Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2014

CMP : BIENTôT UN REPORTAGE SIGNé JD SUR L'EXPO "PAPARAZZI !"...

expo,exposition,paparazzi !,photographes,stars,et artistes,claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance

IMG.jpg

expo,exposition,paparazzi !,photographes,stars,et artistes,claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance

  "ACTU à LA UNE" : http://centrepompidou-metz/expo paparazzi !

expo,exposition,paparazzi !,photographes,stars,et artistes,claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance

25/02/2014

PLEINS "PHARES" SUR LE CPM !

pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantisme

La poésie inspire à n’en pas douter la nouvelle exposition du Centre Pompidou-Metz (CPM) : "Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes, Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum, Sont un écho redit par mille labyrinthes ; C’est pour les cœurs mortels un divin opium ! C’est un cri répété par mille sentinelles, Un ordre renvoyé par mille porte-voix ; C’est un phare allumé sur mille citadelles, Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois !" claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballInaugurée le 14 février dernier, le jour de la Saint-Valentin, cette nouvelle expo, résolument placée sous l’égide du romantisme, intitulée "Phares", a pris comme fil conducteur ces extraits du poème "Les Phares"(1) de Charles Baudelaire (in "Les Fleurs du Mal", 1857), mettant en avant, en dehors de toute chronologie, huit grands peintres (Rubens, Léonard de Vinci, Rembrandt, Michel-Ange, Puget, Watteau, Goya et Delacroix), des "Phares", véritables jalons de l’Histoire de l’Art Classique. Ces quelques vers ont permis au CPM de faire un parallèle avec l’Art Moderne, en présentant dix-huit artistes et une vingtaine d’œuvres, pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football,amour,romantismedes "phares" pour l’Art Moderne [Juan Miró, Yan Pai-Ming, Fernand Léger, Joseph Beuys, Simon Hantaï, Louise Nevelson, Robert Delaunay, Franck Stella, Pierre Soulages, Jean Degottex, Pierre Alechinsky, Sam Francis, Joan Mitchell, Dan Flavin, Robert Irwin, Anish Kapoor, Claude Viallat et Pablo Picasso (avec son sublime "Rideau de scène pour le ballet Mercure" de 1924, mettant en scène ses personnages fétiches issus de la Commedia dell’arte : Arlequin et Pierrot)], eux aussi de véritables "jalons dans le temps" selon Hélène Guenin, Responsable du Pôle Programmation au CPM. Des œuvres majeures, donc, majestueuses et hors normes, qui trouvent toute leur place dans "LA" Grande Nef du CPM, taillée sur mesure. "Un lieu unique en Europe par son volume !", comme le dit si bien Laurent Le Bon, le Directeur du CPM.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

UNE SéLECTION D’ŒUVRES TRèS RAREMENT MONTRéES AU PUBLIC.

L’exposition "Phares" met en valeur une sélection de chefs-d’œuvre rarement montrés au public en raison de leur format monumental. Elle revient aux fondamentaux du CPM et est entièrement réalisée à partir de prêts de la Collection du Centre Pompidou, Musée National d’Art Moderne, de Paris. Sept artistes exposés sur dix-huit sont encore vivants. claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballCela a permis d’obtenir un maximum de conseils afin de placer les œuvres au mieux. Par exemple, pour positionner "Orangé, formes bleu clair" (1970) de Claude Viallat - une toile peinte avec des colorants et de la résine acrylique, de près de 12,50 mètres sur 2, suspendue sur une tringle au cœur d’un ryhad avec vue panoramique - le point de vue de l’artiste a été essentiel. Le making-of de l’expo montre d’ailleurs l’arrivée et l’installation au CPM de cette longue et imposante toile de Viallat, roulée à cause de ses dimensions hors normes.claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football La scénographie de l’expo, quant à elle, est signée Christophe Aubertin et Simon Perdereau. Elle reprend des éléments originaux de cloisons conçus par Nicolas Groult et Sylvain Roca pour l’expo "Vues d’en Haut", et ce, dans un louable souci d’économies et de recyclage. L’expo ne suit aucune chronologie, couvre les principaux mouvements artistiques du début du XXe siècle à nos jours, et offre à chaque œuvre des espaces dédiés avec un regard confortable et différent pour chaque artiste. Des cycles thématiques viendront rythmer les deux années de présentation de cette expo et différents thèmes y seront successivement abordés en 2014 : le geste, l’ombre et la lumière, la figuration et l’abstraction. Chaque œuvre a son propre cartel développé, auquel est joint un cartel "jeune public", pédagogique et ludique, comprenant des anecdotes, des questionnaires, des devinettes et des petites expériences à réaliser, afin selon Laurent Le Bon de donner "un sentiment légitime d’égalité devant l’émotion que procure chaque œuvre". claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballDès juin 2014, afin de faire évoluer cette expo de longue durée, qui se déroulera sur deux ans, une documentation plus développée  constituée de photographies, de vidéos d’archives, de témoignages et de citations d’artistes remplacera les actuels cartels et permettra au visiteur d’approfondir sa connaissance des œuvres présentées et le contexte de leur création. Une exposition de "Géants" qui a nécessité une réflexion de tous les instants, par rapport au format contraignant des œuvres. D’ultimes ajustements ont été nécessaires dans bien des cas, au moment de l’accrochage d’œuvres, rarement exposées et/ou prêtées, emblématiques de la carrière des artistes concernés ou au contraire atypiques montrant une autre facette de leur créativité.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

La séance de piano avant l'inauguration officielle...

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

DES GéANTS DE L’ART MODERNE, JALONS DE LA NOUVELLE EXPO DU CPM !

L’expo "Phares", contrairement aux autres expos organisées par le CPM, ne comprend pas de section et encore moins de thème défini. Elle entraîne le visiteur à la découverte ou la redécouverte de Géants de l’Art Moderne, aux œuvres "Phares". claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballPour le plaisir des sens, on peut aborder cette expo de deux manières possibles : soit on passe de l’ombre à la pure lumière, et du noir et blanc à la couleur ; soit on s’oriente de la figuration à l’abstraction, avec des œuvres montrant des personnages, des figures humaines, laissant peu à peu place à des paysages, puis à l’abstraction. Chacun ayant à cœur d’aller voir cette expo, aussi il n’est pas nécessaire de faire une analyse de toutes les œuvres. Un échantillonnage s’avère donc utile. Le parcours de cette expo commence et se termine sur une palette de pures couleurs, totalement déroutante, "incarnée" par l’huile sur toile de Juan Miró, intitulée "Personnages et oiseaux dans la nuit", aux impressionnantes dimensions : 274,5 cm sur 637… Ces oiseaux multicolores invitent le visiteur à l’évasion… Cette œuvre créée en 1974 par l’artiste dans son atelier de Palma de Majorque représente un univers mêlant l’abstrait et le mystère. Un monde torturé si cher au peintre où le noir est une couleur qui rehausse, habille, toutes les autres.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

A la suite de Miró, on trouve Yan Pai-Ming. Cet artiste franco-chinois, né en 1960, dont l’atelier se trouve à Dijon - qui était présent lors de l’inauguration de "Phares" - présente ses œuvres baptisées "Survivants", auxquelles le CPM a consacré une salle. claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballCe polyptyque d’huiles sur toile (soit 7 panneaux, de 230 cm sur 390, chacun), à l’exceptionnel camaïeu de noirs, de gris et de blancs, est une commande faite en 2000 par le Centre d’Art Sacré d’Évry (intégrée depuis 2003 à la Collection du Centre Pompidou, Musée National d’Art Moderne, de Paris), exposée dans un premier temps à la Cathédrale d’Évry(2), nommée "Épiphanies", et qui met en exergue les réflexions de l’artiste sur la Vie après la mort. Ces tableaux comprennent, entre autres, un autoportrait de l’artiste, un portrait de Bouddha et une représentation de Mao sur son lit de mort. claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballYan Pei-Ming a obtenu une reconnaissance internationale grâce à SA nouvelle conception du portrait, héritée de ses premières œuvres monumentales influencées par la propagande maoïste issue de la Révolution Culturelle ; ouverte brutalement au printemps 1966 et achevée en 1976, et qu’il a vécue de 6 à 18 ans. Ce format inhabituel révèle son talent, invite l’œil du visiteur à pénétrer dans les visages des sujets comme on circule du regard dans un paysage. L’Artiste traduit l’universalité de l’Humanité, avec un minimum de moyens pour un effet maximum, de part son geste vif et spontané. L’utilisation de la bichromie (le noir et le blanc) intensifie son trait, le rend plus réaliste. Les parties évidées de ces œuvres favorisent l’imaginaire du visiteur. Yan Pai-Ming interrogé affirme avoir travaillé "l’image de la survivance et de la réparation, le monde de la mort ressuscitée." Tout un programme !

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

 claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

Puis, on aborde la "Composition aux deux perroquets", signée Fernand Léger, et réalisée entre 1935 et 1939. Toujours dans ses thématiques de prédilection, l’artiste immortalise l’arrivée du Front Populaire au pouvoir en 1936, à mi-chemin entre progrès social et premiers congés payés. Cherchant à équilibrer son œuvre, l’artiste rajoute un élément extérieur sur les mains de certains de ses personnages : deux perroquets colorés qui donnent un petit côté exotique à sa composition en rupture avec son côté hiératique et massif général. Il oppose aussi d’imposantes formes géométriques à ses habituels personnages charnus "à la Gauguin" : des nus féminins et un homme en débardeur à rayures. Une œuvre qui malgré sa taille a été présentée dans plusieurs villes des Etats-Unis d’Amérique pendant la Seconde Guerre mondiale, avant d’être offerte au Musée d’Art Moderne de Paris en 1950.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

Au final "Sans titre" (2008) d’Anish Kapoor reste l’œuvre qui s’impose le plus parmi tous ces "Phares". Incontournable pour le visiteur en fin de scénographie, cette grosse cerise concave - ce majestueux hémisphère hypnotique, cet œil cyclopéen "à la Big Brother" dévorant toutes les formes qui passent à sa portée - est constituée intégralement de fibre de verre, de résine et de peinture. Elle a une profondeur est de 150 cm pour un diamètre de 302 cm. Anish Kapoor est une artiste britannique d’origine indienne, née en 1954. claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de footballPolyvalente, elle se définit comme étant un sculpteur-peintre. Elle doit sa reconnaissance internationale à ses œuvres composées de formes géométriques, recouvertes de pigments purs. La spiritualité de son cheminement artistique et sa quête d’un monde poétique marient à la perfection l’infini et l’au-delà du visible. Ses effets d’optique surgissent continuellement dans l’environnement de son œuvre réfléchissante, savamment polie, et interrogent le visiteur sur leur signification. L’expérience sensorielle causée par cette œuvre-miroir déformante bouleverse au plus profond de l’âme le visiteur, et la perception qu’il peut avoir de l’image qui se réfléchit de manière complexe. Ainsi le visible devient invisible, et vice-versa. On assiste à un passionnant jeu d’illusions d’optiques, confondant le vide et le plein, l’intérieur et l’extérieur, l’endroit de l’envers, ainsi que le matériel et l’immatériel. Les propriétés réfléchissantes de cette œuvre, sur fond rouge pourpre, absorbent et reflètent à la fois la lumière. Le visiteur attentif, qui s’attarde, y perd tous ses repères, la notion même du temps, entre en rêverie. Une sculpture déjà été exposée à l’Église des Trinitaires de Metz au cours de l’Expo "Constellation" qui a eu lieu du 15 mai au 4 octobre 2009 ; un rendez-vous culturel de grande envergure qui préfigurait l'ouverture du Centre Pompidou-Metz au Printemps 2010.claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

Elodie Stroecken est co-Commissaire de l’expo "Phares".

IN FINE…

Au travers de l’expo "Phares", on se rend compte que "Le (trait de, ndlr) génie est le phare (…)"(3) de l’action culturelle menée par Laurent Le Bon, depuis 2010, avec toute son équipe de collaborateurs, dont la devise pourrait être "Donner du bonheur et faire du bien, voilà notre loi, notre ancre de salut, notre raison d'être, notre phare. (…)"(4) Cette expo reste un "Phare" culturel faisant passer le visiteur de l’ombre à la lumière, du figuratif à l’abstrait, et ce, comme par enchantement. Mais, n’est-ce pas ce qui fait du CPM, depuis son ouverture, ce Magicien au chapeau chinois, "LE" (nouveau) "Phare de la Lorraine" ?

© Jean Dorval, le 24.02.2014, pour LTC Arts.

Notes :

(1)     Source documentaire : http://poesie.webnet.fr

(2)   La cathédrale de la Résurrection Saint-Corbinien est une cathédrale diocésaine catholique. Si l'on excepte la Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille, achevée en 1999, mais démarrée en 1854, la cathédrale d'Évry est la seule construite en France au XXe siècle,

(3)     In les "Choses vues" (1887-1900) de Victor Hugo,

(4)    Extrait de "Fragments d'un journal intime" (1884, 1887, 1923, 1927) de Henri Frédéric Amiel.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

 L'INTERVIEW DE CLAIRE GARNIER by JD :

JD : Bonjour Claire Garnier (CG), vous êtes co-Commissaire de l’expo "Phares" avec Elodie Stroecken, qui est Chargée de Coordination du Pôle Programmation au CPM. Elle sera co-Commissaire de nouveau pour l’expo "Tania Mouraud" qu’organise le CPM en 2015. Le fait que ce soient "deux jeunes femmes" qui assurent le co-Commissariat de "Phares" a été chaleureusement salué par Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, présente pour l’inauguration de cette expo.claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football Vous avez œuvré avec complicité et brio pour la réussite de cette présentation unique en son genre avec Elodie. Pouvez-vous présenter votre parcours professionnel aux lecteurs d’LTC Arts ?

CG : Bonjour Jean, je suis Commissaire d’Expositions, Chargée de Mission auprès du Directeur du Centre Pompidou-Metz, Laurent Le Bon. J’ai été en 2012 co-Commissaire, avec lui pour les expositions "1917" et "Parade". Comme déjà précisé, en 2014, je suis co-Commissaire de l’expo "Phares" avec Elodie Stroecken. Je travaille depuis un peu plus de cinq ans au Centre Pompidou-Metz. J’ai aussi participé à la coordination de l'exposition d'ouverture du Centre Pompidou-Metz "Chefs-d'œuvre ?" en 2010. Je n’ai pas été impliquée dans le projet du Centre Pompidou-Metz dès 2003, mais depuis 2006, et plus concrètement depuis 2008.

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

JD : Pourquoi avoir choisi de mettre en place une exposition de "longue durée" (deux ans) pour seulement une vingtaine d’œuvres, au lieu de proposer, comme de nombreux politiciens locaux ou visiteurs le souhaitent, une exposition "permanente" de grande envergure à l’image d’autres musées nationaux comme le Louvre ou Orsay ? Créer une exposition permanente pourrait pourtant relancer la fréquentation du CPM…

CG : Une exposition "permanente" qui existe pour toujours, cela n’existe pas pour diverses raisons, comme la conservation et la disponibilité des œuvres. De plus, quand on regarde de plus près les accrochages dits "permanents" - même au Centre Pompidou de Paris - les présentations ne durent en fait que deux ans maximum. Et durant cette période, les œuvres sont partiellement renouvelées pour les mêmes raisons. Un accrochage dit "permanent" durant environ deux ans, aussi le CPM est bien sur une durée équivalente. Cependant "Phares" reste une exposition même si elle est de "longue durée".

JD : Mais les Musées d’Orsay et du Louvre - qui sont pour l’Art Classique ce que le CPM est à l’Art Moderne – ne possèdent-ils pas des expos permanentes ? Pourquoi le CPM n’arrive-t-il pas à en faire autant en parallèle d’expos temporaires ?

CG : Je connais moins le cadre des Musées d’Orsay et du Louvre, néanmoins le Musée d’Orsay a vu récemment son accrochage revisité entièrement, et là encore, pour permettre des prêts à d’autres Institutions ; mais aussi pour cause de restauration. Il y a régulièrement des mouvements d’œuvres au sein de ces accrochages dits "permanents".

claire garnier,co-commissaire d'exposition,interview,pleins "phares" sur le cpm !,centre pompidou-metz,phares,expo,exposition,pablo picasso,jean dorval,jean dorval pour ltc arts,juan miró,yan pai-ming,fernand léger,anish kapoor,galerie talents d'art,à metz,les phares,charles baudelaire,"la fiancée aux seins nus.",arne mattson,"elle n’a dansé qu’un seul été.",le film,edvin adolphson,ulla jacobsson,john elfström,drame,romance,göran,kerstin,entement toi et moi,« le chant de sanaa. »,poésie,inspiré de la poésie humaynî du yémen,mais en vers libres,tihāma,yémen,femme yéménite,évidence,la rose mauve,une hirondelle fait mon printemps,melin de saint-gelais,poésie renaissance,renaissance,joachim du bellay,danse avec moi cette nuit,ltc,la tour camoufle,jean dorval pour ltc,coupe du monde de football

JD : Le CPM consacrera-t-il un jour une galerie complète dédiée à des œuvres d’artistes lorrains contemporains ?

CG : Cette idée ne correspond pas du tout au projet culturel du Centre Pompidou-Metz. En revanche, il a toujours été acquis que soient associés régulièrement des artistes lorrains aux différentes expositions temporaires à caractère international produites par le Centre Pompidou-Metz.

JD : Merci Claire pour cet intéressant interview.

CG : De rien Jean.

© Jean Dorval, le 24.02.2014, pour LTC Arts.

© Crédit photos : photographe : Jean DORVAL pour LTC Arts 2014 ; droits pour les photos d’œuvres d’art : les Centres Pompidou-Metz et Paris - ADAGP Paris 2014 ; reproduction partielle de quelques parties du bâtiment du Centre Pompidou-Metz faite avec l’aimable autorisation de Shigeru Ban Architects et Jean de Gastines Architectes.

21/07/2012

"METZ NUIT." BY JD.

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Ciel rose et bleu du côté de la Grande Poste...

 

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Le plan d'eau : reflet dans le miroir...

 

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Metz by night et son plan d'eau, ou... plage exotique ?

 

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Tableau impressionniste de William Turner ?

 

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Un autre Turner ?

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Metz entre deux eaux...

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

La Cathédrale Saint-Etienne et le Palais de Justice en suspension...

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

La Cathédrale dans son écrin.

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

La Cathédrale et les Quais.

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Metz : Place d'Armes aux Palmiers.

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

La Mairie et ses Drapeaux Tricolores.

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Orientale Cathédrale...

 

jean prouvé,l'événement design & architecture,le grand nancy,et la ville de nancy,présentent,nancy,meurthe-et-moselle,du 30 juin au 28 octobre 2012,inédites,expositions,musée des beaux arts,musée de l'histoire du fer,musée lorrain,musée de l'école de nancy,galeries poirel,parcours urbains,dans le grand nancy,jean dorval pour ltc,jean dorval pour ltc arts,les dimanches de mai,en meuse,la meuse,meuse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,ue,union européenne,europe,au village,des vieux métiers,à azannes,azannes,les dimanches,de mai,la route de la laine,présidentielles 2012,sarkozy,hollande,1917,expo,exposition,appolinaire,arp,bonnard,brancusi,chagall,de chirico

Le Vaisseau Cathédrale

et Saint-Michel Archange en figure de proue.

jean dorval pour ltc arts,patrimoine,arts,art moderne,art contemporain,patrimoine ouvrier,photo,photographie,p'tit dej' ouvrier,centre pompidou-metz,metz,france,moselle,lorraine,jean dorval photographe lorrain,petit déjeuner lorrain

 

 

© Crédit Photos : Jean Dorval pour LTC ARTS, le 19.07.2012.

23/05/2012

BEATRICE GROSS, CHEF D’ORCHESTRE DU BALLET SOL LEWITT AU CPM (en mode Lucinda Childs), LE TEMPS D’UNE EXPO.

 jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

Le Centre Pompidou-Metz (CPM) rend hommage à l’artiste conceptuel américain Sol LeWitt (1928-2007), jusqu’en juillet 2013. Pour ce faire, il lui dédie, en Galerie 2, sur une superficie de 1.200m2, une rétrospective inédite de ses Wall Drawings (dessins muraux). D’une envergure sans précédent en Europe, ce parcours de la carrière du Maître va de ses premières à ses dernières réalisations. Les dessins sélectionnés reflètent à la fois l’extraordinaire cohérence de ses explorations systématiques (séries et combinaisons rigoureuses d’éléments géométriques) et l’étonnante diversité de sa pratique, aussi bien dans l’évolution des formes (de figures géométriques simples à ses « formes complexes » ou « continues ») que des matériaux utilisés (crayon à mine, pastel gras, lavis d’encre, peinture acrylique et graphite).

Béatrice Gross, Française de New York, a travaillé trois ans durant, sur ce défi (d'Art-)plastique, tant dans le choix des pièces exposées que dans la mise en œuvre de celles-ci. Cette commissaire âgée de 33 ans, qui a fait ses premières armes au MoMa de New York, a installé dans 16 hautes alvéoles aux murs parfaitement lisses, construites au centimètre près (en parfait accord avec la Fondation Sol LeWitt), cette exposition hors norme, à la Charte Graphique très stricte. Le parcours chronologique est pensé comme un ballet de Lucinda Childs : pas de gras, pas de bavardages, juste l'art à l'état pur ! 100% artiste !

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

 Béatrice Gross devant une des oeuvres de Sol LeWitt.

 

INTERVIEW DE BEATRICE GROSS BY JD.

JD : Bonjour Béatrice Gross, vous exercez le métier de critique d’art indépendante à New York. Vous êtes la Commissaire de l’exposition « Sol LeWitt, Dessins Muraux, De 1968 à 2007 » qui a lieu actuellement au Centre Pompidou-Metz, et ce, jusqu’au 29 juillet 2013, et qui consacre 33 « Wall Drawings » de l’artiste (parmi les 1.200 dessins qu’il a créé), soit la plus grande exposition d’œuvres jamais réalisé sur « LE » Grand Maître. En 2013, vous organiserez une autre exposition sur le thème de l’extraordinaire collection privée d’œuvre d’art de l’artiste. Quelles sont les œuvres qui ont votre préférence dans cette collection qui va d’Eva Hesse à Steve Reich, de Robert Mangold à Hanne Dardoven, de Robert Ryman à des centaines d’inconnus, et pourquoi ?

BG : Pardonnez-moi, mais je ne veux pas préférer d’œuvre en particulier. C’est une collection magnifique qui a quelque chose de très organique. Vous savez, c’est comme une chose vivante qui évolue avec le temps. L’artiste a collectionné dès le début toutes ses œuvres. Enfant, il collectionnait déjà les timbres… « LA » Collection était vraiment une autre de ces pratiques, à côté de la pratique artistique. En plus, cette collection s’est constituée à la faveur d’échanges et de dons plutôt que d’achats. Et même, si des achats ont pu avoir lieu plus tard dans sa constitution (il y a près de 4.000 œuvres), les échanges et les dons se faisaient entre amis, entre pairs, entre gens qui se respectaient, avec des personnes que Sol LeWitt respectait particulièrement. Ces œuvres sont fascinantes avec un cœur de collection d’art minimal et d’art conceptuel, mais avec aussi de l’art post-minimal, de la peinture aborigène d’Australie, des partitions musicales qui vont de Steeve Reich à Philip Glass. Et puis, il y a du mobilier de Gerrit Rietveld, des travaux de l’Arte Povera (qui est une « attitude » artistique, plutôt qu'un « mouvement » artistique, un concept que les artistes italiens de l'Arte Povera ont toujours rejeté depuis 1967). Il a aussi de très belles œuvres de Daniel Buren, etc. Donc, cette Collection Sol LeWitt comprend beaucoup de choses. C’est pourquoi, il ne faut pas instaurer de l’hiérarchie entre ces œuvres, toutes plus importantes les unes que les autres. Sol LeWitt s’intéressait à l’Art passionnément, et on va montrer ces œuvres avec passion aussi, encore une fois sans hiérarchie.

JD : Vous n’avez vraiment pas un « Petit Coup de Cœur » pour une de ces œuvres ?

BG : Ecoutez des coups de cœur, j’en ai plein, mais c’est à titre personnel. Je crois que ce n’est pas très important. Je crois qu’il y a beaucoup de très belles œuvres qui me touchent.

JD : Juste une petite œuvre pour me faire plaisir…

BG : Il y a notamment une des œuvres de Fred Sandback. Vous savez, ce sont ces œuvres situées dans l’espace, dessinées comme un espace négatif, représentées simplement par des petits fils. Il y aussi une œuvre de Donald Judd, un artiste plasticien et théoricien, et une magnifique série d’Eva Hesse, qui a joué un rôle central dans la transformation de la sculpture dans les années 1960. Il s’agit donc d’œuvres très précieuses, très belles et très fragiles. De même, on trouve des séries exceptionnelles d’Hanne Darboven qui a participé à de nombreuses expositions internationales. Son œuvre est proche de l'art conceptuel. Il est donc très difficile de faire un choix parmi tous ces chefs-d’œuvre.

JD : Exposerez-vous tous ces choix d’œuvres, dont vous venez de me parler, dans la future exposition sur la Collection LeWitt ?

BG : Naturellement !

JD : Donc ce sont de « vrais coups de cœur » ?

BG : Oui, ce sont des coups de cœur, fondés historiquement. Les raisons premières de ces choix sont que ces œuvres en tant que tel sont absolument magnifiques, en plus, elles étaient très importantes pour Sol LeWitt. En dernière instance, mon choix est motivé par ma préférence pour des œuvres que j’aime plus que d’autres.

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

Wall Drawing #1171 - Cinq degrés de crayonnages : un cube sans un cube ; un cube sans un coin. Graphite.


JD : Béatrice, Sol LeWitt a organisé l’échange d’œuvres d’art partout dans le Monde, soit avec des artistes reconnus, des étrangers, des amis, des fans, etc. Ce projet faisait partie de sa pratique conceptuelle dans un exercice qui a cassé le modèle traditionnel de l’échange de biens artistiques établi par le marché de l’art et les grandes maisons internationales d’enchères. Que pensez-vous de ce « troque conceptuel » ? Pensez-vous que le Musée d’Art Moderne de Paris pourrait faire de même avec d’autres musées afin de varier l’offre des œuvres exposées au Centre Pompidou-Paris ou Metz ?

BG : Je ne peux absolument pas me prononcer pour le Musée d’Art Moderne de Paris, ni pour le Centre Pompidou-Paris ou Metz. Par contre, je peux vous parler de Sol LeWitt, un peu plus, si vous le souhaitez…

Cette pratique de la collection, je crois que chez lui, c’est une chose intuitive. Comme je vous le disais, Sol LeWitt était un collectionneur né. Il a commencé par les timbres, et puis il a continué très vite avec des œuvres, car c’est un passionné d’art, car c’était un artiste aussi, bien sûr ; mais surtout, parce que c’était un artiste passionné par l’art des autres, qui était extrêmement curieux, extrêmement généreux. Quant à savoir si c’est « une grande déclaration » sur le Marché de l’Art, c’est possible. Sol LeWitt, même si on ne s’en rend pas compte au premier abord en regardant ses œuvres, était quelqu’un qui avait des positions très marquées (même politiquement), à l’image de sa fameuse idée selon laquelle les artistes conceptuels sont d’avantage mystiques que rationalistes.

Sol LeWitt est très radical. Il avait été d’ailleurs un des tous premiers dans les années 60 à proposer de se détacher du Système des galeries commerciales, et de fonder une galerie dirigée par des artistes qui pourraient ainsi gérer leur propre carrière. Mais, comme vous le savez, cela ne s’est pas vraiment fait. Aussi, Sol LeWitt a travaillé avec beaucoup de loyauté avec un très grand nombre de galeristes, comme Samuel Lallouz. Ce rapport au marché de l’art, je crois qu’il l’a vécu avec beaucoup de simplicité, mais aussi avec beaucoup de réalisme. Il a travaillé avec des galeristes formidables, qui ont fait des travaux et un travail de soutien vraiment admirable. Mais, Sol LeWitt n'a jamais voulu travailler en exclusivité pour quelqu'un. C’est pour cela qu’il a multiplié ses interlocuteurs à travers le monde pour s'occuper de son travail. Cela ne l'a pas empêché de leur accorder à tous une loyauté sans faille et durable.

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

Wall Drawing #340A - Dessin en six parties. Le mur est divisé horizontalement et verticalement en six carrés égaux, bordés et séparés par des bandes blanches de 6 pouces (15 cm). A l'intérieur de chaque carré, une figure géométrique à l'extérieur de laquelle se trouvent des lignes parallèles noires horizontales, et à l'intérieur de laquelle se trouvent des lignes parallèles noires verticales. Toutes les lignes sont distantes de 1 pouce (2,5 cm). Les lignes horizontales ne pénètrent pas dans les figures - Pastel noir.


JD : Vous habitez à New-York et Sol LeWitt a démarré à New-York… Cela suscite quoi chez vous ?

BG : Comme beaucoup d’autres artistes Sol LeWitt est né à Hartford, pour être exact, dans le Connecticut. Il est vrai, qu’il a passé une grande partie de sa vie et de sa carrière à New-York…

JD : Au Musée d’Art Modern de New-York notamment…

BG : Effectivement, mais assez brièvement, pour que très rapidement il puisse vivre de son Art. Il a habité aussi en Italie dans les années 80. C’est quelqu’un qui a beaucoup voyagé. Il montrait énormément ses oeuvres, dix à douze expositions par an, depuis les années 70. Vous imaginez le travail colossal, à la fois en terme de création, et en terme d’exposition à montrer et à organiser, notamment à New-York, où je vis, une ville fantastique et très avant-gardiste.

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

Béatrice Gross.


JD : Merci Béatrice pour cet interview, bonne journée.

BG : Je vous remercie Jean.

© Propos recueillis, le 07 mars 2012, par Jean Dorval, pour LTC Arts, au Centre Pompidou-Metz.

 

logo ltc arts.jpg           jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,commissaire de l'exposition

 

INFO PLUS SUR L’EXPO :

http://www.centrepompidou-metz.fr/node/13802 

© Crédit photos : Jean Dorval pour LTC 2012, Jean Dorval pour LTC 2012/Shigeru Ban Architects et Jean de Gastines Architectes, pour les photos représentant le Centre Pompidou-Metz, et Jean Dorval pour LTC 2012/Adagp, Paris 2012.

15/03/2012

CECILE DEGOS MET EN SCENE SOL LEWITT AU... MILLIMETRE PRES AU CPM !

 

http://latourcamoufle.hautetfort.com/media/00/01/2573381684.jpg 

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

© Cécile Degos by JD 2012.

 

JD : Bonjour Cécile Degos, vous êtes Scénographe de l’exposition « Sol LeWitt, Dessins Muraux, de 1968 à 2007 », qui se déroule au Centre Pompidou-Metz (CPM), du 07 mars 2012 au 29 juillet 2013. En quoi consiste votre métier ?

CD : Etre scénographe dans une exposition temporaire ou dans un musée permanent cela consiste à mettre en scène une exposition, d’en trouver le parcours le plus confortable possible pour le visiteur. Pour l’exposition Sol LeWitt, la conception de la scénographie est très différente de celle mise en place dans un musée classique. Elle doit respecter les préconisations de chaque dessin.

JD : Vous participez souvent à des expositions connues comme celles du Centre Pompidou-Metz ? Travaillez-vous avec d’autres musées ?

CD : Oui. En 2010, j’ai signé la scénographie de l’exposition Jean-Michel Basquiat au Musée d’Art Moderne (MAM) de Paris (pour en voir les photos aller sur le lien suivant : http://www.fedephoto.com/fotoweb/), jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographemais aussi celle des expositions suivantes : « Van Dongen » au Musée d’Art Moderne de Paris en 2011 et « Antiquité rêvée » au Musée du Louvre de Paris en 2010. Je travaille aussi pour les décors d’opéras et de théâtres, notamment, l’Opéra de Lyon pour l’opérette « La Veuve joyeuse » de Franz Lehár (en 2006), le Théâtre de la Ville à Paris avec la pièce de théâtre de Jon Fosse « Rêve d’Automne » (en 2010), et le Théâtre du Châtelet, toujours à Paris, pour l’opéra-ballet « Magdalena » d’Hector Villa-Lobos (en 2010). Actuellement, je prépare l’exposition « L’Art en Guerre, France 1938-1947, de Picasso à Dubuffet » qui débute le 12 octobre prochain à Paris.

JD : Avez-vous aussi travaillé au niveau international ?

CD : Oui. J’ai déjà travaillé à New-York avec le Musée Guggenheim et avec l’Opéra de Los Angeles dans le cadre de l’opéra « The Fly » d’Howard Shore (en 2007), avec une mise en scène de David Cronenberg.

JD : Donc, si je vous suis bien, en tant que Française, vous vous exportez bien, grâce à votre profession…

CD : Je dirais plutôt que c’est du ponctuel.

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

© Ci-dessus détails de "Wall Drawings" (emplacements de portes et vue en coupe de cimaises) by JD 2012.

 

JD : Comment avez-vous fait pour organiser la scénographie de l’exposition « Sol LeWitt, Dessins Muraux, de 1968 à 2007 » ? Quelle est la logique de votre démarche ?

CD : Pour organiser la scénographie de cette rétrospective sur Sol LeWitt, j’avais « trois règles du jeu » à respecter. La première était relative à chaque dessin, avec des spécifications particulières pour chaque réalisation. La deuxième traitait des nombreuses normes de sécurité à respecter au CPM. La troisième et dernière règle venait des instructions de la Commissaire de l’exposition, Béatrice Gross, à propos du déroulé très précis à mettre en place et de l’ordre très précis à suivre au niveau des réunions. Donc, il fallait « jouer » avec ces trois principes et essayer de trouver la scénographie la plus adaptée au travail de Sol LeWitt.

Jusqu’à aujourd’hui, c’est Sol LeWitt qui signait ses scénographies. Depuis sa mort c’est la première exposition.

 

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

© Béatrice Gross by JD 2012.

 

JD : Avez-vous aidé Béatrice Gross dans le choix des œuvres exposées de LeWitt Salomon, dit « Sol LeWitt » - un artiste originaire du Connecticut aux States - et dans le choix de leur emplacement ?

CD : Béatrice Gross s’est occupée du choix des œuvres. Quant à l’ordre de ces mêmes œuvres, Béatrice Gross l’a fait en collaboration avec la Fondation Sol LeWitt. En ce qui me concerne, j’ai respecté scrupuleusement le déroulé que l’on m’a confié. La longueur de chaque « Wall Drawing » devait être définie en fonction de sa hauteur. Je n’avais pas le droit à deux centimètres de blanc ou de marge, par exemple, autour des « Wall Drawings ». Tous les murs étant des œuvres à proprement parler, il a donc fallu tout faire avec une extrême précision. J’avais aussi dans le cadre des normes de sécurité demandées par le Centre Pompidou-Metz, à prendre en compte tous les passages et les emplacements des portes. Ils ont été calculés pour chaque « Wall Drawing ». Ils ne sont pas déterminés de manière anodine et ne doivent pas être placés n’importe où dans le dessin. C’était un vrai casse-tête chinois et un très bon exercice de mathématiques !

JD : Ce casse-tête chinois et cet exercice de mathématiques ont duré combien de temps ?

CD : J’ai remporté un concours dans le cadre d’un marché public et j’ai travaillé sur ce projet pendant presque un an. Tous mes calculs ont dû être validés par un assistant de la Fondation Sol LeWitt, Anthony Sansotta, par la Fondation Sol LeWitt, ainsi que par Laurent Le Bon, le Directeur du Centre Pompidou-Metz, et Béatrice Gross, la Commissaire de l’exposition.

JD : Vous aviez donc un cahier des charges très draconien. Je suppose que vous avez dû passer quelques nuits blanches…

CD : Effectivement, j’ai eu de bonnes nuits blanches et aussi de bons maux de ventre. Car, lorsque l’on fait réaliser une scénographie, on ne fait pas appel à des artistes peintres, mais à une entreprise. J’ai travaillé avec une excellente société, mais chaque mur a demandé une préparation particulière. J’ai eu en tout cinq préparations différentes de peinture à appliquer avant la réalisation de chaque œuvre (tracé et dessin). Il y a même des variantes avec des murs qui sont plus au moins granuleux, d’autres plus spaltés (une technique d’application avec un pinceau « spalter »). De plus, il ne fallait pas que l’entreprise se trompe au centimètre près pour positionner une cimaise (un mur). Pour chaque emplacement tout s’est fait au millimètre près, car chaque cimaise devient une œuvre d’art à part entière.

 

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

© John Hogan et Cécile Degos by JD 2012.

 

JD : Si je vous comprends bien, vous avez bossé en collaboration étroite avec l’équipe de 100 artistes qui a donné vie à cette expo, et au moment où elle réalisait chacune des œuvres, vous avez vérifié chaque coup de crayon, de pinceau, etc. ?

CD : C’est plutôt John Hogan - un des plus anciens collaborateurs de LeWitt – qui s’est occupé de cette partie là. Il a créé un mélange de hiérarchie et de compétence avec des jeunes artistes du cru en les laissant absolument libres lors de la réalisation des dessins. D’une conception révolutionnaire, les œuvres surprennent par leur démesure et ont toutes été élaborées « In Situ » par des étudiants, issus des Écoles d’art de Metz et d’Épinal (Esal), de Nancy, de Reims, et de l’École d’architecture de Nancy. Il a encadré, treize jeunes artistes diplômés et sept assistants professionnels de la Fondation LeWitt. L’exposition a nécessité deux mois de travail et occupé une centaine de personnes présentes six jours par semaine dans la Galerie 2. L’originalité de cette exposition repose sur les méthodes de travail utilisées, retraçant la vie et l’œuvre de l’artiste, les 65 étudiants participants au projet ont utilisé le crayon à mine, les pastels gras, l’encre de chine, les peintures acryliques et le graphite, selon, bien sûr, les instructions laissées par le Maître, et directement appliquées sur les murs. Et si John avait la moindre question, il m’appelait. J’étais à sa disposition en cas de besoin. J’ai terminé l’agencement de mon chantier, avec les murs vides prêts à l’emploi, au mois de décembre 2011. Les artistes sont arrivés au mois de janvier 2012. On a fait les présentations pendant une semaine et après John a pris le relais. On s’est donc tous passé le témoin jusqu’au dernier coup de pinceau, jusqu’à l’application du vernis.

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

© Source photo : SOL LEWITT, Wall Drawing #879, "Loopy Doopy (courbes folles), black and white", Septembre 1998, by JD pour LTC Arts.

jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière,cécile degos,scénographe

 Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

JD : Ce travail s’est passé uniquement dans la Galerie 2 ou bien d’autres locaux ont-ils été utilisés dans ou hors du CPM ?

CD : J’ai personnellement travaillé dans mon atelier pour réaliser une maquette, des visuels, etc. Le projet a été validé par le Centre Pompidou-Metz. La chose était d’ailleurs assez compliquée à appréhender. Mes photos de maquette ont été parallèlement envoyées à The LeWitt Estate (La Fondation Sol LeWitt). Et après, a démarré le travail de construction en Galerie 2. Tout ce travail, en amont dans mon atelier, reste vraiment un travail de conception, aussi bien par maquette que par plan.

JD : Donc, vu le travail effectué « In Situ », on peut dire que la Galerie 2 est devenue un véritable atelier-expo.

CD : De toutes les manières, toutes les réalisations de « Wall Drawings » de Sol LeWitt se font ainsi. Il y a un Chief-Assistant qui explique à des étudiants comment réaliser tous les « Wall Drawings ».

JD : On retrouve un peu du mythe de l’atelier du XIXe Siècle dans lequel on présentait une œuvre produite sur place…

CD : Oui, c’est une production faite sur place, mais on n’est plus au XIXe Siècle.

JD : En tous cas, dans la manière de procéder, il y a des similitudes.

CD : Le « making of » montrera bien tout ce travail de réalisation « In Situ ». Les murs étaient tous préparés d’une manière spécifique. Je n’avais droit à aucune marge d’erreur dans la représentation, dans les proportions des œuvres. Dans certains dessins, si j’avais cinq centimètres de plus, je n’étais plus dans le calibre originel du dessin, prévu en amont. Sachant que tous les dessins ont été préparés avec Anthony Sansotta, sur des élévations que j’ai dessinées suite à ses propres validations, c’était un système d’échanges énorme et constructif.

JD : Vu le stress que génère une telle entreprise, y-a-t’il eu des coups de gueule entre vous au moindre centimètre de dépassement ? Quelle technique de communication, quelle stratégie, avez-vous utilisé pour faire respecter l’intégralité de votre cahier des charges à la lettre ?

CD : J’ai vraiment mis tout le monde en garde en amont, et ce, sans énervement. En général, sur mes chantiers, il n’y a pas de coups de gueule, je n’aime pas cela. C’est réellement stressant, mais j’essaye de ne pas transmettre mon stress aux autres. Comme ceux qui montaient les murs, il fallait rester zen, se contrôler, tout en expliquant la marche à suivre. On a fait un grand repérage ensemble et après j’ai laissé les ouvriers seuls. Je venais cependant chaque semaine - je travaille et j’habite à Paris - pour vérifier que tout allait bien. En plus, dès que le besoin se faisait ressentir, je venais de suite. Résultat, la partie peinture sur mur est une réussite autant que la construction des murs.

JD : Vous collez parfaitement aux prescriptions de l’Atelier LeWitt, c’est-à-dire, le contrôle de soi et l’adaptabilité « au centimètre près »…

CD : Oui, effectivement, je me reconnais parfaitement dans l’Atelier LeWitt. C’est vrai qu’en scénographie, on est un peu matheux. Personnellement, j’aime bien les mathématiques et dans cet exercice, là, c’était plus que nécessaire. Je remercie d’ailleurs Laurent Le Bon et Béatrice Gross de m’avoir fait confiance pour la réalisation de cette exposition.

JD : Merci Cécile pour cet interview précis au centimètre près…

CD : Merci Jean.

© Propos recueillis par Jean Dorval, le 7 mars 2012, pour LTC ARTS.

 

jean dorval pour ltc arts       jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière

 

 

 

INFOS PLUS sur Cécile Degos :

http://www.ceciledegos.com/

 

 

© Toutes les photos faites au Centre Pompidou-Metz sont soumises au copyright : Shigeru Ban Architects et Jean de Gastines.

08/03/2012

HELENE GUENIN EN SOL (LEWITT) MAJEUR.

jean dorval pour ltc arts

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Anne Guenin by JD 2012 pour LTC Arts. 

 

JD : Bonjour Hélène GUENIN, on ne vous présente plus. Vous êtes, pour notre plus grand bonheur, la Responsable du Pôle Programmation du Centre Pompidou-Metz (CPM). Le CPM inaugure aujourd’hui sa nouvelle exposition « Sol LeWitt, Dessins Muraux, de 1968 à 2007 » dans sa Galerie 2. Cette manifestation se déroule du 07 mars 2012 au 29 juillet 2013.

HG : Bonjour Jean. Bonjour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : WIKIPEDIA (portrait de Vasarely). 

JD : Pourquoi avoir choisi de présenter cette rétrospective, sans précédent en Europe, de l’artiste minimaliste et conceptuel américain Sol LeWitt ? Quelles sont les qualités de cet artiste ayant motivé une telle exposition ? Pourquoi ne pas avoir choisi plutôt Vasarely et ses Arts Visuels, un artiste qui est dans la même veine que Sol LeWitt, jean dorval pour ltc artset qui n’a déjà pas été cité dans l'exposition « Erre Variations Labyrinthiques », dans sa partie dédiée à l’Art Cinétique et à l’Art Programmé ?

HG : Il y a plusieurs questions dans votre question. La première : la monographie. Il est vrai que l’on essaye d’exprimer depuis la création du Centre Pompidou-Metz, avec Laurent Le Bon qui en est le Directeur, que l’on est toujours dans la perspective, lorsque l’on montre des monographies, de présenter des artistes qui n’ont jamais été exposés à une telle échelle en Europe. Donc, on a tenté d’être dans l’exceptionnel et de réunir des corpus d’œuvres que l’on n’a pas eu l’occasion de voir dans d’autres lieux que le Centre Pompidou-Metz. Alors, pourquoi Sol LeWitt ? Parce qu’il s’agit d’un artiste majeur du XXe Siècle. Parce que c’est aussi une des grandes figures de l’Art Conceptuel, un courant artistique qui reste un peu moins montrer que les autres mouvements en Europe. Il y a un réel regain d’intérêt, manifesté par de jeunes artistes et commissaires d’expositions, pour cette période conceptuelle, la France et l’Europe n’ayant pas nécessairement mis le focus sur cette génération. Ainsi, Sol LeWitt, parmi ces artistes conceptuels, a eu une démarche extrêmement importante. Il est le premier à passer directement de l’échelle du dessin à l’échelle de l’architecture, en laissant de côté le papier, la toile, etc. en décidant de confronter directement son art à l’architecture, directement sur le mur, avec cette idée aussi que du coup l’œuvre disparaît après l’exposition. Cette dimension éphémère est aussi très importante. Et puis, l’autre aspect qui nous semble passionnant dans cet artiste est : comment partir d’un système contraint et défini, d’un travail basé sur la sérialité, la modularité, à partir d’un vocabulaire de formes géométriques simples ? Donc, comment avec ce système à priori fini, il a réussi pendant 40 ans à se renouveler en permanence pour réinventer son propos et proposer une autre dimension autour du dessin ? Tous ces aspects nous ont interpellés, et puis, on n’a jamais eu en Europe l’occasion de voir un tel déploiement d’une trentaine de dessins muraux de cet artiste. Cela nous semble important de faire cette connexion maintenant avec Sol LeWitt. jean dorval pour ltc artsEt en plus, on a un partenariat avec le M Muséum de Louvain(1) qui va montrer en parallèle de notre exposition, à partir de juin prochain, une exposition d’une vingtaine de dessins muraux en couleurs de Sol LeWitt, intitulée « Colors »(2). jean dorval pour ltc artsDonc à deux heures d’intervalle de voiture, on va avoir la possibilité de voir un ensemble de cinquante dessins muraux, ce qui reste exceptionnel. De même, en faisant le tour de l’espace dédié à cette exposition dans la Galerie 2, je pense que vous vous êtes sans doute rendu compte que l’on a un rapport à la fois physique, vibrant, méditatif, au dessin. Evidemment, on peut faire le tour de l’expo en 5 minutes, mais on peut aussi y passer des heures (…)

JD : Oui, c’est clair.

HG : (…) tellement le dessin se situe dans l’ultra précision, la finesse et la méticulosité. On ressent aussi une fascination face au système hiérarchisé mis en place et à la manière dont les choses se répètent, se combinent ensemble. On peut presque vérifier si le protocole concorde parfaitement avec la manière dont le dessin est réalisé, comment les choses se sont faites dans un espace donné. Il est totalement fascinant d’entrer dans cet univers unique.

 

jean dorval pour ltc arts

Afin d'améliorer la lecture de l'image ci-dessus,

cliquer gauche dessus et l'agrandir.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : détail du "Wall Drawing #2", by JD 2012 pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : détail du protocole du "Wall Drawing #2",

by JD 2012 pour LTC Arts (la lecture de l'image est rendue difficile par l'écriture faite à la mine de plomb sur fond blanc).

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : http://thanksforsupportingus.tumblr.com (portrait de Sol LeWitt)

JD : Des œuvres « In Situ » et « éphémères »... Cela rappelle un peu une récente expo de Daniel Buren qui a eu lieu au Centre Pompidou-Metz…

HG : Effectivement, on retrouve des similitudes. D’ailleurs Sol LeWitt et Daniel Buren étaient très proches. Ils étaient même amis. Et tous deux ont échangé des œuvres, leurs propres œuvres, pour leurs collections respectives. Des œuvres « In Situ » et « éphémères », cela procède effectivement d’une génération s’intéressant à ces questions. Aussi, au même titre que le projet de Daniel Buren, « Echos travaux in situ » - qui s’est déroulé du 8 mai au 9 septembre 2011, Galerie 3, et démonté à la fin de l’exposition, car prévu uniquement pour cet espace spécifique - le projet de Sol LeWitt va disparaître aussi. Avec une différence notoire tout de même, chez Sol LeWitt, le principe fondamental de son œuvre consiste à décliner un protocole qui subsiste en tant qu’idée, en tant qu’objet, et qui ensuite se décline potentiellement à l’infini.

 

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : SOL LEWITT, Walls Drawings #295 (Octobre 1976) et #340A (Avril 1993), by JD pour LTC Arts.

 

JD : Avez-vous toujours cet objectif de « recyclage » des œuvres, comme vous l’avez fait avec certaines réalisations provenant de l’exposition « Chefs-d’œuvre ? » qui ont été réutilisées dans celle intitulée « Erre Variations Labyrinthiques » ?

HG : En fait, c’est plus que du « recyclage ». Il s’agit plutôt d’une continuité des projets. Ce sont même de petits clins d’œil. C’est aussi une forme d’écologie et d’économie de travail que l’on s’est fixée. C’est vrai qu’entre « Chefs-d’œuvre ? » et « Erre », on retrouvait une scénographie partiellement réutilisée, mais aussi des rappels dans la manière de faire des filiations historiques, dans le fait de remettre tel ou tel artiste qui était déjà présent dans « Chefs-d’œuvre ? ». Cependant le contexte était très différent. Dans cette même veine, de « développement durable » des projets, on a eu aussi avecjean dorval pour ltc arts Daniel Buren et son installation « Échos, travaux in situ » le réemploi des miroirs sur le toit de la Galerie 1. Donc, c’est vrai que l’on essaye d’avoir une continuité et une cohérence entre nos différentes expositions (…)

JD : Un fil conducteur…

HG : (…) effectivement un fil conducteur… Et même, si à priori il n’y a pas de connexion entre « Erre » et Sol LeWitt. Je crois que cette exploration sur la question de la ligne et de son cheminement constitue une autre forme de « fil conducteur… » - que l’on retrouve aussi, ici - s’exprimant au travers des œuvres exposées de Sol LeWitt d’une manière sérielle et conceptuelle, marquant ainsi une certaine continuité dans notre action.

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Julio Le parc, "Continuel-lumière avec formes en contorsion", 1966, Collection de l'artiste, exposition "Erre, Variations Labyrinthiques", by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Julio Le parc, "Projection pour cellule avec lumière en vibration", 1963, Collection de l'artiste, exposition "Erre, Variations Labyrinthiques", by JD pour LTC Arts.

 

JD : Pour rebondir sur la dernière partie de ma question… Quid de Vasarely ?

HG : Il y a un grand retour, aujourd’hui, à toute cette génération de Cinétiques et d’artistes qui ont travaillé sur LoBe Art ou sur les Arts Cinétiques dans les années 60/70. Il est donc vrai que dans « Erre », on avait choisi de mettre en exergue deux grandes figures des Cinétiques : Gianni Colombo et Julio Le Parc. On a eu d’ailleurs la chance de pouvoir travailler avec Julio Le Parc qui est un artiste encore vivant, faisant un travail exceptionnel sur la lumière, trop peu montré, et que l’on a voulu remettre en parallèle dans cette exposition avec des artistes de la même génération dit Conceptuels. Deux courants qu’à priori on avait complètement opposés parce que les moyens d’expression sont un petit peu différents. Donc, on a vraiment souhaité mettre le focus sur ces deux artistes, mais ce n’était pas une exposition d’Art Cinétique. Il s’agissait à l’intérieur de cette question sur la perte, de ramener la question à la perte optique. On a aussi remis en perspective les Cinétiques. Je crois que de grandes monographies sur les Cinétiques sont en train d’être préparées un peu partout en France, ainsi que de grandes expositions thématiques. Il est vrai que l’on n'a pas pris ce chemin là. On s'est intéressé d’avantage à faire un travail presque d’auteur ou d’historien de l’art, et de remettre en perspective les Cinétiques par rapport à d’autres courants, et surtout, par rapport à d’autres questions de perception, de pratique de l’espace, etc. Donc, nous ne ferons pas de grande monographie autour de Vasarely.

JD : Pas pour l’instant en tout cas, mais peut-être plus tard… Question suivante… Vous présentez 33 « Wall Drawings » en déclinaison de noir, de blanc et de gris, du sculpteur Sol LeWitt, partant toujours d’une idée de base ou d’un concept, directement appliqués sur mur, en fonction de l’espace d’exposition, mais vous ne présentez aucun de ses nombreux dessins muraux aux couleurs vives qui sont créés sur le même principe, et aucune de ses « Structures » (terme que l’artiste utilisait pour parler de ses sculptures…), fondées sur un élément géométrique basique, comme le cube, établi en réseau. Pourquoi avoir opéré une sélection aussi sélective des œuvres de l’artiste qui ne représente pas toutes les facettes de sa création, de son œuvre ? Est-ce pour une question de manque de place (ton humoristique…) ou avez-vous plus simplement voulu faire passer un message particulier à votre public ?

HG : Ce sont effectivement des partis pris forts que l’on a décidé de prendre avec la Commissaire de l’exposition, Béatrice Gross, et avec Laurent Le Bon, Directeur du Centre Pompidou-Metz. Il y avait le souhait de focaliser sur une partie de la pratique de Sol LeWitt, les « Wall Drawings », en noir et blanc, qui représentent tout de même 40 ans de pratique de l’artiste. Sol LeWitt reste quelqu’un qui a beaucoup écrit sur son travail, d’un point de vue théorique, notamment, et qui a insisté sur cette importance du mot « Wall Drawing » et du dessin dans sa pratique. C’est vrai qu’il y a aussi toute la série des sculptures, des open cubes, etc. qu’il a développé pendant des années. Mais nous, on s’est concentré exclusivement sur cet aspect des « Wall Drawings », en noir et blanc, afin de montrer cette pratique du dessin contemporain et particulièrement du dessin conceptuel au travers du travail de Sol LeWitt. Je crois que dans cette exposition le noir et le blanc renforcent le travail de Sol LeWitt. On remarque ainsi clairement l’évolution de l'artiste, toute la dimension de son oeuvre. On prend toute la mesure de son propos à travers cet univers de noir et de blanc symbolisant parfaitement la manière dont Sol LeWitt a sur faire vivre son travail pendant 40 ans à partir d’un principe déterminé. D’ailleurs très rapidement, on a discuté avec le M Muséum de Louvain de la question d’un diptyque concernant les "Wall Drawings", avec une partie en noir et blanc située au Centre Pompidou-Metz et une autre en couleur au M Muséum.

 

 

jean dorval pour ltc arts© Source photo : Wall Drawing #353, "Contours de figures isométriques", pastel noir, Mai 1981, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #289, Juillet 1976, by JD pour LTC Arts.

 

JD : Vous travaillez donc en complémentarité...

HG : Exactement. Finalement, on peut se « contenter » de voir, soit l’exposition de Metz, soit celle de Louvain, mais la démarche prend tout son sens, et surtout une force incroyable, quand on voit (certes séparément) les deux volets de ce diptyque, d’un côté en « noir et blanc », et de l’autre « en couleur ». L’autre argument par rapport au choix du noir et blanc, ici, réside dans le fait que tous les dessins préparatoires ou les protocoles que Sol LeWitt réalisait en amont, tels des « matrices » de dessins ou des "partitions à peindre ou à crayonner", étaient toujours réalisés initialement en noir et blanc, avec des initiales qui cependant indiquaient les couleurs à éventuellement appliquer. Avec cette exposition, on remonte véritablement aux origines du travail de l’Artiste.

JD : On pense donc en noir et blanc, et après on met de la couleur si on le souhaite ?

HG : C’est cela même.

 

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #289, Juillet 1976, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts© Source photo : Wall Drawing #414, Drawing Series IV (A), au lavis d'encre de Chine (24 dessins, technique au chiffon), Mars 1984, by JD pour LTC Arts.

JD : Je ne vous apprends rien quand je vous dis que Sol LeWitt est né le 9 septembre 1928 et mort le 8 avril 2007. Qu’en 1960, il est recruté par le Muséum Of Modern Art (MoDA) de New-York, situé à Manhattan, où il démarre sa carrière, réalise ses premiers « Wall Drawings » et « Structures », travaille notamment avec Robert Ryman, Dan Flavin et Robert Mangold. Sa première rétrospective au MoDA concerne la période « 1978-1979 ». Aussi, pourquoi avoir choisi pour votre rétrospective la période de « 1968-2007 » ?

HG : Par ce que l’on voulait couvrir les 40 ans de carrière et de pratique des « Wall Drawings » de l’artiste. 1968, c’est l’année des premiers « Wall Drawings » et 2007 l’année de sa mort. On a donc montré l’évolution de la pratique de ce type de dessin sur toute cette période. Comme vous avez pu le constater en parcourant l’exposition, on n’a pas fait quelque chose de trop didactique. Malgré tout, on a pris la décision, avec Béatrice Gross, la Commissaire de l’exposition, de faire un choix d’œuvres qui révèle les principales phases de cette évolution du travail de Sol LeWitt. On décrit cette évolution initialement en présentant des figures géométriques simples, par l’apparition petit à petit de figures géométriques complexes, puis par l’arrivée de perspectives. Enfin, on voit à l’issue de ce parcours l’avènement d’une liberté que l’artiste s’accorde en faisant des boucles ou en pratiquant des « scribbles » (« gribouillages ») sur ses dessins, tels que l’on peut en voir juste derrière nous. On note aussi l’évolution des techniques. On passe de la mine de plomb au lavis, à l’encre, etc. C’est finalement, à travers 33 dessins, un aperçu des grandes étapes de l’œuvre de Sol LeWitt, parmi les 1.200 dessins qu’il a réalisé au cours de sa vie. Il fallait au travers de cette grande rétrospective vraiment donner la sensation d’un parcours sélectionné représentant toute l’ampleur du travail de Sol LeWitt.

 

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #260, Juin 1975, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #260 (protocole), Juin 1975, by JD pour LTC Arts.

JD : Vous faites plus fort que l’artiste qui fait sa première rétro perso en 1978… (rires…)

jean dorval pour ltc artsHG : En 1978, il n’était pas vraiment à sa première étape de parcours…

JD : Oui, juste à sa première rétrospective…

HG : Il est vrai qu’entre une exposition réalisée par l’artiste lui-même et celle qui est proposée par des commissaires, on est forcément dans une approche différente… Je crois qu’on ne peut pas opposer les projets. Ici, on a juste eu un parti pris, décidé, discuté, avec la Fondation Sol LeWitt, la famille de l’artiste, etc. Ses proches sont d’ailleurs très heureux de ce projet.

JD : Une fois de plus, vous avez travaillé en équipe à tous les niveaux. Chapeau !

HG : Oui, un tel projet n’arrive jamais suite à un travail solitaire, mais bien suite à un travail collectif. Et c’est particulièrement le cas, ici, puisqu’il y a eu cette articulation permanente entre la Commissaire, la famille de Sol LeWitt, la Collection LeWitt et la Fondation LeWitt. En plus, il y a eu un travail de résonnance avec les Ecoles d’Art et les Ecoles d’Architecture pour mettre en œuvre ce projet. Donc, c’est vrai, qu’il s’agit bien d’une grande aventure collective, peut-être plus visible à travers ce projet qu’à travers d’autres manifestations de ce type. Cette logique d’un atelier sur place renforce encore l’idée. En effet, le Centre Pompidou s’est transformé en atelier pendant deux mois avec une centaine de dessinateurs présents.

 

jean dorval pour ltc arts

jean dorval pour ltc arts

© Source photos : Wall Drawing #479, Mai 1986, by JD pour LTC Arts.

JD : Laurent Le Bon a fait une très courte apparition au début du vernissage presse, faisant juste une petite intro... Est-ce pour laisser la vedette à tout le monde dans l’équipe organisatrice de cet important évènement culturel et mettre ainsi en valeur ce très beau travail collectif très créatif ?

HG : C’est un peu, si je puis dire, la patte du Maître de Maison. Laurent Le Bon a toujours prôné cette dimension humaine et collective de l’Aventure du Centre Pompidou-Metz. C’est évidemment le Capitaine du navire, l’âme du projet. Mais, avant tout, c’est quelqu’un qui accorde énormément sa confiance à ses collaborateurs et qui donne ainsi la possibilité de développer des projets. C’est vrai que sur ce projet, plus particulièrement, il a eu envie de laisser la parole essentiellement à la Commissaire, Béatrice Gross, mais bien entendu, aussi, à toutes les personnes qui y ont participé.

 

jean dorval pour ltc arts© Source photo : Wall Drawing #462, Janvier 1986, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #542, Septembre 1987, by JD pour LTC Arts.

JD : Avez-vous hissé les couleurs de Sol LeWitt sur la flèche du Centre Pompidou-Metz, comme vous le faites pour chacun des artistes importants ou chacune des expos importantes que vous produisez ? (rires… allusion à un précédent interview…)

HG : Mais, le Centre Pompidou-Metz est en permanence aux couleurs de Sol LeWitt (ton humoristique). D’ailleurs, ce matin en arrivant au Centre, le bâtiment était totalement perdu dans la brume, nous n’avions que du blanc autour de la Galerie 2. Il n’y avait aucune possibilité d’être distrait par autre chose que par les « Wall Drawings... »

On a d'ores et déjà d’autres projets qui se déclinent par rapport à cette rétrospective "Sol LeWitt". Notamment des ateliers pour les adolescents avec des « Wall Drawings » de Sol LeWitt qui sont proposés à réaliser. Et puis, on a toute une programmation qui va se développer à partir de septembre, une série de projets autour de Sol LeWitt, en lien, entre autres, avec le milieu musical de son époque. On attend septembre parce que l’on va déployer auparavant la programmation du Printemps, essentiellement autour de « 1917 », une exposition beaucoup plus courte.

JD : En 2012, vous proposez une première exposition sur les « Wall Drawings » de Sol LeWitt. En 2013, vous en ferez une autre sur son extraordinaire collection privée d’œuvres d’art. Quelles sont les œuvres que vous préférées dans cette collection qui va de Eva Hesse à Steve Reich, de Robert Mangold à Hanne Dardoven, de Robert Ryman à des centaines d’inconnus, et pourquoi ?

HG : Je pense qu’il vaut mieux poser cette question à la Commissaire de l’exposition, Béatrice Gross, car c'est elle qui va faire le travail de recherche autour de cette collection.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #1142, Septembre 2004, et Wall Drawing #614, Juillet 1989, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : Wall Drawing #824, Avril 1997, et Wall Drawing #821, Avril 1997, by JD pour LTC Arts.

JD : D’accord Hélène. Une dernière question… Sol LeWitt a organisé l’échange d’œuvres d’art partout dans le Monde, soit avec des artistes reconnus, des étrangers, des amis, des fans, etc. Ce projet faisait partie de sa pratique conceptuelle dans un exercice qui a cassé le modèle traditionnel de l’échange de biens artistiques établit par le marché de l’art et les grandes maisons internationales d’enchères. Que pensez-vous de ce « troque conceptuel » ? Etes-vous prête à faire de même avec d’autres musées afin de varier l’offre des œuvres exposées au Centre Pompidou-Metz ?

jean dorval pour ltc artsHG : Alors, là aussi, je pense que c’est une question plutôt destinée à Béatrice Gross… Moi, tout ce que je peux vous dire, c’est que chez Sol LeWitt ces échanges ce sont faits à une échelle exceptionnelle liée à la nature de son travail. Pour chaque dessin, il s’entourait de nombreux artistes, dessinateurs, etc. Sa pratique de travail était collective dans la phase réalisation. Ceci explique cela ! C’était quelqu’un, selon ce que tout le monde en dit, d’extrêmement généreux. Donc, ces échanges se sont fait de manière très naturelle. Il faisait aussi des achats pour soutenir des artistes. Il a notamment acheté énormément de partitions musicales. Le bruit court qu’il aurait acquis pour les soutenir celles de Steve Reich, Philip Glass et Morton Feldman. On raconte même qu’un jour Morton Feldman, s’étonnant de ne plus avoir certaines de ses partitions en sa possession, s’est finalement rendu compte que c’était Sol LeWitt qui les lui avait achetées pour l’aider. Donc, il y a une très grande générosité dans ce personnage, et en même temps, une réelle acuité dans le choix judicieux opéré et constitutif de cette collection. L’importance de cette collection est donc due à l’histoire personnelle de Sol LeWitt. Plus généralement, l'échange d'oeuvres entre artistes reste une pratique courante. Ces échanges se font à titre amical le plus souvent. Par contre, d’Institution à Institution… Comme vous le savez, nous n’avons pas de collection, donc pas de monnaie d’échange. En revanche, au travers des expositions thématiques, on joue sur cet aspect là, réunissant des œuvres venues de différents univers. Pour « Erre », par exemple, on avait un nombre important d’œuvres de la collection du Centre Pompidou-Paris qui en comprend en tout 70.000, et on a dû solliciter des Institutions internationales pour avoir des prêts très précis pour étayer notre propos.

JD : Merci Hélène pour ce très intéressant interview. C’est toujours un réel plaisir de discuter avec vous.

GH : Merci à vous Jean.

 

© Propos recueillis par Jean Dorval pour LTC Arts, le 07 mars 2012.

jean dorval pour ltc arts       jean dorval pour ltc arts,ltc arts,sol lewitt,exposition,rétrospective,monographie,dessins muraux,wall drawing,de 1968 à 2007,les structures,buren,les sculptures,presse,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,europe,ue,union européenne,interview,hélène guenin,responsable,du pôle programmation,laurent le bon,directeur,béatrice gross,la commissaire,de l'exposition,expo,colors,noir et blanc,louvain,le m muséum,collaboration,vasarely,cinétiques,arts visuels,arts modernes,les conceptuels,lobe,julio le parc,gianni colombo,formes géométriques,la ligne,évolution,carrière

 

 

 

INFOS PLUS sur l’expo « Sol LeWitt, Dessins Muraux de 1968 à 2007 » :

http://www.centrepompidou-metz.fr/node/13802

 

Notes :

(1)  Infos plus sur le M Muséum de Louvain http://www.mleuven.be/fr/

(2)  Et pour tout savoir sur « Colors » http://www.mleuven.be/fr/calendrier/sol-lewitt.jsp

© Toutes les photos faites au Centre Pompidou-Metz sont soumises au copyright : Shigeru Ban Architects et Jean de Gastines.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : SOL LEWITT, Wall Drawing #879, "Loopy Doopy (courbes folles), black and white", Septembre 1998, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : SOL LEWITT, Wall Drawing #1171, "Cinq degrés de crayonnages : un cube sans un cube, un cube sans un coin", Août 2005, by JD pour LTC Arts.

 

jean dorval pour ltc arts

© Source photo : SOL LEWITT, détail du crayonnage du Wall Drawing #1244, "Scribble 3 (PW)", by JD pour LTC Arts.

11/02/2012

LTC LIVE VOUS PROPOSE DE PARTICIPER A UNE MAGNIFIQUE SOIREE DE SOUTIEN A « NOMADE IN METZ » !

 

nomade 1.JPGjean dorval pour ltc live

 

Le vendredi 17 février prochain aura lieu à l'Opéra-Théâtre de Metz-Métropole, à partir de 19h30, au profit de « NOMADE IN METZ », une magnifique soirée consacrée à la culture des Gens du Voyage.

 

Au programme :

-       dès 19h30, un cocktail de bienvenue, sur fond de musique d’ambiance manouche, dans le magnifique cadre de l’OT de Metz, où se déroule une exposition de costumes traditionnels tziganes d’Europe Centrale et des Balkans,

-       à 20h00 : concert de José RHEINHARDT (un guitariste et chanteur autodidacte, ayant parcouru le Monde entier, les grandes scènes internationales et les plateaux de télévision), et de TERNE ROMA (un groupe issu du Théâtre tzigane, professionnel Romathan (Slovaquie), une vraie histoire de famille avec Marcela, Miro, Jean-Sébastien et Rebecca, chanteurs, danseurs et comédiens).

 

nomade 2.JPG

 

Le festival « Nomade in Metz » a pour objet d'aider à faire mieux connaître la culture des Gens du Voyage, des artistes et des personnes issues du milieu du nomadisme de façon à les faire mieux tolérer, accepter et apprécier grâce à mise en valeur de leur culture festive et collective ancestrale. La présidente Daniela Ivanova et son équipe ont créé en 2010 ce festival original ayant remporté un énorme et renouvelé succès en 2011. A cause du manque de soutien d'une Collectivité, la poursuite de l'activité de l'association ne pourra se faire que si la mobilisation massive des membres, sympathisants, et amis permet de combler cette défection.

JD pour LTC LIve.

spectacles à metz,spectacles à nancy,jean dorval pour ltc live,ltc live : la voix du graoully,la scène ltc live,la communauté ltc live,njp,nancy jazz pulsations,2011,nancy,meurthe-et-moselle,njp 2011,ville de nancy,centre pompidou-metz,jazz,metz,moselle,lorraine,france

 

 

 

  

ltc live présente,ltc live : la voix du graoully,une magnifique,soirée de soutien,à nomade in metz,ot de metz,opéra-théâtre de metz-métropole,le vendredi 17 février,consacrée à la culture,des gens du voyage,connaître l'autre,pour mieux l'apprécier,cocktail,expo,costumes traditionnels,tziganes,d'europe centrale,et des balkans,josé rheinhardt,terne roma,théâtre tzigane,faire connaître la culture,nomadism,daniela ivanova,festival,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,eu,europe,union euroépenne,adhésion,soutien

 

INFOS PLUS :

Entrée 25€

(Billets en vente dès à présent à l'opéra-théâtre de Metz)

Action de soutien : un don de 300€ donne droit à quatre billets et à la déductibilité fiscale (66% soit 200€ de réduction d'impôt !)

(merci d’adresser votre don à « Nomade in Metz » : 26 Rue Saint-Marcel à 57000 METZ)

Nomade in Metz est soutenu par :

METZ METROPOLE / LA REGION LORRAINE / OPERA THEATRE DE METZ / CONSEIL GENERAL DE LA MOSELLE / LORWEB / EVENT COOK / EMMAUS PELTRE /LA BOITE A COPIES / TCRM / CENTRE MOSELLAN DES DROITS DE L'HOMME / LIGUE DES DROITS DE L'HOMME / RADIO FRANCE BLEU / FRANCE 3 / ET… LTC LIVE !

Adhésion 2012 à « Nomade in Metz » :

bulletin adhésion nomade in metz.pdf

A renvoyer à « Nomade in Metz »

Daniela IVANOVA, Présidente

26 rue Saint-Marcel - 57000 METZ

http://www.nomadeinmetz.org

 

nomade 3.JPG

 

jean dorval pour ltc live,ltc live : la voix du graoully,la scène ltc live,la communauté ltc live,résidence large,les trinitaires de metz,si t wooz t ltc live,metz en scène,les concerts des trinitaires,la carte copain,chiki liki tu-a,myster möbius,a.p.a.t.t,instantané fanny de chaillé,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,france,musique large,fulgeance,débruit live band,ben butler & mouse pad,musiques volantes,notice france,okay pulsation x puissance,arablondies,kon,ktm,warm up sonic visions,the yokel,natas loves you,jaakko & jay

16/05/2011

LAURENT « LE BON »… DANS TOUS LES SENS DU TERME !

 004.JPG

 

Laurent Le Bon est le Directeur du centre Pompidou-Metz, depuis quatre ans. Il a contribué, avec son équipe, à transformer l'image de la Ville de Metz. Il a accordé un interview à LTC ARTS. « Action !!! »

-          JD : Bonjour Monsieur LE BON.

-          LLB : « BonjOUUR ! » (avec la voix sympathique qui caractérise ce Grand Monsieur).

 

exposition daniel buren,echos travaux in situ,interview laurent le bon,directeur du centre pompidou-metz,cpm,exposition,expo,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,jean dorval pour ltc arts,créer un quartier latin à metz,art moderne,art contemporain,peinture,sculpture,artiste,artisan  

exposition daniel buren,echos travaux in situ,interview laurent le bon,directeur du centre pompidou-metz,cpm,exposition,expo,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,jean dorval pour ltc arts,créer un quartier latin à metz,art moderne,art contemporain,peinture,sculpture,artiste,artisan

-          JD : Dans le cadre de l’expo Daniel BUREN « Echos, Travail In Situ », n’auriez-vous pas vu plutôt à la place des caméras un miroir géant, comme celui que l’on trouve dans le cadre de l’exposition « Chefs-d’œuvre ? », afin de refléter la première partie de l'œuvre - les imbrications de cabanes - se faire l’écho de la véritable Galerie des Glaces se trouvant dans la deuxième partie de cette même expo ?

-          LLB : C’est amusant ce que vous dites parce que Daniel dans une autre œuvre a mis justement un miroir au dessus. Je crois qu’il a préféré, cette fois-ci, faire plus simple, plus discret. Je pense qu’il y a toujours une manière de voir les choses, mais surtout je crois que ce qui est « intriguant », c’est cette idée que l’on découvre dans  un deuxième temps : cette imbrication de figures géométriques. Je crois que c’est vraiment cela le sens de l’œuvre, après, effets ou pas, il faut évidemment prendre en compte le respect de la magnifique architecture des lieux. Et comme vous pouvez le constater, la Galerie3 a une hauteur qui ne permet pas de faire réfléchir un miroir.

   exposition daniel buren,echos travaux in situ,interview laurent le bon,directeur du centre pompidou-metz,cpm,exposition,expo,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,jean dorval pour ltc arts,créer un quartier latin à metz,art moderne,art contemporain,peinture,sculpture,artiste,artisan

 

-          JD : Est-ce que vous verriez d’un bon œil, un projet, fait conjointement entre le Centre Pompidou-Metz (CPM), les associations locales et la Ville de Metz, permettant la création d’un Quartier Latin dans la Capitale de la Lorraine ? Car l’espace situé entre le CPM et le Centre Ville Historique de Metz, et qui s’appelle le Quartier Outre-Seille, est un véritable trait d’union qui a un cachet médiéval (entre autres), malheureusement non mis en valeur. Est-ce qu’il serait intéressant pour vous de travailler sur ce projet afin de permettre l’installation d’artistes et d’artisans ?

 

exposition daniel buren,echos travaux in situ,interview laurent le bon,directeur du centre pompidou-metz,cpm,exposition,expo,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,jean dorval pour ltc arts,créer un quartier latin à metz,art moderne,art contemporain,peinture,sculpture,artiste,artisan

-          LLB : J’espère que c’est ainsi que l’on a pensé notre aventure depuis 5 ou 6 ans déjà. Maintenant, chronologiquement parlant, cela dépend si l’on se fixe aux balbutiements de cette aventure ou au tout début du chantier en lui-même… Nous sommes toujours dans une logique de coopération, de collaboration, de participation, etc. Vous vous souvenez certainement du titre « Constellation » de 2009 qui disait bien ce qu’il voulait dire… Et donc, en ce qui concerne les initiatives qui se lancent, on est au service de tous les intervenants afin d’étudier la possibilité de travailler ensemble. C’est le cœur même de notre esprit. Nous sommes  dans une mission de Service Public, et évidemment nous sommes à l'écoute, surtout quand on parle de « Quartier Latin ». Cela évoque nos amis de Paris…

exposition daniel buren,echos travaux in situ,interview laurent le bon,directeur du centre pompidou-metz,cpm,exposition,expo,centre pompidou-metz,metz,moselle,lorraine,jean dorval pour ltc arts,créer un quartier latin à metz,art moderne,art contemporain,peinture,sculpture,artiste,artisan

 

-          JD : Vous êtes toujours en « Echos » avec le Centre Pompidou-Paris ?

-          LLB : Bien sûr ! Car c’est dans la logique d’un monde universitaire qui parlerait à un monde de la culture. Cela me paraît tout à fait évident.

-          JD : Seriez-vous prêt à rééditer avec Daniel BUREN le coup des « Colonnes de Buren », dans un autre genre, bien sûr, à Metz, dans un endroit prestigieux comme la Cathédrale, la gare, etc. ?

-          LLB : Si votre question est : comment valoriser des artistes ? Effectivement, je vous répondrais qu’une ville a toujours intérêts à faire confiance aux grands artistes de son temps. L’œuvre de Daniel que vous évoquez, qui s’appelle en fait « Les Deux Plateaux », a révolutionné le regard. Aujourd’hui, personne ne voudrait la détruire, et ce, malgré la polémique du départ. Donc, je crois sincèrement que si les Elus locaux souhaitent faire confiance à des artistes dans ce cadre là, je serais personnellement à leurs côtés. Je crois que notre soutien est vraiment important dans ces moments là.

-          JD : Il y a une association sur Metz qui s’appelle « Chemin d’art et de Foi en Moselle », ils sont très friands de ce type d’œuvres. Vous pourriez travailler avec eux ?

-          LLB : Bien sûr !

-          JD : Merci M. LE BON.

-          LLB : Merci à vous aussi.

© Propos recueillis le 06 mai 2011 par Jean Dorval pour LTC ARTS.

 

logo ltc arts.jpg

 

Notes :

(1)   Le site de l’association « Chemin d’art et de Foi en Moselle » : http://cheminsdart.canalblog.com/archives/2011/03/index.h...l

 

Crédit photos : © Jean Dorval 2010/2011 pour LTC Arts.