Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2017

Nuptiale Insomnie

 

À la Libellule aux larges Yeux

 

Milady

Il n’est de jours

Qui vaillent

D’être vécus

Plus beaux

Que ceux que je vis

En ce moment à vos Côtés

 

Ô combien

Je songe

À ces Instants

Bénis d’Éternité

À toutes ces cloches

Qui sonnent

Dans ma tête

Comme un Air de Fête

Quand je suis avec Vous

 

Mon Héroïne

Qui me prive

De toute tranquillité

Vous occupez

Mon Esprit

Comme un mal nécessaire

Aigu et soudain

Et dont on ne peut guérir

 

Je ressens

Pour toujours

Au plus profond de moi

Un souffle de Vie

Un souffle de Vous

 

Votre immense Tendresse

Votre Bonté d’âme exemplaire

Emplissent mon cœur

D’une fièvre tropicale

Bordent mon coeur

D’une intime moiteur

 

Ma Compagne

De corps et d’esprit

Vous le provoquant Bouleversement

Qui m’est si cher

Vous réveillez la Petite Musique

Et le sonnet qui jaillissent de moi

À tout moment

 

Le Jour nouveau

Est arrivé mon Amour

Comme le Vin de l’Espoir

Celui de l’Allégresse

Revenue

Et mise à nue

 

Ma Connivence

Avec Vous

Ensemble, Nous !

Je sens que tout va changer

Je suis enfin ce que je savais

Je vois le Ciel si Beau

 

Madame

Il faut Vous aimer

Savoureusement

Comme

On allume un Flambeau

Comme

Un cœur bat la Chamade

 

Je Vous veux Immortelle

À flanc de colline

Telle une Vigne grimpante

Qui m’enserre de tout son Être

 

Je me consume

Toute la Nuit

Pour votre Visage

Où je me perds

 

Je suis prêt

À tout conquérir

Car Vous m’éclairez

D’une Lumière

Plus irradiante

Que celle de l’Univers

 

Ma Tourmente

Mon rêve

En résonnance

Partout

Vous m’amenez

A votre Corsage

En Chanteur

 

Comme un mercenaire

En Love-Campagne

Je pars à votre Conquête

Je pars à votre Reconquête

 

Je suis le corset

Qui remonte votre Poitrine

Comme deux mains

En balade

Comme deux mains

En aubade

 

Je me promène ainsi

En complainte heureuse

Par toutes vos étoiles

Votre Ciel m’électrise

Cent mille fois

Oui, je le jure !

 

Vous le Miel des Sens

Je Vous rêve

Je Vous respire

Vous me faites

Mourir d’Amour

À feu doux

 

 

 

Pour Vous

Je suis le Gardien de la Mort

Pour Vous

Je suis le Veilleur de la Vie

 

Et puisque

Je ne peux vivre

Sans Vous

Diane pécheresse

Je cours

Je cours toujours

Vers Vous

Mon Galant-Équipage

Vers

Le Temps qui passe

Vers

Votre sublime Tombeau

Vers

Vos Voluptés grecques

Ô palpitante

Horloge-Biologique !

 

Tout commence Ici

Voilà !

Je suis le feu follet

Le naufragé

Du silence

De vos respirations

Et Vous expirez

Tous les Génies de la Création

En une seule fois

 

À chaque soulèvement

De votre poitrine

Je me régale

De votre souverain Sourire

Je ne peux

M’en éloigner sans pâlir

 

Vos Faveurs

Me rendent plus juste

Vos Faveurs

Me rendent Tout

Vos Faveurs

Me font enfin revivre

 

Grâce à Vous

Le Vent de mes prières

S’intensifie

 

Grâce à Vous

Je ne crains

Plus rien

 

Vos yeux

Vos lèvres

Ma Reine

Je ne peux

M’y soustraire

Sous peine

D’étourdissement

 

Comme l’Ouragan

Emporte tout

Sur son passage

L’Amour vrai

N’a que faire du rang

Et de la fortune

Il ne se contrôle pas

 

Pour un seul

De vos Baisers

Je suis prêt

À tout perdre

Je suis prêt

À tout quitter

 

Ô mon Clair de Lune

La chouette

Qui hurle

Annonce

Notre Symphonie

Du Nouveau Monde

En Ouverture

 

Bonne Nuit

Mon Amour

Qui ne peut

S’apaiser

Je voudrais

Être l’Oiseau

Porteur

De tous

Vos Messages

Porteur

De tous

Nos Présages

 

Mon Alcôve

À chaque

Tombée de Nuit

Je descends

Pour mieux

Mourir en Vous

Ô Douceur !

Ô Minutes heureuses !

 

Je me meurs

De lire vos mots

Je me meurs aussi

De les entendre

Le lever de rideau

Vous appartient

Votre Robe

Est mon linceul

 

Sonnez trompettes !

Roulez tambours !

 

Notre Amour

Sourit à la Vie

En battements

De Coeur

En battements

D’Elle

 

Le Lit Nuptial

Devient alors

La Table

De tous

Nos Sacrifices

Une Offrande

À sang pur sang !

 

Ma Passagère

Vous parez ma volonté

De tous vos Bienfaits

Dans vos Bras

Ma pauvreté disparaît

 

Vos Hanches amoureuses

Votre Dos et vos Seins

Votre Morsure et vos Baisers

Me donnent

Un avant-goût de la Soie

 

Votre Âme

Plus vaste que l’Océan

Héroïne

De la Fin des Temps

Mystère-Païen

D’éternelle-Intensité

Honore ma Nuit de Roy

Comme

Un Trésor d’Intimité éclos

 

Milady

Je suis le Chemin

Le Voyage Initiatique

La part de l’Autre

La vôtre !

 

Vous

Le Bouquet final

En Petite Mort

Le Soulier de Satin

En Grande Joie

Révélant

Mon Génie-Créateur

Et mon Destin-Flamboyant

Je Vous respire

Avec l’Ivresse

Et la lente Gourmandise

De l’Amant

D’un Corps adoré

D’une Âme exquise

Dont moi seul

Sait cueillir

La Couronne de Fleurs

 

© Jean DORVAL, le 21 août 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après les musiques Theme et The End du film Shakespeare in Love de John Madden (1998), la chanson Station 13 d’Indochine (2017), et Les Fleurs du Mal de Baudelaire (1867)

 

16/08/2017

Solaire-Ballerine

A Elle Fanning, actrice

 

solaire-ballerine,chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd

 

 

Blondine-Ondine

Ta Clé de sol Indy

M’émoustille

D’importance

 

Toi

L’Icône Top-modèle

La Girl-musicale

En Solaire-Ballerine

Tu balances

Tes cheveux

Pour mieux

M’apprivoiser

Me donner

Le Baby-Love Blues

 

Héroïne-Proie

Starlette

D’Hollywood

Chewing Gum ©

Qui colle à la peau

 

Blonde diaphane

Dont je suis fan

Ton ascension

M’hypnotise

Et m’attise

 

Contrat

De Beauté

Ô Mutine

Au débardeur-coton

J’ai envie

D’ôter

Ton chapeau de paille

 

Be ma Love

Romantique

Et Troublante

Ingénue

Mise

À nue

 

Suivant les bretelles

De ton Soutien-gorge

En bataille

Tu es

Ma Route des Indes

Semée

De tendres épices

 

Au pied

De ta Rune de Vie

Je fais glisser

Ton Fouta

Soie de Chine

Et enlève

Tes sandales

 

Miss Elle

Qu’il fait chaud

Auprès de Toi

Je me promène seul

Dans tes soieries

 

Je vois ton reflet

Dans la Lune

En noir et blanc

En haut du rocher

Dans le Gange

 

Le Créateur est présent

Dans l’Insondable

De ton Âme-Baladeuse

Bouleversante

Poussière

Dorée

Et d’orage

 

Solaire-Stella

Les flèches

De Kamadeva

Inspirent notre Partition

 

Le jasmin

Le champaka

Le shirisha

Le lotus bleu

Et la fleur de manguier

Accueillent les oiseaux

Qui chantent

Ton Printemps insolent

 

Avec Toi

Je joue dans

Les contes des mille

Et une prises de positions

Kâma-Sûtra

En Moisson nouvelle

 

Été léger

Comme une plume

Tu me berces

De pulsions subites

 

Craquante et intense

Feuille d'Amante poivrée

En Top-mousseline

Ta Ligne de mire

Mutine-Ballerine n°19

Charnelle

Est partout

Sur mon calendrier

 

Le délicieux fouillis

De tes cheveux

M’invite

À entrer

Dans ta Danse

En blé fauché

 

Quand Tu viens

M’enlacer

Sur mon Oreiller

À la Nue-Tombée

Tu justifies

Tous mes rêves

 

Tu me rends

Complètement marteau

Ô Violoncelle

Déci-Belles

En mélancolie

Couleur-Chaume

Que je fais vibrer

Comme on raconte

Une histoire

Les yeux fermés

Du bout des Doigts

 

© Jean DORVAL, le 16 août 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

© Crédit photos (D. R.) :

Elle Fanning dans Madame Figaro Magazine Juin 2017

By Damon Baker

Kiosque.LeFigaro.fr/Figaro-Madame

solaire-ballerine,chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd

13/08/2017

Chutes de Vers (1)

 

chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz

 

Pour Élie-Salomé

 

De grande évasion

En confiante révélation

De constante élévation

En claire jubilation

Ma Love-Intention

Tu m’écartes

De mes austères chemins

 

Je pense à Toi

Et la force de tes maux

Consécration de mes mots

Me déconcerte d’importance

 

Je suis condamné

À être seul avec Toi

Tel

Un Reclus Amoureux

 

Voilà le traitement

Qu’il me faut

Tous les jours

À toute heure

 

Comme un secret

Rendu public

Je suis ton air de fête

Ton aide (de lit) de camp

 

Mon désir

Le tient

Le nôtre

S’exprime

En soudaine ferveur

 

Les fleurs des champs

Que je t’aie rapportées

En cette matinée

D’électriques nuées

Ne sont pas prêtes de se faner

Car elles témoignent

De notre Passion indélébile

 

Je suis le porteur

De ton adorable sourire

Ce ravissement grimpant

Qui le long de mon cœur

Tisse avec ardeur

Sa Parure d’Or

 

Tu es la source gaillarde

Assoiffant mes lèvres et mon corps

Je bois de tes eaux

Limpides et intrépides

En chute libre

Tu fonds dans ma bouche

Comme

Une petite Mirabelle

 

Je puise mon énergie renouvelable

À ta fraîcheur vive et sincère

Comme un Soleil inépuisable

Que j’inspire

Et qui m’inspire

 

Mon Arche d’Alliance

En Entente Corps-diale

J’écoute tes incantations

Et je renais

De tes profondeurs

Judéo-marocaines

De tes confins attendrissants

 

Mon splendide

Mois de Mai

Je suis à Toi

Comme

L’ultime étoile est à la Nuit

Comme

L’intime est à Minuit

 

Je te vis

En version intégrale

Mon aimable

Et inestimable Symbiose

 

Tous les recoins

De mon âme

Débordent

De ta frénésie

 

Mon Âtre

En indolence prolongée

Je suis riche

De tes mille offrandes

Et je m’élève en Toi

Comme une Prière Vivante

 

Je rejette

Tous les rêves

Qui t’ignorent

Tous ceux

Qui ne parlent pas de Toi

 

Je goutte à ton reflet

Comme un fauve

Jamais repu

Au point d’eau

 

Ma Love-Intention

Conduis-moi

Sur ton Chemin

De Délivrances

 

Mon cœur

Y brûle en aveu délicieux

Mon cœur

Y brûle de joie mélancolique

 

Depuis notre Rencontre

Ta Lampe-Éternelle

Rayonne d’Ambre

Réclamant son dû :

Le Sacrifice des Alarmes !

 

Ta chandelle

En Veilleuse-Intégrale

Fond tout au long de la Nuit

Qu’elle fait luire patiemment

 

Aimer

N’est pas sans larmes

J’arrête là

Ma poursuite sans fin

Du Plus-que-Parfait

Tu es l’Attrape-Rêves

Qu’il me faut !

 

Nos âmes

Explosent en Supernova

Plaisirs stellaires

Solaire-Duo

En rouge crépuscule

 

J'ai assez d'Amour

En moi

Pour brûler

Comme un Soleil

Une Éternité-XXL

Pour préférer

Ton bonheur au mien

Ta Vie à la mienne

 

Mon Refuge

Tu me fais exister

Tu me fais coexister

Ton aveu me nourrit

Mon aveu t’éblouit, t’épanouit

 

Je te chevauche

Tel un Spahi chargeant

Face à l’Amour

Tes mains me guident

Vers ton Pubis-Anubis

Antre de la Petite Mort

 

Présent renouvelé

Mât de cocagne réinventé

Comme je t’aime

Tu enlaces nos Vies

Tu Nous plonges

Dans l’extase bénie

 

Tu m’instruis

Tel un Dieu

Tel un Surhomme

En formation continue

 

Cependant sache

Que nul ne t'apprend

Sans désirer

T’apprendre par cœur

Sans relever le gant

De l’Amour-Fou

 

Tes rêves d’Alice

M’émerveillent

Ton printemps

Doux-Floréal

Bleu à l’âme dissident

Me berce de jubilation

 

Aura-Bienfaisante

Ô frêle

Et frais murmure

Je susurre

Tes lueurs musiciennes

Qui m’enveloppent

À tout moment

Me protègent

Me réchauffent

 

Ta Beauté

Sensibilité

Sincère

Et pure

Scintille

De toutes parts

En moi

 

Nous sommes

Deux Êtres

Qui se reconnaissent

Dans l’éclosion

Mutuelle

De leurs Sentiments

 

Il faut prendre le temps

De s’asseoir

L’un à côté de l’Autre

L’un en face de l’Autre

De goûter

À l’Instant-Rossignol

Pioupiou stridentin

Qui du haut d’une branche

S’égosille en notes éphémères

 

C’est le moment

Où les Amoureux

Se lovent d’impatience

Et s’idolâtrent

 

Mon A(i)mante

Éteins mes yeux

Et je te vois

Quand même

 

Bouche mes oreilles

Et je t’entends

Malgré tout

 

Mon Amour

D’Argane

Et d’Encens

Je marche

Toujours à tes côtés

En t’invoquant

En prononçant

Ton prénom

Encor et encor !

 

Élie-Salomé

Princesse-Mogador

Je te sers

Sans faillir

Ni défaillir

Avec

Mon cœur

Mes mains

Mes lèvres

 

Mon Aimée-Sépharade

Je te porte à mon cou

Comme

Un Nœud d’Amour Algérien

 

Tu es la vague

Qui me drague

Tu es la vague

Qui me divague

 

Dans

Nos silences incrédules

Je veux te dire

Des mots délicats

Des mots fous

Des mots inédits

Des mots d’ailleurs

Des mots inventés !

 

Mon Artiste-Vitale

Sans Toi, je suis puni

Ne reste jamais loin de moi !

Ne pars pas longtemps sans moi !

Reviens-moi toujours vite !

 

Soyons légers !

Soyons impertinents !

Soyons conquérants !

Soyons enfin Seuls !

Soyons à Deux !

 

D’une main adroite

Je discours

Avec tes courbes

Pas étrangères

Loin des incertitudes

 

Au final

Plus rien ne compte

Car tout compte !

 

Voici

Cent et une proses rouges

Livrées par mes soins

Au Clair de Lune

À ta discrétion

 

Je suis en Toi

Toujours

Entre abandon

Et guérison

Peut-être même...

Sur la voie de la démence !

 

Semblable

À une flamme

Qui me brûle à l’âme

Tu me consumes

À l’Intégrale

 

Autour de Nous

Tout est en suspens

Comme

Un cri de Joie retenu

Dans la Nuit sauvage

 

Le Monde s’arrête

Dans la ronde brune

De ta malice

En Indécence

 

Mon Amour

Il faut boire

À ta Coupe

Pour Vivre

Ce que disent

Si bien nos yeux

 

Mon Gerbera-Pourpre

Mes plus belles prières

Mes plus fortes fièvres

Sont nées en Toi

Divine-Contagion

Épidémie-Solidaire

À partager en Duo !

 

Et pendant

Que mes mains

Te conduisent

De tensions

En pertes de contrôle

Je te délivre

À l’état brut

Un plaisir authentique

Un plaisir incontestable

Un plaisir à déguster

Conjointement

 

Comme Éluard

En peu de mots

En peu de gestes

Il faut tout Nous dire

Il faut tout Nous avouer

 

Ma Love

Tout est écrit d’avance

Et quand le plaisir

S’étire dans ton regard

Plein de sincérité

Et d'espérance

Alors le charme de l'Existence

Souligne tes traits radieux

 

Je te contemple

Avec l’ivresse d’un A-Mateur

Ton image ne peut s’évanouir

De loin comme de près

 

Ton éclat s’écoule de tes yeux

En une aquarelle

Qui s’étire sur ta peau lisse

 

Tu conserves ma tendresse

Et mes caresses

Comme une Houle-Couveuse

 

Entre tes Seins

La Lune glisse

La Musique de mes louanges

Trouve enfin Asile

 

A Toi seule

Je veux faire

Ressentir le frisson

Tout du long

Des plis de ta Voile-Secrète

 

Tes larmes joyeuses

Plissent entre mes doigts

Comme une eau en Souvenance

 

Accroché à ton cou

Je suis troublé en harmonie

Dans la Lumière crue

Du Petit Matin

Où je perds

Le Nord à dessein

En Constellations explicites

Entre ta Grande ourse

Et Cassiopée

 

La Petite ourse

Le Dragon

Et Céphée

S’en émeuvent

 

Ma Terre-Glaise

Que je pétris

Tu guides mes mains

Avec l’insouciance d’une Initiée

Jusqu’au bout

De l’Insatiable

 

Ma Love-Intersession

Ne suis-je pas trop vieux

Pour m’autoriser ta jeunesse ?

Ne suis-je pas un tyran

Usant de ta Beauté ?

Ne suis-je pas un profiteur

De ta Tendresse ?

Que nenni-da !

Je te mérite !

Et je t’assume !

 

En me lovant

Dans tes bras

Comme

Un enfant dans la Nuit

Je me retrouve

Le visage contre Toi

Les yeux clos

 

Quand mon souffle

Expire par ta bouche

Je poursuis ton chemin

Pour que Tu provoques

La Métamorphose

Qui s’empare de moi

En mille endroits

 

Je frissonne

Je tremble

Je suis en Communion

Tu es ma Lanterne-Union

Qui brille

Depuis la Colline de Sion

Garante de notre Passion

 

Jusque dans le noir

Je reconnais ton visage

Et me noie

Dans le Vin de Moselle

Dans le Vin Demoiselle

 

Je frôle tes tétons

En soufflant dessus

Comme une Braise

De Chair et de Sang

Subjuguée

Pour entretenir

Notre Feu-Sacré

Notre point de non-retour

 

Comme

Une aiguille de montre

Face à un aimant

Je suis

Aveuglément

Ton corps

Du Nord au Sud

 

Ma Troisième Dimension

Es-Tu réelle ?

 

Mon Amour

Ce qui est

N’existera plus

Demain

Alors

Vivons maintenant !

 

Je ne repousserai jamais assez

Le moment d’écrire sur ta peau

Et de lire ton corps

Pour créer le Besoin

 

Dans tes cheveux

Je me perds en atmosphère

En te chantonnant

Des douceurs à l’oreille

 

Mon cœur pour Toi

S’élève si haut

Qu’il ne retombera

Jamais plus sur Terre

 

L’infiniment vaste

De ton Âme

Dont je suis devenu

Le Berger

Me conduit

Aux Contemplations

 

Je sombre

Prisonnier

De ton Courant-Ascensionnel

 

Je m’approprie tout de Toi

Et me livre sans concession

À tes Attentes

 

Ciel !

Nous sommes isolés à Deux !

Ciel !

Nous sommes partagés pour Deux !

 

Ma Sphinge

J’ai besoin

De nicher

Ma Solitude

Dans tes draps

 

Tu restes

Ma plus longue Convalescence

Dans tes bras

Je remets mon Esprit

Et je flotte

Entre Ciel et Terre

 

La douceur

De tes doigts

M’enchante

Tu traces

Sur ma peau

Les plus beaux motifs

De mourir d’Envie

 

La Nuit devient

Enfin infernale

À bon escient

Délicieuses tensions

Répandues

En arabesques tactiles

En délices boréals

 

Chaque matin

Me conduit à ton Parfum

Vanille-Tabac

 

Tu es ma réconciliation

Une et indivisible !

Une et inépuisable !

 

Qu’est-ce que

Le Temps à tes côtés ?

Si ce n’est

Que le Paradis perdu

Retrouvé ?

 

Mon Âme

Tu es

Grande ouverte

À mes assauts

Et je te fourrage

Avec l’élégance

D’un sabre

Rentrant

Au fourreau

Avec une rectitude

De métronome

 

Cela me fait

Tant de bien

Que Tu penses

À moi

Quand je pense à Toi

A chaque Seconde

 

Mon merveilleux

Agent de liaison

Ce que le temps détruit

Toi Seule peut le réparer

Tu effaces

Toutes mes incertitudes

 

Toi

L’Amie

La Confidente

L’Amante-Hypnotique

Je te confie

Toutes mes faiblesses

 

Tu transperces

Tout mon être

De tes Vagues à l’Âme

 

Mon Insomnie

Ta blanche apparition

Scintille

Tes manèges

Me font tourner la tête

 

Tu rassembles

Toutes mes Forces

Par la puissance de tes caresses

En un seul point de convergence

Un Point G collectif !

 

Je me noie entre tes yeux

Sur ton île attendrie

Je suis totalement déconnecté

Pour ne vivre

Que le présent

Sous la ramée

 

Tu es

La Femme-Silhouette

Mon jaillissement créatif

Par saccades

Mon tendre Apaisement

 

Ma fragilité

Face à Toi

Est palpable...

 

Alors

Palpe-moi d’importance !

 

Je souris à ton contact

Comme un fruit

Gorgé de Soleil

 

Pour Toi

Je suis Orphée

Ramenant Eurydice

Dans le monde des vivants

 

Ma Chrysalide

Je tire mes vers

De ton sublime Cocon

Ils sont tes Enfants prodigues

 

Le seul Monde

Qui vaut

Le coup d’être vécu

C’est le Nôtre !

N’ayons pas peur

De Lui

Il est sincère

Sa possession

Est un Plaisir Nouveau

Il croît

Chaque jour

Entre les pétales mauves

D’un petit bouquet de Catelyas

 

Il est si doux

Qu’il pourrait s’appeler Ever

Mais avant de frapper à la porte

De ce Jardin Secret

Il faut déjà en être

À Deux

Les meilleurs Serviteurs

Pour le meilleur et pour le dire

Pour le Plaisir

L’Infini Bonheur

La Gloire de l’Amour

Certes fragile

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassurée

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassasiée

ltc poésie.jpeg

 

© Jean DORVAL, le 13 août 2017, pour LTC Poésie

 

Note : (1) d’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke, les albums des New Order Technique et Low-life, les poèmes Mélodie de Gérard de Nerval et Nous dormirons ensemble de Louis Aragon, et La bonne chanson, Romances sans paroles et Sagesse de Verlaine

09/08/2017

LTC Poésie rend hommage à Verlaine...

 

"Sagesse" de Verlaine, titre XI,les mots a(i)mants, quelques notes d’Élie..., chute en vers-tige, sur sa plage..., Éclats de rose, luminana (part i), la la land, luminana (part ii), emma stone, ryan gosling, le maux, l’essence-ciel, pénélope, les nuits sous la cerisaie, isabelle carré, ma lady river, une foi deux, mon phare, soir de soie, lucie lucas, mauboussin joaillier, tu es mon dange, tu es mon démon, purple diva, dame de mon heur, mots pour la muse, le nid d’elle, corne-muse, fleur de sève, filante-Étoile, l’eau tranquille, tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, by jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015 

Verlaine en 1893 (49 ans) par Otto Wegener.

 

" La bise se rue à travers

Les buissons tout noirs et tout verts,

Glaçant la neige éparpillée

Dans la campagne ensoleillée.

L’odeur est aigre près des bois,

L’horizon chante avec des voix,

Les coqs des clochers des villages

Luisent crûment sur les nuages.

C’est délicieux de marcher

A travers ce brouillard léger

Qu’un vent taquin parfois retrousse.

Ah ! fi de mon vieux feu qui tousse !

J’ai des fourmis plein les talons.

Debout, mon âme, vite, allons !

C’est le printemps sévère encore,

Mais qui par instants s’édulcore

D’un souffle tiède juste assez

Pour mieux sentir les froids passés

Et penser au Dieu de clémence...

Va, mon âme, à l’espoir immense ! "

 

Extrait de "Sagesse" de Verlaine, titre XI

iNFOS+ : Wiki/Paul_Verlaine

"sagesse" de verlaine,titre xi,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd

© Crédit photo : Jean DORVAL pour LTC

 ltc poésie.jpeg

18/07/2017

Les Mots A(i)mants (1)

Pour Élie,

 

les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

My Love-Entretien

Aux lueurs crépusculaires

Tu nourris toutes mes attentes

Mon Papillon d’atmosphère

A ton passage

Fument et gonflent les nuages

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon ardente Impatiente

Tu me dévoiles sous ton voile

Ton été sans fin sur la toile

M’invite à un tête-à-tête imminent

Je me couche sur ton île

En m’évanouissant dans tes bras

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Reine

La nuit est fauve

Comme ton regard

Et je sacre ta jeunesse

Mon nouvel Âge d’Or

Et j’ai envie

De ton Antre-cuisse copine

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma fontaine aux narcisses

Tu m’assoiffes de Désir

Je bois ton eau limpide et intrépide

Jusqu’au refleurissement du Ciel

Quand Héméra dispute le jour à Apollon

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon jour de fête permanent

Comme l’ultime étoile est à la nuit

Je suis en Toi

J’entre dans ta danse

J’investis tes profondeurs câlines

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon Âme délicieuse et radieuse

Estampe chinoise

Cueillant la rose rouge

En kimono du matin

Je fais flamboyer tes yeux

Tu rallumes les miens

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Damoiselle éclose

Ondine jaillie du Coquillage céleste

Qui comme Vénus est née

Avec un air charmant et joyeux

Dans l'Égée tempétueux

Dans le sein de Thétys

Poussée vers le rivage

Par des Zéphyrs lascifs

Pressant de la main droite sa chevelure

Et de l'autre recouvrant son tendre fruit

Au plus profond de mes heurs

J’explore ta vertu

Et je découvre un à un

Tes trésors cachés

Jusqu’à ta Terre-Promise

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

© Jean DORVAL, le 11 juillet 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1)- D’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke et Stances d’Ange Politien

 

13/07/2017

Quelques Notes d’Élie...

vendange tardive.JPG

 

Pour Élie,

 

Vendange tardive

Rompant la glace

À toute heure

Vin Demoiselle

Gorgé de soleil

Nectar unique

Moelleux enivrant

Sucré-doré

Je te goûte avec passion

Jusqu’à la lie

Tel Dionysos

Enlaçant une lampée de bacchante

 

Dessert câlin

Sans douter

Un seul instant

De mes intentions

Je romps l’étiquette

Soulevant

La feuille de vigne

De mes attentes

Celle menant

À toutes mes ivresses

 

© Jean DORVAL, le 20 juin 2017, pour LTC Poésie

ltc poésie.jpeg

06/07/2017

Chute en Vers-Tige

Chute en Vers-Tige,

 

Pour Élie,

 

En cette heure crépusculaire

Qui me pousse à Vous revoir

Toutes mes pensées sont à Vous

Comme une brise printanière

En mille espaces-temps

 

Alors, vous exaucez mes vœux

Comme on rêve les yeux ouverts

Et la force de mes mots

Apaise mes maux

 

Quand mon cœur

Dans vos bras trouve refuge

Je suis l’encre libre

Qui jette l’ancre

Et je Vous conjugue

Ô Féminin !

 

© Jean DORVAL, le 14 juin 2017, pour LTC Poésie

© Crédit photos (D.R.) : osteobellerive.com

Sur sa Plage... (1)

plage.JPG

A Élie

 

Il s’allonge sur ses paupières

Pour compter les étoiles de ses yeux

Se fondre dans ses rêves

Pour la confondre

 

Il s’allonge sur sa plage câline

Il l’enveloppe de ses bras familiers

Dépose un baiser sur ses lèvres

Pour qu’elle s’endorme en ne pensant qu’à lui

Pour qu’il s’endorme en ne pensant qu’à Elle

 

Là où se rejoignent les nuages

Ils chevauchent ensemble la Mer des Songes

En flamboyant équipage

Pour revêtir le suaire de Morphée

Leur drap bleu-nuit en partage

 

© Jean DORVAL, le 17 juin 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Éclats de Rose (1)

 

Pour Élie,

 

Par ce soir d’orage

En blanc et noir

Rose parfumée

Tu pleux dans mon cœur

En lumineuse langueur

Comme un revers d’automne

Qui pénètre mon heur

 

Sous mes paupières

Tu glisses en café’in

Effeuillant mon piano

De tes notes

D’invisibles-intentions

 

Rêve de mes rêves

Tu sèmes mes insomnies

Et à l’heure des confessions

Je butine encore tes lèvres pur-carmin

 

Ton visage me guide

Le chant de ta pluie

Fais vibrer ma lyre

Jusqu’au délire

 

Nos voix d’unisson

Ferveur de ma déraison

Flirtent avec les ombres

En partance

Pour des années d’errance

 

Ton songe

A éteint la lumière

Des jours heureux

La nuit des temps me ronge

Comme une malédiction

 

Ô Ciel !

Il faut avoir joué de malheur

Pour comprendre

Ce qu’est la tempête

Dans un cœur profond et droit

 

Ses voyages finissent toujours

Par la rencontre des Amants

Il s’endort

Une dernière fois dans ses bras

Embrassant ses joues

 

Se quitter

Reste un si doux chagrin

Que même les embruns naissants

Ne peuvent emporter tous ses souvenirs

 

© Jean Dorval, le 6 juillet 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1) D’après l’ouverture de Parsifal de Richard Wagner ; Roméo et Juliette et Le Roi Lear de William Shakespeare

La Fille au décolleté (1)

 

la fille au décolleté,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs

 

 

A Élie

 

Dame Oiselle Élie

La pluie tombe

Jour après jour

Et votre souvenir me revient

Comme autant

De gouttes de bonheur

 

Au plus profond

De mes Nuits Fauves

J’embrasse

Votre doux visage

Comme une image pieuse

Adorable et vertueuse

 

La vérité

Est dans votre sourire

Je m’y endors chaque soir

Ce clair de dunes décolleté

En bleu pétrole qui m’affole

M’enfonce

Dans le labyrinthe de votre étreinte

Sans réfléchir, ni fléchir

 

Mes ailes

Se foncent en ce bel azur

En Vous

Mère des Eaux Vives

Où je m’étire

En aquarelle

 

Le Nord extrême de vos yeux

M’entraîne dans vos pas de louve

Dans la beauté troublante

L’impétuosité de vos essences-Ciel !

 

© Jean Dorval, le 11 juin 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après La Nuit des rois de William Shakespeare, acte V, scène I

04/07/2017

LumiNana (Part I) (1)

la la land,LumiNana (Part II),emma stone,Ryan Gosling,

 

A Emma Stone, actrice

 

En ce Monde

Perturbant et sombre

Dans le froid sidéral

De la nuit

Qui n’en finit pas

 

Il est enfin une Âme

Que je comprenne

Et devine

 

Il est enfin une Âme

Qui me corresponde

Et me réponde

 

LumiNana

M’éloigne de l’ennui

Rien que du regard

 

Elle me rappelle

Mes rêves

Mes espoirs

Les plus fous

 

Exquises-pensées

Qui sont miennes

Parez-la

De tendres-intentions

 

Chants et baisers concoctés

Doux frémissement d’Ailes

Porteurs de mon désir-inapaisé

Semez un délicieux-trouble en Elle

 

Sa pâleur éclatante

Aux reflets roux

L’éclat de ses yeux verts

Langoureux et charmant

Sa voix pénétrante

Aux suaves accents

Son parfum apprivoisant

Réveillent ma nature d'homme

Et je me languis déjà

D’Elle !

 

Étoiles filantes

Surprenez-La toujours

Partout où Elle se trouve

Et dites-lui

Que mon cœur lui appartient

A tout jamais

Et de grâce pour moi

Demandez-Lui

De me donner

Un peu d'espoir

 

Ô Chère Amour

Mes yeux me parlent de Vous

A chaque instant

Ma bouche ravie

Prononce votre prénom

A l’envie

Et je m'envole

Pour la Vie

 

C'est l'Amour

Qui me guide vers Vous

Et je regarde

Les Cieux

A travers vos yeux

Pour ouvrir votre monde

A la beauté éternelle

Le faire vaciller

Et suivre la petite voix

Qui me guide

Vers Vous

 

Peu m’importe

Où me Mènera cet Amour

Pour peu

Qu’il soit un voyage dans le temps

Avec Vous

Pour remonter le sublime frisson

Des saveurs partagées

Dont on ne revient

Qu’Immortel

 

© Jean Dorval, le 31 mars 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après la Poésie L'âme rêvée de François-Marie Robert-Dutertre, in le Recueil Les loisirs lyriques ; et la Chanson City Of Stars d’Emma Stone et Ryan Gosling, in l’Album La La Land [BO]. Une des musiques du film La La Land, une comédie musicale américaine écrite et réalisée par Damien Chazelle

© Crédit photos :

Wiki/Emma_Stone - Emma Stone en 2016

 

30/05/2017

"Le Lac aux Sentiments"

 richard wagner,Tristan und Isolde,mots pour la muse, le nouveau recueil de poésie de jean dorval, édilivre, saphorisme, jazz’salomé, flagrant d’Élie, a belle et la bête, l’orientale-inclinaison, la la land, luminana (part ii), emma stone, ryan gosling, le maux, l’essence-ciel, pénélope, les nuits sous la cerisaie, isabelle carré, ma lady river, une foi deux, mon phare, soir de soie, lucie lucas, mauboussin joaillier, tu es mon dange, tu es mon démon, purple diva, dame de mon heur, le nid d’elle, corne-muse, fleur de sève, filante-Étoile, l’eau tranquille, tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, by jd

 

A Élie

 

Madame

La Nuit des Temps

M’est Témoin

Que Tel Bragin

Dieu de la Poésie Déchu

Je Recherchais en Vain Jusqu’Alors

L’Oeuvre Terrestre Parfaite

Qui Ferait Rebattre mon Cœur

Ressusciterait ma Plume

 

Désormais

Je peux Vous Assurer que...

Dans Tout le Firmament

Sur la Terre Entière

Dans les Mondes Connus

Et Inconnus

Rien n’est plus Beau que Votre Sourire

 

Vous Êtes l’Amour Retrouvé

L’Innocence Renouvelée

Le Temps des Cerises Permanent

Le Retour de l’Insolence

Et de l’Impudence Mélangées

 

Et Depuis que je Vous Aie Ressentie

Vous m’avez Ramené à la Vie, à la Vue

Comme le Soleil Éclaire, Fertilise, l’Univers

Et Donne des Couleurs Inoubliables

Aux Rives du Lac de Bodensee

 

Vous

L’Inspirante Poétesse-Alexandrine

La Princesse-Chevelure

Fumeuse de Vers Mentholés

Vous m’Êtes Apparue

Telles les Quelques Minutes

Précédant l’Orage, la Tempête

 

Depuis

Comme Deux Hémistiches

En Six Syllabes

Vous Articulez ma Césure

À l’Usure

 

Je Désire Guider

Votre Trimètre Romantique

Celle qui me Même à Vous

Dangereuse-Fascination !

 

Vous Avez l’Effrayante

Et Suave Infinitude

Le Pouvoir Supérieur

Menant au Mot Bonheur

 

Les Montagnes Alpines

Veulent que je Dépose à Vos Pieds

Tout l’Or de Seerhein

En Offrande

 

Ermatingen

Ancien Village de Pêcheurs

Paradis Floral

Face à l’île de Reichenau

Havre de mes Inquiétudes

Peut Témoigner

Que Vous m’Avez Manqué

Au Cours de ce Voyage

De Quatre Jours

Loin de Vous

 

Le Monde est Pauvre pour Celui

Qui n'a jamais été assez Malade de Vous

Avoir Le Sentiment de Vous Désirer

De Tout Mon Être

Sans Pouvoir être Repu

C’est Vouloir Goûter Votre Volupté de l'Enfer

 

Ce Poème est Le Vôtre

Car, je ne Veux pas Mourir

Sans Avoir Créé Pour Vous

Un Sentiment

A Hauteur de Montagne

 

Je Vous Immortalise

Selon la Volonté des Dieux

Pour que Nous ne Soyons

Plus Jamais Séparés

 

Nous Embrassons l’Éternité

Sans Fin, ni Loi

Sans Réveil, ni Regret

Sans Crainte, ni Retour en Arrière

Par mes Maux

En Oubliant jusqu’à nos Noms

Pour ne Vivre que de l’Instant Présent

Embrasés d'Amour

Entièrement Offerts l'Un à l'Autre

En Noces Païennes

 

© Jean DORVAL, le 25 mai 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1)- D’après l’opéra Tristan und Isolde (Tristan et Isolde), action en trois actes, de Richard Wagner, créé le 10 juin 1865, au Théâtre royal de la Cour de Bavière à Munich, sous la direction de Hans von Bülow

 

© Source documentaire : Wiki/Tristan_und_Isolde

© Crédit photos : Tous droits réservés. Tristan en Isolde (de dood) (1910) door Rogelio de Egusquiza

Wiki/Tristan_und_Isolde_Opéra