Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2008

MESRINE : ROBIN DES BOIS MODERNE OU ENNEMI PUBLIC N° 1 ?

 

mesrine_2.jpg
Vincent Cassel, dans le rôle de Mesrine...

 

Actuellement, on trouve dans les salles obscures, le film « Mesrine : L’instinct de mort », Partie Une. Le deuxième volet de cette biographie, « Mesrine : L’ennemi public n° 1 », sortira le 19 novembre prochain… Produit par le jeune Thomas Langmann et réalisé par Jean-François Richet, sur un scénario d'Abdel Raouf Dafri, ce dyptique a été doté d'un budget de 45 millions d'euros. Cette toile, c’est du talent à l’état brut ! Du réalisme dans le cynique et de la soudaineté dans la violence ! Cette pellicule consacrée au célèbre gangster, nommé Mesrine, c’est de la dynamite ! Le fameux bandit y est interprété, par l’excellent Vincent Cassel, qui est aux côtés d’acteurs qui n’en sont pas à « leurs premières armes », comme Gérard Depardieu, Gilles Lellouche, Gérard Lanvin, Michel Duchaussoy, Samuel Le Bihan et Mathieu Almaric. Ludivine Saigner, Cécile de France et Florence Thomassin apportent, quant à elles, leur touche très féminine dans un monde de « Couillus ».

wallpaper a_10168_affiche_52_9 de Mesrine : L 

 

Quand on parle de Jacques Mesrine, on se rappelle du braqueur de banques, du kidnappeur et du roi de l'évasion. Il s’est notamment échappé des quartiers de haute sécurité nord-américains, et d'une cour de justice en France en prenant en otage le juge. « L'homme aux mille visages » était aussi un séducteur de jolies femmes, un amateur de très belles prostitués, un très bon papa (de trois enfants...), un joueur de poker invétéré, un grand buveur, un ami fidèle, un anarchiste au grand cœur, un Anti-Système, un provocateur, une personne incontrôlable, un revendicatif anti-QHS (car ils « brisent les hommes… »), un héros pour certains, un bandit international très recherché, mais aussi un homme violent avec sa première épouse, un ancien membre de l’OAS, qui a pratiqué la torture en Algérie, en tant que militaire, contre les terroristes du FLN… Il sema la terreur sur le territoire français vingt ans durant. Il a été abattu, le 02 novembre 1979, par la Brigade de Recherche et d'Intervention, des Commissaires Robert Broussard et Lucien Aimé-Blanc - soit le fameux « Anti-Gang » - à Paris, Porte de Clignancourt. Alors, Mesrine, ange ou démon ? A vous de vous faire votre propre jugement, en allant voir les deux opus dédiés à ce voleur/tueur décidément pas comme les autres…

 

© Jean dorval, le 02 novembre 2008, pour LTC.

INFOS PLUS : http://www.mesrine-lefilm.com/

 

A écouter, le groupe Trust avec « Mesrine » sur YouTube :

http://fr.youtube.com/watch?v=5ok4cA4eRu8

01/11/2008

A VOIR « QUANTUM OF SOLACE », LE DERNIER BOND !

 

quantum-of-solace è.jpg

 

Aujourd’hui, je suis allé voir pour vous le dernier Bond, « Quatum of Solace », qui finalement sortait le 31 octobre… (2008, bien sûr !). Et pour ne rien vous cacher, j’ai apprécié ce nouvel opus de la célèbre série. Tout d’abord, car je suis un fou furieux de ce vieux Bond, mais en plus, il le vaut bien ! En effet, il y a de quoi rêver pour le petit bobo matérialiste ordinaire que je suis : des jolies femmes, de belles bagnoles, de l’action, des effets spéciaux, des gadgets à couper le souffle, des paysages magnifiques, une musique à fond dans le rythme, du suspens, etc. Et si je suis loin de ressembler totalement à mon héros, il y a cependant toujours un peu de « Boris 000 » en moi, un côté citadin-rebelle qui rêve d’aventure pour tenter de s'évader de son univers aseptisé ; ce qui me donne l’impression, comme de nombreuses personnes, d’être proche de ce personnage mythique, tout en étant très éloigné… Le film commence par une vue plongeante, à toute vitesse, sur la mer ; puis dans la foulée on tombe, nez à nez, avec une course poursuite, dans laquelle s’enchaîne les cascades délirantes, et où Bond nous donne une sublime leçon de conduite en situation très périlleuse. Dommage que d’aussi belles voitures soient abîmées pour la bonne cause cinématographique… L’histoire de ce dernier « 007 » (à ne pas confondre, donc, comme déjà précisé, avec « Boris 000 »…) relate la vengeance de Bond, qui est prêt à tout pour démasquer ceux qui ont forcé son ex-compagne décédée, Vesper Lynd (une délicieuse brunette), à le trahir… James qui ne rechigne pas sur les heures sups (et qui grâce à cela augmente continuellement son pouvoir d’achat… euh pardon, de séduction !) va croiser sur son chemin deux autres charmantes petites brunes, dont exprès, je ne vous donne ni les noms, ni les mensurations, afin d’éviter les querelles dans les couples… Sachez enfin, que le scénario tourne autour des magouilles d’une organisation secrète qui semble contrôler tous les rouages du Pouvoir dans le monde et notamment en Amérique du Sud ; au point de faire chuter à sa guise les gouvernements et de profiter abusivement des ressources des pays concernés. Il paraît, même, que le prix de l’eau risque de fortement augmenter en Bolivie… De la fiction à la réalité, il y a quelques fois qu’un pas… Ce Bond là, comme toutes les autres, est du pur concentré d’action. Mais, je vous quitte car, là, je dois sauter en parachute sur La Paz, pour une mission avec James… « My name is Jean, Jean Dorval ! »

© Jean Dorval, le 31 octobre 2008, pour LTC.

 

INFOS PLUS : http://www.quantumofsolace-lefilm.fr/

29/10/2008

FILMS A VOIR OU A NE PAS VOIR…

cliente.jpg

UNE HISTOIRE D’ARGENT, PUIS DE CŒUR…

Le film « Cliente » est une comédie dramatique française de Josyane Balasko (durée 01h45), avec Nathalie Baye, Josiane Balasko, Isabelle Carré et Eric Caravaca. Ce film relate la vie de Judith, une cinquantenaire encore très bien conservée, puisque interprétée par la fantastique et séduisante Nathalie Baye. Cette charmante femme qui dirige une émission de téléachat est divorcée et célibataire. Sa sœur Irène (Josyane Balasko) est la seule à savoir qu’elle s’offre régulièrement les services sexuels de jeunes gens, payés pour le faire… Mais, voilà ce qui devait arriver, arriva, elle rencontre Patrick (Eric Caravaca), un escort pas comme les autres, dont la sensibilité ne la laissera pas de glace. Le seul problème est qu’il est marié… Sa femme qui le croit ouvrier gagnant bien sa vie, va ignorer son activité très lucrative, officieuse, jusqu’à un étrange coup de téléphone… Qui de « l’Officiel » ou de « la Cliente » va l’emporter sur le cœur du bel âtre ? Je vous laisse le découvrir en allant voir ce très beau film.

coluche120_full.jpg

UN BIOPIC SUR COLUCHE… LE TEMPS DE LA PRESIDENTIELLE DE 1981

Le long métrage intitulé « Coluche, l’histoire d’un mec » est une comédie dramatique française d’Antoine de Caunes, d’une durée de 01h43, avec F.-X. Demaison et L. Drucker. Il s’agit, ni plus ni moins, d’une focalisation sur la campagne pour la Présidentielle de 1981, dans laquelle s’était engagé le célèbre humoriste (interprété par F.-X. Demaison). On y voit les hauts et les bas d’un anarchiste au grand cœur qui décide de mettre les pieds dans le plat puant de la politique Française. Il sera soutenu, puis trahi, des proches à lui vont même y laisser leur peau… Cette toile est à voir, juste pour terminer de se dégoûter de la politique…

UN FILM A NE PAS VOIR…

Je ne vous conseille pas de perdre 01h48 de votre vie en allant voir « Tonnerre sous les tropiques », un film amerloque de choc, réalisé par Ben Stiller (un acteur que, par contre, j’adore dans « Mon beau-père et moi ») qui cumule le double handicap de la lourdeur et de la niaiserie des films « d’humour », made in « Les Gendarmes du Monde », toujours en mal de guérison de leur défaite historique contre les vietnamiens.

JD, pour LTC.

INFO PLUS :

http://www.cliente-lefilm.com/

http://www.marsfilms.com/film/coluche

 

SON NOM EST « BOND, JAMES BOND ! »

quantum-of-solace.jpg

La sortie du 22ème épisode des aventures de l’agent 007 est prévue le 5 novembre 2008 en France, et perso, j’ai hâte d’être à ce rendez-vous très prometteur. L’attente se fait déjà ressentir, au point, que j’ai même commis l’erreur de croire, et de dire à plusieurs amis, que ce film tant attendu sortait aujourd’hui… Mais, j'ai rêvé ! 

bond 1.jpg

Jean Dorval, pour LTC

 

 

INFOS PLUS :

http://www.007.com/

http://blog.nicolasrenous.fr/tag/quantum-of-solace

21/10/2008

BIENTOT, TRES BIENTOT... LE PROCHAIN BOND (A NE PAS CONFONDRE AVEC BORIS "000"...) !

BOND.JPG

 

 

Comme vous le savez, Vincent Maniglia et moi-même, craquons toujours pour les films dont le héros est James Bond...

 

Alors, n'hésitez pas à gagner des avant-premières sur RTL pour nous deux !!!

 

JD, pour LTC.

 

INFOS PLUS : http://www.rtl.fr/

 

 

15/09/2008

« MAMMA MIA, QUEL BEAU FILM ! »

 

mammamia.jpg

 

Le très beau film américain « Mamma mia ! » de Phyllida Lloyd (une comédie musicale, d’une durée de 1H50, sortie nationale le 10 septembre 2008), avec Meryl Streep, Amanda Seyfried, Pierce Brosnan, Colin Firth, Stellan Skarsgard, Julie Walters, Christine Baranski, Ashley Lilley, et Rachel McDowall, fait partie de ces films qui vous redonne la pêche. C’est naïf à souhait, et je crois bien que dans la sinistrose que traverse actuellement notre pays, rien n’est plus réparateur qu’une bonne toile, légère, à prendre au second degré, sans se poser de questions, rien que pour la beauté des sentiments… On notera au passage que Pierce Brosnan chante comme une casserole. On espère d’ailleurs pour lui que ce ne sera pas son dernier rôle. Car après avoir incarné un super James Bond (à ne pas confondre avec « Boris 000 »…), ce rôle là, ne le met vraiment pas en valeur. Mon vieux Pierce ton rôle de séducteur est repassé !

 

UNE CARTE POSTALE GRECQUE AU RYTHME DU GROUPE ABBA…

 

L’histoire, en elle-même, est des plus banales. Une jeune fille (interprétée par la pétillante Amanda Seyfried), au moment de son mariage, cherche à retrouver son papa, et il y a trois géniteurs possibles… Mais, le réalisateur a su transformer ce petit scénario en or, grâce à un rythme endiablé, faisant même danser les oliviers et rejaillir, au final, la fontaine d'Aphrodite ! Si le style n’est pas nouveau, l’histoire prend toute sa dimension en se calquant sur la discographie du mythique groupe Abba (donc sur le modèle du célèbre spectacle musical du même genre), nous rappelant, ainsi, que les années 1970 ont beau passer, les styles évoluer, les vieux tubes restent toujours immortels dans nos cœurs. A l’image d’un « Honey Honey » très « hot » (où cela bouge du popotin… ) et du très entraînant « Mamma Mia ! », dont le film a emprunté jusqu’au titre. En plus, le casting est très bien fourni. On remarque d’emblé Meryl Streep (une actrice que j’avais adoré dans « Out of Africa »), qui reste toujours aussi sexy (et ce, malgré les années…). A cela vous rajouter, un décor de carte postale, dressé dans des îles grecques paradisiaques, et vous avez la preuve vivante que le glamour sophistiqué des meilleures réalisations américaines est éternel. Pour conclure, on peut rajouter que ce film ne se prend pas au sérieux, que l’ambiance générale est dérisoire, comique, frisant l’imperfection dans sa mise en scène, et que les acteurs ne se la jouent pas. Cette simplicité, je dois vous l’avouer n’est pas pour déplaire, et vous met d’office dans une ambiance « de Monsieur et Madame tout le monde » qui n’ôte rien au film. Alors, êtes-vous prêts à replonger dans l’univers de nos suédois préférés ? Dans tous les cas, je vous y invite !

 

© Jean Dorval, le 15 septembre 2008, pour LTC

 

INFOS PLUS :

A écouter : « Mamma Mia ! The Movie - Honey Honey (video) »

http://fr.youtube.com/watch?v=Nwac8FeG5VQ&feature=rel...

http://fr.youtube.com/watch?v=lysKRN-cdg0&feature=related

http://fr.youtube.com/watch?v=jzk6h7qUUCA&feature=rel...

A voir, le site officiel :

http://mammamia-lesite.artistes.universalmusic.fr/

http://www.mamma-mia-lefilm.fr/

 

 

PS : L’album du film a été produit par Benny Andersson et Bjorn Ulvaeus les membres originaux d’ABBA. La plupart des musiciens sont ceux des albums du groupe mythique.

 

 

27/08/2008

"PANAM ! PANAM ! PANAM !"

la mome 9.jpg

A voir absolument, le DVD du film français d'Olivier Dahan "La Môme" (sortie nationale le 23.08.07).

la mome 7.jpg

Les tribulations d'un oiseau du bonheur : la Môme Edith Piaf. Séquence émotion !

la mome 10.jpg

Ce long métrage (produit par © TFM Production) raconte l'histoire tragique et émouvante d'une femme-enfant du peuple de France, qui est passée de l'ombre de son quartier de Belleville aux lumières de la gloire éternelle, grâce à la chanson populaire et une voix unique. Cette chanteuse de caractère, issue de la rue, va connaître une vie placée sous l'égide de Sainte-Thérèse et de la Sainte-Croix ; mais aussi des problèmes familiaux, d'une enfance déchirée, de la pauvreté, de la proximité du "milieu", des peines affectives et de coeurs, d'un amant qui meurt, des désillusions, de la débauche... une véritable descente aux enfers due à la drogue et à l'alcool. Cette grande âme, humaine et autoritaire à fois, va jusqu'à sa mort traîner sa peine et son désir de combler totalement son public, comme un sacerdoce, entre fuite et acceptation. Un conte de la "France d'en bas" prouvant que le peuple est aussi capable de réussir de grandes choses ! A n'en pas douter, un rôle de "titi parisien" brillamment interprété par Marion Cotillard ; toutes les facettes de son personnage lui sont parfaitement familières. Elle nous fait tourner la tête, notre manège à nous c'est elle ! Merci Marion, pour ce délicieux moment de cinéma !

JD, pour LTC

Pour en savoir plus :

http://www.tfmdistribution.com/lamome/lamome.htm

http://fr.movies.yahoo.com/l/la-mome/index-1999905.html...

http://aiedail87.blogs.allocine.fr/aiedail87-176231-La_M_...

 

26/08/2008

SORTIE DU DVD "LE DRAGON DES MERS"

dragon-des-mers,272489.jpg

Il est arrivé ! Je veux parler, bien entendu, du DVD du film "Le dragon des mers". Au moment de sa sortie nationale, LTC avait parlé de ce film (cf. notre rubrique "KINEMA"... ). A voir ou à revoir !

Une néo de Vincent Maniglia, pour LTC

15/08/2008

LES CINEMAS D’ALSACE ET DE LORRAINE SONT A 4€ EN AOUT 2008 !

cine cool.jpg

En Alsace et en Lorraine, la place de cinéma est à 4 euros pour tous les films, dans toutes les salles participantes, à toutes les séances, et pour tous les publics, du 24 au 31 août 2008 inclus. Voilà du pouvoir d’achat bienvenu en ces temps incertains, qui s’investit directement dans la culture cinématographique, pour voir vos films préférés, près de chez vous. Alors, profitez-en, avant que l’on supprime cet « acquis culturel »… A bon entendeur salut !!!

Une néo de Vincent Maniglia, pour LTC

INFOS PLUS : http://www.cine-cool.com/

14/08/2008

LE DVD "BENJAMIN GATES 2" EST SORTI !

 

benjamin gates 2.jpg

Le DVD « Benjamin gates et le livre des secrets » est en vente en France. Et c'est reparti pour un tour ! Un très bon film d’aventure à voir et à revoir à la maison !

Une néo de François de Clairval, pour LTC

BATMAN JOUE AU CHEVALIER NOIR !

Batman_The_Dark_Knight 1.jpg

Après, les deux légendaires films de Tim Burton (« Batman », 1989, et « Batman : le défi », 1992), ceux de Joël Schumacher (« Batman Forever », 1995, et « Batman et Robin », 1997) ; la saga consacrée à l’homme chauve-souris, le plus connu du monde, a pris un tournant à 180 degrés, avec « Batman Begins » (2005), du Britannique Christopher Nolan. La texture du film est totalement différente, on passe de l’ambiance BD à celle d’un vrai thriller noir, nimbé d’actions bien huilées. Le réalisateur nous sert un « dark hero » en quête de sa propre réalisation. Et cette véritable montée en puissance se retrouve, comme de bien entendu, dans le 6ème Batman, « The Dark Knight » (sortie nationale le 13 Août 2008, durée : 02h27). Ce long-métrage de la Warner, avec 254.000 entrées, dès le premier jour (après avoir battu tous les records aux Etats-Unis), tourné en partie en Imax (1), est celui de la maturité, une très belle « black celebration », au budget de près de 185 millions de dollars… Le comédien gallois, Christian Bale, trouve là un rôle sur mesure dans son interprétation de Batman.

UN ETERNEL CONFLIT ENTRE LE BIEN ET LE MAL

batman.jpg

L'acteur Heath Ledger décédé en janvier 2008.... dans le rôle du Joker

Tout démarre par une vue aérienne plongeante sur Gotham City (en fait Chicago dans la réalité, la ville où le réalisateur a passé une enfance sucrée, et qu'il a transformé pour la deuxième fois en décor grandeur nature… ). Puis, arrive une mémorable séquence de braquage, où apparaît pour la seconde fois de la série le Joker (Heath Ledger). Dans « Batman » de Tim Burton, Jack Nicholson campe ce personnage, certes, pervers et meurtrier, mais drôle à la fois ; alors qu’Heath Ledger incarne un vrai psychopathe donnant le frisson au public. La suite du film est tout aussi grandiose et ne trahit pas l'esprit du « Comic book » de Frank Miller, « Batman The Dark Knight » ou « The Killing Joke » d'Alan Moore et Brian Bolland. Dans ce nouvel épisode, Bruce Wayne (Christian Bale) continue sa croisade contre le crime organisé, avec l'aide du lieutenant Jim Gordon (Gary Oldman) et du procureur Harvey Dent (Aaron Eckhart), le « Chevalier blanc de Gotham City ». Le travail d’équipe s'avèrera payant, mais il y aura une terrible onde de choc en réponse, car le Joker, doté d’une intelligence diabolique au service de la terreur et du chaos, ne se laissera pas démonter facilement.

UNE HISTOIRE SOMBRE A L’IMAGE DES PEURS DE L’AMERIQUE…

batman_325.jpg

Le choc Batman...

Cette histoire extraordinaire, très sombre, sur une musique de James Newton Howard et Hans Zimmer, où tout est surdimensionné (les images, les décors, l’action, les effets spéciaux, les bruitages, les combats, les poursuites, les personnages… ), nous renvoie aux habituelles psychoses de l’Amérique (terrorisme, crise économique, les bourbiers du Viêt Nam et de l’Irak … ). Son titre (« Batman The Dark Knight ») nous rappelle que Superman, né une année avant Batman, symbolise toujours les Etats-Unis d’Amérique dans leurs périodes de luxuriance, alors que la chauve-souris humaine, elle, représente celles des peurs récurrentes. Christopher Nolan, après cette apothéose dantesque, signera à n’en pas douter, bientôt un troisième film, pour que l’opéra nocturne « Batman » continue à nous faire voir la vie du célèbre justicier solitaire en clair obscur…

© Jean Dorval, le 14 août 2008, pour LTC

INFOS PLUS :

Le site officiel du film : http://wwws.warnerbros.fr/thedarkknight/

Note :

Dans cet opus, six séquences sont réalisées avec cette technique, à voir seulement sur écran spécial, afin de retrouver les sensations primitives du cinéma : une plus grande immersion du spectateur, grâce à une clarté, une netteté, une palette de couleurs et un contraste inégalés.

08/08/2008

PIXAR NOUS FAIT LE COUP DE LA LOVE STORY NUMERIQUE !

walle1.jpg
L'affiche du film...


Après avoir apprécié, récemment, les très bons films, « Kung Fu Panda » et « L’incroyable HULK » (sachant que ce deuxième volet surpasse de loin le premier, tant par le scénario, réalisé par un Français… que par les effets spéciaux), je suis allé voir « WALL-E », la dernière création des Maîtres de l’Animation, produite par Disney, j’ai cité les Studios PIXAR (sortie nationale le 30 juillet dernier). En ces temps incertains, marqués par l’aggravation généralisée des relations hommes/femmes, deux petits robots nous donnent l’exemple en vivant le Grand Amour, à l’écran. Cette « love story numérique » est très éloignée des rencontres éphémères sur Internet des Humains, avec des Alias virtuels, tant masculins que féminins… Et quand WALL-E aime EVE (un vrai canon de robote !), ça numérise à fond ! Il en pète même les fusibles !

walle2.jpg
Entre WALL-E et EVE, le courant passe !

UN PLAIDOYER ECOLOGIQUE POUR LE RESPECT DE LA TERRE

Si la vie de WALL-E est bouleversée, lorsque la sonde EVE débarque, le vrai message de cette toile reste un cri d’alarme pour la protection de l’Environnement. Au moment, où démarre l’action, les Hommes ont quitté, depuis plusieurs siècles, notre bonne vieille planète, transformée en une immense poubelle à ciel ouvert. C’est pourquoi, ils vivent dans l’espace à bord de trop confortables vaisseaux spatiaux, en attendant que des robots, comme WALL-E, nettoient la Terre, afin de la repeupler ultérieurement, quand elle sera de nouveau habitable… EVE, quant à elle, doit apporter la preuve que la vie reprend dans le berceau de l’Humanité. On s’en doute, tout cela n’ira pas sans mâle (heu, pardon sans mal !). Mais, grâce à cette idylle binaire, d’un troisième type, tout redevient possible. Une petite plante verte découverte par WALL-E, au cœur des déchets et de la pollution, redonne de l’espoir aux Hommes. Eux qui sont tributaires des machines, vont retrouver le goût d’exister et de revivre debout. Sauront-ils aimés assez fort leur Terre, pour en être à nouveau dignes ? Sauront-ils tirer les leçons du passé, pour ne pas retomber dans leurs travers de porcs ? Le film le laisse supposer… Mais, connaissant les Hommes, on peut en douter ! Alors, écolo ou matérialiste ? A vous de choisir votre camp, votre avenir en dépend !

© Jean Dorval, pour LTC

INFOS PLUS : Le site du film http://www.disney.fr/FilmsDisney/Wall-E/