Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2018

Histoire d’Elle (1)

Histoire d’Elle,

© Photo ci-dessus : Unseenworldpoetry.blogspot.ca

 

« À Élie-Libellule. »

 

Mère des Eaux

Fluide changeant

Tes Yeux Mi-Clos

Hument

En Fraîcheurs-Exquises

Le Ravissement

Au Sortir

De la Chrysalide

 

Suivant les Lucioles

Tourbillonnantes

Comme

Des Notes de Plaisir

Pas-à-Pas

En Harpe-Éolienne

Tu déclames

Tes Larmes

Ta Joie-Ruisselante

 

Seule

En Attente

Gouttant

L’Amertume

Du Bonheur

Tu Resplendis

 

Dans ma Nuit

Tes Yeux-Libellule

En ton Sourire

D’Hypnose-Lascive

Me guident

En Papillon de Papier

Vers ta Lumière-Immolante

 

Chaque Instant

À Combattre le Vent

Me rapproche

De tes Lèvres

Délicieuse Exception !

 

© Jean DORVAL, le 19 janvier 2018, pour LTC Poésie.ltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le roman Mrs Dalloway de Virginia Woolf ; la chanson On The Street Where You Live issue de la BO du film My Fair Lady ; et le film musical My Fair Lady, réalisé par George Cukor

14/01/2018

Les Promesses de l’Aube (1)

Les Promesses de l’Aube,

 

« À La Libellule aux larges Yeux... »

 

Insouciante

Gerbera-Rouge

Dont

Chaque Pétale

Rayonne

 

Fragile

Offerte

Aux Jours

Qui passent

 

Je suis perdu

Aux Landes

De ton Corps

Et au Ciel

De ton Miel

 

Rien

Ne compte

Plus

Rien

Ne peut

Exister

Sans ton Sourire

 

En Toi

Je trouve

Le Repos

 

Sur la Pointe

Des Doigts

J’explore ta Nuit

 

Enserre-moi

De ton Étreinte

Profonde

En Plénitude

 

Nos Mains

Confondues

De Lumière ciselée

Pianotent

Leurs Maux répétés

 

Les Promesses de l’Aube,

 

Pur-Ravissement

De Langueur

Ne menace point

De Tendresse

Jamais ne se lasse

 

L’Or Rutilant

Et Radieux

Des Cieux

En Offrande

Je dé-Robe

Pour ton

Seul Plaisir

 

Mon Absinthe

En Emprunte

Tes Lèvres-Vermeilles

Font tomber

Mon masque

 

Vouloir Élie-Libellule

Est un Aphrodisiaque

Pour un homme

Qui...

Mieux qu’un simple mâle

En éveille les Rêves

Trouve la Fève

Dans ses Trêves

Pour mieux

Glisser le long

De ses Bas-à-Soi

 

Au Jardin-d’Oronte

Abîme-Intime

De mes Vers

Et de mes Rimes

Dentelle d’Étincelles

Ton Regard sur l’enfer

Tes Maux si Familiers

Me rappellent

À chaque Instant

Que...

Pour l’Éternité

À tes Cotés

Ne devient pas Faust

Qui veut

 

© Jean DORVAL, le 11 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après les poèmes Ange d’Élie et A une Alouette de Percy Bysshe Shelley ; le recueil de poésie : Poèmes et Légendes, d’Henri Heine ; la chanson Magic des Simple Minds ; le roman Mrs Dalloway de Virginia Woolf ; La Damnation de Faust, op. 24, œuvre pour solistes, chœurs et orchestre d’Hector Berlioz ; et le film Le Docteur Jivago réalisé par David Lean

09/01/2018

La Plume en Amertume (1)

la plume en amertume,nuit bleue d’avril,le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00

© Photo ci-dessus : My-Définitions.com

 

« À la Libellule aux larges Yeux. »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Mon Adorable-Poison

 

Ces quelques

Notes de Piano

Me donnent

Le Frisson

 

L’Amertume

Des Jours

Qui passent

Me revient

En Ressac

 

Ma Fleur

Pleine de Fantaisie

Ton Parfum

Pénétrant

Tes Couleurs

Éclatantes

Me confondent

 

Argentés

Sont tes Doux

Rayons bleus

Ceux de...

Ton Clair-de-Dunes

 

Rien

N’est plus Singulier

Et plus Inattendu

Que de te Connaître

 

Tu es

Ma Patrie

De corps

Et d’esprit

 

La profonde

Émotion

Que je ressens

Pour Toi

Me délie de tout

 

Exubérante

Brise-Printanière

Tu me fais monter

Les Larmes

 

Les Eaux Vertes

De tes Yeux

Me rejoignent

À toutes Heures

 

Ta Blessure

Ne fait qu’Ouvrir

Au Vent

Mon flanc consentant

 

Tu mets

Des Baisers

Sur tes Morsures

Et les filets pourpres

De mes alarmes

Te répondent

 

A ton Sourire

Par Pitié

Laisse-moi mêler

Une Note

De Mélancolie

Afin de m’éviter

De devenir

Totalement Fou

 

Héroïne

En Cuirasse-d’Azur

Ondine

Sur le fil de l’eau

Tu me balances

Une longue

Vague à l’âme

 

Je joue

Avec l’Écume

De tes jours

Toi

L’Amer

Poison-Libérateur

 

Et de Loin

En Loin

Et si proche

À la Fois

Tu occupes

Tout mon esprit

Comme...

Un Doux-Tourment

 

Et si les Contraires

Sont faits

Pour se Compléter

Alors...

Je peux te confesser

Mon Amour

 

© Jean DORVAL, le 9 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le Concerto pour piano n°21, Andante, de Wolfgang Amadeus Mozart ; et le recueil de poésie d’Henri Heine : Poèmes et Légendes

 

08/01/2018

Nuit Bleue d’Avril (1)

nuit bleue d’avril,le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal

© Image ci-dessus : Wallpapers-xs.blogspot.ca/Blue-Butterfly-art-wallpapers

 

« À la Libellule aux larges Yeux. »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Ô Désir-Suprême

Les Yeux remplis

D’Alarmes

Je lève mon verre

À ta Robe de Pourpre

À ta Folle Jeunesse

 

Suivant l’Envol

Des Flamants-Roses

Au Large du Réel

Ne bouge pas

Quand je te recouvre

De mes Baisers

 

Le Doux-Désordre

De ta Robe

Enflamme

Mon Plaisir

 

Ton Châle jeté

Nonchalamment

Sur tes Épaules

Tes Rubans

Flottant confusément

Comme une Vague

En Victoire

Finissent

De me Déstabiliser

 

Ma Chrysalide

Tu délies

Le Temps

Tu te déploies

Au Vent-Taquin

Emportée vers moi

 

Deux Papillons

Valsent

Au-dessus d'un Pré

Montant tout droit

Dans le Firmament

 

Ils brûlent

Leurs Ailes

Par les deux bouts

C’est pour cela

Qu’ils ne passeront

Pas la Nuit

 

Immolés

Jusque

Dans leur Âme

Leur Mélodie

Sans Mots

Donne

La Chair-de-Poule

Ne s’arrête jamais

 

Une Étoile

Tombe

De son étincelante Demeure

C’est un Feu doux

Qui fait tressaillir le Cœur

Éveille la Félicité

Les Fleurs-Fanées

En reviennent à la Vie...

 

Ils se sont embrassés...

Ils se sont... embrasés !

 

© Jean DORVAL, le 8 janvier 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Notes : D’après, les poèmes : La vie à deux de Dorothy Parker ; Doux désordre de Robert Herrick ; À un jeune poète d’Edna St. Vincent Millay ; L'espoir est une chose Qui se perche dans l’âme et Deux Papillons d’Emily Dickinson ; le Concerto pour piano n°21, Andante, de Wolfgang Amadeus Mozart ; et les films : Out of Africa - Souvenirs d'Afrique de Sydney Pollack et Un Automne à New York de Joan Chen


07/01/2018

Le Tombeau des Insolents (1)

 

le tombeau des insolents,un papillon sur l’épaule,françoise,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm

© Image ci-dessus : MonEtrangeVie.blogspot.ca/Noeud-d'Amour

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Jusqu’à ce que la Mort ne puisse pas Nous séparer...

 

Au Dernier Soir

De notre Vie

Ma Bien-Aimée

Ta Brise en Linceul

À ma Guise

S’écoule

En moi

Comme...

Un Torrent de Larmes

 

Ô Sang-Noble

Tu me vampirises

Tu perces

Mon âme

D’une

Lumière-Sibylline

 

Tu me retiens

Là où...

Le Chêne s’étire

La Chouette hurle

À l’Ombre

De notre Dolmen

 

Ta Robe

En Noces-Rebelles

Me ramène

Au Cœur du Grand-Cercle

Chaque Soir

 

Le Rose

De tes Joues

Fleurit sans Fin

Sans Fard

Et sans Secrets

 

Couché à tes Côtés

Dans le

Sombre-Tombeau

Qui est le nôtre

Je suis le Veilleur

D’Éternité

 

Chaque Nuit

Je suis

À tes Côtés

Pour te Réchauffer

 

Serré

Tout contre Toi

Je t’embrasse

Je t’enlace

Toujours

Avec l’Ardeur

Des Premiers-Instants

 

Toi Muette

Toi Froide

Toi si Blanche

Je ne peux y croire !

 

Je crie

Je frissonne

Je tressaille

Et je re-meurs

 

Ma Nébuleuse

Minuit sonne

Et Tu me conduis

Au Clair de Lune

Pour me faire Danser

 

Nous sommes

Tous les Deux

En Fosse-Commune

L’Un dans les bras

De l’Autre

 

Rien

Ne peut

Nous séparer

Puisqu’Ensemble

Nous remontons

L’Au-Delà

Poursuivis

Par des Guirlandes

De Feux Follets

 

Au Tombeau

Des Insolents

Nous sommes

À jamais Jeunes

Sur l'Horizon

Noir-et-Blanc

 

Prends ma main

Nocturnal-Me !

Et guide-moi !

 

La Nuit est calme

Sur l’Ile de Mona

Dans le Jardin d’Épona

Deux Amants errent

Solitaires et Muets

Une Serpe d’Or

À la Main

 

Le Rossignol Chante

La Lune Brille

Et La Mort

Ne trouve rien

À y redire

Car...

L’Immortalité l’a vaincue !

 

© Jean DORVAL, le 05 janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : D’après le recueil de poésie, Poèmes et Légendes d’Henri Heine ; et les chansons Lovers On The Run et Nocturnal Me du groupe Echo & The Bunnymen

03/01/2018

Un Papillon sur l’épaule (1)

Un Papillon sur l’épaule,

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Au splendide

Mois qui me plaît

Quand les Bourgeons

Rompent l’Écorce

Mon Amour

S’épanouit

Dans ton Cœur

 

Au splendide

Mois qui me plaît

Alors que...

Tous les Oiseaux

Commencent à Chanter

Je te confesse

Tous mes Vœux

Et mes tendres Désirs

 

De Larmes de Joie

En Fleurs brillantes

De Soupirs

En Chœur de Rossignols

Toi qui m’aime

Je t’offre

Mes Fleurs-des-Chants

L’Onde de mes Heurs

 

Au Soir

Des Grandes Étendues

Je m’en remets

Au Printemps

De ta Robe bleue

 

Lorsque le Vent

Brasse tes Cheveux

Maîtresse-Brune

Je baise ta Bouche

Et je me sens guérir

 

Appuie ta Joue

Sur la mienne

Pour que nos Pleurs

S’allument

Comme des Huiles-Saintes

 

Presse ton Cœur

Contre le mien

Pour que nos Battements

S’étreignent

En Une Unique-Flamme

 

Ma Grammaire

Dans tes bras

Je meurs

Autant de Fois

Qu’il le faut

 

Ma Lucarne dorée

Sous

Les Claires-Étoiles

Notre Serment

Est si doux

 

Tends

Ta Bouche-Rose

À mes baisers !

Que ton Visage

Goûte à la Pourpre !

 

Malice

Ô Pays des Merveilles

Ton Apparence

Me réchauffe

En Vérité

 

Mon Papillon sur l’épaule

Tout ce qui se passe

Sous le Ciel

Avec Toi

Me mène

À ta Mer de Tranquillité

 

© Jean DORVAL, le 1er janvier 2018, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après la chanson Bombers Bay du groupe Echo and The Bunnymen ; le recueil de poésie : Poèmes Et Légendes, d’Henri Heine ; et le poème : La Chanson d’Amour de J. Alfred Prufrock, de Thomas Stearns Eliot

31/12/2017

Beauté-Privée (1)

beauté-privée,comme un débutant, françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Ô Pays du Sourire

Cantique des cantiques

Je n’ai qu’une Raison de Vivre

Toi ! Rien que Toi !

 

Tu tiens dans ta Main

Mon âme-papillon

Et je m’envole

En suivant ton Parfum

 

Je te vois

Comme un homme

Regarde une Femme

En Adoration

 

Je t’aime

Comme Tu es

Acceptant tes Défauts

Comme Tu...

Acceptes les miens

 

Chimère révélée

Ange ou démon

Tourment en Félicité

Soif dévorante

Tu aspires

Jusqu’à mon dernier

Souffle de Vie

 

Toi ma Sphinge

Au Monde Païen

Qui est le Nôtre

Ta Lune remplit

Mon Cœur de Délices

Je me lamente gaiement

De Toi

 

Ton Regard appelle

À de Sauvages-Voluptés

Tes Lèvres arquées

Pleines de douces Promesses

Me prennent au Piège

De ton Charme

 

Tu as bu

Toute la Flamme

De mon Baiser dernier

Avec une Faim

Inconsolable

 

À grand Renfort

De Soupirs

Entre tes Griffes câlines

Mon Martyre heureux

Me mène

À une Souffrance Infinie

 

Ô Belle-Sphinge !

Ô Amour !

Tu es l’Ultime

Énigme royale

 

Tes Baisers

M’enveniment

Tes ongles

Me guident

En Absurdie

 

Beauté-Privée

Tes Joues roses

Au Goût de fruit

À l’Heure vénale

Me font partager

Ta Candeur sensitive

 

Ma Lectrice

Ta Mer du Nord

Berçant tes Cheveux

M’inonde

En Rapsodie-fatale

 

Vénus

Aux Cheveux d'or

Je me meurs

De tes Présents

Doux comme Miel

 

Les Plaisirs du Lit

Ta Fleur-Jeunesse

Doivent êtres cueillis

Avec l’Empressement

Qui leurs sont dus

 

À Contempler

L'Éclat du soleil

Comme les Feuilles

Font pousser le Printemps

Semblables à elles

Nous jouissons

Des Fleurs de l’Ivresse

 

Sans Toi

Il vaut mieux Mourir

Sur-le-Champ

Que de continuer

À Vivre Seul

 

Puissions-Nous

Toi et moi

À Jamais

Jouir de la Vérité

Le meilleur

De tous les Biens

Et Nous Aimer

Sans ne plus

Jamais

Savoir... Compter !

 

© Jean DORVAL, le 29 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après les recueils de poésie Prélude in Poèmes et légendes d’Henri Heinen, et L'élégie amoureuse de Minnerme de Colophon ; et les chansons Never Turn Away du groupe Orchestral Manoeuvres in the Dark, et You Have Been Loved de George Michael

29/12/2017

Comme un débutant (1)

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

A Fan BingBing, actrice

 

Comme un débutant

Face à Toi

Portrait-Interdit

Je suis

Toujours maladroit

 

China-Girl

À la Sensualité-Énigmatique

Mes lèvres jusqu’au sang

Tu mords

 

Tes Jeux

Sont mes Maux

Frêle-Mousseline

Tu me Peace

& Love

 

Je te suis docile

Comme un cil

Glissant

De tes Yeux-Dieux

 

Ô Torrent-Ravageur

Je me perds

Dans ta Bouche

 

Mon Trémolo-Mandoline s’agite

Tout doucement

Puis lentement

 

Laisse-moi

Au gré du Moment

Porté par

Ton Courant-électro

Ravir l’Avenir

 

L’ivresse de Toi

Me fait boire à ma faiblesse

Je suis le bourreau de tes Désirs

Je souffle sur ta Lampe

Pour mieux la rallumer

 

Vivons-Nous

Pour Tout Nous dire

Sans jamais Tout Vivre

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

Ta Note-Orientale

Jaune-Brun

Benjoin de Siam

Me déconcerte

 

Ma Chambre-d’Hôte

J’écoute pleurer ta Joie

Depuis ton Bassin

D’Or, de Pourpre et d’Hyacinthe !

 

Muette-Rengaine

Tu exhales

L’œuvre de mes doigts

En fines Liqueurs

 

Sirène des Récifs-Passifs

Nos Débauches

Sont des Preuves

De Certitude

 

Le Poète

N’a qu’un seul Parti-pris

Le tien !

Ton Hiver me tient si... chaud

 

Poème épique

Qui tombe

À Pique

Je succombe

En Hécatombe

 

Liesse-Compagne

Pleurant et Chantant

Habilleuse de nos Nudités

À La Cité Interdite

Tu me conduis

En Démesure

Comme un débutant,françoise, montana 1910-1920, 'anneau sacré, ltc poésie : le serment du silence, jean dorval pour ltc poésie, ltc poésie, jean dorval, poète lorrain, ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité, le passage, jean bereski-laurent, jd en dédicace, le re-retour !, ltc poésie : carte blanche à jean dorval, metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval, l., l'extase d'un baiser, françois tristan l'hermite, les bienfaits du baiser, songer, vivre et croire, au carrefour des sens, la colombe et le faune, défiition marron, le photographe, christian hoffmann, metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur, tania mouraud, une rétrospective, du 4 mars au 5 octobre 2015, au centre pompidou-metz, by jd, bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur, et un interview de tania, signés jd, le programme du centre pompidou-metz, 2015, vitrine éphémère, collectif d'artistes, artisans, créatifs, et passionnés, vous invite, vernissage, vendredi 03 octobre 2014, à partir de 17h00, la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal, au cpm, un été au cpm

 

J’embrasse ta blanche Nuque

Tes Lèvres rouges

Ton fier Visage

Ton Amour effronté

 

Tant de Fois

J’ai supplié

Tes Grâces

Mon Brame

Pour Toi

Me taraude

 

Caravane

De Soieries-Intimes

Miel

En goutte-à-goutte

Je bénis Cupidon

De t’avoir provoquée

 

Au milieu

De ta fuite

En avant

Je me morfonds

Je tutoie

Tes Lèvres-Gourmandes

 

Ce qui chez Toi

A enchanté mes Yeux

Dès le Début

Me dévore désormais

En Cata-Strophes

 

Je puise

À tes Baisers de Satin

Ô Étoile hâtive du Salut

La Noire Perle

De nos Vers

En Névrose

 

Dame des Silences

Tourmentés

De ma Mémoire-Affective

Livrée à mes fiers appétits

Accorde-Nous la Tourmente

 

À la Vie, à la Mort !

Ô Élévation !

Je t’ai pour Maîtresse

 

Serpent-Inspiratrice

De mes nobles supplices

Danse en moi

Sans discontinuité

Équaliseur de ma Bande-Song

Avec la Compassion et l'Art du Guérisseur

 

© Jean DORVAL, le 27 décembre 2017, pour LTC Poésie

 

ltc poésie.jpeg

Note : (1) D’après les chansons Just For Now d’Imogen Heap et L'eau À la bouche (b.o.f. l'eau À la bouche) de Serge Gainsbourg ; la BO du film The Holiday réalisé par Nancy Meyers ; et le film Le portrait interdit de Charles de Meaux

 

24/12/2017

Ma Ciguë (1)

  

ma ciguë,montana 1910-1920,'anneau sacré,ltc poésie : le serment du silence,jean dorval pour ltc poésie,ltc poésie,jean dorval,poète lorrain,ltc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,le photographe,christian hoffmann,metz - médiathèque du sablon : les meilleurs vieux à l’honneur,tania mouraud,une rétrospective,du 4 mars au 5 octobre 2015,au centre pompidou-metz,by jd,bientôt... très bientôt... un reportage sur la rétrospective sur,et un interview de tania,signés jd,le programme du centre pompidou-metz,2015,vitrine éphémère,collectif d'artistes,artisans,créatifs,et passionnés,vous invite,vernissage,vendredi 03 octobre 2014,à partir de 17h00,la magicienne susanna fritscher fait des bulles de cristal,au cpm,un été au cpm !

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

Ma Ciguë

Le Poison lent

De ton Amour

Me régénère

 

Moi

Qui étais Apatride

En ta Présence

J’ai enfin

Retrouvé

Une Bannière

 

Dans tes Bras

Ma Mère-Patrie

Je suis le...

Dormeur du Val

Ressuscité

 

Sans petits Jeux

Au Jeu de hasards

Tu m’inities

Sans contraintes

 

Douloureuse-Douceur

Tu infuses en moi

Venin-Absinthé !

 

Au Seuil

De l’Éternité

Ton Regard Menthe-Poivrée

Me lie à l’Envie

 

Quand l’heure

Des Voluptés sonne

Tu voles mes nuits

Et fais mourir mes jours

 

Ma Fleur-Indolente

Ton sein

Qui

Me réconcilie de Tout

M’abreuve

De ton Insolente-Nature

 

Et connaissant

Mon heur

D’un Air vainqueur

Tu distilles

Tes Liqueurs

En Arabesques-tactiles

 

Tout

Contre Toi

Je me laisse

Aimer

Arrimer

 

Ton Mont de Vénus

Me fait pleurer

Je trouve Refuge

Dans ton Bassin

Porté par le Lit

De ton Torrent

Comme...

Un Migrant-Affectif

 

Belle-Auxiliaire

De l’Amour

Je t’aime

Et je n’ai plus peur

De m’égarer

Dans ton Sillage

 

Je souffre d’Aise

De brûler

De Toi

À toutes Heures

 

Mignonne

Ton Ventre

En Attente

Me tente

Tu es

Ma Base

Mon Essaim

Ton Goût suave

Annule

Tous

Mes mensonges

Annonce

Ma victoire

 

Là où l’Oiseau

Accomplit son Chant

Se parfait le Poème

Deux Nuits s’y rejoignent

Deux Désirs s’y mélangent

Le poète chante

La Muse se pâme

Ainsi

Le Poème regarde le Poème

Droit dans les Vers

 

© Jean DORVAL, le 21 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Note : (1) D’après le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ; et les chansons de Serge Gainsbourg Parce que et L'eau à la bouche

 

 

20/12/2017

Sauvage-Fahrenheit (1)

 

« À la Libellule aux larges Yeux »

(Elle se reconnaîtra...)

 

A la Nuit de l’Ode

Il pleut des cordes

Sur ma Guitare

Là où tes Étoiles

En Gerbes

Sont en Suspension

 

Cherchant

Ta Clé des Chants

Je fusionne avec...

Ton Feu mouvant

Vibrant, versicolore

 

Tes Parfaits Accords

Scintillement d’Astres

Et de Pierreries

Me font dériver

Vers ta Corolle d’Églantine

 

Au Sommet

Des Grands Arbres

Je veux t’embrasser

La tête à l’envers

Ton Visage

Entre mes mains

Et butiner le Miel

Des Abeilles Roses

 

La Lueur soudaine

D’un éclair

Comme surgi de l’ombre

Tétanise

Le Contour de tes Hanches

Stroboscope à la Nina Hagen !

 

Laisse-moi couler

Avec Toi

Selon ta Pente

Tantôt rapide

Tantôt lente

Lacis

Imprévisibles

Foisonnements

De Possibilités

 

Instruis-moi

Du Plus-que-parfait

Et de tes Gages en dépôts

Qui me tentent tant

 

Violine Pop’Art

Point-de-Fusion

En confluence

Ton Verre-Acier

Marque ma peau

Oscillation...

Fahrenheit 2552 et 2732 !

 

Grey Flannel

À la Feuille de Violette

Sort sa Lyre de Fragrances

En Vert-Jasmin

Et Chèvrefeuille

Déjanté-Punk !

 

Sauvage-Blues

Tu es mon Talisman

En Bleu-Pétrole

Overdose vitale

De Noble Brutalité

 

Fraîcheur juteuse

De Bergamote Reggio (2)

Boisé chauffé à blanc

Ambre gris minéral

Musqué, animal

Tu m’étourdis !

 

Et parce que Tu as

Les Yeux Verts

Tu élèves l’homme

Qui est en moi

 

Mes Vers-Nourrissants

Dévoilent nos Péchés

Nos Langages-Codés

A chaque Coup-Mutin

Mes doigts lutins

Révèlent ton Butin

 

Sous tes Jupons-Huppés

Le chaud Tissu imprégné

De la douceur de ton Corps

Frémit sous mon doigté agité

Ton labyrinthe impudique

Se laisse alors fleurir

 

Adieu ma Bien-Aimée

Puisque

Je te revoie de suite

Je t’aime de Jour

Comme de Nuit

 

Venise Ô Délice

Nous contemple

 

Rêveur en apesanteur

Suçant le frêle silence

De ta Bouche

Ton Goût captivant fourmille

Le long de mes lèvres

 

Ô ma Cité

Je suis saoul de ton Sang

Qui coule dans mes veines

Ton irrésistible

Rouge à lèvres

Me transporte en hypnose

Et m’entraine

Dans tes Battements de Cœur

 

Je veux par mes Baisers

Élever tes Nuits-Fauves

Là où les Hirondelles

Se rejoignent

Pour se donner la Béquée

 

Au coin

De notre Chambre

Malice

Ô Pays des Éveils

Ma Chartreuse

Qui se pâme

Ton Lac de Côme

Me transforme en Stendhal

Épris de Toi seule

 

Je reviendrai toujours

Dans ce décor

Qui est le tien

Vibrant Opéra-névrotique

 

Ô Ventre-Papillons 

L’air brumeux, grelottant

Me pousse à te réchauffer

Comme un Refrain

 

upside down 

Pour que renaisse

Toujours Notre Amour

Il faut qu’il meure

Chaque Jour

 

Ô Native Mutine !

Fille-Sacrée

Du Roi des Soleils

Je meure de plaisir

Touché par ta Loi

En plein cœur

Tu es ma Gourde

Dans ma traversée du désert

 

Au nom de ta Rose

Je fais fleurir

En Toi l’Été et l’Hiver

Ta chaude Jeunesse

En Couverture

Devient

Mon orgueil triomphant

 

Semblable à un Dieu païen

Tu me sacrifies

Ton meilleur Vin-Amant

Ta Jarretière carmin

Guident mes soupirs

Au Pont de ton Âme

 

Sous

Ton petit Soutien-gorge

Timbre-poste

Vert-Transparent

Deux Connexions

Me tourmentent

En Coloc

 

J’ai envie

De Taquiner

Tes Grains de Beauté

Aux Confins de ta Peau-ésie

 

À l’envers du Décor

Donne-moi la Main

Pour ne plus plonger

Que dans...

Nos fièvres brûlantes

Nos fièvres hurlantes

 

Ma Courtisane

Tes noirs Sourcils

Je les parcours de mes cils

Je suis ta Fontaine de Vie

Aux Sanglots longs

Jamais monotones

 

Sultane

Sur son Divan

Épanouie

Je te récite par cœur

Comme un apprenti

 

Ô Purgatoire langoureux

Ô surprenant Jardin

Sur ton ventre chaud et rond

Je m’isole du Monde

 

Je baise ton Front

Tu mords mes lèvres au sang

Le Fer rouge de tes Ongles

Me fait frissonner

 

La Balance d’or de ton Bassin

Libérateur de mon plaisir

Et du Tien

Reste un déluge de Justice féline

Dans un Champ de blé mur

 

La Fleur de la Rose musquée

Ne dure qu’un jour

Mais...

On ne peut l’oublier !

 

© Jean DORVAL, le 16 décembre 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

Notes : (1) D’après : la Sonate pour piano n°16, en la mineur, D. 845 (opus 42) de Franz Schubert ; les trois chansons de Johnny Marr, l’ex-guitariste du groupe The Smiths : Candidate, This Tension et The Messenger ; la BO du film Upside Down, le film romantique de science-fiction réalisé par Juan Diego Solanas ; le recueil de poésie Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire ; et les deux fabuleux parfums au masculin de la Maison Dior : Fahrenheit créé par Jean-Louis Sieuzac et Michel Almairac et Sauvage composé par François Demachy. (2) De Bergamote Reggio di Calabria

 

13/08/2017

Chutes de Vers (1)

 

chutes de vers,les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz

 

Pour Élie-Salomé

 

De grande évasion

En confiante révélation

De constante élévation

En claire jubilation

Ma Love-Intention

Tu m’écartes

De mes austères chemins

 

Je pense à Toi

Et la force de tes maux

Consécration de mes mots

Me déconcerte d’importance

 

Je suis condamné

À être seul avec Toi

Tel

Un Reclus Amoureux

 

Voilà le traitement

Qu’il me faut

Tous les jours

À toute heure

 

Comme un secret

Rendu public

Je suis ton air de fête

Ton aide (de lit) de camp

 

Mon désir

Le tient

Le nôtre

S’exprime

En soudaine ferveur

 

Les fleurs des champs

Que je t’aie rapportées

En cette matinée

D’électriques nuées

Ne sont pas prêtes de se faner

Car elles témoignent

De notre Passion indélébile

 

Je suis le porteur

De ton adorable sourire

Ce ravissement grimpant

Qui le long de mon cœur

Tisse avec ardeur

Sa Parure d’Or

 

Tu es la source gaillarde

Assoiffant mes lèvres et mon corps

Je bois de tes eaux

Limpides et intrépides

En chute libre

Tu fonds dans ma bouche

Comme

Une petite Mirabelle

 

Je puise mon énergie renouvelable

À ta fraîcheur vive et sincère

Comme un Soleil inépuisable

Que j’inspire

Et qui m’inspire

 

Mon Arche d’Alliance

En Entente Corps-diale

J’écoute tes incantations

Et je renais

De tes profondeurs

Judéo-marocaines

De tes confins attendrissants

 

Mon splendide

Mois de Mai

Je suis à Toi

Comme

L’ultime étoile est à la Nuit

Comme

L’intime est à Minuit

 

Je te vis

En version intégrale

Mon aimable

Et inestimable Symbiose

 

Tous les recoins

De mon âme

Débordent

De ta frénésie

 

Mon Âtre

En indolence prolongée

Je suis riche

De tes mille offrandes

Et je m’élève en Toi

Comme une Prière Vivante

 

Je rejette

Tous les rêves

Qui t’ignorent

Tous ceux

Qui ne parlent pas de Toi

 

Je goutte à ton reflet

Comme un fauve

Jamais repu

Au point d’eau

 

Ma Love-Intention

Conduis-moi

Sur ton Chemin

De Délivrances

 

Mon cœur

Y brûle en aveu délicieux

Mon cœur

Y brûle de joie mélancolique

 

Depuis notre Rencontre

Ta Lampe-Éternelle

Rayonne d’Ambre

Réclamant son dû :

Le Sacrifice des Alarmes !

 

Ta chandelle

En Veilleuse-Intégrale

Fond tout au long de la Nuit

Qu’elle fait luire patiemment

 

Aimer

N’est pas sans larmes

J’arrête là

Ma poursuite sans fin

Du Plus-que-Parfait

Tu es l’Attrape-Rêves

Qu’il me faut !

 

Nos âmes

Explosent en Supernova

Plaisirs stellaires

Solaire-Duo

En rouge crépuscule

 

J'ai assez d'Amour

En moi

Pour brûler

Comme un Soleil

Une Éternité-XXL

Pour préférer

Ton bonheur au mien

Ta Vie à la mienne

 

Mon Refuge

Tu me fais exister

Tu me fais coexister

Ton aveu me nourrit

Mon aveu t’éblouit, t’épanouit

 

Je te chevauche

Tel un Spahi chargeant

Face à l’Amour

Tes mains me guident

Vers ton Pubis-Anubis

Antre de la Petite Mort

 

Présent renouvelé

Mât de cocagne réinventé

Comme je t’aime

Tu enlaces nos Vies

Tu Nous plonges

Dans l’extase bénie

 

Tu m’instruis

Tel un Dieu

Tel un Surhomme

En formation continue

 

Cependant sache

Que nul ne t'apprend

Sans désirer

T’apprendre par cœur

Sans relever le gant

De l’Amour-Fou

 

Tes rêves d’Alice

M’émerveillent

Ton printemps

Doux-Floréal

Bleu à l’âme dissident

Me berce de jubilation

 

Aura-Bienfaisante

Ô frêle

Et frais murmure

Je susurre

Tes lueurs musiciennes

Qui m’enveloppent

À tout moment

Me protègent

Me réchauffent

 

Ta Beauté

Sensibilité

Sincère

Et pure

Scintille

De toutes parts

En moi

 

Nous sommes

Deux Êtres

Qui se reconnaissent

Dans l’éclosion

Mutuelle

De leurs Sentiments

 

Il faut prendre le temps

De s’asseoir

L’un à côté de l’Autre

L’un en face de l’Autre

De goûter

À l’Instant-Rossignol

Pioupiou stridentin

Qui du haut d’une branche

S’égosille en notes éphémères

 

C’est le moment

Où les Amoureux

Se lovent d’impatience

Et s’idolâtrent

 

Mon A(i)mante

Éteins mes yeux

Et je te vois

Quand même

 

Bouche mes oreilles

Et je t’entends

Malgré tout

 

Mon Amour

D’Argane

Et d’Encens

Je marche

Toujours à tes côtés

En t’invoquant

En prononçant

Ton prénom

Encor et encor !

 

Élie-Salomé

Princesse-Mogador

Je te sers

Sans faillir

Ni défaillir

Avec

Mon cœur

Mes mains

Mes lèvres

 

Mon Aimée-Sépharade

Je te porte à mon cou

Comme

Un Nœud d’Amour Algérien

 

Tu es la vague

Qui me drague

Tu es la vague

Qui me divague

 

Dans

Nos silences incrédules

Je veux te dire

Des mots délicats

Des mots fous

Des mots inédits

Des mots d’ailleurs

Des mots inventés !

 

Mon Artiste-Vitale

Sans Toi, je suis puni

Ne reste jamais loin de moi !

Ne pars pas longtemps sans moi !

Reviens-moi toujours vite !

 

Soyons légers !

Soyons impertinents !

Soyons conquérants !

Soyons enfin Seuls !

Soyons à Deux !

 

D’une main adroite

Je discours

Avec tes courbes

Pas étrangères

Loin des incertitudes

 

Au final

Plus rien ne compte

Car tout compte !

 

Voici

Cent et une proses rouges

Livrées par mes soins

Au Clair de Lune

À ta discrétion

 

Je suis en Toi

Toujours

Entre abandon

Et guérison

Peut-être même...

Sur la voie de la démence !

 

Semblable

À une flamme

Qui me brûle à l’âme

Tu me consumes

À l’Intégrale

 

Autour de Nous

Tout est en suspens

Comme

Un cri de Joie retenu

Dans la Nuit sauvage

 

Le Monde s’arrête

Dans la ronde brune

De ta malice

En Indécence

 

Mon Amour

Il faut boire

À ta Coupe

Pour Vivre

Ce que disent

Si bien nos yeux

 

Mon Gerbera-Pourpre

Mes plus belles prières

Mes plus fortes fièvres

Sont nées en Toi

Divine-Contagion

Épidémie-Solidaire

À partager en Duo !

 

Et pendant

Que mes mains

Te conduisent

De tensions

En pertes de contrôle

Je te délivre

À l’état brut

Un plaisir authentique

Un plaisir incontestable

Un plaisir à déguster

Conjointement

 

Comme Éluard

En peu de mots

En peu de gestes

Il faut tout Nous dire

Il faut tout Nous avouer

 

Ma Love

Tout est écrit d’avance

Et quand le plaisir

S’étire dans ton regard

Plein de sincérité

Et d'espérance

Alors le charme de l'Existence

Souligne tes traits radieux

 

Je te contemple

Avec l’ivresse d’un A-Mateur

Ton image ne peut s’évanouir

De loin comme de près

 

Ton éclat s’écoule de tes yeux

En une aquarelle

Qui s’étire sur ta peau lisse

 

Tu conserves ma tendresse

Et mes caresses

Comme une Houle-Couveuse

 

Entre tes Seins

La Lune glisse

La Musique de mes louanges

Trouve enfin Asile

 

A Toi seule

Je veux faire

Ressentir le frisson

Tout du long

Des plis de ta Voile-Secrète

 

Tes larmes joyeuses

Plissent entre mes doigts

Comme une eau en Souvenance

 

Accroché à ton cou

Je suis troublé en harmonie

Dans la Lumière crue

Du Petit Matin

Où je perds

Le Nord à dessein

En Constellations explicites

Entre ta Grande ourse

Et Cassiopée

 

La Petite ourse

Le Dragon

Et Céphée

S’en émeuvent

 

Ma Terre-Glaise

Que je pétris

Tu guides mes mains

Avec l’insouciance d’une Initiée

Jusqu’au bout

De l’Insatiable

 

Ma Love-Intersession

Ne suis-je pas trop vieux

Pour m’autoriser ta jeunesse ?

Ne suis-je pas un tyran

Usant de ta Beauté ?

Ne suis-je pas un profiteur

De ta Tendresse ?

Que nenni-da !

Je te mérite !

Et je t’assume !

 

En me lovant

Dans tes bras

Comme

Un enfant dans la Nuit

Je me retrouve

Le visage contre Toi

Les yeux clos

 

Quand mon souffle

Expire par ta bouche

Je poursuis ton chemin

Pour que Tu provoques

La Métamorphose

Qui s’empare de moi

En mille endroits

 

Je frissonne

Je tremble

Je suis en Communion

Tu es ma Lanterne-Union

Qui brille

Depuis la Colline de Sion

Garante de notre Passion

 

Jusque dans le noir

Je reconnais ton visage

Et me noie

Dans le Vin de Moselle

Dans le Vin Demoiselle

 

Je frôle tes tétons

En soufflant dessus

Comme une Braise

De Chair et de Sang

Subjuguée

Pour entretenir

Notre Feu-Sacré

Notre point de non-retour

 

Comme

Une aiguille de montre

Face à un aimant

Je suis

Aveuglément

Ton corps

Du Nord au Sud

 

Ma Troisième Dimension

Es-Tu réelle ?

 

Mon Amour

Ce qui est

N’existera plus

Demain

Alors

Vivons maintenant !

 

Je ne repousserai jamais assez

Le moment d’écrire sur ta peau

Et de lire ton corps

Pour créer le Besoin

 

Dans tes cheveux

Je me perds en atmosphère

En te chantonnant

Des douceurs à l’oreille

 

Mon cœur pour Toi

S’élève si haut

Qu’il ne retombera

Jamais plus sur Terre

 

L’infiniment vaste

De ton Âme

Dont je suis devenu

Le Berger

Me conduit

Aux Contemplations

 

Je sombre

Prisonnier

De ton Courant-Ascensionnel

 

Je m’approprie tout de Toi

Et me livre sans concession

À tes Attentes

 

Ciel !

Nous sommes isolés à Deux !

Ciel !

Nous sommes partagés pour Deux !

 

Ma Sphinge

J’ai besoin

De nicher

Ma Solitude

Dans tes draps

 

Tu restes

Ma plus longue Convalescence

Dans tes bras

Je remets mon Esprit

Et je flotte

Entre Ciel et Terre

 

La douceur

De tes doigts

M’enchante

Tu traces

Sur ma peau

Les plus beaux motifs

De mourir d’Envie

 

La Nuit devient

Enfin infernale

À bon escient

Délicieuses tensions

Répandues

En arabesques tactiles

En délices boréals

 

Chaque matin

Me conduit à ton Parfum

Vanille-Tabac

 

Tu es ma réconciliation

Une et indivisible !

Une et inépuisable !

 

Qu’est-ce que

Le Temps à tes côtés ?

Si ce n’est

Que le Paradis perdu

Retrouvé ?

 

Mon Âme

Tu es

Grande ouverte

À mes assauts

Et je te fourrage

Avec l’élégance

D’un sabre

Rentrant

Au fourreau

Avec une rectitude

De métronome

 

Cela me fait

Tant de bien

Que Tu penses

À moi

Quand je pense à Toi

A chaque Seconde

 

Mon merveilleux

Agent de liaison

Ce que le temps détruit

Toi Seule peut le réparer

Tu effaces

Toutes mes incertitudes

 

Toi

L’Amie

La Confidente

L’Amante-Hypnotique

Je te confie

Toutes mes faiblesses

 

Tu transperces

Tout mon être

De tes Vagues à l’Âme

 

Mon Insomnie

Ta blanche apparition

Scintille

Tes manèges

Me font tourner la tête

 

Tu rassembles

Toutes mes Forces

Par la puissance de tes caresses

En un seul point de convergence

Un Point G collectif !

 

Je me noie entre tes yeux

Sur ton île attendrie

Je suis totalement déconnecté

Pour ne vivre

Que le présent

Sous la ramée

 

Tu es

La Femme-Silhouette

Mon jaillissement créatif

Par saccades

Mon tendre Apaisement

 

Ma fragilité

Face à Toi

Est palpable...

 

Alors

Palpe-moi d’importance !

 

Je souris à ton contact

Comme un fruit

Gorgé de Soleil

 

Pour Toi

Je suis Orphée

Ramenant Eurydice

Dans le monde des vivants

 

Ma Chrysalide

Je tire mes vers

De ton sublime Cocon

Ils sont tes Enfants prodigues

 

Le seul Monde

Qui vaut

Le coup d’être vécu

C’est le Nôtre !

N’ayons pas peur

De Lui

Il est sincère

Sa possession

Est un Plaisir Nouveau

Il croît

Chaque jour

Entre les pétales mauves

D’un petit bouquet de Catelyas

 

Il est si doux

Qu’il pourrait s’appeler Ever

Mais avant de frapper à la porte

De ce Jardin Secret

Il faut déjà en être

À Deux

Les meilleurs Serviteurs

Pour le meilleur et pour le dire

Pour le Plaisir

L’Infini Bonheur

La Gloire de l’Amour

Certes fragile

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassurée

Mais dont la Douceur inapaisée

Ne demande qu’à être rassasiée

ltc poésie.jpeg

 

© Jean DORVAL, le 13 août 2017, pour LTC Poésie

 

Note : (1) d’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke, les albums des New Order Technique et Low-life, les poèmes Mélodie de Gérard de Nerval et Nous dormirons ensemble de Louis Aragon, et La bonne chanson, Romances sans paroles et Sagesse de Verlaine

18/07/2017

Les Mots A(i)mants (1)

Pour Élie,

 

les mots a(i)mants,quelques notes d’Élie...,chute en vers-tige,sur sa plage...,Éclats de rose,luminana (part i),la la land,luminana (part ii),emma stone,ryan gosling,le maux,l’essence-ciel,pénélope,les nuits sous la cerisaie,isabelle carré,ma lady river,une foi deux,mon phare,soir de soie,lucie lucas,mauboussin joaillier,tu es mon dange,tu es mon démon,purple diva,dame de mon heur,mots pour la muse,le nid d’elle,corne-muse,fleur de sève,filante-Étoile,l’eau tranquille,tc poésie : hommage à l'amitié et à la fraternité,le passage,jean bereski-laurent,jd en dédicace,le re-retour !,ltc poésie : carte blanche à jean dorval,metz : un carnet de voyage marocain signé jean dorval,l.,l'extase d'un baiser,françois tristan l'hermite,les bienfaits du baiser,songer,vivre et croire,au carrefour des sens,la colombe et le faune,défiition marron,by jd,le programme du centre pompidou-metz,2015

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

My Love-Entretien

Aux lueurs crépusculaires

Tu nourris toutes mes attentes

Mon Papillon d’atmosphère

A ton passage

Fument et gonflent les nuages

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon ardente Impatiente

Tu me dévoiles sous ton voile

Ton été sans fin sur la toile

M’invite à un tête-à-tête imminent

Je me couche sur ton île

En m’évanouissant dans tes bras

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Reine

La nuit est fauve

Comme ton regard

Et je sacre ta jeunesse

Mon nouvel Âge d’Or

Et j’ai envie

De ton Antre-cuisse copine

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma fontaine aux narcisses

Tu m’assoiffes de Désir

Je bois ton eau limpide et intrépide

Jusqu’au refleurissement du Ciel

Quand Héméra dispute le jour à Apollon

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon jour de fête permanent

Comme l’ultime étoile est à la nuit

Je suis en Toi

J’entre dans ta danse

J’investis tes profondeurs câlines

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Mon Âme délicieuse et radieuse

Estampe chinoise

Cueillant la rose rouge

En kimono du matin

Je fais flamboyer tes yeux

Tu rallumes les miens

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

Ma Damoiselle éclose

Ondine jaillie du Coquillage céleste

Qui comme Vénus est née

Avec un air charmant et joyeux

Dans l'Égée tempétueux

Dans le sein de Thétys

Poussée vers le rivage

Par des Zéphyrs lascifs

Pressant de la main droite sa chevelure

Et de l'autre recouvrant son tendre fruit

Au plus profond de mes heurs

J’explore ta vertu

Et je découvre un à un

Tes trésors cachés

Jusqu’à ta Terre-Promise

 

Pour Toi, ma jeune Aimante

Mes mots aimants

Sont tes maux amants

Pour moi, ma jeune Amante

Tes mots amants

Sont mes maux aimants

 

© Jean DORVAL, le 11 juillet 2017, pour LTC Poésieltc poésie.jpeg

 

(1)- D’après Lettres à Lou Andreas-Salomé de Rainer Maria Rilke et Stances d’Ange Politien