : « Oh la la ! C'est comme cela que vous parlez à vos enfants ? » Je lui ai répondu : « on voit bien que vous n'y connaissez rien, c'est une race à part, des ados, catégorie d'appartement » Là, il a éclaté à nouveau de rire et comme ce sujet lui convenait, il m'a répondu : « voilà un très bon sujet pour un livre ! » Et sur le ton de la boutade, j'ai proposé de rédiger un guide d'élevage pour ados. Cette aventure a démarré ainsi ! Un jour ou l'autre, ce bouquin concerne toutes les familles. Il est structuré comme un guide pour élever un animal domestique très particulier, voire de compagnie... Il y a l'alimentation, le toilettage, la cage, comment les occuper, comment les faire sortir, et aussi comment les faire rentrer, ce qui est très compliqué... Ce livre est adapté au théâtre depuis le mois de février dernier. La première a eu lieu grâce à une compagnie suisse à Lausanne. Les droits ont aussi été rachetés par le metteur en scène de théâtre Hélène Zidi-Chéruy, la fille de Claude Zidi, dont le projet d'adaptation est en cours. Je ne sais pas si cela est terminé et quand cela sera joué. J'espère juste que cela sera réalisé à Metz un jour... Dans tous les cas de figure, c'est très touchant de voir un texte que l'on a écrit joué au théâtre.

LTC : Tous ces gens font-ils les adaptations avec vous ?

AdR : Non ! Les droits en cours sont rachetés. Par contre, le contrat d'adaptation stipule que mon nom et le titre original doivent toujours être cités, l'esprit du texte conservé et les nombreux clins d'œil restitués.

anne de rancourt 2.jpg

Pour revenir à la question... Chronologiquement, le second ouvrage est « Je suis ronde et j'aime ça », publié aussi chez Chiflet et Cie. Mon but dans ce livre était de dire en « gros », si je puis me permettre... (rire collectif)

LTC : Sans jeu de mots, bien sûr !

AdR : Avec « jeu de mots » car... il y en a marre que l'on essaye toujours de toutes nous formater. Il faut obligatoirement que nous rentrions dans un calibre spécifique, des canons de « beauté » irréfutables, un moule stéréotypé, une uniformisation dictatoriale de « LA » Silhouette. Cela est inacceptable ! Et moi qui ai des rondeurs, j'ai eu envie de dire avec ce livre : « Stop ! Foutez-moi la paix, laissez-moi vivre ! ». D'ailleurs, le chanteur Mika, n'interprète-t-il pas « Big Girl (You Are Beautiful) », le film « L'Amour extra-large » de Bobby Farrelly ne tord-il pas le cou à quelques idées reçues sur les femmes dites « grosses », et Maryflor Flowell ne réalise-t-elle pas des vêtements Haute-Couture pour les femmes fortes ?

LTC : Perso, j'ai aussi quelques rondeurs... (rire complice).

AdR : Personnellement, je trouve cela très sympathique, confortable et sensuel...

De plus, « Je suis ronde et j'aime ça » est un livre que les messieurs aiment bien offrir à leur compagne. En général, ils se prennent une baffe en s'entendant dire : « eh bien, dis-moi en plus que je suis grosse ! » Ce à quoi ils s'empressent de répondre : « mais, non tu es belle ! » Avant d'acheter ce livre, je conseille donc aux messieurs de lire la page 75, afin de s'informer sur l'Amour avec une femme ronde. Il s'y trouve notamment un très bel extrait des « Mille et une nuits... »

LTC : Ce livre vise-t-il à décomplexer les femmes « rondes » ?

AdR : Non, car ce n'est pas un livre de résignation ! C'est un écrit sur la joie de vivre tel que l'on est physiquement. Ce n'est donc pas réducteur... comme si je vous disais, par exemple : je regarde vos longs cheveux blonds... (autre fou rire commun)

LTC : Merci pour moi qui n'ai plus beaucoup de cheveux ! (ton humoristique)

AdR : Ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut accepter les gens tels qu'ils sont et non pas comme on voudrait qu'ils soient. Y'en a marre des diktats de la pub, des médias et consorts ! Je ne pense pas que si je pèsais dix kilos de moins, je serais quelqu'un de mieux, de plus intelligent, de plus aimant, plus digne d'être aimée, une meilleure compagne ou mère, etc. Je suis une femme comme les autres, avec mes défauts et mes qualités, mais en plus avec des caractéristiques physiques différentes qui font toute ma richesse d'Etre Humain à part entière, ayant le droit d'exister et méritant autant le respect que n'importe quelle personne répondant aux canons de beauté actuels. Bien sûr le regard des autres compte, mais c'est surtout le nôtre qui est déterminant ! Ce livre est un véritable appel à la tolérance. Il ne suffit pas seulement d'accepter l'autre, il faut l'aimer tel qu'il est ! Et surtout, il faut s'aimer soi-même tel que l'on est ! A cet effet, je propose des exercices de regard dans la glace, comme si on regardait un tableau, mais sans se juger... car souvent le regard le plus méchant reste celui que l'on a sur soi-même. Pour être accepté par les autres finalement, il faut changer notre propre perception de nous-mêmes et arrêter de dire : « je suis trop ceci, trop cela... » Notre regard fait celui des autres. Nos proches ne doivent pas nous regarder comme « gros » ou « maigre », mais tel que nous sommes. Soit ils nous aiment globalement, soit ils ne nous aiment pas du tout ! Vous savez on n'est pas obligé d'être aimé et désiré par tout le monde. Il faut de tout pour faire un monde !

LTC : Il est curieux de constater que dans une société moderne comme la nôtre qui prône la tolérance à tout bout de champ, avec une culture de communication incroyable, inégalée au cours de l'Histoire, il reste difficile de faire accepter les personnes qui ont des formes... Finalement, le regard est beaucoup plus dur maintenant, véritable dictature inhumaine !

AdR : En effet, le regard de nos contemporains est très réducteur. Du coup, il faut que l'on soit tous rangés dans la même case, sous peine d'être exclus. J'ai ressenti une similitude d'attitude dans le monde de l'édition, car étant aussi romancière, je me suis retrouvée cataloguée « auteur rigolo » avec mes trois ouvrages. Il est très dur alors de se défaire de ce type d'étiquette, tendant à faire oublier que je sais aussi écrire des romans !

anne de rancourt 3.jpg

La preuve ? Je vais vous présenter maintenant « Un mètre quatre », mon dernier livre paru, un roman... Ce dernier vient de sortir très récemment en Livre de Poche, dans la Collection Pocket. C'est mon préféré et j'ose prétendre qu'il s'agit de littérature. C'est un livre dont l'argument initial est autobiographique dans la mesure où cela parle d'une petite fille de sept ans, Nanou, découvrant l'écriture, la lecture...

LTC : Occupations très rares de nos jours pour un enfant...

AdR : Effectivement, ce sont deux occupations de plus en plus rares, surtout chez les jeunes publics. Il faut faire lire les enfants, leur lire beaucoup d'histoires, si l'on veut qu'ils sachent écrire. De cette manière, les enfants structurent leur pensée. La lecture est pour eux très constructive (fixation de l'orthographe et de la grammaire) et fait fonctionner l'imagination, et ce, à l'inverse de la passivité qu'ils peuvent avoir devant un écran de TV ou d'ordinateur. Là, tout est prémâché, formaté, prêt-à-penser, sans effort... On ne peut y imaginer une voix, un regard, etc.

De plus, dans « Un mètre quatre », la petite Nanou, qui est très joyeuse, aime beaucoup vivre. Sa Tante Alice, un personnage que j'ai inventé qui est un peu une marraine-fée, ne s'appelle pas Alice par hasard...

LTC : Cela fait-il référence à « Alice au Pays des Merveilles », le fameux conte se déroulant dans un monde féérique ?

AdR : Tout à fait et cette féérie rend justement la vie plus douce à cette petite Nanou qui est malade. Cette info est à prendre sur la pointe des pieds et du bout des lèvres, car ce n'est pas un livre sur la maladie. Nanou écrit à la première personne sa vie dans son petit cahier... Un enfant ne juge pas sa propre vie, il n'a pas la distance nécessaire lui permettant de dire : « c'est grave », « c'est pas bien », « j'ai pas de chance », etc. En fait, il vit. Le livre s'intitule « Un mètre quatre », car Nanou observe sa vie de sa hauteur... Elle est une toute petite fille, sa taille est tout en bas de la courbe que l'on voit sur les carnets de santé. Ce qui fait dire à sa sœur ado, Valentine, qui est assez brutale avec elle, qu'elle est « normale, mais pas beaucoup... ». Mais, pour la fameuse Tante Alice « la taille, on s'en fout ! » Et pas à cours de situations cocasses, la fameuse Tante se lâche en n'hésitant pas à faire les pieds au mur avec Nanou. Quand soudainement sa robe tombe... A la vue de sa culotte, c'est le fou rire général ! Ce livre c'est donc l'esprit de jubilation, une manière de survivre, avec un fond d'émotions, puisque cette petite gamine est malade.

LTC : Quelle maladie a-t-elle ette petite Nanou ?

AdR : Elle ne connaît pas le nom de sa maladie, mais ce n'est pas cela l'important ! On comprend cependant qu'il s'agit d'une maladie grave, car elle va souvent à l'hôpital. Elle raconte au jour le jour ce qu'il lui arrive sous forme d'évocation. Il y a certes des moments sont poignants. Elle écrit dans son petit cahier, avec un style propre aux enfants, celui qui veut tout dire d'un coup, celui d'une gamine qui revient de l'école et que l'on ne peut plus arrêter dans son récit décousu : « eh ben, eh ben... la maîtresse elle a dit que... n'était pas gentil... et puis au goûter j'ai eu... » En clair, toutes les idées s'enchaînent dans le désordre... Cela déroute un peu en début de lecture, puis on s'y fait vite. Les lecteurs eux-mêmes précisent que cela renforce le côté poignant de l'ouvrage, puisque cela touche aux émotions propres à l'Enfance et à celle des... lecteurs.

036.JPG

 Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.

 

LTC : C'est la petite fille qui sommeille encore en vous qui se révèle dans ce roman ?

AdR : Elle ne sommeille pas, elle est toujours présente.

LTC : Il s'agit de vos souvenirs personnels...

AdR : Oui, il s'agit de mes souvenirs de petite fille - ce qui constitue le point de départ de ce roman - car j'ai été malade longtemps étant jeune. Les médecins, comme c'était une maladie rare, parlaient à mots couverts. Ce qui ne m'empêchait pas de passer pour « Miss Questions Multiples ». J'étais très curieuse, ce que je suis toujours d'ailleurs. De plus, Nanou a un compagnon dont elle ne se sépare jamais : son dictionnaire. Elle va y puiser des mots qui l'interrogent en permanence, ce qui au final soûle la Tante Alice. Cette dernière lui dit même : « je vais te bâillonner ! » Puis de fil en aiguille, Nanou cherche ce que veut dire le verbe « bâillonner »... Le rythme de lecture de ce livre est très sautillant, voire pétillant de joie et de malice. Mais, il y a aussi des moments un peu durs. Je n'ai pas écrit ce livre avec ma vision d'adulte, mais en gardant mon regard d'enfant, ce qui préserve cet ouvrage du mélodrame. Le récit n'aurait pas eu la même signification si Nanou faisait « Un mètre soixante-cinq ». Il n'aurait pas été aussi naïf, mais plutôt compassionnel, et je ne voulais pas de cela. Etant mère de famille, l'idée que l'un de mes enfants puisse être malade comme cela, comme je l'ai été, me torture rien que d'y penser ! C'est horrible ! Malgré tout, j'arrive dans ce roman à positiver complètement le traumatisme. D'ailleurs mon imagination débordante me vient de cette période où j'étais beaucoup allongée, où j'avais le plafond pour seul paysage. Les sons étaient différents. Il y a même eu une période durant laquelle je ne pouvais plus lire... car c'était trop risqué. A ce moment, j'ai commencé à inventer des histoires dans ma tête, puis je les ai rédigées plus tard. En écrivant, cela m'a permis de faire table rase du passé. Ce n'est plus de la douleur, mais cela relève de l'expérience. C'est pourquoi ce livre m'est tellement précieux. J'ai beaucoup travaillé et retravaillé dessus. Ce bouquin par rapport à sa mouture initiale a été allégé. Je suis très contente de cette exigeance d'écriture. Je continuerai dans ce sens pour mes prochains ouvrages.

LTC : Alors, vous qui avez fait travailler votre imagination durant toute votre enfance, avez-vous vu le dernier film de Tim Burton dont le titre est... « Alice au Pays des Merveilles » ?

AdR : Non, je ne l'ai pas vu.

LTC : Que vous apporte l'écriture ? Partagez-vous cette expérience avec vos élèves de Lycée ? L'écriture n'est-elle finalement pas une façon de communiquer et de sourire aux Autres en continu ?

AdR : Complètement ! Je croix que c'est effectivement une main tendue. Hier, sous le chapiteau de l'Eté du Livre 2010, des élèves sont venus me voir. Au début, je vous avoue que je n'osais pas évoquer cette expérience d'auteur au lycée, pensant qu'il valait mieux la déconnecter de mon travail de prof. En fait, c'était une erreur, puisque je suis enseignante et... écrivain. Deux métiers indissociables à mes yeux ! Maintenant, j'ai changé d'attitude et ne me gêne plus d'en parler à mes élèves. Cela leur permet d'avoir un autre point de vue sur moi. Quand ils me voient derrière mon stand avec mes livres, ils sont un peu intimidés, c'en est même rigolo ! Durant ces rencontres, je n'ai pas du tout le même rapport avec eux qu'en cours. In fine, je suis aussi intimidée qu'eux. Alors, lecteurs potentiels ou pas mes élèves ? Certains d'entre eux n'hésitent pas à venir se faire dédicacer un de mes livres après les cours. C'est toujours très, très touchant.

Que m'apporte l'écriture ? Eh bien, comme je le disais tout à l'heure, il s'agit d'un mode de vie, d'une respiration. Etant prof, je ne peux pas me permettre d'écrire tous les jours, car j'ai mes cours à préparer et à assurer (des copies à corriger) et ma vie de famille à vivre. Je me consacre aussi à mes ami(e)s. Et je suis chroniqueuse, pigiste, pour le journal La Semaine.

LTC : Ce sont vos premiers fans vos élèves ? Vos inspirateurs dans certains cas ?

AdR : Mes élèves m'ont beaucoup inspirée, notamment à propos du chapitre sur la colonne vertébrale, dans « Comment élever un ado d'appartement ? » Je me demande toujours s'ils en ont une... vu les positions corporelles voûtées qu'ils adoptent. On dirait qu'ils sont comme dégonflés, sans ossature ni musculature... Forcément, une fois que mes élèves se retrouvent dans ce livre cela les amuse : « Mdr, Lol ! » Par la même, cela décrispe les parents. Les ados se retrouvent à un tel point dans ce livre qu'ils me disent souvent : « c'est pas possible vous l'avez écrit dans ma chambre ce bouquin ! »

D'autre part, je me souviens qu'au début de ma carrière, j'enseignais le français, et là, je me suis régalée, car avec deux classes de 4ème, deux années consécutives, dans deux collèges différents, on a participé à un concours d'écriture que l'on a remporté. C'était d'autant plus émouvant que l'on avait travaillé près de six mois sur l'écriture d'une nouvelle, pour recevoir un jour un télégramme nous annonçant que l'on avait gagné sur tout le Grand Est de la France. Il y a tout de même 13 départements à battre ! Nous étions premiers sur 800 projets... J'étais vraiment fière d'eux ! En plus pour des élèves un peu en difficulté, c'était vraiment génial comme expérience !

Certaines de mes anciennes élèves viennent aussi me revoir sur les stands où je dédicace mes livres. Je les ai eues il y a 20 ans en classe, pourtant elles n'hésitent pas à me dire : « vous vous souvenez que vous m'avez eue comme élève ? » Allez savoir ! C'était des gamines et maintenant ce sont des jeunes femmes ! Mères de famille de surcroît ! Une de mes anciennes élèves m'a même dit : « à cause de vous maintenant j'écris ! » Ca va, c'est une accusation que je veux bien assumer. (rire)

LTC : Accusation qui n'est pas mensongère...

AdR : Qui n'est pas mensongère du tout ! Effectivement, vous me demandiez en début d'interview si l'écriture était un lien. Eh bien oui, c'est un mode de communication génial s'adressant à tout le monde, qu'on sache écrire ou non, qu'on aime lire ou non. On peut lire simplement de petits passages, voire trois mots de suite, cela restera toujours de la lecture !

LTC : Et dans La Semaine vous faites quoi comme type d'article ?

AdR : Plutôt des chroniques culturelles, des comptes rendus de spectacles, des rencontres avec des réalisateurs, des cinéastes, des acteurs, des auteurs, parfois des billets d'humeur...

LTC : Quel était votre dernier sujet en « billet d'humeur » ?

AdR : En fait, c'était plutôt un « billet de bonne humeur » à propos de ma vision du Centre Pompidou-Metz...

LTC : Avez-vous aimé la visite du Centre Pompidou-Metz ?

AdR : Oui, j'adore ce nouveau musée. Tout y est magnifique, tant au niveau architectural qu'artistique ! On manque de superlatifs pour le décrire.

LTC : C'est quoi votre tableau préféré dans l'expo « Chefs-d'œuvre ? » ?

AdR : J'ai été très touchée par les trois « Bleus » de Juan Miro.

LTC : Ceux qui terminent l'expo temporaire...

AdR : Oui, j'étais vraiment éblouie.

LTC : Il y a de très belles tâches noires ou rouges inscrites en suspension sur ces trois œuvres très planantes.

AdR : De plus, elles sont installées exactement comme le voulait Miro, avec peu de champ de vision, peu de recul, ce qui fait que l'on plonge d'office dans ce très beau bleu ciel. C'est si près et lointain à la fois... Aucune vitrine ou barrière sépare le public de ces œuvres majeures, au point que l'on serait presque tenté de les toucher. Ce qu'il ne faut bien entendu pas faire ! Voilà ce que j'appellerais : « renforcer la proximité avec l'art ! ».

LTC : Merci pour cet interview consacré au site LTC.

AdR : C'est moi qui vous remercie !

© Propos recueillis à l'Eté du Livre de Metz par Jean Dorval pour LTC Lecture, le 05 juin 2010. 

09/06/2010

JACQUES ENGELMANN : LE POETE LORRAIN DES P'TITS GARS DE LA RUE !

 

031.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.

 

LTC : Bonjour Jacques Engelmann ! Vous êtes retraité de la SNCF, ancien délégué CGT, poète messin à vos heures perdues et membre des Equipes Rue de l'Evêché de Metz, une action caritative menée sous l'égide de Monsieur l'Abbé Gérard Christ et de la Sœur Lucienne, deux « Grands Cœurs » de la Solidarité Messine qu'on ne présente plus. Vous dédicacez vos ouvrages à l'Eté du Livre 2010 au stand des écrivains locaux.

Jacques, pouvez-vous vous présenter plus en détail aux lecteurs d'LTC ? Quel a été votre parcours ? Quels sont vos ouvrages (en dehors du plus récent), vous le poète des P'tits Gars de la Rue, inspiré particulièrement par la Nature, la Catholicité, la vraie vie et le Social ?

JE : Bonjour, il n'est pas simple de résumer toute une vie... Je dirais tout simplement que dès mon plus jeune âge, j'ai été prédisposé à aider les Autres. Ce très bon départ a fait que toute mon existence, je suis resté aux côtés des gens. Aujourd'hui, j'ai 60 ans et mon engagement s'est traduit au travers du syndicalisme à la SNCF (où j'ai été délégué du personnel pendant 30 ans à la CGT), du militantisme politique au PCF (un parti dont je me suis retiré par déception), et de la poésie depuis l'âge de 25 ans. Mes poèmes me permettent d'exprimer ce que je ressens (comme dans mes deux premiers recueils de poésie : "Pain, Amour et Poésie" et "Eclosion"), de creuser par la même ma Foi, ainsi que mon dévouement pour le Social. Tout au long de mon existence, j'ai donc essayé de trouver des réponses. Je ne sais pas si j'ai réussi à le faire. Il me semble cependant parfois que le résultat obtenu est le bon. Ainsi, certains mystères que j'avais au fond de moi-même et que je continue à vouloir mettre à jour, trahissent mes fréquentes angoisses. L'écriture m'aide à mettre des mots sur mes peurs, générées par le contexte général actuel. Je pense notamment à la pollution qui est un sujet qui me tient particulièrement à cœur et qui me fait souffrir dans mon être. Le résumé de ma vie est une somme de souffrances, mais aussi d'espérances parce que Dieu m'a donné la Foi. Je crois que l'Humanité n'est pas vouée à sa propre perte. Aussi, tant qu'il y aura de l'espoir, je continuerais de me battre.

LTC : Quelles sont vos déceptions par rapport au PCF ?

JE : Le PCF m'a déçu parce qu'il n'a pas dénoncé assez tôt ce qui se passait dans les Pays de l'Est. Je suis sûr que nos responsables savaient, mais ils n'ont pas voulu le dire, jusqu'au moment où cela est devenu tellement évident que tout s'est effondré comme un château de cartes dans les années 90. Je connais beaucoup de militants politiques de l'époque qui y croyaient dur comme fer et qui ne s'en sont jamais remis. Cela a été pour eux un moment difficile à passer. Je ne sais pas à l'heure actuelle où ils en sont. Personnellement, n'ayant pas de certitudes je me suis retiré. Ma décision a été irrévocable quand la Chine a envahi le Tibet le 7 octobre 1950. Là, je n'ai pas pu supporter que ce pays écrase un peuple et une culture vieille de 2000 ans, pour les remplacer finalement par une sorte de société de consommation « à la communiste ». Cela me fait beaucoup souffrir car j'ai un grand respect pour le Bouddhisme et le Peuple Tibétain.

LTC : Vous dénoncez également le massacre de Katyń ? C'est-à-dire, le meurtre de plusieurs milliers de Polonais, essentiellement des personnalités, des officiers mais aussi des étudiants (officiers de réserve), des médecins et des membres des élites polonaises, réputées hostiles à l'idéologie communiste, par la police politique de l'Union soviétique (le NKVD) au printemps 1940 dans une forêt russe près de Smolens...

JE : Forcément, comme tout ce qui a été caché par le PCF. Depuis les années 90 tout ressurgit des archives russes et on s'aperçoit qu'au lieu d'avoir des Démocraties Populaires on avait finalement un régime très dictatorial qui faisait disparaître les opposants dans les goulags et qui affamait les populations.

LTC : Ce n'est pas contradictoire d'être communiste et catholique ?

JE : Effectivement, c'est une question qui m'a souvent été posée lorsque je travaillais à la SNCF. Des camarades, des petites gens, ne comprenaient pas vraiment cette apparente contradiction, qui pour moi était plutôt une complémentarité. Il me semblait évident que pour s'en sortir la Société se devait de tout mettre en commun. Aussi, le communisme et la doctrine sociale de l'Eglise, pour moi c'était le même combat ! Bien sûr, il s'agit d'un absolu, car dans notre Société où chacun souhaite conserver ses petits avantages, il va devenir de plus  en plus dur d'arriver à s'en sortir chacun de notre côté. On n'est pas encore prêt psychologiquement à partager, la Société matérialiste s'individualisant de plus en plus. Mais, je continue de croire que les choses iront mieux demain et me bats toujours pour cela.

032.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.


LTC : La Solidarité pour vous, c'est donc une notion très importante ?

JE : Bien sûr ! La Solidarité est le départ de tout. C'est se sentir en lien avec les Autres et essayer de créer quelque chose de fort, d'utile pour la Société.

LTC : Jacques, j'ai dans les mains votre dernier (et troisième) recueil de poésie intitulé « Vivant », et je vois qu'à la page 93, il y a un très beau poème intitulé « Cultivons l'Amitié ». Un passage a particulièrement retenu mon attention : « Tu as faim, tu as froid, Tu souffres, tu as peur : Ne crains rien je suis là Pour que ta joie demeure. » Ce très bel extrait me permet de faire une transition vers ce Social qui vous est si cher... Jacques vous êtes Acteur Social depuis 2002 au sein de l'Equipe Rue de l'Evêché de Metz... En quoi consiste cet autre engagement, mais cette fois-ci auprès des P'tits Gars de la Rue ?

JE : Mon action au sein des Equipes Rue se résume en quelques mots pris dans l'Evangile où Jésus dit : « Ce que vous ferez au plus petit des miens, c'est à moi que vous le ferez. » Aussi, en aidant les Petits, je me rapproche du Christ. En aidant les Petits j'essaye de me rapprocher le plus près possible de ma Foi et par mes engagement d'être en conformité avec mes convictions. Je pense que c'est en allant vers les Petits que l'on est le plus proche de la Vérité. C'est ce que je ressens au plus profond de moi. Et je n'invente rien puisque c'est inscrit dans les Evangiles.

LTC : Quand on aide les Pauvres comme vous le faites Jacques, cela doit être un enrichissement affectif mutuel incroyable ?

JE : On s'aperçoit de cet enrichissement affectif à tous les niveaux. Les P'tits Gars de la Rue font preuve d'une telle détermination pour s'en sortir, malgré tout ce qui les écrase, que l'on ne peut qu'être admiratif devant eux. Il y a tout de même dans cette nuit de la pauvreté une petite lumière qui apparaît, certes pas toujours, car parfois on se trouve face à des situations tellement dures que certains baissent les bras. Alors, c'est là que nous intervenons afin de les remettre debout ! Un de mes maîtres spirituels est l'Abbé Pierre, j'essaye modestement de lui ressembler. Il me reste encore beaucoup de travail pour ne serait-ce que lui arriver à la cheville !

LTC : Finalement tout en étant laïque Jacques votre engagement sur le terrain du Social est un véritable sacerdoce ?

JE : L'important est effectivement d'être sur le chemin, sur un chemin que l'on peut appeler « chemin sacerdotal »...

LTC : Vous qui êtes catholique pratiquant. A votre sens, qu'est-ce qu'être catholique de nos jours ? N'est-ce pas un engagement impossible vu la Société dans laquelle nous vivons ?

JE : En ce moment, je m'interroge particulièrement en tant que catholique sur différents sujets d'actualité, notamment le célibat des prêtres et la honte d'avoir des prêtres pédophiles. Même, si j'ai conscience que l'homme restera toujours faible (et se n'est pas une excuse !), cela ne m'empêche pas de mener de front ces deux combats. Je pense qu'au niveau de l'Eglise, il y a des choses à revoir, comme l'engagement des prêtres. Souvent ce sont des jeunes qui ne sont pas encore mûrs au niveau affectif. Aussi, il faut prendre d'énormes précautions. Cela dit, malgré toutes ces vérifications, le risque zéro n'existe pas. On sera malheureusement toujours confronté à des problèmes de genre. Ce qui fait la grandeur de l'Homme, c'est qu'il n'est pas un robot. Il sera donc toujours faillible, tenter sexuellement et par l'argent. Personne n'est à l'abri de tomber dans de tels travers malheureusement. Il faut beaucoup prier pour que cela change et savoir rester humble.

LTC : Il est en effet difficile pour l'Eglise Catholique en plus de 2000 ans d'Histoire de ne pas avoir des choses à se reprocher, d'autant plus quand on se rappelle le célèbre aphorisme de Saint-François de Sales : « Là où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie. » Ceci dit, cela n'excuse rien !

JE : Tout à fait. Il s'agit d'un travail de tous les jours sur soi-même, afin d'essayer de faire prospérer des valeurs saines. Et comme je tends toujours vers un absolu, c'est aussi pour cela que j'écris afin d'approfondir mes convictions. Il faut trouver des réponses en soi, au travers de la Bible et de l'enseignement de religieux.

LTC : La poésie Jacques à vos yeux n'est-ce pas une nouvelle forme d'évangélisation ?

JE : C'est effectivement une forme d'évangélisation. Des lecteurs m'ont même précisé qu'ils lisaient mes poèmes, comme on lit des prières. Ainsi, si je ne prie pas souvent, je compense ce manque par mes écrits. Je pense que mon écriture est une prière vivante en lien avec mon vécu. Ce n'est pas seulement des mots, ce sont des mots vécus tous les jours parfois en bien, parfois en souffrance.

LTC : Merci Jacques pour ces quelques confidences confiées au site la Tour Camoufle.

JE : Je vous remercie aussi et vous donne rendez-vous dans d'autres salons du livre auxquels je participe.

© Propos recueillis par Jean Dorval, le 05 juin 2010, en la Cathédrale Saint-Etienne de Metz.

 

030.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval 2010.

07/06/2010

EURYDICE REINERT CEND, POETESSE, DEFENSEUSE DES DROITS DES FEMMES ET DE L'AMOUR AU PLUS-QUE-PARFAIT !

020.JPG

Photo ci-dessus (la très belle Eurydice à la dédicace...) :

© Jean Dorval pour LTC


LTC : Bonjour Eurydice Reinert Cend, nous sommes dans le cadre prestigieux de l'Eté du Livre 2010, le rendez-vous littéraire messin incontournable. Vous êtes venue y promouvoir vos ouvrages. Aussi, je vous remercie de bien vouloir vous présenter aux lecteurs d'LTC, puis j'aimerais que vous parliez de votre œuvre littéraire et que vous me disiez pourquoi vous êtes devenue « écrivain », et non pas « écrivaine », un terme que vous n'aimez pas...

ERC : Bonjour et merci de me recevoir. Et bien tout d'abord, je suis poétesse, car j'ai l'âme poétique avant toute chose. Mais, je suis aussi romancière, essayiste et conteuse. Je suis devenue écrivain, tout simplement, parce que j'ai commencé par beaucoup lire. Et à force de lire, j'ai eu également envie d'écrire, de parler de la vie de façon à intéresser les gens, et également à pouvoir faire passer des messages sur des sujets qui me touchent profondément, et qui me sont chers. Par exemple, je dénonce les injustices et les difficultés de la vie, mais prône aussi la beauté de cette même vie.

LCT : Quels genres d'injustices dénoncez-vous ?

ERC : Je suis très sensible aux violences faites aux femmes. Le droit d'aimer est un de mes chevaux de bataille. Malgré les épreuves, j'explique qu'il faut toujours chercher à surmonter ses propres difficultés relationnelles, toujours essayer de se surpasser, afin d'être en quête du meilleur chez l'Autre.

LTC : Pensez-vous que les violences faites aux femmes sont une constante de l'Histoire de l'Humanité ou est-ce un phénomène plus récent ?

ERC : Malheureusement de nos jours, avec la difficulté qu'a l'homme à pouvoir s'identifier dans un rôle masculin type, et bien nous nous retrouvons dans un climat de violence extrême. Le cliché social est si bouleversé, que l'homme a du mal à se positionner par rapport à la femme, puisque de nos jours la femme travaille, est soi-disant l'égal de l'homme...

LTC : a son indépendante financièrement aussi...

ERC : Absolument ! En théorie tout va bien, mais, en pratique il y a encore un très gros travail psychologique à faire, afin que l'homme se sente bien dans sa peau, d'autant plus qu'il n'a plus à faire vivre seul le foyer, mais juste à devenir le partenaire de sa compagne. A ce propos, je pense qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir... à l'image de ces célébrités qui s'en prennent à leurs femmes ou compagnes d'un soir... et dont on entend parler dans les média. Ces hommes, là, font perdurer un symptôme social qu'il faudra arriver à moment donné à endiguer, grâce à la communication, la prévention, l'éveil, etc. A l'inverse, force est de constater, qu'il y a de plus en plus d'hommes qui deviennent sensibles à cet autre regard qu'il convient désormais de poser sur la femme, et qui la valorisent en tant qu'être humain à part entière. Cela leurs apportent énormément à tous points de vue.

LTC : Un récent sondage dénonçait le fait que 90% d'hommes ne faisaient rien à la maison... Ce qui laisse à la postérité 10% d'hommes « bien éduqués »... N'est pas finalement la faute des pères ou des mères qui dès le début éduquent mal leurs enfants en ne leurs apprenant pas à participer aux tâches ménagères ?

ERC : Malheureusement dans un foyer, dans un couple les rapports sont très, très complexes. La maman a beau vouloir bien éduquer son ou ses enfant(s), s'il y a derrière elle, en permanence, un papa dont l'autoritarisme empêche la transmission de ces valeurs, et bien elle n'aboutira à rien. Dans un couple, l'éducation se fait ensemble. Quand on est deux à parler d'une même voix, le résultat est beaucoup plus constructif. Je pense que le manque d'éducation de certains hommes provient principalement du conflit subsistant entre les parents...

LTC : Si on se réfère à ce sondage précisant que 10% seulement des hommes participent aux tâches ménagères et à ce que vous dites, il y aurait 90% d'hommes autoritaires... et donc 90% de femmes ne pouvant pas transmettre des valeurs saines...Ce n'est pas très réaliste !

ERC : Je ne crois pas que l'on puisse voir cela ainsi... Vous savez dans la vie, quelques soient les valeurs que l'on a envie de transmettre, et en tenant compte que chaque enfant a sa propre sensibilité, on arrive au résultat escompté ou non. En fait, ce sont des paris que l'on fait sur la vie, en espérant y arriver du mieux que l'on puisse. Pour ce faire, il faut être sain d'esprit, exemplaire... Une notion qui peut aussi se discuter d'un point de vue métaphysique. Il faut dans tous les cas être porteur de bien pour la Société, afin de pouvoir s'y intégrer au mieux.

LTC : En plus, avoir reçu une mauvaise éducation ne justifie en rien de ne pas changer d'état d'esprit une fois adulte...

ERC : Tout à fait, d'ailleurs je ne crois pas que les clichés que l'on véhicule sur les enfants maltraités - reproduisant des schémas familiaux violents - aident ces derniers à sortir de leurs problèmes. Bien au contraire, ils ne leurs permettent pas de sortir de la spirale infernale de la violence. Il faudrait mieux valoriser ceux qui refusent cette terrible et horrible oppression. La sensibilité de l'être humain doit lui permettre de tendre vers le meilleur, afin de s'ouvrir sur une vision positivée de la société.

LTC : Vous êtes très motivée par la dénonciation de toutes ces injustices. Est-ce que cela fait appel à votre expérience personnelle et/ou aux témoignages d'autres personnes ?

ERC : Je fais appel à des témoignages et m'intéresse à ce qui se passe dans le monde de nos jours. On a beau parler partout de progrès social, de la place de la femme dans la Société, on se rend compte au final dans le quotidien des femmes, que leur vie de tous les jours n'est pas aussi mirobolante qu'on voudrait nous le laisser entendre. La « Modernité » est un bien grand mot, c'est pourtant le thème de cet Eté du Livre 2010, posant la question « Modernité... et alors ? ». Je dirais tout simplement « chiche à la Modernité ! », à condition qu'elle intègre un réel progrès social pour les femmes...

 

029.JPG

Photo ci-dessus : © Jean Dorval pour LTC

LTC : Comme vous venez de le préciser si justement, le thème de cet Eté du Livre 2010 est « Modernité... et alors ? ». Quels sont les autres rapports entre les quatre ouvrages que vous avez publiés et cette question complexe ?

ERC : « L'Abécédaire de l'Amour pour Lui » et « L'Abécédaire de l'Amour pour Elle » sont deux livres consacrés, l'un aux hommes et l'autre aux femmes. Cette séparation s'impose, car nous n'avons pas la même manière de raisonner. On ne peut pas parler à l'homme de la même façon qu'on le fait à la femme, surtout du point de vue relationnel.

LTC : Ce n'est pas un peu réducteur comme point de vue, ne serait-il pas mieux de faire un ouvrage permettant le rapprochement des deux parties ?

ERC : Non pas du tout, car comme vous le savez « Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus... » d'après John Gray...

LTC : Ce point de vue est stéréotypé et archiconnu !

ERC : Pour revenir à votre question du début, il y a toujours dans mon œuvre un lien entre tradition et modernité. Je pense qu'il faut nous nourrir du passé pour tendre résolument vers le futur. Le présent n'étant qu'une conjonction de la façon dont on arrive à lier ces deux visions du temps. A ce titre, on peut toujours apprendre du passé. Et justement parce que je suis une femme de mon temps, je sais que l'on ne vit plus la relation amoureuse homme/femme comme à l'époque de nos parents et de nos grands-parents. Désormais, la communication doit être le noyau dur d'une relation aboutie. Quand on est deux, il n'y a pas que le sexe en partage, même si les médias nous rabâche le contraire quotidiennement...

LTC : A ce propos, un des stands de l'Eté du Livre vend un « Dictionnaire des expressions sexuelles »...

ERC : Justement au lieu de nous rabattre les oreilles avec des thématiques aussi réductrices, il vaudrait mieux s'intéresser à la question dans ses aspects les plus intimistes. Non pas pour s'immiscer dans la vie privée des gens, mais plutôt pour révéler l'aspect humain d'une relation amoureuse, née de plusieurs facteurs concordants et qui peuvent être porteurs autant de positif que de négatif. Que l'on se retrouve juste pour passer un bon moment ou pour s'apprécier vraiment, in fine, qu'est-ce que l'on ressent véritablement au bout du compte ? En clair comment faire de ces moments intimes des moments privilégiés. C'est cet aspect là qui m'intéresse de développer.

LTC : Vous préférez que les gens vivent une belle histoire finalement...

ERC : Oui, car je pense que s'il est beau de faire l'Amour, il ne faut pas faire que cela, afin de pouvoir construire une relation durable. C'est notre fragilité humaine que nous mettons ainsi en jeu, nos corps ont leurs limites. Ce partage se doit d'être un instant précieux, relevant pratiquement du mystique. Faire l'Amour doit être un acte extraordinaire, non plus réduit à des moments de performances sportives. On ne fait pas l'Amour pour l'hygiène, on fait l'Amour car l'on partage avec une personne des sentiments. Ce partage de l'intimité doit être inoubliable, exceptionnel. Il ne doit pas s'épuiser dans la durée et doit pouvoir se renouveler comme au premier jour. J'en appelle donc à l'enrichissement de la relation amoureuse, à son nourrissement quotidien et à l'intelligence du cœur. Je pense qu'avant toutes choses le bon sens devrait primer sur l'instinct primaire. La Coucherie devient l'actuel Credo au détriment du sentiment et c'est dommage.

LTC : Mais, vous êtes un peu à rebours de tout ce qui se vit actuellement, vous croyez encore à « l'Amour éternel » ? N'était-ce pas valable à une époque où l'on vivait en moyenne une trentaine d'années ? Aujourd'hui, ne peut-on pas dire, vu l'allongement de la durée de la vie, que l'on vit plusieurs « Amours éternels » ?

ERC : (rires) Votre question est d'autant plus embarrassante que je pense que... quitte à vivre longtemps, autant vivre le mieux possible. Eternel ou pas, on doit essayer de faire en sorte que l'Amour soit porteur de Bien. Donc, la durée n'a pas d'importance, pour peu que la sincérité, le feeling et le respect soient présents. Il faut se sentir véritablement porter l'un vers l'autre en tant que couple. Faire de ces moments, un acte d'une beauté rare (je ne suis pas poétesse par hasard...). Donner du sens à sa vie, fuir la fadeur, la tiédeur, ne pas prendre pour modèles les stéréotypes médiatiques, etc. permet de développer la beauté de deux êtres complémentaires. Là où il y a de l'Amour, il y a forcément de la beauté.

Mais, pour revenir à votre question initiale... et le lien que l'on peut trouver entre mes écrits et la modernité... Dans le roman « Le droit d'aimer, ou un peu d'amour, s'il vous plaît », je parle de la Lorraine d'avant et après la Seconde Guerre Mondiale. Le message que je cherche à y faire passer est celui d'une femme dont le parcours s'appuie sur une histoire familiale douloureuse. Et justement, pour se sortir de ce lourd fardeau, elle doit avancer, seule, mais elle doit avancer pour tenir. Elle va ainsi puiser la force nécessaire à trouver son propre chemin vers le bonheur et elle réussira. Donc, il y a souvent de l'optimisme dans mes écrits. Le lien entre le passé, le présent et l'avenir est souvent présent. Donc, je le répète, je suis d'accord avec la Modernité, tant qu'elle ne tue pas l'Humain qui est en nous. C'est le message fort, le point central, le trait d'union entre tous mes ouvrages.

Pour finir, je vais vous parler de mon roman intitulé « M'aimeras-tu ? L'impérissable quête (volume 1) ». Cette histoire démarre au Ier Siècle, post-Jésus Christ, en prenant naissance dans l'ancienne Judée. Elle parviendra jusqu'à notre époque dans les prochains volumes, en passant d'un continent à l'autre dans un voyage aussi bien géographique que spirituel, mais aussi historique, puisque c'est un récit qui se nourrit de légendes, d'Histoire et d'une très large part de rêve. C'est en fait le début d'une véritable saga...

 

027.JPG

Photo ci-dessus : ©Jean Dorval pour LTC


LTC : J'ai bien compris que « M'aimeras-tu ? » aura une suite en plusieurs volumes... Avez-vous déjà commencé à les rédiger ?

ERC : C'est vrai que je m'y suis déjà attelé et je vais essayer de ne pas décevoir mes lecteurs. Cela prend du temps et j'espère que d'ici la fin de l'année, voire début 2011, le deuxième volume sera publié.

LTC : Rien d'autre sur le feu ?

ERC : Si, par ailleurs, j'ai un recueil de contes qui est en train de se finaliser, des contes africains puisque je suis originaire du Bénin... J'ai aussi un projet d'Opéra de Baudelaire qui est mon poète préféré. Pour moi, Baudelaire, c'est « THE » Poète ! Il m'a donné l'envie d'écrire par la beauté de ses propos. Dans sa poésie, chaque pied a sa place. On passe d'un alexandrin à la prose toute en finesse. Cela mérite toute notre attention. Les gens ont tendance à se détourner de la poésie, car ils ne rechignent à se frotter à genre littéraire qu'ils estiment complexes... et pourtant. Le texte de cet opéra est déjà en cours de rédaction, charge après à un réalisateur de le mettre en scène.

LTC : Vous n'aimez pas aussi Verlaine qui est né à Metz ?

ERC : Bien sur que si ! C'est un de mes poètes préférés ! Mais, je garde un faible pour Baudelaire, car nous avons la même fibre sensitive. Quand je lis du Baudelaire, je rêve les yeux ouverts J'aurais aimé être une petite souris, à son époque, afin de tenter de voir comment il faisait pour écrire d'aussi belles choses et comprendre ce qu'il vivait à l'instant même où il écrivait. Baudelaire correspond véritablement à ce que je ressens. C'est un peu comme si on s'était toujours connu. Il est éternel au travers ses ouvrages.

LTC : Eurydice vous êtes à la fois éclectique et passionnée. Est-ce bien raisonnable tout cela ?

ERC : (fou rire) Je crois que ce qui plaît aux gens qui découvrent l'auteur que je suis (hors Lorraine bien sûr, car dans la région les gens ont déjà eu l'occasion de m'entendre sur Radio Jérico et de lire à mon propos dans le Républicain Lorrain), c'est justement l'éclectisme et la passion pour ce que je fais. Je n'ai jamais désiré ressembler à une icône people, j'ai mon propre cheminement et je remercie tous ceux qui se reconnaissent dans cette approche.

LTC : Je vous remercie Eurydice pour votre disponibilité, votre sincérité et votre gentillesse.

ERC : C'est moi qui vous remercie.

© Propos recueilles par Jean Dorval pour LTC Lecture, le 04 juin 2010.

01/06/2010

UNE EXPO CHOC SUR LES GANGS DU SALVADOR AU MUSEE DE LA COUR D'OR DE METZ !

essai.JPG

C'est dans le cadre de la programmation de l'édition 2010 de l'Eté du Livre que démarre très prochainement l'exposition "Les Maras", un reportage prenant sur fond de photographies d'art de Christian Poveda. Du Vendredi 04 Juin 2010 10h00 au Lundi 28 Juin 2010 18h00, vous pourrez profiter de ce temps fort messin aux Musées de la Cour d'Or, avec une gratuité exceptionnelle du 04 au 06 juin... Des portraits sans fard des gangs à San Salvador, une frontière ténue entre fiction et réalité, entre vie et mort... Le tout agrémenté d'une projection du reportage de Christian Poveda, La Vida Loca, et d'une table ronde « Profession Photoreporter »... En clair, tout pour combler vos envies d'action !

 

JD pour LTC.

 

INFOS PLUS : http://www.etedulivre-metz.com/

 

INFOS PLUS : http://www.etedulivre-metz.com/

 

essai.jpg

18/05/2010

L'ETE DU LIVRE, LE LIVRE D'ETE...

été du livre 2010.JPG

INFOS PLUS : http://www.etedulivre-metz.com/presse.html

09/05/2010

LA « VENGEANCE EN NOIRE ET ROSE » (ROMAN), LE DESTIN CROISE DE DEUX FEMMES…

 

004.JPG

Photo ci-dessus (Camille Sansnon) : © Jean Dorval 2010


Camille Sansnon vous avez 40 ans, vous êtes messin et pacsé. Informaticien de profession (niveau ingénieur), vous donnez des cours d’Histoire aux candidats désirant accéder à la Fonction Publique d’Etat. Vous avez voyagé à Djibouti (Afrique Noire), à Oman (pays du Golfe) et en Inde, lieux dont vous avez étudié l’Histoire, les mœurs et les coutumes. Vous avez ainsi partagé la vie des habitants ce qui constitue une expérience très enrichissante. Votre vécu personnel, vous a inspiré votre premier ouvrage, un récit palpitant au titre évocateur « Vengeance en noire et rose », où le sexe, la vengeance, la violence et les règlements de comptes sont les mots-clés. Ce roman érotique a été publié chez Edilivre (un éditeur parisien qui se trouve sur Internet) et sa sortie nationale a eu lieu le 30 mars 2010.

 

LTC :  Camille comment passe-t-on du métier d’informaticien à l’enseignement de l’Histoire, puis à l’écriture d’un roman érotique ? Parlez-nous un peu de vous…

CS :     Depuis que je suis ado l’Histoire m’intéresse et naturellement je souhaitais faire une fac d’Histoire. Quelques semaines, après avoir obtenu mon bac en 1990, un ami détenteur d’une maîtrise d’Histoire, allait s’inscrire au RMI… Finalement, j’ai choisi une autre voie. Ainsi, j’ai été recruté par le Ministère de la Défense en tant qu’informaticien, suite à un engagement, ce qui m’a permis de voyager. En parallèle, j’ai continué à lire des livres d’Histoire. Et l’idée m’est venue d’écrire mon propre livre. Etrangement, j’ai choisi un thème érotique, donc n’ayant rien à voir avec l’Histoire, car je pensais que cela serait plus facile à écrire. Effectivement, cela été beaucoup plus facile à écrire, mais… très difficile à faire publier, car de nombreux éditeurs refusent d’éditer ce genre de sujet. Les éditions spécialisées m’ont même opposé un refus catégorique.

 

LTC :  Camille le résumé de votre livre est très évocateur : « Rien ne prédestinait Jalène et Marie à se rencontrer. Belle et libertine, Jalène est une jeune immigrée africaine qui survit comme elle le peut sur un salaire de caissière tout en faisant le bonheur de ses nombreux « amis ». Marie, elle, a la trentaine passée, est mariée et dispose d'une bonne situation professionnelle. Mais sa vie fade s'étire sans peine et sans joie. Pourtant, le destin va réunir ces deux femmes. Entraînée par Jalène et son désir de vengeance, Marie fera la découverte d'un nouveau monde, fait de volupté, de sexe, de plaisir, de violence et de règlements de comptes… »

Pourquoi un tel mélange explosif ? Ces thèmes ne sont-ils pas finalement le reflet de la société actuelle ?

CS :     J’ai écrit cette histoire afin de divertir les gens. Je n’ai pas cherché à faire passer un message, c’est pourquoi j’ai évité les sujets qui fâchent comme les personnes immigrées sans papiers. De ce fait, mon héroïne africaine est régularisée d’office. Pas de drogues non plus, pas de prostitution et bien sûr pas d’enfants ! C’est un reflet caché de la société et s’y reconnaîtra qui voudra. L’histoire est tirée de quelques faits réels et de récits de phantasmes collectés à gauche et à droite.

 

LTC :  Camille votre livre démarre ainsi…

 

camille 2.JPG

 

Ma question est la suivante :

La très désirable Jalène, une de vos deux héroïnes, n’incarne-t-elle pas une de ces femmes arrivant du Tiers-Monde en France pour des raisons économiques, que la pauvreté - que ce soit au Sénégal ou en France - entraîne à vendre ses charmes aux plus offrants, les nantis du Système (militaires de haut rang, hommes d’affaires, etc.) pour réussir là où d’autres ont échouées ? Finalement, Jalène n’est-elle pas une battante prête à tout afin de s’imposer dans une existence extrêmement difficile où seuls les plus forts survivent ?

CS :     Effectivement, même si ce n’est pas clairement dit dans le livre, Jalène vient bien en France afin d’améliorer ses conditions de vie. Mais, elle est déçue car elle se rend compte que finalement elle conserve toujours ses difficultés financières. Ce qui sert de fil conducteur à l’ouvrage… Il faut savoir que Jalène qui a profité de la première occasion pour venir en France, ne pensera logiquement plus jamais à rentrer chez elle ! Mais, le vrai sujet du livre, c’est le parcours d’une jeune femme, parmi tant d’autres, qui essaye de s’en sortir par tous les moyens. La vengeance de Jalène n’est pas gratuite, elle se justifie par la trahison d’une personne qui manque à sa promesse… tout en l’aidant à régler ses problèmes financiers… Mais, ceci n’est pas sans contre-partie… Jalène va de cette manière oser réaliser les phantasmes que de nombreux Français ont par rapport aux services fiscaux…

 

LTC :  Camille pourquoi avoir choisi délibérément de parler d’érotisme ? N’est-ce pas la mode, la facilité, voire une manière d’assurer le succès de votre livre ?

CS :     Oui, j’assume ce choix. J’ai pris « l’érotisme » par facilité. Peut-être me suis-je trompé au bout du compte car beaucoup de gens de nos jours sont encore réfractaires à ce genre de littérature. Ils n’aiment pas l’érotisme, car il voit cela comme quelque chose de peu convenable… Il y a des personnes jusque dans mon entourage qui ne savent pas que j’ai écrit et fait publier un livre de cette teneur, car j’ai jugé plus sage de ne pas leur dire…

 

LTC :  Camille, je vous donne le mot de la fin…

CS :     In fine, les personnages ne semblent pas débarquer d’une autre planète. Les filles ne sont pas des nymphos, juste bonnes pour l’asile. Cette histoire reste crédible et réaliste. Elle pourrait arriver près de chez vous, loin, très loin des scènes gratuites que l’on peut trouver dans la pornographie traditionnelle.

 

© Propos recueillis par Jean Dorval pour LTC Lecture.

 

 

camille 1.JPG

 

19/04/2010

DU VENT DANS LES PAGES A MONT-SAINT-MARTIN !

du vent005.jpg
du vent006.jpg

UN LIVRE EN MEMOIRE DE LA LIGNE MAGINOT...

onac001.jpg
onac002.jpg