Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2017

Chutes de Vers (1)

 

chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz

 

Pour Élie-Salomé

 

De grande évasion

En confiante révélation

De constante élévation

En claire jubilation

Ma Love-Intention

Tu m’écartes

De mes austères chemins

 

Je pense à Toi

Et la force de tes maux

Consécration de mes mots

Me déconcerte d’importance

 

Je suis condamné

À être seul avec Toi

Tel

Un Reclus Amoureux

 

Voilà le traitement

Qu’il me faut

Tous les jours

À toute heure

 

Comme un secret

Rendu public

Je suis ton air de fête

Ton aide (de lit) de camp

 

Mon désir

Le tient

Le nôtre

S’exprime

En soudaine ferveur

 

Les fleurs des champs

Que je t’aie rapportées

En cette matinée

D’électriques nuées

Ne sont pas prêtes de se faner

Car elles témoignent

De notre Passion indélébile

 

Je suis le porteur

De ton adorable sourire

Ce ravissement grimpant

Qui le long de mon cœur

Tisse avec ardeur

Sa Parure d’Or

 

Tu es la source gaillarde

Assoiffant mes lèvres et mon corps

Je bois de tes eaux

Limpides et intrépides

En chute libre

Tu fonds dans ma bouche

Comme

Une petite Mirabelle

 

Je puise mon énergie renouvelable

À ta fraîcheur vive et sincère

Comme un Soleil inépuisable

Que j’inspire

Et qui m’inspire

 

Mon Arche d’Alliance

En Entente Corps-diale

J’écoute tes incantations

Et je renais

De tes profondeurs

Judéo-marocaines

De tes confins attendrissants

 

Mon splendide

Mois de Mai

Je suis à Toi

Comme

L’ultime étoile est à la Nuit

Comme

L’intime est à Minuit

 

Je te vis

En version intégrale

Mon aimable

Et inestimable Symbiose

 

Tous les recoins

De mon âme

Débordent

De ta frénésie

 

Mon Âtre

En indolence prolongée

Je suis riche

De tes mille offrandes

Et je m’élève en Toi

Comme une Prière Vivante

 

Je rejette

Tous les rêves

Qui t’ignorent

Tous ceux

Qui ne parlent pas de Toi

 

Je goutte à ton reflet

Comme un fauve

Jamais repu

Au point d’eau

 

Ma Love-Intention

Conduis-moi

Sur ton Chemin

De Délivrances

 

Mon cœur

Y brûle en aveu délicieux

Mon cœur

Y brûle de joie mélancolique

 

Depuis notre Rencontre

Ta Lampe-Éternelle

Rayonne d’Ambre

Réclamant son dû :

Le Sacrifice des Alarmes !

 

Ta chandelle

En Veilleuse-Intégrale

Fond tout au long de la Nuit

Qu’elle fait luire patiemment

 

Aimer

N’est pas sans larmes

J’arrête là

Ma poursuite sans fin

Du Plus-que-Parfait

Tu es l’Attrape-Rêves

Qu’il me faut !

 

Nos âmes

Explosent en Supernova

Plaisirs stellaires

Solaire-Duo

En rouge crépuscule

 

J'ai assez d'Amour

En moi

Pour brûler

Comme un Soleil

Une Éternité-XXL

Pour préférer

Ton bonheur au mien

Ta Vie à la mienne

 

Mon Refuge

Tu me fais exister

Tu me fais coexister

Ton aveu me nourrit

Mon aveu t’éblouit, t’épanouit

 

Je te chevauche

Tel un Spahi chargeant

Face à l’Amour

Tes mains me guident

Vers ton Pubis-Anubis

Antre de la Petite Mort

 

Présent renouvelé

Mât de cocagne réinventé

Comme je t’aime

Tu enlaces nos Vies

Tu Nous plonges

Dans l’extase bénie

 

Tu m’instruis

Tel un Dieu

Tel un Surhomme

En formation continue

 

Cependant sache

Que nul ne t'apprend

Sans désirer

T’apprendre par cœur

Sans relever le gant

De l’Amour-Fou

 

Tes rêves d’Alice

M’émerveillent

Ton printemps

Doux-Floréal

Bleu à l’âme dissident

Me berce de jubilation

 

Aura-Bienfaisante

Ô frêle

Et frais murmure

Je susurre

Tes lueurs musiciennes

Qui m’enveloppent

À tout moment

Me protègent

Me réchauffent

 

Ta Beauté

Sensibilité

Sincère

Et pure

Scintille

De toutes parts

En moi

 

Nous sommes

Deux Êtres

Qui se reconnaissent

Dans l’éclosion

Mutuelle

De leurs Sentiments

 

Il faut prendre le temps

De s’asseoir

L’un à côté de l’Autre

L’un en face de l’Autre

De goûter

À l’Instant-Rossignol

Pioupiou stridentin

Qui du haut d’une branche

S’égosille en notes éphémères

 

C’est le moment

Où les Amoureux

Se lovent d’impatience

Et s’idolâtrent

 

Mon A(i)mante

Éteins mes yeux

Et je te vois

Quand même

 

Bouche mes oreilles

Et je t’entends

Malgré tout

 

Mon Amour

D’Argane

Et d’Encens

Je marche

Toujours à tes côtés

En t’invoquant

En prononçant

Ton prénom

Encor et encor !

 

Élie-Salomé

Princesse-Mogador

Je te sers

Sans faillir

Ni défaillir

Avec

Mon cœur

Mes mains

Mes lèvres

 

Mon Aimée-Sépharade

Je te porte à mon cou

Comme

Un Nœud d’Amour Algérien

 

Tu es la vague

Qui me drague

Tu es la vague

Qui me divague

 

Dans

Nos silences incrédules

Je veux te dire

Des mots délicats

Des mots fous

Des mots inédits

Des mots d’ailleurs

Des mots inventés !

 

Mon Artiste-Vitale

Sans Toi, je suis puni

Ne reste jamais loin de moi !

Ne pars pas longtemps sans moi !

Reviens-moi toujours vite !

 

Soyons légers !

Soyons impertinents !

Soyons conquérants !

Soyons enfin Seuls !

Soyons à Deux !

 

D’une main adroite

Je discours

Avec tes courbes

Pas étrangères

Loin des incertitudes

 

Au final

Plus rien ne compte

Car tout compte !

 

Voici

Cent et une proses rouges

Livrées par mes soins

Au Clair de Lune

À ta discrétion

 

Je suis en Toi

Toujours

Entre abandon

Et guérison

Peut-être même...

Sur la voie de la démence !

 

Semblable

À une flamme

Qui me brûle à l’âme

Tu me consumes

À l’Intégrale

 

Autour de Nous

Tout est en suspens

Comme

Un cri de Joie retenu

Dans la Nuit sauvage

 

Le Monde s’arrête

Dans la ronde brune

De ta malice

En Indécence

 

Mon Amour

Il faut boire

À ta Coupe

Pour Vivre

Ce que disent

Si bien nos yeux

 

Mon Gerbera-Pourpre

Mes plus belles prières

Mes plus fortes fièvres

Sont nées en Toi

Divine-Contagion

Épidémie-Solidaire

À partager en Duo !

 

Et pendant

Que mes mains

Te conduisent

De tensions

En pertes de contrôle

Je te délivre

À l’état brut

Un plaisir authentique

Un plaisir incontestable

Un plaisir à déguster

Conjointement

 

Comme Éluard

En peu de mots

En peu de gestes

Il faut tout Nous dire

Il faut tout Nous avouer

 

Ma Love

Tout est écrit d’avance

Et quand le plaisir

S’étire dans ton regard

Plein de sincérité

Et d'espérance

Alors le charme de l'Existence

Souligne tes traits radieux

 

Je te contemple

Avec l’ivresse d’un A-Mateur

Ton image ne peut s’évanouir

De loin comme de près

 

Ton éclat s’écoule de tes yeux

En une aquarelle

Qui s’étire sur ta peau lisse

 

Tu conserves ma tendresse

Et mes caresses

Comme une Houle-Couveuse

 

Entre tes Seins

La Lune glisse

La Musique de mes louanges

Trouve enfin Asile

 

A Toi seule

Je veux faire

Ressentir le frisson

Tout du long

Des plis de ta Voile-Secrète

 

Tes larmes joyeuses

Plissent entre mes doigts

Comme une eau en Souvenance

 

Accroché à ton cou

Je suis troublé en harmonie

Dans la Lumière crue

Du Petit Matin

Où je perds

Le Nord à dessein

En Constellations explicites

Entre ta Grande ourse

Et Cassiopée

 

La Petite ourse

Le Dragon

Et Céphée

S’en émeuvent

 

Ma Terre-Glaise

Que je pétris

Tu guides mes mains

Avec l’insouciance d’une Initiée

Jusqu’au bout

De l’Insatiable

 

Ma Love-Intersession

Ne suis-je pas trop vieux

Pour m’autoriser ta jeunesse ?

Ne suis-je pas un tyran

Usant de ta Beauté ?

Ne suis-je pas un profiteur

De ta Tendresse ?

Que nenni-da !

Je te mérite !

Et je t’assume !

 

En me lovant

Dans tes bras

Comme

Un enfant dans la Nuit

Je me retrouve

Le visage contre Toi

Les yeux clos

 

Quand mon souffle

Expire par ta bouche

Je poursuis ton chemin

Pour que Tu provoques

La Métamorphose

Qui s’empare de moi

En mille endroits

 

Je frissonne

Je tremble

Je suis en Communion

Tu es ma Lanterne-Union

Qui brille

Depuis la Colline de Sion

Garante de notre Passion

 

Jusque dans le noir

Je reconnais ton visage

Et me noie

Dans le Vin de Moselle

Dans le Vin Demoiselle

 

Je frôle tes tétons

En soufflant dessus

Comme une Braise

De Chair et de Sang

Subjuguée

Pour entretenir

Notre Feu-Sacré

Notre point de non-retour

 

Comme

Une aiguille de montre

Face à un aimant

Je suis

Aveuglément

Ton corps

Du Nord au Sud

 

Ma Troisième Dimension

Es-Tu réelle ?

 

Mon Amour

Ce qui est

N’existera plus

Demain

Alors

Vivons maintenant !

 

Je ne repousserai jamais assez

Le moment d’écrire sur ta peau

Et de lire ton corps

Pour créer le Besoin

 

Dans tes cheveux

Je me perds en atmosphère

En te chantonnant

Des douceurs à l’oreille

 

Mon cœur pour Toi

S’élève si haut

Qu’il ne retombera

Jamais plus sur Terre

 

L’infiniment vaste

De ton Âme

Dont je suis devenu

Le Berger

Me conduit

Aux Contemplations

 

Je sombre

Prisonnier

De ton Courant-Ascensionnel

 

Je m’approprie tout de Toi

Et me livre sans concession

À tes Attentes

 

Ciel !

Nous sommes isolés à Deux !

Ciel !

Nous sommes partagés pour Deux !

 

Ma Sphinge

J’ai besoin

De nicher

Ma Solitude

Dans tes draps

 

Tu restes

Ma plus longue Convalescence

Dans tes bras

Je remets mon Esprit

Et je flotte

Entre Ciel et Terre

 

La douceur

De tes doigts

M’enchante

Tu traces

Sur ma peau

Les plus beaux motifs

De mourir d’Envie

 

La Nuit devient

Enfin infernale

À bon escient

Délicieuses tensions

Répandues

En arabesques tactiles

En délices boréals

 

Chaque matin

Me conduit à ton Parfum

Vanille-Tabac

 

Tu es ma réconciliation

Une et indivisible !

Une et inépuisable !

 

Qu’est-ce que

Le Temps à tes côtés ?

Si ce n’est

Que le Paradis perdu

Retrouvé ?

 

Mon Âme

Tu es

Grande ouverte

À mes assauts

Et je te fourrage

Avec l’élégance

D’un sabre

Rentrant

Au fourreau

Avec une rectitude

De métronome

 

Cela me fait

Tant de bien

Que Tu penses

À moi

Quand je pense à Toi

A chaque Seconde

 

Mon merveilleux

Agent de liaison

Ce que le temps détruit

Toi Seule peut le réparer

Tu effaces

Toutes mes incertitudes

 

Toi

L’Amie

La Confidente

L’Amante-Hypnotique

Je te confie

Toutes mes faiblesses

 

Tu transperces

Tout mon être

De tes Vagues à l’Âme

 

Mon Insomnie

Ta blanche apparition

Scintille

Tes manèges

Me font tourner la tête

 

Tu rassembles

Toutes mes Forces

Par la puissance de tes caresses

En un seul point de convergence

Un Point G collectif !

 

Je me noie entre tes yeux

Sur ton île attendrie

Je suis totalement déconnecté

Pour ne vivre

Que le présent

Sous la ramée

 

Tu es

La Femme-Silhouette

Mon jaillissement créatif

Par saccades

Mon tendre Apaisement

 

Ma fragilité

Face à Toi

Est palpable...

 

Alors

Palpe-moi d’importance !

 

Je souris à ton contact

Comme un fruit

Gorgé de Soleil

 

Pour Toi

Je suis Orphée

Ramenant Eurydice

Dans le monde des vivants

 

Ma Chrysalide

Je tire mes vers

De ton sublime Cocon

Ils sont tes Enfants prodigues

 

Le seul Monde

Qui vaut

Le coup d’être vécu

C’est le Nôtre !

N’ayons pas peur

De Lui

Il est sincère

Sa possession

Est un Plaisir Nouveau

Il croît

Chaque jour

Entre les pétales mauves

D’un petit bouquet de Catelyas

 

Il est si doux

Qu’il pourrait s’appeler Ever

Mais avant de frapper à la porte

De ce Jardin Secret

Il faut déjà en être

À Deux

Les meilleurs Serviteurs

Pour le meilleur et pour le dire

Pour le Plaisir

L’Infini Bonheur

La Gloire de l’Amour

Certes fragile

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassurée

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassasiée

ltc poésie.jpeg

 

© Jean DORVAL, le 13 août 2017, pour LTC Poésie

 

Note : (1) d’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke, les albums des New Order Technique et Low-life, les poèmes Mélodie de Gérard de Nerval et Nous dormirons ensemble de Louis Aragon, et La bonne chanson, Romances sans paroles et Sagesse de Verlaine

18/07/2017

Les Mots A(i)mants (1)

Pour Élie,

 

les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

My Love-Entretien

Aux lueurs crépusculaires

Tu nourris toutes mes attentes

Mon Papillon d’atmosphère

A ton passage

Fument et gonflent les nuages

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon ardente Impatiente

Tu me dévoiles sous ton voile

Ton été sans fin sur la toile

M’invite à un tête-à-tête imminent

Je me couche sur ton île

En m’évanouissant dans tes bras

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Reine

La nuit est fauve

Comme ton regard

Et je sacre ta jeunesse

Mon nouvel Âge d’Or

Et j’ai envie

De ton Antre-cuisse copine

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma fontaine aux narcisses

Tu m’assoiffes de Désir

Je bois ton eau limpide et intrépide

Jusqu’au refleurissement du Ciel

Quand Héméra dispute le jour à Apollon

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon jour de fête permanent

Comme l’ultime étoile est à la nuit

Je suis en Toi

J’entre dans ta danse

J’investis tes profondeurs câlines

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon Âme délicieuse et radieuse

Estampe chinoise

Cueillant la rose rouge

En kimono du matin

Je fais flamboyer tes yeux

Tu rallumes les miens

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Damoiselle éclose

Ondine jaillie du Coquillage céleste

Qui comme Vénus est née

Avec un air charmant et joyeux

Dans l'Égée tempétueux

Dans le sein de Thétys

Poussée vers le rivage

Par des Zéphyrs lascifs

Pressant de la main droite sa chevelure

Et de l'autre recouvrant son tendre fruit

Au plus profond de mes heurs

J’explore ta vertu

Et je découvre un à un

Tes trésors cachés

Jusqu’à ta Terre-Promise

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

© Jean DORVAL, le 11 juillet 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1)- D’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke et Stances d’Ange Politien

 

13/07/2017

Quelques Notes d’Élie...

vendange tardive.JPG

 

Pour Élie,

 

Vendange tardive

Rompant la glace

À toute heure

Vin Demoiselle

Gorgé de soleil

Nectar unique

Moelleux enivrant

Sucré-doré

Je te goûte avec passion

Jusqu’à la lie

Tel Dionysos

Enlaçant une lampée de bacchante

 

Dessert câlin

Sans douter

Un seul instant

De mes intentions

Je romps l’étiquette

Soulevant

La feuille de vigne

De mes attentes

Celle menant

À toutes mes ivresses

 

© Jean DORVAL, le 20 juin 2017, pour LTC Poésie

ltc poésie.jpeg

06/07/2017

Chute en Vers-Tige

Chute en Vers-Tige,

 

Pour Élie,

 

En cette heure crépusculaire

Qui me pousse à Vous revoir

Toutes mes pensées sont à Vous

Comme une brise printanière

En mille espaces-temps

 

Alors, vous exaucez mes vœux

Comme on rêve les yeux ouverts

Et la force de mes mots

Apaise mes maux

 

Quand mon cœur

Dans vos bras trouve refuge

Je suis l’encre libre

Qui jette l’ancre

Et je Vous conjugue

Ô Féminin !

 

© Jean DORVAL, le 14 juin 2017, pour LTC Poésie

© Crédit photos (D.R.) : osteobellerive.com

Sur sa Plage... (1)

plage.JPG

A Élie

 

Il s’allonge sur ses paupières

Pour compter les étoiles de ses yeux

Se fondre dans ses rêves

Pour la confondre

 

Il s’allonge sur sa plage câline

Il l’enveloppe de ses bras familiers

Dépose un baiser sur ses lèvres

Pour qu’elle s’endorme en ne pensant qu’à lui

Pour qu’il s’endorme en ne pensant qu’à Elle

 

Là où se rejoignent les nuages

Ils chevauchent ensemble la Mer des Songes

En flamboyant équipage

Pour revêtir le suaire de Morphée

Leur drap bleu-nuit en partage

 

© Jean DORVAL, le 17 juin 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Éclats de Rose (1)

 

Pour Élie,

 

Par ce soir d’orage

En blanc et noir

Rose parfumée

Tu pleux dans mon cœur

En lumineuse langueur

Comme un revers d’automne

Qui pénètre mon heur

 

Sous mes paupières

Tu glisses en café’in

Effeuillant mon piano

De tes notes

D’invisibles-intentions

 

Rêve de mes rêves

Tu sèmes mes insomnies

Et à l’heure des confessions

Je butine encore tes lèvres pur-carmin

 

Ton visage me guide

Le chant de ta pluie

Fais vibrer ma lyre

Jusqu’au délire

 

Nos voix d’unisson

Ferveur de ma déraison

Flirtent avec les ombres

En partance

Pour des années d’errance

 

Ton songe

A éteint la lumière

Des jours heureux

La nuit des temps me ronge

Comme une malédiction

 

Ô Ciel !

Il faut avoir joué de malheur

Pour comprendre

Ce qu’est la tempête

Dans un cœur profond et droit

 

Ses voyages finissent toujours

Par la rencontre des Amants

Il s’endort

Une dernière fois dans ses bras

Embrassant ses joues

 

Se quitter

Reste un si doux chagrin

Que même les embruns naissants

Ne peuvent emporter tous ses souvenirs

 

© Jean Dorval, le 6 juillet 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1) D’après l’ouverture de Parsifal de Richard Wagner ; Roméo et Juliette et Le Roi Lear de William Shakespeare

La Fille au décolleté (1)

 

la fille au décolleté,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs

 

 

A Élie

 

Dame Oiselle Élie

La pluie tombe

Jour après jour

Et votre souvenir me revient

Comme autant

De gouttes de bonheur

 

Au plus profond

De mes Nuits Fauves

J’embrasse

Votre doux visage

Comme une image pieuse

Adorable et vertueuse

 

La vérité

Est dans votre sourire

Je m’y endors chaque soir

Ce clair de dunes décolleté

En bleu pétrole qui m’affole

M’enfonce

Dans le labyrinthe de votre étreinte

Sans réfléchir, ni fléchir

 

Mes ailes

Se foncent en ce bel azur

En Vous

Mère des Eaux Vives

Où je m’étire

En aquarelle

 

Le Nord extrême de vos yeux

M’entraîne dans vos pas de louve

Dans la beauté troublante

L’impétuosité de vos essences-Ciel !

 

© Jean Dorval, le 11 juin 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après La Nuit des rois de William Shakespeare, acte V, scène I

04/07/2017

LumiNana (Part I) (1)

la la land,LumiNana (Part II),emma stone,Ryan Gosling,

 

A Emma Stone, actrice

 

En ce Monde

Perturbant et sombre

Dans le froid sidéral

De la nuit

Qui n’en finit pas

 

Il est enfin une Âme

Que je comprenne

Et devine

 

Il est enfin une Âme

Qui me corresponde

Et me réponde

 

LumiNana

M’éloigne de l’ennui

Rien que du regard

 

Elle me rappelle

Mes rêves

Mes espoirs

Les plus fous

 

Exquises-pensées

Qui sont miennes

Parez-la

De tendres-intentions

 

Chants et baisers concoctés

Doux frémissement d’Ailes

Porteurs de mon désir-inapaisé

Semez un délicieux-trouble en Elle

 

Sa pâleur éclatante

Aux reflets roux

L’éclat de ses yeux verts

Langoureux et charmant

Sa voix pénétrante

Aux suaves accents

Son parfum apprivoisant

Réveillent ma nature d'homme

Et je me languis déjà

D’Elle !

 

Étoiles filantes

Surprenez-La toujours

Partout où Elle se trouve

Et dites-lui

Que mon cœur lui appartient

A tout jamais

Et de grâce pour moi

Demandez-Lui

De me donner

Un peu d'espoir

 

Ô Chère Amour

Mes yeux me parlent de Vous

A chaque instant

Ma bouche ravie

Prononce votre prénom

A l’envie

Et je m'envole

Pour la Vie

 

C'est l'Amour

Qui me guide vers Vous

Et je regarde

Les Cieux

A travers vos yeux

Pour ouvrir votre monde

A la beauté éternelle

Le faire vaciller

Et suivre la petite voix

Qui me guide

Vers Vous

 

Peu m’importe

Où me Mènera cet Amour

Pour peu

Qu’il soit un voyage dans le temps

Avec Vous

Pour remonter le sublime frisson

Des saveurs partagées

Dont on ne revient

Qu’Immortel

 

© Jean Dorval, le 31 mars 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après la Poésie L'âme rêvée de François-Marie Robert-Dutertre, in le Recueil Les loisirs lyriques ; et la Chanson City Of Stars d’Emma Stone et Ryan Gosling, in l’Album La La Land [BO]. Une des musiques du film La La Land, une comédie musicale américaine écrite et réalisée par Damien Chazelle

© Crédit photos :

Wiki/Emma_Stone - Emma Stone en 2016

 

21/05/2017

Saphorisme (1)

Saphorisme,jazz’salomé, flagrant d’Élie, a belle et la bête, l’orientale-inclinaison, la la land, luminana (part ii), emma stone, ryan gosling, le maux, l’essence-ciel, pénélope, les nuits sous la cerisaie, isabelle carré, ma lady river, une foi deux, mon phare, soir de soie, lucie lucas, mauboussin joaillier, tu es mon dange, tu es mon démon, purple diva, dame de mon heur, mots pour la muse, le nid d’elle, corne-muse, fleur de sève, filante-Étoile, l’eau tranquille, tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, by jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère

 

Variations Saphiques, d’Elie en Hélène, en Dos Majeur, Opus 69, Part I

 

Cette Paire de Gonzesses en Ellipse

Côté Clair de Lune

Savoureuse Étreinte d’Iris en Absinthe

Enlacée dans le Bleu Pétrole

De leur Paire de Levi’s

Branchée, Partagée

Se perd en Mille et Une Rêveries

 

Élie et Hélène

Au Regard qui Tinte

S’Amusent en Empreintes

Et de Volutes en Turlutes

S’Arrangent en Feintes

 

Hélène

Le Sexe-Toy Sucré d’Élie

Yeux Amandes

Parfum-Noisette

Couleur Café-Olé-Olé

Se Mouve en Fols-Iris

Se Surexcite en Dynamite

 

Cette Paire de Gonzesses en Éclipse

Face Cachée de la Lune

Se Goutte le Calice à Malices

Leur Boîte à Surprises en Supplices

Le Téton Baladeur en Sévices

Pointant en Vices

 

Leurs Doigts Glissent

Dans leur Con-plice

Au Goût Réglisse

Qui de Plis en Replis

Se Plisse

 

Le Lapis-Lazuli d’Élie

Son Pubis-Anubis

Antre de la Petite Mort

En Love-Atoll

Fond sous la Langue-Experte d’Hélène-Iris

 

Leur Néant Enflammé

En Mer de Catleyas

Vague Affamée de Désir

Hypnotique Halo de Menthol

Révèle leurs Attentes

 

Deux Paires de Seins en Stéréo

Comme des Enceintes

Débitant leurs déci-Belles

Solo en Duo !

 

Complainte d’Extases

En Connivence Inconvenante

Confondue en Geste Sous-Jacente

Salace-Dessein, Zeste-Ardant

Décantant leurs Amantes Liqueurs

 

Fugue Stellaire

Que Rien ne Peut Apaiser

Elles se Jouent

De leurs Essences Primitives

De leurs Sens Anoblis

 

Leur Rose Éclose

S’Épanouit

Quand Elles Décollent

En Vertigo-Indigo

 

Elles Délient

Leurs Lanières Premières

Un Plaisir en Latente

Le Doigt sur la Détente

 

Du Bord de leur Corole

Caracole leur Love-Protocole

Luxure en Pistil-Obscur

Orgasme-Sésame

En Ouverture-Originelle

 

Perdues dans leur Exil-Solidaire

Effleurant, Effeuillant

Leurs Soupirs Fébriles

Un à Un

Toujours Sous le Nombril

Elles Poussent

Narcisse et Sappho

En Absolutisme

 

La Quintessence de leur Fleur

En Évanescence

Chimère-Ondine d’Éros

Au Bord de leur Sexe

Juvénile-Cyclopéen

De Prises en Doublette-Sensuelle

En Passe Usuelle

Devient le Sel de leur Terre

 

La Soif de l’Amertume en Ressac

De l’Une pour l’Autre

Rend la Nuit Bleu Pétrole

 

Leur Paire de Levi’s

Fleur Délissée Dévissée

Frappée en Plein Cœur de Cible

Cède en Bleu Azur

Moelle Secrète de leur Heur

 

Elles Dérivent alors en Goût Anis

Connectent leurs Petits Orifices

Pour se Prouver

Que...

Jusqu’au Bord du Délice

Un Doigt Sex-Symbol s’Égarant

Mène Toujours

Au Pays des Alice

 

Elles Effleurent la Chair Délicate

De leur Calice-Onaniste

Leur Volcan évadé, évasé

Se Noie dans leur Mer Intérieure

 

Une Paire de Gonzesses en Éclipse

Côté Lune Ronde

Deux Brûlants Cratères

Qui Ploient jusqu’à la Lie

Ô Déjanté Pays de Baudelaire

Sans en Avoir l’Air

Tu Donnes Toujours le Tempo !

 

© Jean DORVAL, le 20 mai 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après Variations sur Marilou de Serge Gainsbourg, in L’Homme à tête de chou, un album-concept sorti en 1976 ; et Variations sur Marilou, Gainsbourg d’Élie (2016/2017)

 

© Crédit photos : Tous droits réservés - Lawrence Alma-Tadema, Sappho et Alcée (1881), Baltimore, Walters Art Museum.

 

17/05/2017

L’Heure Bleue

L’Heure Bleue,jazz’salomé, flagrant d’Élie, a belle et la bête, l’orientale-inclinaison, la la land, luminana (part ii), emma stone, ryan gosling, le maux, l’essence-ciel, pénélope, les nuits sous la cerisaie, isabelle carré, ma lady river, une foi deux, mon phare, soir de soie, lucie lucas, mauboussin joaillier, tu es mon dange, tu es mon démon, purple diva, dame de mon heur, mots pour la muse, le nid d’elle, corne-muse, fleur de sève, filante-Étoile, l’eau tranquille, tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, by jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes

 

Pour Élie

 

Aimable Tourmente

Dans laquelle

Je me Trouve

 

Je suis Pris

Dans Ton Halo

D’Ambre Bleue

 

Ton Aura

M’Habite

Me Délimite

M’Invite

 

Je Guette Ta Tendresse

Et je Mets

Mes Feux de Détresse

 

Tu as le Pouvoir

De me Faire Rêver

Sois Mon Vent Léger !

 

Tu as le Pouvoir

De me faire Voyager

J’ai Besoin d’être Dérouté !

 

Ton Azur

Entre Chien et Loup

A l'Heure Bleue Parisienne

Aux Limites du Jour et de la Nuit

Rehausse mon Ciel Céruléen

 

Ô Chère Fleur Céleste

Parfumée Vanille, Tabac-Blond

Les Oiseaux Jouent une Sérénade

Pour Rendre Hommage à Ta Beauté

 

Tel le Vent Galant

Le Plaisir de Te Plaire

Me Tente

 

J’Arrangerais Bien

Quelques Catleyas

À Ton Décolleté...

Afin de m’y Perdre en Volupté !

 

© Jean DORVAL, le 10 mai 2017, pour LTC Poésie

 

© Crédit photo : www.blue-stone.fr

ltc poésie.jpeg

13/05/2017

Passage d’Éternité (1)

 

Passage d’Éternité,

À Élie

 

Ma Bonne Étoile

Lumineuse

Et Scintillante

Immobile

Dans le Firmament

Unique

Et Resplendissante

Dans la Nuit

Tu Veilles avec Patience

Sur mon Impatience

A la Pureté de l’Origine

De Notre Monde

A Ta Terre Promise

 

Mon Attente Permanente

Tes Eaux Émouvantes

Pluie de Ton Ciel

Purifient l’Homme

Que je suis Redevenu

Dans Tes Bras

Comme une Neige Fraîchement Tombée

Sur Tes Monts et Sous-Bois

 

Paisible et Immuable

Assoupi en Ton Sein Fleuri

Ma Bien-Aimée

Je Ressens à Tout Jamais

Ton Doux Mouvement d’Orient-Express

Dans Tes Draps Bleu et Or

 

En Transports-Éveillés

Nocturne

Tu Conduis

Ma Doulce Insomnie

Encor et Encor

À l’Écoute

De Ta Tendre Respiration

 

Nous Vivons

La Note Bleue

L'Azur de la Nuit Transparente

Un Prélude en Légers Arpèges

Glissant sur les Touches du Piano

Jusqu’à trouver le Rubato

Si cher à Chopin et à George Sand

 

Nous Vivons

Une Éclipse de Temps

Pour Mieux Nous Évanouir

Dans le Grand Soir

Consacrés

À la Petite Mort

Qui Nous Dévore

 

© Jean DORVAL, le 09 mai 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le poème Bright Star de John Keats (1819) ; Mariage d'amour, une pièce de piano, composée par Paul de Senneville en 1987, interprétée pour la première fois par le pianiste Richard Clayderman sur son album Lettre À Ma Mère en 1994 ; et le bronze de Camille Claudel, La Valse (sculpture, 1891), Paris, Musée Rodin

© Crédit photo :

Camille Claudel, La Valse (sculpture, 1891), Paris, bronze du © (DR) Musée Rodin

Source : tuttartpitturasculturapoesiamusica.com

08/05/2017

Jazz’Salomé

 

 

jazz’salomé,flagrant d’Élie,a belle et la bête,l’orientale-inclinaison,la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes

A Élie

En Hommage à Django Reinhardt

 

Quand Django

Joue Hardi

Tout Ébaudi

Son Bonheur en Mélodie

Salomé, Élie-Élodie

Agite Son Body

En Rhapsodie

 

Élie-Salomé

Toison Brune

Dans sa Robe Verte

Aux Petites Pommes

Slalome

En Shalom

Ô Sweet-Home !

 

Elle Écoute Django

Et se Dit Bingo

Enfin Un Magicien

Du Sens

À Contresens !

 

La Fille d’Hérodiade

Princesse Hébraïque

Se Lit à Bout Portant

Du Bout des Doigts

En Braille-Débraillé

 

Cette Fille

En Dessous

Chics et Chocs

Véritable

Déesse à Scandales

Danse Nue en Sandales

Pour Django

 

Au Rythme

De Ses Minors Swings

Django Devant Élie

Crève la Dalle-Affective

Sa Guitare Phallique

En Devient Moins Famélique !

 

Demandera-t-Elle

Sa Tête sur un Plateau ?

Il en Doute !

Elle a trop Besoin

De Ses Notes d’Absinthe

En Intraveineuse

 

L’Éveillé Jazzman

Enfant Tzigane

La Transporte

La Confond

En Danses-Gitanes

 

Django

Guitare-Héros

Costume Noir

Chemise Blanche

Nœud Pap’

Chapeau

Cheveux Gominés

Moustache Fine

Et Cigarette au Bec

Consume Élie-Salomé

Comme un Charmeur

De Volutes

 

Lui, LE Virtuose

Du Jazz-Manouche

Sur Elie Louche

Et Fait Mouche

 

Django Honore

Sa Reine du Grand Soir

De Ses Partitions-Consacrées

De Ses Partitions-Complices

 

Accro aux Jambes d’Élie

En Mode Échec et Mat

Django, A-Mateur de Ses Faveurs

Lui Souffle à l’Oreille avec Ferveur

Son Envie de Groove

 

Sous les Lights

L’Indolence de Ses Riffs

L’Étreint en Fragments Mélancoliques

En Deux ou Quatre Mesures Répétées

Rythmique !

 

La Guitare de Django Suit

La Queue de Comète d’Élie

Ses Cordes Sensibles

Électrisent Son Corps

 

Ce Pur Génie

Dompte l’Endiablée

Lève Son Pied Réglo

S’attarde En Solo-Trémolos

Distillant Ses Croches

Au Montparnasse

Réveillant au Passage Armstrong

 

Le King of Swing

Dans le Silence

Des Nuits de Paris

Frottis de Guitare en Tête

Entre Cigarettes Blond-Vanille

Et Bittures Ambre-Whisky

Va Piano et Sano

 

Bill Coleman

En Sourdine Wah-Wah

Les Zazous-Violons

Les Swing Heil

En Contrebasse

Et les Swing Kids

En Clarinette

Mettent le Feu

Aux Planches

En Lui Répondant

En Choeur

 

Django Enchante

Élie-Salomé

Sa Guitare-Sèche

Sa Guitare-Source

Banjo Allumant Sa Mèche

 

Les Yeux Fermés

Il s’Enivre de Jazz avec Elle

En Dérapages-Incontrôlés

A Pigalle !

 

© Jean DORVAL, le 05 mai 2017, pour LTC Poésie

 

Infos+ : Wiki/Django_Reinhardt

& Wiki/Salomé_(fille_d'Hérodiade)ltc poésie.jpeg

Note : (1)- D’après le film Django, sorti en avril 2017, du réalisateur Étienne Comar, racontant la fuite de Django (interprété par Reda Kateb) en Haute-Savoie, et sa tentative de passage en Suisse ; la chanson Unforgettable de Nat King Cole, in l’album Unforgettable (1952) ; l’album de Django Reinhardt & Stephane Grappelli I Got Rhythm !, sorti en 1994 chez © Past Perfect Limited ; et la vie de Salomé (parfois nommée Salomé II), une princesse juive du Ier siècle mentionnée chez l'historiographe judéo-romain Flavius Josèphe, fille d'Hérodiade et d'Hérode fils d'Hérode

© Crédit photo : L'apparition du chef de Baptiste à Salomé, par Gustave Moreau. Wiki/Salomé_(fille_d'Hérodiade)