Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2012

"INVICTUS." ("INVINCIBLE")

william ernest henley.jpg

© Photo ci-dessus : http://susie.unblog.fr/?ubref=&paged=3

 

Poème de William Ernest Henley.

 

 

http://himmelweg.blog.lemonde.fr/files/picassominotaure_vaincu.jpg

 

Source image : Minotaure vaincu

 

 

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

13:46 Publié dans LTC POESIE | Lien permanent |  Facebook |

06/06/2012

« LA NAISSANCE D’UN ENFANT. »

763517622.jpg

 

La naissance d’un enfant

C’est le fruit d’un Amour pluriel entendu sans à-coup

La naissance d’un enfant

C’est donner un peu de soi pour recevoir beaucoup

 

La naissance d’un enfant

C’est vivre une joie, mais aussi une responsabilité

La naissance d’un enfant

C’est franchir le pas, devenir un chercheur d’éternelles probabilités

 

La naissance d’un enfant

C’est tout donner pour sa chair

La naissance d’un enfant

C’est recevoir en héritage une nouvelle chaire

 

La naissance d’un enfant

C’est parfois prêcher dans le désert

La naissance d’un enfant

C’est surtout quitter le désert

 

La naissance d’un enfant

C’est une perpétuelle remise en cause au quotidien

La naissance d’un enfant

C’est oser franchir l’origine, le premier méridien

 

La naissance d’un enfant

C’est épouser l’inquiétude pour toujours

La naissance d’un enfant

C’est aimer tous les jours

 

La naissance d’un enfant

C’est pouvoir l’aider quand tout va bien

La naissance d’un enfant

C’est pouvoir l’aider quand tout ne va pas bien

 

La naissance d’un enfant

C’est prodiguer l’affection à deux pour un

La naissance d’un enfant

C’est faire pousser une petite graine à deux pour ne faire qu'un

 

La naissance d’un enfant

C’est donner un prénom

La naissance d’un enfant

C’est avoir en partage un nom

 

La naissance d'un enfant,

C'est Toi ma Fille que ta Mère et moi accueillons dans ce Monde !

 

© Jean Dorval, le 15.12.2001, pour LTC Poésie.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

31/05/2012

« MAROCAINE SŒUR. »

005.JPG

 

A Marrakech et à la douceur de vivre avec toi…

 

Assise en tailleur sur une chaise du Café de France, Place Jamaa el-Fna

Sur un air de djembé, tu es perdue entre réalité et rêve maghrébin

Une cigarette à la main…

 

A l’ombre de la terrasse, j’embrasse ton front enivrant,

Ton troisième œil chaleureux, niché entre tes deux yeux verts charmeurs de serpents

Le tam-tam, les trompettes et le brouhaha du souk rythment mon hommage

 

Tu es ma Marocaine Blonde

La rose des sables émouvants

Celle que je veux épouser au clair de la dune

Tu me souris, je m’envole,

Et comme un enfant gâté, je ne désire plus jamais revenir sur Terre

 

Le jour, j’ouvre la porte bleue de ton âme

Ryad verdoyant à l’intérieur duquel je goûte le repos, le frais

Le soir, j’allume ta lanterne orientale

Phare ambré m’invitant à me perdre en toi

 

Marocaine sœur parfumée d’huile d’argan

Tu poses nue à mes côtés dans une calèche colorée

Tirée par deux chevaux arabe-barbe

 

002.JPG

 

Le balancement nous pousse irrésistiblement l’un contre l’autre

Reflet dans le miroir de notre désir partagé

Tu trônes au cœur de nos fougueux ébats, Reine d’une Atlantide retrouvée

L’Afrique coule dans tes veines comme un pur sang arabe indompté

 

Aimer le feu et l’eau à la fois devient possible dans tes bras

Oasis réveillant l’immortalité des sentiments

Aimer le feu et l’eau à la fois devient possible dans tes draps

Pierre de lave vaporeuse, hammam d’Eternité pour les sens

 

© Jean Dorval, le 14 septembre 2010, pour LTC Poésie ( extrait du « Carnet de voyage Marocain »).

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

006.JPG

© Crédit photos : Jean Dorval 2010, pour LTC.

"LA JEUNE FEMME AU CHECHE."

069.JPG

 

 

Une envolée de flamants roses épouse ses rêves…

 

Vêtue d’un simple chèche

La peau teintée à l’encre des Cieux

Les jambes en tailleur

Sur une chaise basse

Elle déguste une bière, une cigarette roulée, tabac blond, à la main

 

La nuit la recouvre d’un long voile de soie bleue foncée, que seules les lanternes sacrées percent

Le rempart millénaire de Taroudant la couve au pied du croissant de lune, comme une infante africaine

Les bananiers forment un abri majestueux au dessus de sa tête

  149.JPG

 

Au son d’une cithare

Elle suit le rythme d’une mélopée orientale

Rimes musicales lancinantes répétées

Fumée de notes éparses perdues

 

La fraîcheur du Palais Salam lui monte à la tête

Le petit vent frais caresse ses envies de douceur

L’eau coule dans ses oreilles comme le chant d’un jeune pâtre vierge

 

La toute puissance divine éclaire cet oasis venu d’ailleurs

Ses yeux s’envolent à tire-d’aile et se transforment en papillons

Elle embrasse en priant le vent des sables qui calme et soumet l’Homme du Désert

 

Elle est dans la Nature

Elle est LA Nature même, verte et rebelle, domptée et indomptée

Une fille du Maroc le temps d’une invitation au voyage

 

© Jean Dorval, le 17 septembre 2010, pour LTC Poésie (extrait du « Carnet de voyage Marocain »).

 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

145.JPG

 

© Crédit photos : Jean Dorval 2010, pour LTC.

"COMPLICES DERRIERE LE MOUCHARABIEH."

moucharabié 1.jpg

© Photo ci-dessus : http://balladeegyptienne.blogspirit.com/media/01/01/2131166510.jpg

 

  

Reclus à deux derrière le moucharabieh, je cueille bercé par l’air du patio ta fraîche vertu…

 

Tu es assise

Comme insoumise

Tu ne lâches pas prise

Puis en une seule reprise

Tu deviens soumise

 

Reclus à deux derrière le moucharabieh, je cueille bercé par l’air du patio ta fraîche vertu…

 

En plein jour,

Tu me dis non, rien que pour le plaisir !

Mais quand tombe la nuit,

Tu ne sais plus que me dire… oui !

 

Reclus à deux derrière le moucharabieh, je cueille bercé par l’air du patio ta fraîche vertu…

 

© Jean Dorval, le 14 septembre 2010, pour LTC Poésie (extrait du « Carnet de voyage Marocain »).

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

 

 

« LA VEILLEUSE DEDIEE. »

 

la veilleuse dédiée,poésie,poésie lorraine,jean dorval poète lorrain,centre pompidou-metz,stefania,moselle,metz,lorraine

© Photo ci-dessus : http://rlv.zcache.com

  

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Déclaration d’un autre temps, sans contretemps

Bouquet de roses rouges fraîchement coupé

Tendre amante vertigineuse

Dédicace du bout des doigts, au fil de ma Victoire

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Femme à la guitare, verticales jeunes

Fille du Sud dévoilée, révélée

Rien n’est plus fort qu’un rendez-vous avec Toi

Chavirement total qui entête

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Réveilleuse de transe

Gardienne de mon feu sacré

Je reviens d’autrefois

Ivre, en gouttant la pluie de tes yeux

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Même en partance pour chevaucher l’Eternité

Tes mots me retiennent toujours

Je suis ton compagnon de route, sans déroute

Sans trahison, Berger des nuages de ton Ciel

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Lumineuse tout au long des saisons

Tu inondes mon regard de ferveur

Et j’atteins la Constellation d’Orient

Embrassant ton grand jour !

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Tu es l’Astre dévorant, le désir de l’éclat

Ton offrande ne connaît pas de limites

Nul ne reconnaît mieux que moi tes richesses intimes

Tes souffles courts me comblent d’aise

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

Tes pas me conduisent vers l’âtre rassurant

Douce dresseuse de flammes

Douce meneuse de mes trêves

Verdoyante émue, tu m’ensorcelles !

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

J’enlace ton sourire

Je consens le meilleur en partage

Je me désaltère à l’eau de ta bouche

Activiste et sans-culotte de ma révolution printanière

 

Brune péninsule mise à nu derrière le moucharabieh

Puits de mon âme fondu dans l’azur de tes arabesques

 

© Jean Dorval, le 07 avril 2011, pour LTC Poésie.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

« LA CREATURE DU LAC. »

jean dorval pour ltc,licorne,jean dorval poète lorraine,poésie régionaliste,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,la créature du lac,ue,moselle,europe,poésie,lorraine

 © Photo ci-dessus : http://www.france-secret.com/licorne7.jpg

 

Le chant des oiseaux célèbre le matin

Les arbres répandent une fraîcheur délicieuse

Le lac est là paisible

Son reflet invite à la méditation

 

Soudain sortant du bois,

Un cheval à la robe blanche immaculée apparaît, splendide,

Portant en son front une unique corne en spirale.

Voici la Licorne sauvage aux naseaux fumants !

 

Retenant mon souffle, j’admire ce spectacle extraordinaire

Quand de derrière l’animal surgit des arbres une silhouette féminine

Armée d’une lance, enveloppée d’une longue tunique blanche

La Nature lui a dessiné deux petits seins gracieux, dressés, pointés

La Licorne tourne autour d’elle puis disparaît entre les arbres…

 

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorraine,poésie régionaliste,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,la créature du lac,ue,moselle,europe,poésie,lorraine

© Photo ci-dessus :

http://1.bp.blogspot.com/_rX7LFSbgG4w/Sb7SY9oJCQI/AAAAAAAAAGQ/Uxr4qzs_SEg/s320/20010409215744_42653.bmp

  

Cette femme venue d’ailleurs

Aux longs cheveux blonds, soyeux

Balance ses hanches

Pure volupté incarnée ici-bas

 

Son teint est à peine rosé

Son visage tourné vers le lac exprime une muette prière

 

Je suis en présence de la beauté personnifiée

Je découvre enfin la perfection

L’apercevoir me fait basculer vers l’Infini

Pour ne point rompre le charme, immobile, je me change en statue

 

Je suis son regard

Je frissonne de passion

Elle rit de mon trouble, devenant encore plus belle

 

Elle s’approche, je suis envoûté

Et de ses doigts, elle parcourt ma barbe fleurie

Elle effleure les contours de mon visage

Elle m’écoute lui déclarer ma flamme

Ses yeux reflètent mon émotion

 

Je reste suspendu à ses lèvres

Intrépide candeur retrouvée sans interdits

Le temps s’écoule au rythme des soubresauts de son cœur

 

Comme une chandelle, plus elle m’éclaire, plus elle fond d’émoi

Comme une coulée de lave, plus j’avance, plus je fonds en Elle

 

Le temps d’une étreinte s’impose

Même, le lac aux vertus apaisantes, en perd sa froideur

Le parfum végétal de la chevelure de cette Dame du Sous-Bois m’enivre

 

Comme un arbre,

Depuis les racines jusqu’à la dernière feuille,

La vie s’écoule en elle

 

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorraine,poésie régionaliste,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,la créature du lac,ue,moselle,europe,poésie,lorraine

© Photo ci-dessus : http://grenouille10000.g.r.pic.centerblog.net/0miy9v6t.jpg

 

La vérité nue de cette rencontre nous appartient,

Nous dépasse

 

Cette enchanteresse chante son hymne au Soleil

Elle me touche et me fait vibrer

Je suis prêt à exulter de joie

Pourtant, je reste silencieux, comme hypnotisé

 

Nous reposons au sommet du Monde

Nous sommes l’astre fusionnel se levant pour ne plus jamais se coucher

Une fois remontés aux premières lueurs,

Nous sommes guéris de tout mal, nous sommes ressuscités

 

Nous faisons ainsi mourir la mort pour tendre vers l’Eternité

Nous réinventons à travers notre extase la Création toute entière

Nous sommes cette grande respiration qui ranime l’Univers

Resplendissants de perfection, enivrés d’éclat

 

Nous ne résistons plus l’un à l’autre

Je m’enhardis même à lui prendre la main

Et à l’effleurer d’un baiser

 

Elle trésaille d’allégresse

Goûte à une expérience sans redite

A ce moment précis de notre existence,

Je décide de la ravir à elle-même, de l’enlever

Troublant ainsi son innocence à tout jamais

 

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorraine,poésie régionaliste,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,la créature du lac,ue,moselle,europe,poésie,lorraine

© Photo ci-dessus : http://4.bp.blogspot.com/_CMZhws6akRw/SACuyL2V_DI/AAAAAAAAANg/6S4pg0ggUOY/s400/l_926bfad80ec07adcf76fe2bc04d77fdd.jpg

 

Je bois chacune de ses paroles

Je devine chacun de ses gestes comme un dévot

 

L’Amour parfait ne laisse pas de place à la jalousie

Le parfait Amour chasse toute crainte

A chaque minute, même de prêt, j’évoque son visage

Cela arrive à qui aime d’un intense Amour

 

Passion dévorante, impérieuse, frisant la religion

Savant mélange de jouissance et de réjouissance

Face à lui, elle baisse pudiquement son regard

 

Nous nous couchons parmi les herbes folles

Les fleurs alentour parfument plus que d’habitude l’atmosphère

En véritables amants, pour notre première entrevue d’Amour,

Nous pâlissons, tremblons et devenons fragiles

 

Chaque partie de notre corps se soustrait à son devoir,

Du moins au début…

Mais, très vite la Vie reprend le dessus

Nous exprimons, alors, l’un contre l’autre, notre envie de croquer du sentiment

 

La tête renversée dans les étoiles filantes

Je dépose un baiser sur son front

Elle embrasse le bout de mon nez

 

Les montagnes vers l’Orient s’éteignent déjà,

Sous les coups de boutoirs des premières obscurités,

Nous nous endormons enlacés l’un contre l’autre dans l’alcôve protectrice de Mère Nature sur une couette de verdure aplanie…

 

Bonne nuit mon Aimée, je te protège !

A demain notre revoir !

 

 

© Jean Dorval, le 12.04.2011, pour LTC Poésie.

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

 

Source documentaire :

"Baudolino" d'Umberto ECO

(roman, publié chez Grasset) 

« LE CANTIQUE A MISS D. »

amour 1.jpg

© Photo ci-dessus :

http://echosimaginaires.files.wordpress.com/2008/12/restons_amants.jpg

 

D’après « Le Cantique des Cantiques » du Roi Salomon…(1)

 

Tu  laves mes pieds et je lave les tiens

Nous ôtons nos tuniques

Pour mieux nous habiller de nu

 

Allongée sur notre couche,

Tu étires tes bras, ton corps d'Aphrodite consacré

Je baise tes pieds comme un dévot

Et remonte lentement à ton entrejambe

Où la suavité de tes essences réveille mes sens

 

Entraîne-moi à ta suite ma Belle Aimée

Et sans limites, adorons-nous !

Ton Amour m’enivre bien plus que le vin

Il fait renaître mon Ame !

 

Ô Toi qui élève mon esprit

Au cas où tu ne le saurais pas encore

A mes yeux tu es la plus belle des femmes

Celle que j’appelle de mes vœux depuis si longtemps

 

amour 4.jpg

© Photo ci-dessus : http://image.mabulle.com/u/un/unhomme.mabulle.com/enlacer.jpg

 

Tes joues, ton cou, s’épanouissent au milieu des colliers,

Tes poignets, sensuels à souhait, sont ceints de bracelets,

Ta peau exhale des repères familiers

 

Ma Bien-Aimée,

Je dépose entre tes seins un Gerbera rouge pourpre

Là où repose mon cœur

 

Tu es belle mon Amante Religieuse

Tes yeux verts sont des Colombes de l’Espoir

Que je suis dans le ciel !

 

amour 2.jpg

 

© Photo ci-dessus :

http://tnkhanouff.hautetfort.com/images/Phil%20Nouros%20-%20Parfait.jpg

  

J’explore ta vallée fertile

Je chevauche tes entrailles offertes en partage

Je ne peux trouver de limites à ton horizon…

 

Je m’installe dans ton ombre tel un enfant jamais rassasié

Ton fruit tendu, puis détendu, est un doux festin ravissant le palais

 

La seule bannière que je souhaite désormais déployer

C’est celle de l’Amour

Le seul pays que je souhaite défendre dorénavant

C’est toi, ma Réveilleuse de Sentiments

 

amour 3.jpg

© Photo ci-dessus :

http://a31.idata.over-blog.com/0/42/73/20/caress-1.jpg

 

Au son de ton corps,

Je bondis de colline en colline tel un Dieu vivant

Lève-toi ma Distilleuse de Tendresse,

Et viens te blottir dans mes bras !

 

Le temps qui passe n’existe plus

Les quatre saisons ne font plus qu’une

Tu resplendis de mille feux

Ta voix charme mon entendement

 

J’embrasse ton doux visage

Tel un léger acompte avant que la nuit ne nous confonde

 

Longtemps, j’ai cherché une raison de vivre

Celle qui ferait rebattre mon cœur

Comme un chercheur de nouveaux talents, je t’ai enfin trouvée !

  

En ce jour de joie, unissant nos deux êtres

Que tu es belle à en perdre la déraison

Sublime fille des plaines fertiles de Lorraine

 

Ta chevelure blonde bouclée, surmontée de deux dreadlocks, ondule au-delà de tes épaules

Ta bouche épanouie, tes joues pommelées, me font totalement fondre

Tes seins sont deux Exutoires à Passion

 

 

amour 5.jpg

 

© Photo ci-dessus : http://imblog.aufeminin.com/blog/D20091023/395683_339925110_1711422846-small_H194702_L.jpg

 

Ton ventre fécond invite à l’exil vagabond

Tu ravis mon cœur ma consœur affective

Tes lèvres, ta langue, distillent le miel et le lait

 

Notre lit de verdure évoque l’Eden retrouvé

Tu es un jardin luxuriant ouvert à ma main verte

L’Inspiratrice de mes plus belles caresses

Tu es une fontaine d’où jaillit sans résistance l’Abondance

 

Je t’ai ouvert ma porte

Tu n’as plus jamais refermé la tienne…

Je suis monté sur ton coteau

Ma vigne y pousse depuis…

 

Le contour de tes hanches

Signé de la main d’un artiste divin

J’en parcours chaque jour les délices

Que tu es belle, fleur ivre de désir s’ouvrant à ma seule approche

 

Notre flamme éternelle, nous la ravivons chaque jour

Elle est un phare qui nous guide vers ce que nous pouvons nous offrir de meilleur

Tu es Eve, je suis Adam…

Et nous recréons à chaque rencontre le Monde à notre image !

 

© Jean Dorval, le 09 juillet 2010, pour LTC Poésie.

 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

Notes : (1) Traduction de Louis Segond, préface d’Odon Vallet, chez Mercure de France

30/05/2012

« J’APPELLE TON NOM. »

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorrain,j'appelle ton nom,mes plus jolis mots d'amour,amour,romantisme,le grand amour,poésie,péosie lorraine,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,europe

© Photo ci-dessus (Munch : "Cri Silencieux") :

http://media.paperblog.fr/i/100/1003971/cri-silencieux-dedvard-munch-L-1.jpeg

 

 

Mes plus jolis mots d’Amour sont pour toi…

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

Chère âme, le chagrin qui me pèse me fait perdre la tête

Je suis le poète exilé, sans Muse, je n’existe plus

On raille ma peine, le manque d’Amour fait souffrir

Parfois même, je disparais de la surface de la Terre

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

Ces mots sont pour toi

Ils représentent tout ce que je ressens

Et que je ne peux t’exprimer

Car je ne te trouve pas…

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

  

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorrain,j'appelle ton nom,mes plus jolis mots d'amour,amour,romantisme,le grand amour,poésie,péosie lorraine,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,europe

 © Photo ci-dessus : auteur inconnu (en attente d'informations)

 

Je suis donc si maladroit,

Que je ne sais plus pétrir que des maux ?

Seul à la tombée de la nuit comme désespéré, impatient,

Je ne trouve pas les bons mots, la bonne langue

Pourtant tu es si familière, parfois si proche…

Cependant, toujours tu m’échappes !

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

J’imagine que tu es le vase du moissonneur

La terre féconde et ronde, le petit ventre que j’inonde

Je t’apporte la source de la tendresse au creux des reins

Il m’appartient seul de te faire sourire d’émotions

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

jean dorval pour ltc,jean dorval poète lorrain,j'appelle ton nom,mes plus jolis mots d'amour,amour,romantisme,le grand amour,poésie,péosie lorraine,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,europe

 © Photo ci-dessus : auteur inconnu (en attente d'informations)

 

Tu es celle que j’espère

Il n’est pas un jour où je ne pense à Toi

Es-tu aussi seule dans la foule ?

J’attends que le rêve impossible se réalise

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

Serais-tu mon transport au long cours,

De longue date réservé, sans que je le sache ?

Tu es Femme des pieds à la pointe des cheveux

Je ne pense qu’à toi, tu m’obsèdes

Pourquoi c’est si dur de te trouver ?

 

J’appelle ton nom dans la nuit, jour après jour

Rien n’est plus beau que ce cri silencieux au clair de lune

Dédié à toi seule

 

© Jean Dorval pour LTC Poésie, le 23 mai 2011. 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

"LA CHAMBRE NOIRE."

jean dorval pour ltc,jean dorval,jean dorval poète lorrain,poésie lorraine moderne,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,l'amour triomphe de tout,dieu m'a délivré de l'esclavage,oublier ceux qui nous font souffrir,jd,poésie,sortir vivant d'une séparation douloureuse

© Photo ci-dessus : http://www.casafree.com/modules/xcgal/albums/userpics/14393/1365754708.jpg

 

Que cet instant me délivre

De l'impensable mort subite

Afin de mieux revivre

 

Eclairé par cette blessure

En toute éternité, je réapprends à exister !

A oublier que je t’ai aimé…

 

Sans la complicité de mes faiblesses

Tu ne m’appelles plus quand le jour baisse

Mon âme vive réintègre la mesure à tout jamais

 

Le sable sous mes pas ne me désarçonne plus

Je suis guéri de mon obsession

La Chambre Noire en apothéose a fini pas ouvrir ses portes

Vers la lumière, je sors définitivement de la perdition

 

Les revers du Printemps ne crient plus dans ma tête

Et le bel Eté a fini d’extirper ton image de mon esprit

La Vie est plus forte que tout,

Plus forte que toi !

 

Tu ne seras pas ma dernière demeure

Le vent d’Est a effacé ma mémoire

Ton absence ne m’attriste plus

Il me reste un feu ardant à partager à deux, loin de toi...

 

Séparation consommée,

Tu as déjà embrassé le désir de tant d’autres !

 

Concurrences déloyales dans lesquelles tu t'égares

Complice au corps libre depuis toujours

Perverse Aphrodite aux sens éparpillés

Tu partages, en infidèle amazone, ta vertu aux enchères

L’Amour pour toi n’a que le prix de la jouissance !

 

De mes yeux s’est écoulé le déluge

Mais, je suis revenu de tes profondeurs

Hors de ma vue, bévue venimeuse !

Mieux vaut solitude que servitude !

 

Toutes tes traces s’effacent dans la poussière du temps

Ton sourire s’évanouit...

La roue tourne pour tout le monde

Un jour, tu guériras de tes peurs…

 

 

jean dorval pour ltc,jean dorval,jean dorval poète lorrain,poésie lorraine moderne,poésie lorraine,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,l'amour triomphe de tout,dieu m'a délivré de l'esclavage,oublier ceux qui nous font souffrir,jd,poésie,sortir vivant d'une séparation douloureuse

© Photo ci-dessus : http://s2.e-monsite.com/2009/11/19/02/resize_550_550//logo_lavie.png

 

Et si le destin s’acharne à nous faire rencontrer

Sache que j’ai oublié t’avoir connu

J’ai raccroché mon regard pour toi, comme on coupe volontairement un portable

 

Loin de toutes émotions, je suis en paix, et libre !

Tout s’éloigne, comme je le souhaite

Tu ne me méritais pas !

 

Orage et rage sont dissipés

Je ne crains plus rien !

Confiance revenue, ennemi vaincu !

Renaître n’est plus un problème

 

Je ne suis plus l’otage d’un ratage

J’ai dépassé seul les bornes de mes propres limites

 

J’ai eu mal au corps, à l’esprit et au cœur

Mais heureusement, Ô Terre de destin, ta Vie me sourit !

Les ténèbres ne sont plus maîtresses de moi

J’ai certes évacué toutes les larmes de mes tripes

Mais au sommet de la nuit, je suis sorti victorieux de la Chambre Noire !

 

© Jean Dorval, pour LTC, le 13 juillet 2011, pour LTC Poésie.

 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

"CUPIDON ME SERT UN THE."

jean dorval,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,poésie lorraine,poésie,cupidon me sert le thé,amour,romantisme,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,art écrit,écriture,thé oriental,saint-valentin,2012

© Photo ci-dessus : http://www.comlive.net/-Hotel-Caravanserail-Bienvenue,204126,20.htm

 

"Dans le soleil qui perce en ce matin d’hiver, je te vois.

Dans le froid qui pousse à vouloir se réchauffer, je te vois.

Confondue dans les vapeurs d’un thé vert oriental,

Je capte ton étincelle, belle Passante anonyme que j’imagine libre de tout engagement.

Animée entre respiration et mouvement,

Au pied d’une théière fumante, je puise ton élan.

Voyageur sans horaires, figé hors du temps, je t’invite du regard à partager l’Instant.

Dans la houle du marché en ce samedi béni, tu es à contre flot.

Dans la foule marchande, tu es à flot recto-verso,

En partance vers mon rêve parfumé de menthe poivrée…"

 

 

© Jean Dorval, pour LTC Poésie, le 13 février 2012, pour LTC Poésie (extrait du "Carnet de Voyage Marocain.").

 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin

« VEUX-TU ETRE MA MUSE ? »

muse1.jpg

© Photo ci-dessus : http://farm3.static.flickr.com/2326/2406388188_3aa801040b.jpg

 

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 

Sur ta peau sucrée-tabac blond,

J’inscris du bout des doigts le mot « Désir »

Sur tes lèvres de "Miss D" (deux petits fruits rouges et pulpeux),

Je dépose une offrande unique : un baiser gourmand !

 

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 

Tout au long de ton cou-rêveur,

Je fais descendre une cascade de petits frissons,

Faisant fondre ton regard qui se perd dans le mien

Tout au long de ton dos-majeur,

Je fais glisser une vague électrique,

Faisant naître sur ton visage un sourire indélébile,

Véritable soleil levant qui me ravit

 

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 la petite robe noire.jpg

© Photo ci-dessus : http://www.mabellephoto.com/la-petite-robe-noire-feminin-4b4c00B650.jpg

 

Quand tombe ta robe noire légère,

Je suis à la source de la Vie, de ta Vie

Quand je remonte tes espaces infinis, ta Voie Lactée,

Entre ondulations et mixage de sensations

Nous dansons l’un en l’autre, l’un pour l’autre, un Gerbera rouge pourpre entre les dents

 

036.JPG

© Photo ci-dessus : Jean Dorval/LTC 2010

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 

Quand tu as peur et que tu prends mes bras pour seul refuge

Je sais que la Vie à un sens

Quand tes attentes sont comblées

Rassuré, enfin, je respire !

 

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 

Je veux te conquérir à chaque rencontre

Veux-tu être ma Muse à répétition ?

Te rencontrer autant de fois que nous le souhaitons…

Pour m’occuper de toi, comme tu aimes !

 

Sur le chemin de l’Aveu

Je te souffle à l’oreille un secret,

Un vœu en 3D à partager à 2 :

« Veux-tu être ma Muse ? »

 

© Jean Dorval, le 30 juin 2010, pour LTC Poésie.

 

jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc poésie,jean dorval poète lorrain,jean dorval poète,poète,poésie,poésie lorraine,haendel,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,romantique,fleur bleue,amour,l'amour,saint-valentin