Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2016

Le Rendez-Vous Galant

Le Rendez-Vous Galant,a passagère inoubliée, françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

A la Rose Trémière

 

Elle s’ouvre à lui

Fragile

Comme une Fleur Naissante

Commençant à Éclore

Goûtant pour la Première Fois

A la Lumière

 

Il l’enveloppe de ses Bras

Intimité Parfaite

Où le Vent et le Souffle légers

Se confondent

 

L’Harmonie de cet heur

Réveille la Musique

Qui est en lui

Et passe désormais en Eux

 

La Noblesse qui l’anime

Dessine par Cœur

Du bout de ses Doigts

La Calligraphie Câline des Pétales

De cette Fleur Sentimentale

 

© Jean DORVAL, le 25 septembre 2016, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

© Crédit photos : Jean-Pierre Bazard Jpbazard.

Source documentaire : Wiki/Fleur_naissante_de_rose_trémière

La Passagère Inoubliée (1)

La Passagère Inoubliée,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

A Anna la Petite Allemande Adorée

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

Nos Deux Papillons

Ont vécus Ensemble

Trois Jours d’Été Plus Beaux

Que 50 ans de vie ordinaire

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

Étoile Lumineuse

Ressurgie sans Prévenir

Du Fond de mon Esprit

Et qui m’Habite Encor

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

La Passagère Inoubliée,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

Mon Ermitage s’Étire Sans Fin

Sous Sa Voûte Mammaire

Conquis et Anobli

Par Ses Grands Yeux Ouverts

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

Neige Immaculée

Eaux Émouvantes

En Tâches Sacrées

Purifiant mes Mâles-Accents

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

Cassiopée Rejointe en Songe

Constellation aux Lèvres Fleuries

M’entraine en Bleu Intense

Vers son Heartbeat en Orbite

 

Le Souvenir Amer

D’une Femme Perdue

Ne s’efface Jamais

Le Doux Parfum

D’une Autre Femme

Ne peut le Faire Oublier

 

© Jean DORVAL, le 24 Septembre 2016, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1)- D’après le poème Bright Star (Étoile Lumineuse) de John Keats (1821)

et le film Frantz de François Ozon (2016)

[+ © Crédit Photos]

24/09/2016

Françoise

Françoise,montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

A Françoise Hardy, chanteuse

 

Inaccessiblement Désirable

Dans sa Tour d’Ivoire

Elle vit quand Elle Rêve

Icône à l’Âme Sensible

 

Adorable Moue Romantique

Sur une Délicieuse Avancée de Dents

Son Sourire Charmeur et Ravageur

Est la Devanture Gracieuse

D’une Grande Passionnée

 

Au Moment Fort de Sa vie

Briser Ses Chaines

Et se Lier à Son Sort

En lui Donnant Asile

 

Pour Elle

Jeux et Énigmes ne font qu’Un

Impossible de ne plus lui donner Signes

Puisqu’Elle lit dans les Étoiles

 

En Pincer pour Elle

Juste Avant de la Serrer

Dans ses Bras

Pour tout Simplement

Lui Avouer

L’Envie de la Vivre

 

Purger Plusieurs Éternités à Ses Côtés

Courir, Courir, jusqu'à en Perdre Haleine

Pour La Retrouver

Être sûr de ne Brûler que d'Elle

 

Partir pour Elle

Quitter Tout à Tire-d’Aile

Suivre Tous les Chemins

Qui amènent à Elle

Pour Enfin La Retrouver

 

Ne plus Pouvoir Attendre

Pour se confesser

Étouffer d’Envie

Mais ne Penser qu'à Elle

Même à Ses Côtés

 

Ne plus Pouvoir

Attendre un Seul Jour

Pas une Semaine de Plus

Ne pas Savoir

Où la Vie Mène

Mais La Retrouver

Pour Enfin se Déclarer

 

© Jean Dorval, le 24 septembre 2016, pour LTC Poésie

ltc poésie.jpeg

(1)- D’après les chansons : Partir Quand Même, paroles de Françoise Hardy et musique de Jacques Dutronc (1988) ; et Message Personnel écrit par Françoise Hardy et Michel Berger. © Universal Music Publishing Group (1973)

 

© Crédit photos : Le site francoise-hardy.com. © 2014 Parlophone/Warner Music France. Photo utilisée uniquement dans le but d’illustrer ce poème sur Françoise Hardy. Aucune utilisation commerciale n’en est faite. Source documentaire : francoise-hardy.com/Galerie-Photo

 

23/09/2016

Montana 1910-1920 (1)

montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm,un été au cpm !

 

A Julia Ormond, actrice

 

L’eau scintille

Dorée et Tranquille

Éclats de Feu épars

En Gerbes Fleuries

 

La Grande Veine

Sans Fin dévale la Vallée

Mèche Vertueuse allumant

Le Temps qui passe

 

Le Flot Continu Galope

Argenté et Tumultueux à la Fois

Jusqu’à la Plaine qui s’étire

Chaude et Colorée

 

Source Intarissable

Rebelle et Sauvage

Légende qui tonne et détonne

Qui désaltère La Nature

Ranime tout sur son Passage

 

La Voix d’Amour

Qui résonne du Fond du Bois

Révèle Vénus Nue

A travers la Forêt

 

Le Sentier des Amants

En Blanche Mousseline

Où l'Herbe s'éveille

Apparaît alors

 

Sous les Pins Jaunes

Rayonne sa Splendide Fraîcheur

L'Ange-Rêveur Flotte

Dans les Vents Contraires

Frôlant sa Peau Blanche et Pure

Son Léger Voile Vierge

 

Les Yeux d’Innocence

Trahissent l’Épopée Sentimentale d’Amour

Comme l’Air Frais du Petit Matin

Caresse le Front de Vénus

 

© Jean DORVAL, le 22 septembre 2016, pour LTC Poésie

 ltc poésie.jpeg

(1)- D’après Crépuscule in les Contemplations de Victor Hugo (1856) ; et Légendes d'automne (Legends of the Fall), un film basé sur une nouvelle de Jim Harrison, et réalisé par Edward Zwick en 1994, avec comme acteurs principaux : Brad Pitt, Anthony Hopkins, Aidan Quinn et Julia Ormond [+© Crédit photos]

 

21/09/2016

1959 : Rue Caliente (1)

1959 : Rue Caliente,l'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm !

 

A Lena Olin, actrice suédoise

 

Amour Fou

En Frôlant Ta Robe Rouge en Volutes

Au Tournant de la Rue Caliente

Je commence ma Révolution

En Notes Brunes Enivrantes

 

Mon Renouveau

À La Habana

Je Te prends dans mes Bras

Pour une Salsa Sensuelle

Savant Équilibre à la Chico Álvarez

Entre Saveurs Chaudes

Teintées de Tabac Cubain

Arômes de Réglisse

Et de Noyau de Pêche

Ta Robe plisse

Fraîcheur Légère

Piquée d'Agrumes Verts

Tes Subtiles Notes de Menthe

Sur ma Peau glissent

 

Amour de Braise

Marques Éternelles

Passion Dévorante Virevoltante

Refrain qui m’entraîne

Une Fois encor

 

Ma Chérie

J’ai envie de Te Fumer

Égoïstement, Tendrement

Comme un Cigare Ici-Bas

 

Vague Infinie d’Irrésolu

Ma Réponse Affective

Mon Centre, Mon Âme

Là sur le Quai du Port

Tu m’attends, Seule

Tes Cheveux Noirs

Dans le Vent d’Été

 

Lentement, mais sûrement

La Fumée de Tes Yeux m’entraîne

Vers des Lendemains qui Chantent

Vers Ta Rive, ma Latitude !

 

Mon Cœur Prolétaire

Tu as envie de Changer le Monde

Alors, Change d'abord le mien !

 

Fuite en Avant

Suivant Tes Pas

Comme un Petit Poucet Affectif

J’ai fait tous ces Kilomètres

Pour Te rejoindre

Me retrouver

En Tête à Tête avec Toi

 

Le Bateau du Retour

Ce Bateau Ivre

Au loin s’en va sur l’Horizon

Et je ne m’appartiens plus

Je reste !

 

Je T’enlève en Partance

Pour ma Poésie

Aux Couleurs Intenses

 1959 : Rue Caliente,l'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm !

Je T’attendais depuis Toujours

Ma Présence, Ta Présence !

Ma Certitude, un Baiser, le Tien !

Je T’aime comme une Libellule

Qui n’en finit pas de battre des Ailes

 

Sur la plage

Face à la Mer des Caraïbes

Toi et Moi

Plus Simples, plus Humains

Vivons l’Instant Présent

 

Le Mojito 1910

Rend plus Fort et plus Beau

Avec une Paille pour Deux

Insolent Moment qui Brave l’Éternité

 

Assise à mes Côtés

Tes petits Bas Noirs Diamantés

Réveillent la Beauté de Tes Jambes

Désir de Toi !

 

Ta Robe est relevée

Et je devine Ton Entrejambe

Que je Féconderais bien Volontiers

 

Rendre le Bien Magnifique

Prendre le Temps qu’il faut

Et tout Doucement

Revenir l’Un à l’Autre

Comme un Ouragan Indompté

 

Puis se Retenir

Mais s’Enlacer

Pour Finalement mieux se Relâcher

Comme une Tornade Méritée

Qui casse Ses Chaines

 

Et si je ne T’avais pas rencontrée

Ma Vie n’aurait pas eu de Sens

De Toi, j’ai l’Envie pour la Vie

Douces Pulsations Lancinantes

Délicieuses Blessures à Revendre

 

Je suis en Toi

Et ensemble nous dansons

Sous la Pluie

Mon Âme Palpitante

 

La Nuit s'en vient

Mon Aile Douce et Apaisante

Pour amollir l'Argile de nos Corps

Pour nous demander de Rester

Encor un Peu

L’un en l’Autre

 

© Jean DORVAL, le 19 septembre 2016, pour LTC Poésie

 ltc poésie.jpeg

(1)- D’après : Désir et La nuit s'en vient d'une aile douce et apaisante, deux poèmes faisant partie du recueil 88 Poèmes (titre original : Tué à Piave, le 8 juillet 1918) d’Ernest Hemingway, et publié chez Gallimard (1984) ; et : Havana, un film américain réalisé par Sydney Pollack, sorti en 1990, avec dans les rôles principaux Robert Redford et Lena Olin

 

12/09/2016

Nocturne Lorelei (1)

anna 1.JPG

 

A Anna, la Petite Allemande Adorée

 

En cette Soirée qui s’étire

Sur les Bords de Moselle

Belle Infante de mon Cœur

Je lève mon Verre

A la Douceur de T’étreindre

A Ta Dive Beauté

 

Chanson pour un Été Indien

Qui n’en finit pas

Pour une Promenade avec Toi

Main dans la Main

 

Chopin en Nocturne 20

Nous guide sous la Lune Dorée

Et je m’immole de Passion pour Toi

Ma Blonde Mirabelle Irradiante en Noir et Blanc

 

Sur ton Dos Majeur et le Mien

Leçon de Piano à Quatre Mains

Je suis le Fil Conducteur de Notre Histoire

Et mes Lèvres Nomades

Parcourent Ton Front Offert

 

Étoile Terrestre, Tu m’éclaires

Et sur la Terre qui Nous a vus naître

La Saison des Vendanges Nous unit

 

C’est le Temps des Amours Mûris

Des Vingt Ans Immortels

Des Rondes Fécondes

A Partager à Deux

Pour Échanger un Infini Baiser à la Doisneau

 

© Jean DORVAL, le 12 septembre 2016, pour LTC Poésie

 ltc poésie.jpeg

(1)- D’après Chanson d'automne de Paul Verlaine, in les Poèmes saturniens (1866), Nocturne n°20 en do dièse mineur op. Posthume de Frédéric Chopin (composé entre 1827 et 1846), et le film Frantz de François Ozon (2016) [+ © Crédit Photos]

i>NFOS+ : allocine.fr/film/frantz

& wikipedia.org/wiki/Frantz

10/09/2016

1919 : L’Amour en Ressac (1)

 

1919 : l’amour en ressac

 

A Anna, la Petite Allemande Adorée

 

Mon Amour Perdu

Entre Deux Horizons

A chaque Saison

Je suis toujours à l’Avant-garde de ton Cœur

Et je ne peux oublier ces Instants Partagés

 

1919 : l’amour en ressac

Sublime, tu es

Et aux Tremblements du Monde

Mon Amour Perdu

Le Seul qui est un Prix

Tu me manques

Et j’étouffe de Te savoir si Loin

Et si Proche à la fois

 

1919 : l’amour en ressac

Abandon Souverain des Sens

Te revoir me fend le Cœur

Me fait tourner la tête à en perdre la Raison

Rouvre la Cicatrice de mon Âme

Mon Amour pour Toi ne s'est jamais refermé

Je ne peux me résigner à Te perdre

 

Pendant ma Longue Nuit

Les années passent

Tu es toujours à mes Côtés

Je souffre, Seul

Et sans Toi, je suis perdu

Errant sur les Rives du Rhin

 

1919 : l’amour en ressac

Mon Puits aux Larmes ne peut s’estomper

Te savoir heureuse avec un autre me rassure

Et m’isole un peu plus à Chaque Instant

 

1919 : l’amour en ressac

Mon Bel Amour Perdu

Je ne peux T’oublier

Et continuer à Vivre loin de Toi me pèse

La monotonie m’a envahi jusqu’au Trépas Quotidien

Et je sombre

 

1919 : l’amour en ressac

Tu es réapparue

Le Destin dans son Immense Tristesse

M’a fait revoir ton Doux Visage

Et bien qu’invisible à Tes Yeux

Je ne peux T’échapper

Tu reviens à moi comme le Ressac en Amertume

 

1919 : l’amour en ressac

Mon Inquiétude grandie

L’Agitation me brise

Les Années passent

Et je chavire dans la Houle

Au creux des Vagues à l’Âme

L’Amour que je ressens pour Toi reste intact

 

1919 : l’amour en ressac

Tu me manques

Et en Te revoyant

J'ai réalisé que dans le Malheur d’être oublié

Je n'ai jamais cessé de T'Aimer

Toi ma Partition de Musique Inachevée

Dont les Notes ondulent encore

Sur la Voilure de ta Chevelure

 

Ces Sanglots Longs

Mes Violons de l'Automne

Blessent encor mon Cœur

D’une Langueur Monotone

 

1919 : l’amour en ressac

Je me souviens des Jours Heureux

Et je pleure

Emporté aux Vents Contraires

Comme une Feuille Morte

 

© Jean DORVAL, le 10 septembre 2016, pour LTC Poésie

 ltc poésie.jpeg

 

NOTES :

(1)- D’après Chanson d'automne de Paul Verlaine, in les Poèmes saturniens (1866), Les nuits d'été de Berlioz (2) - et le film Frantz de François Ozon (2016) [+ © Crédit Photos]

(2)- Les Nuits d'été (op.7) sont un cycle de six mélodies composées par Hector Berlioz sur des poèmes de Théophile Gautier, tirés d'un recueil paru en 1838, La comédie de la mort. Écrites entre 1834 et 1838 et publiées en juin 1841, ces mélodies, d'abord accompagnées au piano, sont composées pour une seule voix de ténor ou de mezzo-soprano. Ultérieurement, en 1856 (dès 1843 pour Absence), Berlioz orchestre la partie instrumentale et confie chaque mélodie à une voix différente, ce qui l'oblige à effectuer une transposition des airs. Toutefois les interprétations modernes sont en général confiées à une même voix. Le titre est un clin d'œil au Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare. (Source documentaire : wikipedia.org/wiki/Les_Nuits_d'été)

i>NFOS+ : allocine.fr/film/frantz

& wikipedia.org/wiki/Frantz

01/09/2016

Ma Joueuse de Guitare (1)

Ma Joueuse de Guitare,à e. j.,

 

A E. J.

 

Femme à l’Ombre-Guitare

Tu fais Vibrer mes Cordes

Comme je fais Vibrer les Tiennes

 

De Flûtes en Contes Enchanteurs

Et de Percussions en Chœurs Romantiques

Tes Ornements, Arguments et Autres Grâces

Me font le Coup de la Musique de Chambre

Et du Concerto en Duo

 

Le Jour se lève

Et je te déclarerais bien ma Flamme

Tandis que le Merle d'à côté s’égosille

Et que les Étourneaux déjà s’élancent

 

Entre Merveilleux Nuages gorgés de l’Aube Naissante

Et Fantastiques Tourbillons de Pétales de Fleurs

Oh mon Amour

C’est la Belle Heure pour s'Aimer !

 

L'Aurore de ton Corps fait couler la Rosée

Le Ciel est Clair et l'Air encore Frais

Par la Fenêtre ouverte triomphe l'Été

Et je te Respire ma Beauté

 

Le Jour se lève

Et j'irais bien Danser avec Toi

Au milieu des Herbes Hautes et Folles

A l’abri des Peupliers

Quand la Lune Pâle traîne encore un peu

Pour Nous émerveiller

 

Je te Regarde fermer les Yeux

Pour mieux t’Abandonner

Oh mon amour

C’est la Belle Heure pour s'Aimer

 

L'aurore Nous rend Forts

Fait couler ta Rosée

Au Rythme du Ciel Clair et de l'Air encore Frais

Par la Fenêtre ouverte triomphe l'Été

Et je te prends dans mes Bras

 

© Jean DORVAL, le 31 août 2016, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1)- D’après Ding Ding Dong (Ringing At Your Bell) des Rita Mitsouko, un titre extrait de l'album Variéty (2007), Label Because

 

© Crédit photos : imagenoire.centerblog.net/rub-femme-en-noir-et-blanc

26/08/2016

Blonde Mirabelle (1)

 

mirabelle.jpg

 

A Émilie Jolie

 

Secrète Courtisane

Belle aux Délices Offerts

Tes Aveux Fous

Me rendent Libre

 

Limpides sont Nos Rencarts

Brillantes Tes Voluptés

Sans Fausse Pudeur

Je te Dessine en Courbes Lascives

 

La Flagrance de nos Passions

Exhale de Ta Petite Robe Noire

Amante à la Bouche Vermeille

Reçois ma Langue Savoureuse

 

Mon Excitant Fruit Doré

Au Pays des Mille et Un Plaisirs

Point de Trêve aux Doux Propos

Aux Paroles en Couronnement

 

Mon Verger accueille-moi

Le Temps d’une Sieste Urbaine

Histoire de Slammer en Huit-clos

 

blonde mirabelle,l'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm,un été au cpm !

 

Mon Imagination

En Feu d’Artifice

Comme au Grand Soir

Te Délivre et Te Livre

 

Tes Cheveux en Désordre suivent mes Mains

Ton Cou porte les Traces de mes Baisers Gourmands

Mon Âme s’abandonne à la Tienne

Et je me sens Mourir de Plaisir toutes les Fois

Que tu m'avoues ta Faiblesse pour moi

 

Ce Sang Nouveau

Qui Coule dans Nos Veines

Depuis les Rivages du Monde

En Véritable Ressac

ltc poésie.jpeg

Rythme Nos Je T’Aime

 

© Jean DORVAL, le 21 août 2016, pour LTC Poésie

 

Source documentaire : (1) D’après Amours, in Livre Premier, Élégie XIV, d’Ovide

© Crédit photos : blondeparesseuse.com & aufeminin.com


21/08/2016

Au Plus que Parfaite (1)

Koyuki Katō.jpg

 

A Koyuki Katō, actrice et mannequin japonaise

 

Beau Verbe au Féminin

Nue dans Ton Peignoir Blanc Immaculé

À la Sortie du Bain

Je te conjugue au Plus que Parfait

Comme on compte les Étoiles

Comme on dompte les Étoiles

Un Soir de Pleine Lune

 

Avec Toi mon Délice de Tokyo

Sous les Cerisiers Japonais

Je goutte une Pluie de Pétales sans Égal

Et au Parfum de Ta Chevelure Noire

 

Bercé par Ta Douce Chanson en Mimosas

J’entends la Voix du Fujiyama

Je prends la Voie du Fujiyama

J’explore Ta Divine Impertinence

 

Juillet et Août, c’est l’Été !

Nos Voyages ne font plus qu’Un

Comme Deux Mots liés par la Calligraphie

 

Caravane-Compagne transportant mon Âme

Je te butine

Entre Musique Traditionnelle Japonaise

Et Punk-Rock

 

Femme-Plantureuse

Végétation Luxuriante

Ton Ombre et Ta Pluie

Ta Lumière et Tes Rayons de Soleil

Font mon Bonheur

 

Vent qui souffle

Comme au Début du Monde

Ma Belle, tu me souris

Toute en Mélancolie retenue

 

Et le Temps d’une seconde

Tu me donnes la Sensation

De Vivre au Bord de Ta Bouche

Pour mieux Dévorer Ton Rire

 

Jukai, la Mer d'Arbres

Cache nos Lèvres Scellées

Le Ciel dans son Immensité

Consacre les Fleurs Rouges Sacrées

Le Vaste Azur Resplendit

Comme mon Cœur sans Défense

 

Mon Âme-Symphonie

Tout mon Être Te réclame

Sans cesse, je tremble pour Toi

Comme la Lune brille pour l’Astre Impérial

Sublimes Tintements de Cloches perchés Sur l’Horizon

C’est l’heure du départ du dernier Métro pour rejoindre Ta Couche

 

© Jean DORVAL, le 20 août 2016, pour LTC Poésie.ltc poésie.jpeg

 

(1) D’après les paroles de la chanson Plainsong de The Cure, extrait de l’album Disintegration ; le film Le Dernier Samouraï (The Last Samurai), un film américain réalisé par Edward Zwick, et sorti en 2003 ; et un Tanka de Yuuko Suzuki (poétesse japonaise contemporaine).

 

© Crédit photos : Le film Le Dernier Samouraï d’Edward Zwick (2003)

14/07/2016

En ta Plaisante Lumière (1)

En ta Plaisante Lumière,

En ta Plaisante Lumière,

 

A Meryl Streep, actrice américaine

 

Bien-Aimée

En soutenant délicatement ta Tête

J’arrose la Source de tes Rêves

 

Plaisante Lumière

Ta bouche

Petit Fruit rose charnu

Prêt-à-croquer

Attise en Moi le Feu dont je brûle

 

Je suis atteint d’un Mâle-Amour

En écoutant battre ton Cœur

Et je perçois l’Irrésolu

 

Ici se niche la Folle Attirance

L’Âme d’Infinie Beauté

Mon Rêve, ma Gloire

 

Tu m’accueilles en Toi en Silence

Sur la Route de tes Sens

Mes Yeux fermés s’ouvrent en Toi

 

Bien-Aimée, Tu m’ensoleilles

Papillone aux Ailes d'Or

Tu es ma Dédicace pour la Vie

 

Ô Souffle-Aimant

Tous les jours sans me lasser

C'est en Toi que je m'éveille

C'est en Toi que je m'endors

 

© Jean Dorval, le 14 juillet 2016, pour LTC Poésie

 LTC Poésie : Le Serment du Silence,

(1) Sources d'inspiration : La scène du film Out of Africa dans laquelle Meryl Streep se fait laver les cheveux par Robert Redford (© Crédit photos) ; et C'est en toi, bien-aimé, que j'écoute, poésie extraite de La Chanson d’Êve, de Charles Van Lerberghe

 

13/07/2016

La Symphonie Fantastique (1)

anne brochet 2.jpg

© Photo ci-dessus : purepeople.com/anne-brochet

 

A Anne Brochet, actrice, réalisatrice et écrivaine française

 

Ma Dame aux longs Cils Enivrants

Je Vous aime comme si Vous étiez une Rose de Sel, la Topaze ambrée

Votre Flèche décochée en Bouquet de Roses des Sables propage en moi le Feu

 

Je Vous aime comme on aime la Lumière et l’Arche d’Alliance

A l'ombre de Votre Âme, j’hume vos Délicieuses Fleurs Cachées

La Grâce et l'Arôme qui en exhalent me font tourner la Tête

 

L’Impatience mêlée à la Confusion anime mon Corps

Je Vous aime comme une Maladie nécessaire à ma Survie

Je Vous aime parce que je ne connais pas d'autre Façon d'Aimer

Je Vous aime car aucune autre Femme ne me fait autant toucher l’Inaccessible que Vous

 

Votre Main ferme mes Yeux

Et je décolle vers l’Au-delà et l’Infini !

 

© Jean Dorval, le 13 juillet 2016, pour LTC PoésieLTC Poésie : Le Serment du Silence,

 

(1) D’après La Centaine d'amour, Sonnet XVII, de Pablo Neruda (publiée post-mortem en 1995 par Gallimard) et la Symphonie Fantastique de Berlioz (1830)

 

anne brochet.jpg

© Photo ci-contre : sblivres.free.fr/brochet-itv