Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2014

Vertigo in Sara.

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

 vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

Fille nue d’Ourika

Oued du Haut-Atlas marocain

Entourée d’Éden

Laisse-moi rejoindre tes méandres

 

Comme une digue rompue

Bouillonnante et émouvante

Porté par ta grande crue

Je veux me perdre

Me fondre en Toi

T’appartenir

Enlacer le courant de ta longue chevelure

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

Femme-Mirage qui me guide

Communion des seins

Charnelle jusqu’à nourrir sa terre

Ma terre

Celle où je repose en prose

 

Exhaussant tous mes vœux

Comme un génie sorti d’une lampe

Mon oasis, tu perds tes eaux spectaculaires

Je savoure ta bénédiction secrète

L’onction généreuse de tes caresses

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

 vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

L’astre des sables suit tes courbes

Ta passion roule et s'écoule

Position du gestionnaire de l’intime

Changement de lit

 

Ma chair, mon âme

Tu es mon séisme affectif sans limites

Je verse des larmes de joie à genoux

Plongé à la source de ton Monde

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

Irrésistible frisson sur la peau

Mes mille et une nuits quotidiennes

Te sont dédiées

Spasmes saupoudrés des notes d’un oud

Nos cris de joie fusionnent

Fertilisent la vallée

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

Avec Toi

A chaque fois

Je suis comme un chamelier allant au puits

Après une longue traversée du désert

J’avance à plat ventre sur ton ventre fécond

Et je dépose ma langue tamasheq sur ton horizon dévoilé

Pour mieux te réciter l’Appel du Touareg

 

© Jean Dorval, le 19 décembre 2014, pour LTC Poésie.

Extrait du "Carnet de voyage Marocain." By JD.

© Crédit photos : Jean Dorval.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

vertifo in sara,alphonse de lamartine : "nouvelles méditations poétiques." (1823,Édition de 1849),"la reine amazigh.","la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,lamartine,centre pompidou-metz,l'étreinte

17/12/2014

"L’étreinte." (1)

 

Tout commence par un thé à la menthe

Amer comme la Vie

Mousseux et sucré comme l'Amour

 

Ma Marocaine blonde

Sous la tente sahraouie

La khayma de nos rêves

Entre deux verres

Mon astuce berbère

Tu entrouvres ton âme

Prise en musique

Répliques tectoniques

 

Les cicatrices du soleil

Recouvertes d’huile d'argan

Celles du cœur sont les plus belles

Les empreintes du sel sur la peau

Sont des morsures, des preuves de désir engagé

Elles sont des offrandes partagées

Des mots de passe pour le cœur

 

Alerte maximale à l’étreinte

Sur la place Jamaa-el-Fna

Place de la compréhension mutuelle

 

En charmeur de serpente

J’anime ta danse du ventre

D’un chant de source

Berceuse à la folle saveur

 

Déposer le voile de ton regard

Tomber ta parure de vestale

La rose s'invite dans ta chevelure

Chute de notes, racine de Vie

 

Au pied des lunes de sable

Dans notre désert pour Deux

Tu es de connivence avec le miel

Tes baisers sucrent ma langue

 

La marée du vent monte en nous

Attise notre désir

Nous sommes l’écume de la tendresse

J’embrasse ton front pour mieux lire tes pensées

 

Réchauffant nos certitudes

Nous sommes l’euphorie de l’immortel printemps

Tu es le champ où je sème l’espoir

La terre enceinte de mes rêves les plus fous

 

 

Ton épaule est volontaire aux caresses exquises

Fille nue de l’Orient

Pour Toi, je fais de la littérature éprise

De la poésie dédiée à ta clarté

 

J’écoute tes youyous langoureux

Et le goût du pain, l’odeur de la terre natale, me reviennent

La figue fraîche en partage devient une bénédiction nécessaire

L’ivresse de nos litanies annonce aux quatre vents

La naissance d’un mirage

 

Depuis Marrakech ton esprit m’envahit toutes les nuits tombées

Je t’aime au passé, au présent et au futur

A tous les temps, je conjugue ton corps

 

© Jean DORVAL, le 17 décembre 2014, pour LTC Poésie.

(1) Extrait du "Carnet de voyage Marocain." By JD.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

 

maroc 1.jpeg

"Le Maroc contemporain." Un événement d’exception pour un pays d’exception à l’Institut du Monde Arabe, du 15 octobre au 25 janvier 2015.

iNFOS+ : http://www.imaroc-contemporain.org/

& http://www.imarabe.org/exposition-ima-13685

04/11/2014

ALPHONSE DE LAMARTINE : "NOUVELLES MéDITATIONS POéTIQUES." (1823, Édition de 1849).

ALPHONSE DE LAMARTINE : "NOUVELLES MéDITATIONS POéTIQUES." (1823, Édition de 1849), "la reine amazigh.", "la fille de l’ambre.", "la pause nue.", "papillon de nuit.", irène bedard, undercurrent, à ma muse amérindienne, « le chant de sanaa. », poésie, inspiré de la poésie humaynî du yémen, mais en vers libres, tihāma, yémen, femme yéménite, évidence, la rose mauve, une hirondelle fait mon printemps, melin de saint-gelais, poésie renaissance, renaissance, joachim du bellay, danse avec moi cette nuit, ltc, la tour camoufle, jean dorval, jean dorval pour ltc, coupe du monde de football, amour, romantisme, centre pompidou-metz

Méditation neuvième.
"Le Papillon."

"Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté !
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté !"

INFO+ : wiki/Nouvelles_Méditations_Poétiques

& wiki/Alphonse_de_Lamartine

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

24/10/2014

"La Reine Amazigh." (1)

"La Reine Amazigh."

 

De sublime pente

En sublime porte

Je glisse en Toi

Reine des "Hommes Bleus"

 

Tu déposes un voile impudique

Sur mon regard-voyageur

Cette merveilleuse parure de sable

Orientée plein Sud

Légèreté de braises revêtue

 

A chacun de tes souffles

Je m’élève au Ciel

A chacun de tes souffles

Je décolle pour le Croissant de Lune

 

J’habite le Printemps de ton Corps

Cœur gémissant de plaisir

Asile sauvage et délicat

Où mon Amour trouve toujours refuge

 

Le vent tournoie

Et je me sens l’âme ravie

Je crois aux voix étouffées venues du Désert

Celles qui m’ont amené à Toi

Comme à un mirage

 

 

Là, où les Génies s’expriment

Se mêlent l’Harmonie et le Henné

Les oueds en furie grondent

Prennent leur revanche sur la sécheresse

Qui n’en finit pas

 

Les trois cordes en soie vibrantes de ta kamanja

Répondent aux percus de ma guedra

C’est comme un air de fête

Joué à l’improviste

La Prière d’une Puissance Mystique

L’Esprit de l’Univers connecté en illimité

Offrant sa Lumière à l’Humanité

 

Qui enveloppe d’affection sa Terre natale

Comme la Femme de ses Rêves

Glorifie et honore l’Amour

 

Toi, dont j’entends les battements d’ailes

Je t’évoque mon Ange, mon Aigle

Femme aux prunelles resplendissantes

Aux yeux noirs hypnotiques

 

Ce bonheur crépusculaire

Seuls les Dieux peuvent nous l’inspirer

Ils nous font croire en notre Génie

Ma Belle Oasis

Préparons donc demain dès aujourd’hui

Soyons les Rêveurs du Sacré

 

Tradition féconde

Tout ce qui couve la Création

Le Ciel l’a déjà béni

Il nous faut le préserver

Réunis autour d’un bon feu de bois

Et d’un verre de thé à la menthe

 

A l’heure furtive

Hâtons-nous de nous aimer

Et clonons l’extase à l’infini

Comme un replay affectif

 

 

Le Haut Atlas

Au coucher du Soleil

Innocent de nos ébats

Pose un regard détaché sur le Désert lointain

Sur ce tableau changeant s’élevant sur l’azur

Et où passe la dernière caravane

 

© Jean DORVAL, le 22 octobre 2014, pour LTC Poésie

Extrait du "Carnet de voyage Marocain."

 jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

Note : (1) Berbère. En hommage à l’expo "Femmes berbères du Maroc" qui a eu lieu du 21 mars au 20 juillet 2014 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent. INFO+ : fondation-pb-ysl.net/Femmes-berberes-du-Maroc

14/10/2014

"LA FILLE DE L’AMBRE." (1)

"la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-met

© Photo ci-dessus : blog.aufeminin.com

Maroc : belle femme berbère.

 

L’eau passe dans ta longue chevelure,

Habille ton visage de mes larmes de joie,

Ta peau de mes mots de couche

 

Poésie jaillie de ma bouche,

En vers et en pétales,

Espoir lié, thé à la menthe,

Partage à Deux

 

 

Le ciel d’ivoire,

Et les étoiles d’argent,

Passent dans ma tête,

Me voici allongé au pied des amandiers,

Où je t’embrasse

 

Dans mes bras,

Sans secrets,

Terre d’insistance,

Je t’initie au Chant des Signes

 

Ma Terre brune,

Ton visage est ma Patrie,

La douceur du soleil de Marrakech,

Me délivre sous ta caresse exquise,

Mémoire affective !

 

"la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-met

© Photo ci-dessus : touria.damoussi.over-blog.com

Lehnert et Landrock- La Conversation. Etude de nu, 1910.Tirage argentique d’époque.

 

A chaque instant,

Je te veux prête à tout,

Comme une lampe à huile,

Exhale l’ambre dans une chambre,

Jusqu’à complet épuisement

 

Je te rejoins sur la natte,

Ton regard en naufrage volontaire,

Me délivre jusqu’au prochain jour

 

Des bords de l’oued,

La fantasia exotique de nos deux corps,

Entame une danse du ventre endiablée,

Parfumée de safran

 

"la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-met

© Photo ci-dessus : wiki/Femme_Marocaine

Maroc : femme avec un tambour.

 

L’archet de la kamanja,

Le bendir, la nira,

La taârija, la darbouka,

Et les joyeux youyous,

En nous rendant hommage,

Réveillent par leur récital effréné,

Le Haut Atlas tout entier,

Les bergers nous offrent en retour,

Une ronde nuptiale

 

Fondus et confondus,

Ombres et lumières,

Chevilles bercées,

Folles cambrures apprivoisées,

Embuscades sentimentales pavoisées,

Les ruelles de nos veines,

Où circule l’émotion,

Arbitrent notre folle partie d’escrime sensuelle,

Dont la cadence nous élève en tourbillon

 

Regard sentimental,

Regard sentinelle,

L’Afrique éveille en nous,

L’ultimatum à l’ultime vertu

 

Notre fièvre,

Imprévisible et subite,

Nous rend missionnaires,

Jusqu’à la position

 

"la fille de l’ambre.","la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-met

© Photo ci-dessus : touria.damoussi.over-blog.com

Lehnert et Landrock- Méditation-Profil d’une intrigante,1910.Tirage albuminé d’époque. 1910

 

Réchauffement climat-X localisé,

Ne pouvant assécher nos sentiments,

Nos mains ouvrent des routes,

Et des déroutes volontaires

 

Toujours,

Je retourne vers Toi,

Je retourne à Toi,

Comme une tempête de sable qu’on ne peut arrêter,

Afin de clairsemer l’Été dans tes yeux,

Ce bel été du Vin des Amants abondamment versé,

Où je m’égare dans ta troisième dimension,

Pour mieux déposer un baiser sur tes lèvres

 

© Jean DORVAL, le 05.10.2014, pour LTC Poésie,

Extrait du "Carnet de voyage Marocain." jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

 

Note : (1) D’après l’œuvre du poète Tahar Ben Jelloun "Le Discours du Chameau", suivi de "Jénine", et autres poèmes, parus chez NRF, Poésie/Gallimard.

 

"LA PAUSE NUE."

 105.JPG

Depuis l’antique kasbah,

De l’Oasis de Tioute (1),

Surplombant les 7 douars,

Tu es là ma palmeraie,

Florissante et féconde,

Tu es le sel de la terre,

Le Ciel de la Terre

 

Les bras en position d’appel,

Tu prends la pause,

Reposes sur une feuille de thé,

Légère comme une rose des sables

 

"la pause nue.","papillon de nuit.",irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

Jean-Frédéric Coviaux- Peintures

"La Marocaine" fusain et grattage, sur papier 38x28 cm.

 

Nue comme un ver à soie,

Tissant son fil d’Ariane,

Entre tes deux seins épanouis,

Tu me guides,

Là, où bat la Vie

 

Tu couves mon Amour pour Toi,

Comme on puise quotidiennement l’eau du puits en plein désert,

Je me blottis contre ton cœur,

Et fais une pose au creux de tes mains

 108.JPG

En m’offrant ton Origine du Monde,

Tu fais de moi l’Élu cajolé,

Le plus heureux des hommes

 

Tu restes le refuge de mon voyage nocturne,

Quand la nuit s’étire,

Alors, je redeviens l’enfant des sables émouvants

 

© Jean DORVAL, le 10 octobre 2014, pour LTC Poésie,

Extrait du "Carnet de voyage Marocain."jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

 

Note : (1) "Tioute" en Berbère signifie "la bosse du dromadaire".

© Crédit photos : Jean DORVAL 2010.

"PAPILLON DE NUIT."

"PAPILLON DE NUIT.",irène bedard, undercurrent, à ma muse amérindienne, « le chant de sanaa. », poésie, inspiré de la poésie humaynî du yémen, mais en vers libres, tihāma, yémen, femme yéménite, évidence, la rose mauve, une hirondelle fait mon printemps, melin de saint-gelais, poésie renaissance, renaissance, joachim du bellay, danse avec moi cette nuit, ltc, la tour camoufle, jean dorval, jean dorval pour ltc, coupe du monde de football, amour, romantisme, centre pompidou-metz

© Photo ci-dessus : passion-tatoo.skyrock.com

 

Marocaine blonde éprise,

Insoumise comprise,

Terre promise,

Désormais compromise

 

Tu glisses le long de mes rives,

En m’embrassant en dérive,

Comme un oued qui se ravive

 

Tu enrichis le fils du pauvre,

Donnant au mendiant de l’Amour,

Du bout de tes lèvres rouge grenat

 

Ta grâce qu’à genoux je cueille,

Multiplie mes joies

 

Papillon de nuit tendant à s’évanouir,

Que rien n’empêche de s’épanouir,

Je t’aime à la limite de la Foi,

Rien en Toi ne me trahit,

Contrée de lait et de miel,

Dont je m’entiche volontiers, ébloui !

 

© Jean DORVAL, le 10 octobre 2014, pour LTC Poésie,

Extrait du "Carnet de voyage Marocain".

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

01/10/2014

"UNDERCURRENT." (1)

undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

Pocahontas, très belle amérindienne, héroïne du film "Le Nouveau Monde."

 

Plume tatouée envolée

Au commencement était ton regard

Courant d’air chaud

Au premier instant était ton sourire

 

Muse de miel et de lait,

Plaine charnelle éternelle,

Exauce-moi

 

Vent tournoyant

Au commencement était ton regard

Eau brillante et sauvage

Au premier instant était ton sourire

 

Muse en transe,

Impulsion créatrice,

Conte-moi l’Aventure de l’Inventif (2)

 

Eclat des prairies

Au commencement était ton regard

Mesure du temps

Au premier instant était ton sourire

 

irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

Carries the War Staff (Amène la Troupe à la Guerre), femme Apache.

 

Muse qui m’habite,

Donne-moi le rythme,

Exauce-moi

 

Etoile en approche

Au commencement était ton regard

Nef sensorielle

Au premier instant était ton sourire

 

Muse en mode Vertigo,

Dissipe la fièvre de mes doutes,

Conte-moi l’Aventure de l’Inventif

 

Pluie en partage

Au commencement était ton regard

Onde chantante

Au premier instant était ton sourire

 

Muse étendue entre ciel et terre,

Délicieuse Amante Amérindienne,

Exauce-moi

 

undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

L'actrice Irene Bedard a joué souvent des rôles Amérindiennes,

 

Echo de lune sur le lac

Au commencement était ton regard

Creuset ensemencé

Au premier instant était ton sourire

 

Muse qui seule m’apaise,

Enchanteuse au calumet de la Paix,

Conte-moi l’Aventure de l’Inventif

 

Vol d’oies sauvages

Au commencement était ton regard

Faim de louve

Au premier instant était ton sourire

 

Muse du soir, puis du matin,

Dans l'étendue du ciel,

Exauce-moi

 

Corbeille de beaux fruits

Au commencement était ton regard

Long chemin de clarté

Au premier instant était ton sourire

 

Muse, âme de velours,

Ma tête sur tes genoux,

Conte-moi l’Aventure de l’Inventif

 

Belle détendue fertile

Au commencement était ton regard

Descendante du Feu

Au premier instant était ton sourire

 

irène bedard,undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

Muse, à la ronde féconde,

Femme nocturne Native,

Exauce-moi

 

Muse, Fille de Tsen-Tainte,

Caresse guérissant de tout,

Conte-moi, longtemps encore, l’Aventure de l’Inventif,

Libère les rivières de mes mots,

Accueille leurs étreintes,

Offre une larme de joie à tout ce que tu touches au plus profond de moi

 

Au commencement était ton regard

Au premier instant était ton sourire

 

© Jean DORVAL, le 26.12.2013, pour LTC Poésie.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

Source documentaire : D’après le « Chant des délices de Tsai-Talee », de N. Scott Momada de la tribu amérindienne Kiowa, et l’œuvre de Diane Burns poétesse amérindienne contemporaine de la tribu des Chemehuev.

INFO+ : http://ipapy.blogspot.fr/le-monde-sacre-des-femmes-amerindiennes

Notes :

(1)   Traduction : "Courant sous-jacent."

(2)   Inspiré du début de "L’Odyssée" d’Homère : "Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif…"

undercurrent,à ma muse amérindienne,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme,centre pompidou-metz

27/09/2014

"EVE PREND LA PAUSE."

lueur.jpg

© Photo ci-dessus : "Il faut bien de petites lueurs pour bâtir un soleil en soi." by Gaëtan Pelletier.

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2012/04/29/lueur/

 

 

A. Ma Muse.

 

Ma Doulce,

 

Regarde,

Ce soir,

Tes longs cheveux,

Ont les reflets du couchant

 

Tu prends la pause

 

Ta façon de parler,

Ta façon de t’habiller,

Tes mains,

Ton contact,

Ta caresse,

Chaque petite chose,

Que je partage avec toi,

Est un trésor

 

Je suis ému,

C’est le moment,

Où les chevaux sauvages,

Galopent en moi,

Et je deviens le colporteur de tes rêves

 

Les étoiles,

Le soleil,

Ton énergie,

Je les ressens

 

Et des hauteurs du Ciel,

Depuis la navette spatiale,

Je proclame ton prénom à la face du Monde

 

Tes yeux,

Tes lèvres,

La forme de ta bouche,

Ta façon de te déplacer,

Ta façon d’exister,

Tu es ma joie de vivre,

Tu es mon tout

 

Quand tu prends le contrôle de moi,

Je chavire dans ton regard,

Sans jamais me lasser

 

Laisse l'Amour nous investir,

Que nos heures s’emballent,

Que nos trêves débordent d’écumes,

Et de désir

 

Mon bonheur coule dans tes veines,

Et les papillons en complices familiers,

Dès la nuit tombée,

Protègent de leurs ailes magnifiques,

La lueur de ton cœur

 

© Jean DORVAL, le 27 septembre 2014, pour LTC Poésie.

 

18/09/2014

"LE BAPTISEUR DE TES RêVES."(1)

 

A. Ma Muse.

 

Le jour révèle intensément la clarté de mon Amour pour Toi,

En belle promenade africaine, je te convie

 

Il n’est pas facile pour moi de trouver les mots,

Mais je veux juste te dire,

Ne me laisse jamais voler trop loin de ton cœur

 

Mèches emmêlées pour mon plus grand bonheur,

Sur les rives du fleuve sauvage,

Je lave tes cheveux,

La mousse caresse ton front,

Je dessine des arabesques sur ta chevelure,

Tu fermes les yeux,

Ton pouls s'accélère au niveau de ton cou,

Je verse l’eau fraîche délicatement,

Tu chavires,

Je retiens ta tête comme au jour de ton baptême,

Ta bouche imperceptiblement me réclame,

Que tu es belle quand tu es offerte

 

Il n’est pas facile pour moi de trouver les mots,

Mais je veux juste te dire,

Ne me laisse jamais voler trop loin de ton cœur

 

Lorsque tu ne peux plus rien dire du tout,

Que tu mordilles délicatement tes lèvres,

Que tes mots sont des prières silencieuses,

Que tu embrasses l’air du temps,

Quand la magie et l’immortalité fusionnent,

Alors, je plonge dans ton beau regard gris-bleu,

Et je m’envole vers le Jardin d’Éden,

Là, où m’attend l’ovale de ton visage,

Bien que loin, je suis tout contre toi

 

Il n’est pas facile pour moi de trouver les mots,

Mais je veux juste te dire,

Ne me laisse jamais voler trop loin de ton cœur

 

C’est ma dernière croisade,

Et je dépose mes armes à tes pieds,

Je déplie une pièce de soie en offrande,

Deux grues sacrées se sont posées dos à dos,

Elles sont de bon augure au dessus de l’antre,

Le Ciel s’est chargé de louanges,

Mousse et calligraphie ne font qu’un,

Accordent la Paix au destin

 

Il n’est pas facile pour moi de trouver les mots,

Mais je veux juste te dire,

Ne me laisse jamais voler trop loin de ton cœur

 

© Jean DORVAL, le 18 septembre 2014, pour LTC Poésie.

 

Info+ : wiki/Out_of_Africa

(1) Inspiré d’une scène du film "Out of Africa."

07/09/2014

"A LA FOLLE JEUNESSE !"

Scarlett-Johansson-Sexy.jpg

© Photo ci-dessus (Scarlette Johansson) : http://downloadwindows8themes.com

 

 

Mignonne voyons voir si la prose vous donne des ailes,

Si les roses offertes comptent pour vous autant que votre cœur offert à tire-d’aile,

Mignonne goûtons le nectar de la vie qui passe au fil des saisons,

Celui qui me retient près de vous si tard sur l’horizon,

Ronde de nuit pour veiller sur votre cœur,

Je veux investir vos doux remparts par cœur,

Intégrer vos rêves les plus fous,

Pour m’y perdre à tout jamais sans garde-fou.

 

© Jean Dorval, le 09/09/1996, pour LTC Poésie.

 

31/08/2014

"TU ES FEMME."

"mon étoile filante.",j'adresse une prière au ciel,poésie,amour,jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorrain,metz,lorraine,poésie lorraine

 © Crédit photo : http://www.seductionbykamal.com

 

A Marie-Laure L.

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Intemporel Printemps, Ô mon muguet,

Je te respire,

Tes assauts parfumés m’enivrent,

Déposent mes lèvres sur l'oreiller de tes rêves

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Bas de soi réveillant mes talents d’Homme,

Tu éperonnes mon cœur en douceur,

Pour mieux me faire renaître en ton origine sans fin,

Je reviens inlassablement à ta case départ

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Suave minuit, muet au féminin,

Toi qui me caresses de tes doigts délicats,

Nos yeux amoureux de l’obscurité,

Illuminent leur calme retraite sensuelle

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Loin du grand jour,

Notre renaissance fusionnelle,

Fait de toi mon sommeil le plus doux,

Ta volonté éclot en moi, comme on donne la Vie

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Nos yeux se réclament,

Tous nos désirs sont dénoncés,

Nos regards se rejoignent à tire-d’aile,

Dans notre lit conjugué

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Rayonnante étoile mystérieuse,

Nous sommes le carrefour mystique,

Créés l’un pour l’autre,

Nous dédions à l’Humanité notre œuvre collective câline

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Feuille de route sentimentale en partage,

Nous sommes les Veilleurs du Bonheur immaculé,

Ma Belle, tes eaux émouvantes et sacrées,

Me purifient de tous mes péchés en va-et-vient

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Assoupi sur ton sein fleuri ma Bien-Aimée,

Je ressens à jamais ton doux mouvement,

Entre tes reins louvoyer,

Comme en pleine mer, mais garder le cap !

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

Restons éveillés dans notre douce dépendance,

A l'écoute de notre respiration commune,

Et vivre ainsi encore et pour toujours,

Pour mieux rejoindre à toute heure la Petite Mort

 

En mesure dans mes bras,

Au fur et à mesure, tu es femme,

Pour mieux me confondre, me fondre en toi

 

 

© Jean DORVAL, le 03 septembre 1984, pour LTC Poésie.